Vous êtes sur la page 1sur 72

Les traumatismes dentaires touchent les enfants comme les

adultes avec des évolutions et des implications différentes et


constituent un motif fréquent de consultation souvent en
urgence.
Compte tenu des implications fonctionnelles et esthétiques de
ces traumatismes, une prise en charge précoce et une
surveillance attentive sont indispensables.
Les traumatismes dentaires concernent tous les accidents qui vont
toucher à l’intégrité de la dent ainsi que celle des tissus qui
l’entourent.
 Facteurs de risque:
- Risque lié à la vie quotidienne
- Dysmorphie dentofaciales
- Pratique de sports et des loisirs à risques
- Traumatisme iatrogène
- Risque lié à une atteinte neurologique
 Facteurs aggravants :
- l’ âge
- Le sexe
- Ventilation buccale
- proalvéolie
Classification de l’OMS
Cl I traumatismes des tissus dentaires durs et de
la pulpe

1-Fêlures de 3-Fracture
l’émail 2-Fracture de l’email coronaire sans
exposition pulpaire
4- fracture
coronaire avec 5- fracture corono radiculaire 6- fracture
exposition radiculaire
pulpaire
Cl II Traumatisme alvéolo-dentaire avec mobilisation

9-Extrusion et
7-contusion 8-subluxation
luxation latérale
10- intrusion

11- avulsion
Cl III traumatismes des supports osseux
1/ communication alvéolaire
2/fracture du mur alvéolaire
3/fracture des procès alvéolaires
4/fractures maxillaires

Cl IV traumatismes gingivo -muqueux


1/ contusion gingivo-muqueuse
2/ abrasion gingivo-muqueuse
 Classification de Vanek 1980:

Cl I: fêlures coronaires
CL II : fracture coronaire sans exposition pulpaire
CL III: fracture coronaire avec exposition pulpaire
Cl IV: fracture coronaire complète
Cl V: fracture corono radiculaire oblique
Cl VI: fracture radiculaire
Cl VII: luxation
Cl VIII: avulsion
 La consultation d’urgence:
Celle-ci va débuter lors du contact téléphonique : les mesures de
sauvegarde doivent être données, à savoir :

- En cas d'avulsion, le facteur le plus important étant le Temps


extra-Alvéolaire.
- Nous proposerons alors aux parents qu'ils réimplantent
immédiatement la dent et qu'elle soit maintenue dans son
alvéole par compression, ou qu'ils la conservent dans du sérum
physiologique ou dans du lait, après l'avoir rincé à l'eau
courante, en veillant à ne la manipuler que par la couronne afin
de ne pas léser
davantage le ligament parodontal.
En cas de fracture coronaire, et si le fragment a pu être récupéré,
nous conseillons de le conserver dans du sérum physiologique
ou dans de l'eau.
Un diagnostic rapide et précis sera établi afin de rassurer l'enfant
et ses parents.
 Anamnèse
 Anamnèse médicale:
- Recherche d’éventuelle antécédents médico chirurgicaux.
- Vérification du statu vaccinale.
- La notion du traitement bucco dentaire en cours.
 Histoire du traumatisme:
Le praticien s’enquiert alors des dates, heure et lieu du survenue.
- Où s’est produit le traumatisme?
- Comment l’accident s’est produit ?
- Quand s’est produit le traumatisme?
- Le praticien se renseigne également sur l’agent vulnérant, car
ses différentes caractéristiques , peuvent orienter vers une telle
lésion.
- Les conditions de survenue, accident de la vie privée, du sport,
loisir, travail ou agression.
- Enfin le recueil des signes fonctionnels est une bonne étape de
transition entre interrogatoire et examen clinique.
 Examen clinique :
 Examen exo buccal :
Il consistera en l'examen des plaies (mentonnières et labiales) et des
mouvements mandibulaires (limitation et déviation lors de
l'ouverture buccale), en la palpation des rebords osseux et en la
recherche de fragments mobiles.
Un examen général du patient sera réalisé afin d'exclure tout
traumatisme cérébral.
 Examen end buccal :
Il consistera premièrement en la recherche de plaies muqueuses
Ensuite, les lésions au niveau des organes dentaires seront
recherchées, telles les fêlures, les fractures coronaires avec ou
sans implication pulpaire.
Une mobilité dentaire axiale fera penser à une atteinte
ligamentaire ; par contre, si la mobilité paraît plus généralisée,
une fracture alvéolaire sera à suspecter.
Les changements de teinte seront mentionnés.
Les tests de vitalité électrique et thermique peuvent être
réalisés mais, leur interprétation est tout à fait fort
aléatoire dans les cas de dents définitives immatures. Ils
seront annotés à titre de critères évolutifs.

.
 Examens radiologiques
 Le cliché panoramique:
Il nous montre une image des deux maxillaires, leurs bases
osseuses alvéolaires et basilaires, les branches montantes et les
ATM.
 Les clichés rétro alvéolaires:
Ils apportent des renseignements plus précis. En cas de doute, il
est important de multiplier ces clichés sous divers incidences
afin d’évaluer l’importance du traumatisme subi.
 La radiographie occlusale:
Elle est utile pour le dépistage des fractures incomplètes des
structures osseuses, qui n’apparaissent pas toujours sur le
panoramique. Elle visualise les luxations latérales, les fractures
radiculaires et alvéolaires.
Dans le cas d’impossibilité de réalisation de ces radiographies, il
convient de demander :
- Maxillaire défilé
- Face basse
- Incidence de Blandeau
 Consultations de contrôle:
Elles seront réalisées après quelques jours, une semaine et un
mois. Les radiographies, les tests de sensibilité et les examens
cliniques seront comparés pour évaluer l'état de la dent
traumatisée.

En fonction de l'importance du traumatisme et de l'immaturité


dentaire, des contrôles réguliers seront programmés (un mois,
trois mois, six mois, un an...).
Compte rendu de traumatisme dentaire

Nom du patient:……………………date de naissance:………


sexe: masculin féminin âge:…………..
Date de l’examen initiale:………………………………………
Traumatisme précédents(s’il y lieu)
date:………………………. Dents impliquées:………….
Traumatisme actuel
date:…………………………. Lieu: …..……..
cause:
………………………………………………………………….

Examen général:
………………………………………………………..
Examen intrabuccal
Dents impliquées: temporaires………………….
permanentes………………..
Douleur spontanée: oui non
Douleur au froid : oui non
Teste électrique de vitalité pulpaire: oui non
Exposition pulpaire: oui non
Dyscoloration coronaire: oui non
Mobilité dentaire: aucune +1 +2 +3
Blessure:
Examen radiologique
Édification radiculaire: complète incomplète
Fracture radiculaire: oui non
Lésion apicale: oui non
Résorption radiculaire: oui non
Élargissement de l’espace desmodontal:
Fracture de l’os alvéolaire:
Condition en cas d’expulsion dentaire:
Durée du temps extra-alvéolaire (………minutes)
Dent conservée:
Diagnostic:
Fracture coronaire fracture corono-radiculaire
Contusion Subluxation
Intrusion Expulsion
Fracture radiculaire
Extrusion
Plan de traitement

Pronostic
Mécanisme des traumatismes dentaires

Il existe deux mécanismes d'action, le traumatisme direct et indirect

Traumatisme direct
Lorsque la dent même subit l’impact d’un objet fixe ou en mouvement,
l’agent contondant pouvant être une chaise, une table, une poignée de
porte ou autres . Le traumatisme direct touche principalement les
incisives du maxillaire supérieur.

Traumatisme indirect:
lorsque la fracture est située loin de point d’impact, parmi les
traumatismes indirects, le traumatisme à la mandibule qui se
répercute aux dents du maxillaire supérieur en fracturant la couronne
d'une ou de plusieurs dents postérieures ou en fracturant la tête d’un
condyle.
1.Traumatisme de la denture permanente et sa thérapeutique

1.1 les Fêlures


Définition 
une fêlure est une solution de continuité partielle de
l’émail sans perte de substance amélaire.
Examen clinique 
Les fêlures sont mises en évidence par transillumination
ou par un faisceau lumineux d’une lampe à Robert Charland1
photopolymérisation dirigé perpendiculairement ou Journal de l’Ordre des dentistes du Québec
Volume 44 Février 2007
parallèlement à la couronne de la dent à examinée.
Elles apparaissent telles de craquelures au niveau de l’email sans traverser la jonction
amélodentinaire.
Les signes cliniques sont souvent inexistants, mais, le patient peut se plaindre d’une
légère sensibilité au froid.
Conduite thérapeutique :
Dans la plus part des cas on opte pour l’abstention thérapeutique avec contrôle
régulier. Si le patient se plaint de sensibilité, le praticien peut effectuer le
scellement du trait de fêlure par une résine.

 
1.2. les fractures coronaires
1.2.1. Fracture amélaire
Examen clinique
Ces variétés de traumatismes se rencontrent
fréquemment au niveau des incisives et se
limitent le plus souvent à un angle du bord
libre de la dent.
Les signes clinique sont souvent Inexistants, Traitement des traumatismes dentaires
Le patient se plaint de désagréments liés TSUKIBOSHI, SCHMELZEISEN, HELLWIG

aux irritations des muqueuses provoqués par les bords tranchants de l’email
fracturé.
Conduite thérapeutique :
Adoucir et polir les angles de l’email fracturé pour éliminer toutes
irrégularités. Si la perte de substance est importante, on procédera à la
restauration de la dent aux résines composites.
1.2.2. Fracture amélo-dentinaire (coronaire simple)
Le trait de fracture intéresse l’email et la dentine,
il peut prendre 2 directions différentes :
-tranversale : à peu près horizontale, allant
d’une face proximale à l’autre, se situant
généralement au tiers incisif de la couronne.
-Oblique : partant du bord incisif pour
rejoindre une face proximale.
Les signes cliniques: sont proportionnels
à la sévérité du traumatisme c.a.d en fonction
de l’étendu de l’exposition dentinaire et la proximité pulpaire.
Les signes qui constituent le syndrome dentinaire sont tous présents,
caractérisées par: Une hyperesthésie dentinaire (douleur aux
changements de température, aux acides et aux sucres).
Signes radiologiques 
L’examen radiologique permet d’apprécier
l’épaisseur de dentine restante.
Conduite thérapeutique :
après réaliser une protection pulpaire ,
la restauration coronaire est faite par
le fragment coronaire fracturée si ce
fragment a été conservé sinon
reconstituer la dent avec un composite

Restauration par collage du fragment (collection


du docteur Pierre Mackay)
Journal de l’Ordre des dentistes du Québec
Volume 44 Février 2007
1.2.3. Fractures coronaires avec exposition pulpaire (pénétrante).
Dans ce cas, le trait de fracture atteint la chambre pulpaire mettant
directement la pulpe en contact avec le milieu buccal.
Les signes clinique
Cliniquement, la pulpe apparaît comme un point sanguinolent .
Le patient se plaint de douleurs très importantes au passage de l’air,
au froid, au chaud et au moindre contact.
Conduite thérapeutique :
La décision thérapeutique, va dépendre de :
-Stade d’évolution radiculaire (dent mature, immature).
-De la taille de l’exposition pulpaire.
-Du laps du temps écoulé entre le moment du traumatisme et la
consultation.
Dent mature
En cas d’exposition minime et le temps
d’exposition est < à 24 h ; rincer la surface
exposée et appliquer le matériau de
coiffage pulpaire qui est l’hydroxyde de
calcium ou le MTA
Contrôle post opératoire
-A une semaine dans la majorité des cas
il n’y a pas de symptomatologie
postopératoire et les testes de vitalité Traitement des traumatismes dentaires
TSUKIBOSHI, SCHMELZEISEN, HELLWIG
sont positifs
-A 4 semaines l’examen radiographique montre la présence d’un pont
dentinaire

- la restauration coronaire est faite par le fragment coronaire fracturée


si ce fragment a été conservé sinon reconstituer la dent avec un
composite
Pour une exposition plus étendue, une pulpotomie doit être
réalisée. Après avoir rincé et obtenu une hémostase, poser le
matériaux de coiffage pulpaire.
La reconstitution doit être réalisée selon la procédure standard.

Pour les anciennes fractures, la pulpectomie est envisagée


Dents immatures
Dans ces types de traumatismes on tentera  :
-Une apexogénèse par coiffage direct ou pulpotomie.
-Sinon une apexification
1. apexogénèse
1.1 Le coiffage pulpaire direct trouve son indication lorsque
-l'exposition pulpaire est minime,
-le délai de consultation inférieur à douze heures et
Le matériau utilisé sera l'hydroxyde de calcium ou le MTA, il
sera recouvert d'une restauration parfaitement étanche.
Les suivis cliniques et radiologiques seront effectués après une,
quatre, et huit semaines. La maturation radiculaire et apicale
sera évaluée régulièrement tous les six mois, et pendant une
durée de trois ans.
1.2 La pulpotomie
est indiquée si l'effraction pulpaire
est plus importante et si le délai de
consultation est supérieur à douze
heures.
La pulpe ne doit présenter aucun signe
de nécrose ni d'inflammation.
Le principe de cette thérapeutique consiste
à ouvrir la chambre pulpaire et l'amputation
de la pulpe cervicale. Après hémostase,
on procédera un nettoyage de la plaie.
après le séchage, le produit de coiffage
sera appliqué sur la pulpe, ce produit sera
recouvert d'une restauration parfaitement
étanche.
Les contrôles cliniques et radiologiques
seront requis. Après pulpotomie et recollage du fragment dentaire,
l’édification radiculaire a été achevée au bout d’1 an et 4
mois
2. L'apexification :
L'objectif de cette thérapeutique est l'induction de la
fermeture apicale ou la reprise du développement d'une
dent immature nécrosée par la formation d'ostéocément.
Cette fermeture peut être de deux types :
- soit un apex anatomique,
-soit une barrière apicale par formation ostéocémentaire
cette technique consiste à obturer le ou les canaux par
l’hydroxyde de calcium renouvelé jusqu’à la fermeture
apicale ou par le MTA

• Un examen radiologique est préconisé après un, trois, six,


douze mois.
• Le délais moyen d'apexification est de douze à dix-huit
mois.
Fractures corono-radiculaires
Description

fracture corono-radiculaire simple

Le trait de fracture passe à travers


la dentine et le cément sans
exposition pulpaire.

Fracture corono-radiculaire compliquée

Le trait de fracture passe à travers


l’émail, la dentine et le cément,
avec exposition pulpaire.
La fracture peut être supra
ou infra osseuse s’accompagnant
d’un saignement parodontal et pulpaire.
Diagnostic clinique
Pour la fracture corono-radiculaire, le fragment
dentaire est maintenu en place , car celui-ci, en
partie reste attaché à l’os alvéolaire ou à la gencive
par le ligament parodontal
Lors de l’examen clinique, il est important d’évaluer
l’étendue de la fracture ainsi que l’existance d’une
exposition pulpaire ou d’un saignement.
Plan de traitement
Fracture corono-radiculaire simple
- Anesthésie
- Essayage du fragment
- Rinçage de la surface exposée: pour nettoyer la surface
fracturée et obtenir l’hémostase des tissus mous
- Coiffage pulpaire
- Repositionnement du fragment dentaire
- Finition polissage
- Suivi : contrôle à 1 semaine, 1 mois, 3mois et 1 an
Fracture corono-radiculaire compliquée
- Retrait du fragment dentaire fracturé après
anesthésie locale
- Traitement endodontique: extirper la pulpe
canalaire et obturer avec de l’hydroxyde de
calcium
- Confirmation de la cicatrisation
- Obturation endodontique
- Reconstitution coronaire
- Suivi
Fractures radiculaires
Description
La fracture radiculaire implique le cément, la dentine
et la pulpe. Soit le trait de fracture peut être situé
profondément sous la crête alvéolaire, il s’agit dans
ce cas d’une fracture radiculaire
profonde, soit le trait de fracture
se trouve au-dessus de la crête
alvéolaire, on considère que
la fracture radiculaire
est superficielle
Examen et diagnostic
L’expression clinique des fractures radiculaires est
diverse, la dent peut paraitre soit en position
normale, extrusée, ou déplacée, les fractures
peuvent être associées à des traumatismes
alvéolaires à des fractures coronaires et ou à une
atteinte des tissus mous
Le degré de mobilité dépend:
De de la sévérité du traumatisme
De la localisation du trait de fracture ;soit au 1/3
coronaire, moyen ou apical
Les tests de vitalité peuvent être soit + ou –
Examen radiographique
Les fractures du 1/3 apical sont + facilement
objectivées par un cliché occlusal
Les fractures plus coronaires sont objectivées par un
cliché retro-alvéolaire
Traitement
Fracture radiculaire haute: 1/3apical
-Réduire la fracture en repositionnant les segments et
réaliser une contention en s’appuyant sur les dents
adjacentes. actuellement il est recommandé de
maintenir cette contention plus de 3 mois
-Lorsque la nécrose pulpaire est évidente, procéder
au traitement endodontique
• Fracture radiculaire moyenne: 1/3 moyen
Apres réduction des 2 fragments on pratiquera un trt
endodontique ensuite on essayera de faire un
embrochage des 2 fragments. On placera une
contention pour éviter la mobilité du fragment
coronaire .
Cette intervention sera suivie d’une prescription
antibiotique pour éviter l’inféction.
Fracture radiculaire basse: 1/3 cervical

Si la racine restante est suffisamment longue pour


supporter une couronne prothétique, la racine doit
être extrusée de façon chirurgicale ou
orthodontique.
Plan de traitement d’une fracture radiculaire basse sans nécrose pulpaire
Plan de traitement d’une fracture radiculaire basse avec nécrose pulpaire
Plan de traitement d’une fracture radiculaire haute
Cicatrisation avec tissu cicatrisation par interposition de
Calcifié tissu cojonctif

Cicatrisation par interposition absence de cicatrisation avec


D’os et de tissu conjonctif interposition de tissu de granulation
Les fractures comminutives
* La dent est fracturée en plusieurs fragments .
* Conduite thérapeutique :
- Extraction de tous les fragments.
Les luxations dentaires

Définition : 
- La luxation dentaire est le déplacement de la dent
dans son alvéole et la perte de ses rapports
normaux avec celui-ci .

• Partielle en cas de déplacement de la dent avec


persistance d’un contact entre racine et alvéole.

• Totale .
Luxations axiales:
Luxations qui tendent à expulser la dent de son alvéole:

a- luxation partielle:
dans ce cas , le ligament desmodontal est étiré, déchiré
(égression ou extrusion).
Luxation qui tendent à impacter la dent dans son alvéole
(ingression ou intrusion).

b- luxation totale: il s’agit d’une véritable avulsion de la dent.


Contusion 
 
Définition : 
C’est une lésion du desmodonte et de la pulpe sans
blessure de la gencive produite par un choc ou une
compression .
Le traitement
• La R(x) est indispensable .
• Abstention de toute intervention .
• Ajustage de l'occlusion si celle-ci est traumatisante
• Surveillance de la vitalité pulpaire pendant 1 à
2 mois .
• Prescription éventuelle d'une alimentation molle pendant
1 à 2 semaines.
• Dans le cas de douleurs sévères on traite avec un anti-
inflammatoire et un antalgique .
Pronostic
• Excellent cependant on pourra avoir une mortification à
bas bruit .
 La subluxation
- Dans ce cas la dent lésée garde sa place initiale.
- L'impact du choc est plus fort que dans la contusion .
- Certaines fibres desmodontales peuvent alors être rompues.

-À l'examen clinique:
• la dent présente une mobilité anormale dans le sens V-L par
rapport aux dents controlatérales.
• Un petit saignement est notable au niveau
du sulcus gingival.
• Les tests de vitalité pulpaire sont positifs
• Le test à la percussion émet un son plutôt
sourd et peut être douloureux.
• Le patient se plaint d'avoir
« une dent plus longue »
et une gêne à la mastication.
-L'examen radiographique est peu explicite et ne montre pas de
déplacement de la dent dans son alvéole. Un épaississement
ligamentaire est des fois notable ( Le praticien doit faire la
différence entre un épaississement ligamentaire et la zone
d'édification radiculaire).
Traitement et pronostic

• Ajustement de l'occlusion si celle-ci est traumatisante et une


recommandation d'une alimentation molle.
• Si la contention est nécessaire ,pour le confort du patient, elle
ne durera que 2 semaines .
• La surveillance de la vitalité pulpaire s'effectue pendant 6 mois.

• Le pronostic est bon. La vitalité pulpaire persiste dans 100 %


des cas pour les dents immatures et

dans 85 % des cas pour les dents à apex fermé.


• La réparation du ligament parodontal est également excellente.
Extrusion
 Un choc généralement oblique déplace la dent partiellement hors de son
alvéole. Le ligament parodontal et le système neurovasculaire du tissu
pulpaire sont sévèrement atteints.

- A l’examen clinique:
• La dent se trouve déplacée hors de son alvéole (racine plus ou moins
exposée), elle parait plus longue que ses controlatérales et présente une
grande mobilité.

• Les tests pulpaires immédiats sont le plus souvent négatifs .

• Le test à la percussion déclenche une légère douleur et un son sourd.

• Il existe toujours un saignement au niveau du ligament parodontal.

- L'examen radiographique montre une racine intacte et un élargissement


plus ou moins important de l'espace desmodontal dans la région apicale.
Traitement et pronostic

- Repositionnement atraumatique de la dent.


- Une contention souple est posée pendant 1 à 2 semaines.
- Si nécessaire effectuer une prescription d'antibiotique associée à un anti-
inflammatoire.
- La surveillance de la vitalité pulpaire est nécessaire ainsi que la prise de
radiographies afin d'objectiver l'apparition ou non de résorptions
radiculaires.

• En cas d'apparition de résorptions inflammatoires radiculaires, il faut


envisager un traitement endodontique précédé par la mise en place dans
le canal d'hydroxyde de calcium, pendant une durée
d'environ 1 année.

-Le pronostic dépend de deux facteurs principaux :


Le repositionnement et le stade d'évolution radiculaire.
• Après 1 an , 90 % des dents à apex ouvert présentent des tests de vitalité
pulpaire positifs contre seulement 40 % des dents à apex fermé .
Intrusion 
C’est la forme la plus sévère des déplacements dentaires.

• Le choc le plus souvent axial force la dent dans son alvéole entraînant
généralement sa perforation.

• Le système neurovasculaire de la dent subit des dommages considérables


et les fibres desmosdontales sont dilacérées et/ou écrasées.

• L’examen clinique objective une différence de hauteur entre le bord libre


de la dent traumatisée et sa controlatérale.

• En dentition mixte le diagnostic différentiel doit être établi entre


l’ingression et le simple retard d’éruption. La mobilité est le plus souvent
normale, mais parfois la dent semble bloquée dans son alvéole.
• Le test à la percussion est douloureux et donne un
son métallique. Le praticien peut différencier ce
traumatisme avec un simple retard d'éruption par le
fait que dans ce cas, le son est sourd, le ligament
parodontal étant sain.
• les tests de vitalité sont le plus souvent négatifs
après le traumatisme, mais ne doivent pas conduire
à une thérapeutique endodontique immédiate.
.
•La radiographie  objective une diminution de l’ espace
desmodontal et une disparition totale au niveau de la
région apicale . La racine est généralement intacte.
Conduite thérapeutique 
• Le traitement dépend essentiellement du stade de
développement radiculaire.
• Pour les dents immatures, on observe généralement une ré
éruption spontanée qui peut demander plusieurs semaines.
• La vitalité pulpaire doit être contrôlée à 3 semaines, 6
semaines, 2 mois, 6mois, puis tous les 6 mois pendant au
moins 5 ans.
• Si les radiographies montrent l'apparition d'une zone
périapicale radio claire et/ou une résorption inflammatoire,
l'extirpation du tissu nécrosé ainsi qu'un traitement à
l'hydroxyde de calcium pendant une année sont pratiqués
avant toute obturation endodontique conventionnelle.
• Si la dent ne fait pas sa ré éruption spontanée dans les 4
semaines, l'extrusion doit être entreprise avec des forces
orthodontiques légères.
• Pour les dents matures, si le déplacement est minime
(inférieur à un tiers de la couronne dentaire), la
ré éruption naturelle peut se faire. En cas de mortification, le
traitement endodontique est effectué .
Si le déplacement est important, la ré éruption physiologique est
aléatoire. Le repositionnement
de la dent peut se faire par des moyens chirurgicaux
ou orthodontiques, avant l'apparition d'une ankylose.

•Le pronostic est mauvais , après 5 ans on observe un


taux élevé de nécrose pulpaire et de résorptions.
Certaines dents peuvent montrer une ankylose 5 ans
après le traumatisme.
Luxation latérale 
• C’est le déplacement de la dent dans n’importe quelle direction autre
qu’axiale .
• La dent apparaît déplacée latéralement
et souvent fermement bloquée dans sa nouvelle
position.

• Il peuvent exister une déchirure de la sertissure


gingivale permettant la communication de l’alvéole
avec le milieu buccal et une fracture du rebord
alvéolaire.

• Le test à la percussion est douloureux et provoque


un son métallique.
• Les tests de vitalité pulpaire sont le plus souvent
négatifs, mais ne doivent pas conduire à une dévitalisation immédiate .
• La mobilité peut être normale ou accentuée.
L’examen radiologique est indispensable.

Conduite thérapeutique :
• Repositionner la dent sous anesthésie.
• Vérifier le repositionnement par un cliché radiographique
avant de placer une contention semi-rigide ……pendant 3
semaines.
• La muqueuse gingivale peut nécessiter des points de suture.
• Le suivi s'effectue à 1 semaine, 1 mois, tous les 3 mois
pendant 1 an .
• Le pronostic est réservé.
Luxation totale 
• Il s’agit d’une véritable avulsion .
• De ce fait le ligament alvéolaire
et la gencive sont arrachés, le paquet
vasculo-nerveux pulpaire est sectionné.
• L’examen clinique révèle une alvéole
déshabitée.
• Si le malade apporte la dent luxée,
il faut vérifier l’intégrité de la racine.
• Si non un examen radiographique s’impose pour faire le
diagnostic différentiel avec une intrusion totale et pour
objectiver l’existence ou non d’une fracture alvéolaire
associée.
• La guérison de ces traumatismes dépend de :
-la survie pulpaire
-la guérison du ligament parodontal.
• Les facteurs les plus déterminants sont :
-le temps extra alvéolaire (après 1 heure de conservation à
sec, aucune survie pulpaire n'est possible ; les cellules
parodontales n'ont aucune chance de survie après 2 heures
de conservation à sec).
-le milieu de conservation :il est essentiel d'éviter tout
dessèchement et d'avoir un milieu de conservation dont le pH
et l'osmolarité sont compatibles avec la survie
cellulaire souhaitée ( lait, sérum physiologique, salive ..)
Traitement
la thérapeutiques des luxations dentaires fait souvent appel à la
réimplantation, qui consiste en la réinsertion de la dent dans
son alvéole d’origine.

Dent mature
- Lésion desmodontale réversible (temps extra oral <90 mn )
 1ere phase :
• Rincer la dent avec du sérum physiologique.
• Tenir la dent par la couronne et non par la racine afin de ne
pas endommager les cellules parodontales.
• L'examen de l'alvéole objective éventuellement une fracture
alvéolaire, si tel est le cas, il faut repositionner manuellement
la paroi osseuse alvéolaire.
• L'alvéole est rincée délicatement avec du sérum
physiologique afin de retirer le caillot, sans la cureter.
• L'anesthésie locale est inutile sauf en cas de sutures des
lacérations gingivales et de jeune patient non coopérant.

• La dent est replacée doucement dans l'alvéole avec une


légère pression digitale.
• Après en avoir vérifié le bon positionnement par l'examen
radiographique, il faut placer une contention souple pendant
1 à 2 semaines. En cas de fracture du rebord alvéolaire, la
durée de la contention sera de 4 à 6 semaines.
• Outre une antibiothérapie , la prescription
doit viser une bonne hygiène buccodentaire
(bains de bouche à la chlorhexidine).

• On recommande une alimentation ferme afin


de stimuler la fonction du ligament parodontal
(La stimulation due aux forces de la
mastication a un effet positif en réduisant
l'ankylose).
 2eme phase :

• Une semaine plus tard le tissu pulpaire sera extirpé(La nécrose


pulpaire peut ainsi être anticipée et les produits de dégradation
pulpaire, générateurs de résorption inflammatoire, éliminés).
• Le parage canalaire s'effectue avec de l'hypochlorite à 2,5 % et une
obturation canalaire avec de l'hydroxyde de calcium est réalisée
• Douze mois plus tard, on peut envisager le traitement
endodontique définitif.
-Lésion desmodontale irréversible ( tps extra oral > 90 mn )

• Tremper la dent dans une solution de fluorure de sodium à


2,4 % pendant 20 minutes afin d'incorporer des ions F aux
surfaces cémentaires et dentinaires, dans le but de retarder le
processus de résorption.

• Retirer tout le ligament parodontal nécrosé de


la surface radiculaire avec une gaze stérile .
• Le traitement endodontique est effectué extra oralement
Avant de réimplanter la dent .
• une contention semi-rigide est posée pendant 6 semaines .
Dent immature
• La première phase du traitement est identique à la dent
mature. Néanmoins, on peut espérer la conservation de la
vitalité pulpaire qui est testée tous les mois.
Toutefois, des signes cliniques évidents de reprise de la vitalité,
ne pourront apparaître que 2 mois plus tard.
• Le traitement endodontique au moyen de l'hydroxyde de
calcium n'est instauré qu'en cas d'apparition d'une
pathologie à la radiographie (résorptions ou lésion apicale) .
• Le suivi est instauré à 1 , 3 , 6 semaines, à 2 mois, 6
mois puis tous les ans.
Conclusion
• Les traumatismes dentaires représentent un important
pourcentage de la pathologie dentaire surtout chez les
jeunes patients.
• La contribution des différentes spécialités est souvent
nécessaire pour obtenir le meilleur résultat clinique
possible et espérer un bon pronostic.
• Le contrôle clinique et radiologique doivent être
effectués régulièrement afin de garantir le succès
clinique et le bon pronostic.