Vous êtes sur la page 1sur 26

PARTICIPATION DES ONG A LA

PROMOTION DU
DEVELOPPEMENT DURABLE

CAS D’IVOIRE DEVELOPPEMENT


DURABLE

1
PARTICIPATION
Action de prendre part ou la part que l’on prend à
quelque chose,

en l’occurrence ici à la promotion,


promotion action destinée à faire
connaître, à favoriser et à soutenir le Développement
Durable,
Durable

 « un développement qui répond aux besoins des


populations du présent sans compromettre la capacité
des générations futures à répondre aux leurs ».

2
Intérêt du sujet
La société civile se trouve de fait à l’origine de la
naissance de la Notion de Développement Durable :

Club de Rome, 1968: des scientifiques, des humanistes,


des économistes, des professeurs, des fonctionnaires
nationaux et internationaux et des industriels de divers
pays….

L’Organisation pour la conservation de la nature (IUCN)


qui crée la notion comporte des gouvernements, des
organismes de Droit Public et 735 ONG.

3
PROBLEMATIQUE

Responsabilité de la société civile dans la mise en œuvre


d’un développement soutenable ?

Apprécier l’action des ONG dans le sens du


développement durable, en mettant en lumière leur rôle
en tant qu’acteurs du développement.

Montrer comment les ONG peuvent faire connaître,


favoriser et soutenir le Développement Durable à partir
d’une étude de cas.
4
METHODOLOGIE
 I./ Analyse du contexte dans lequel évoluent les ONG à travers

1 . Leurs modes d’action


2 . Leurs domaines d’intervention
3 . Le cadre institutionnel

 II./ Étude du cas d’Ivoire DD à travers son projet espaces verts


dans les établissements

1 . Analyse
2 . Évaluation
3 . Recommandations

5
I.1./ Les modes d’action
Les ONG utilisent des modes d’action accessibles aux
populations:

- campagnes de sensibilisation, plaidoyers, séminaires de


formation, conférences publiques, campagnes de
presse…

- les ONG peuvent avoir recours à l’éducation formelle


pour toucher leur cible.

6
I.2./ Les domaines d’intervention
Trois piliers:

Equitable
Social Économie
Durable

Viable
Vivable Environnement
7
Les domaines d’Intervention

Social Économie
• Lutte contre la pauvreté
• Construction des pratiques • Création d’activités
De Responsabilité Sociale génératrices de revenus

• Sensibilisation de la population
• Sensibilisation des autorités publiques
• Sensibilisation des entreprises

Environnement
8
I.3./ Le cadre institutionnel
Les ONG sont de plus en plus intégrées à la
gouvernance:

des institutions (CNDD),

des programmes nationaux de développement (DSRP),

des programmes de développement locaux (Agenda 21


local).

9
II. Le cas d’Ivoire DD
1 . Présentation
Ivoire Développement Durable est une Organisation Non
Gouvernementale créée en Côte d’Ivoire en 2007.

L’ONG rassemble des personnes qui partagent la vision d’un


monde dans lequel la recherche d’une réussite économique passe
nécessairement, d’une part, par le plein épanouissement et l’essor
communautaire, dans le respect de la diversité pour une équité
sociale, et, d’autre part, par la préservation de l’intégrité
environnementale.

Ivoire DD a signé le Pacte Mondial qui engage les membres de


l’ONG à "embrasser, promouvoir et faire respecter " un ensemble
de valeurs fondamentales dans le domaine des droits de l'homme,
des normes du travail, de l'environnement et de la lutte contre la
corruption.

10
Le cas d’Ivoire DD
2 . Objectifs

1. Promouvoir le Développement Durable en Côte d’Ivoire,

2. Sensibiliser la société civile et les décideurs à l’importance de la


protection de l’environnement et d’un « développement propre »,

3. Identifier des projets éligibles aux fonds d’appui environnemental et les


accompagner dans la formalisation de leurs projets,

4. Accompagner les Institutions, les entreprises et la société civile dans


une démarche de Développement Durable,

5. Renforcer les capacités des entreprises en matière de Développement


Durable,

6. Mettre en place un système d’Information sur le Développement


Durable et sur les Mécanismes de Développement Propre.

11
Le cas d’Ivoire DD
3 . Initiative

« espaces verts et sensibilisation à l’environnement  dans des


écoles primaires du district d’Abidjan »
- Objectif général : sensibiliser les élèves à l’éco citoyenneté en
commençant par ceux de l’école primaire.

- Pôles d’action:
- Gestion de l’eau
- Gestion de l’énergie
- Gestion des déchets
- Hygiène
- Préservation de l’environnement et création d’espaces verts

- 32 écoles visitées, 9 écoles choisies

12
Le cas d’Ivoire DD
4 . Évaluation
 4.1. Aspect social:
social

- sensibilisation de la
population à l’hygiène ,

- large participation intégrant


les autorités publiques
(consultation du ministère de
l’éducation et ses DREN), le
secteur privé (engagement
social de Tullow Oil), la société
civile (élèves et parents
d’élèves).

13
Le cas d’Ivoire DD
4 . Évaluation
 4.2. Aspect économique:
économique

- réduction des dépenses des


établissements en eau et en
électricité ,

- récupération de l’eau de pluie


pour les besoins en arrosage et
pour les latrines d’une part,
surveillance continue des
dépenses d’eau et d’électricité
en particulier par les élèves.

14
Le cas d’Ivoire DD
4 . Évaluation
 4.3. Aspect environnemental:
environnemental

- recyclage des eaux ,

- recyclage des déchets ,

- sensibilisation quant à la
protection de l’environnement,

- création de jardins.

15
 Schéma d’intégration des principes du développement durable
par le projet « espaces verts dans les établissements »

16
5. Limites du projet

1./ Limites dans la démarche,

2./ Contraintes de l’approche participative.

17
Limites du projet

5.1. Limites dans la démarche

- cadre logique incomplet,

- ressources humaines: pas d’équipe projet,

- ressources financières limitées.

18
5. Limites du projet
5.2. Contraintes de l’approche participative

- Avantage : amélioration de l’adaptation des projets au


contexte communautaire,

- Inconvénient: contrainte d’organisation et de temps.


(Disponibilité des DREN, des parents d’élèves, des
institutions).

19
6 . RECOMMANDATIONS
6.1. Définir d’abord un cadre logique,

développer une vision du projet ou programme,


envisager les apports de ressources,
envisager les modalités de mise en œuvre,
identifier les parties prenantes,
envisager les résultats et les impacts.

20
6 . RECOMMANDATIONS

6.2. initier une démarche participative,

associer activement à la prise de décision les parties


prenantes au projet, programme ou stratégie,
les amener à souscrire pleinement aux résultats et
recommandations du suivi évaluation,
connaître les priorités et perspectives de la population
locale afin de mettre au point les interventions adaptées
et durables.

21
6 . RECOMMANDATIONS
6.3. se tourner autant que possible vers le FEM,

Mécanisme financier de plusieurs conventions internationales


dans le domaine de l’environnement :
- La Convention sur la diversité biologique (CDB)
- La Convention-cadre sur les changements climatiques (CCCC)
Mécanisme financier important pour :
- La Convention de Stockholm sur les polluants organiques
persistants (POPs)
- La Convention sur la lutte contre la désertification (CLD)
- Le Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent
la couche d’ozone (pour la Russie et les pays d’Europe
orientale et d’Asie centrale).

22
6 . RECOMMANDATIONS

6.4. Procéder régulièrement au reporting des


actions

Le rapport des actions et des réalisations des ONG


ajoute à leur crédibilité et leur assure une confiance
croissante de la part des autorités publiques et des
bailleurs privés

23
CONCLUSION
Les ONG peuvent participer efficacement à la promotion
du Développement Durable, à condition de:

solliciter de plus en plus des programmes de formation,

créer des réseaux (réseaux d’ONG) ou chacun apporte


sa spécialité,

Procéder systématiquement à l’évaluation et au reporting


de leurs actions et réalisations.

24
REMERCIEMENTS
Au Président du Jury M. Troupa,
A Monsieur Rougeot,
A Madame Goirand,
A Monsieur N’Goran,
Aux membres d’Ivoire DD,
Aux membres du cabinet SG CONSULT,
A l’équipe pédagogique du CERAP.

25
Merci pour votre attention

26