Vous êtes sur la page 1sur 14

TERMINALE OGRH

CHAPITRE 19 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL


LES RISQUES PROFESSIONNELS

 Toutes les activités professionnelles comportent, à des degrés différents, des risques (accidents ou maladies).
1. LES ACCIDENTS DE TRAVAIL

L'accident du travail survient à un salarié sur son lieu de travail (par exemple, un ouvrier de fabrication dans
un atelier) ou à une personne travaillant en quelque lieu que ce soit pour le compte de son employeur
(par exemple, un technicien de maintenance en intervention chez un client).

Pour être qualifié accident du travail, celui doit présenter trois critères :

- l'accident intervient de manière soudaine (l’accident de travail n’était pas prévisible)

- l’accident provoque un ou plusieurs dommages corporels (une plaie, une fracture, une brûlure) ;

- au moment de l’accident, la subordination juridique du salarié à son employeur doit aussi être prise en
considération (accident survenant au cours d’un déplacement professionnel). Accident de mission
2. L’ACCIDENT DE TRAJET

 Il se produit lors du trajet habituel direct entre le domicile et le lieu de travail (ou inversement) du


salarié.

 Il faut que ce trajet soit celui de tous les jours et qu’il n’y ait pas de détour par exemple pour aller faire
des courses.
LE CALCUL DES INDICATEURS SUR LES ACCIDENTS DE TRAVAIL

 Le taux de fréquence

Le taux de fréquence rapporte le nombre d’accidents du travail donnant lieu à un arrêt de travail au nombre
d’heures travaillées.
TAUX DE FREQUENCE : NOMBRE D’ACCIDENTS AVEC ARRET
/NOMBRE D’HEURES TRAVAILLEES *1000 000

 b. Le taux de gravité

Le taux de gravité des incapacités temporaires rapporte le nombre de journées d’arrêt du travail, au nombre
d'heures travaillées.
TAUX DE GRAVITE : NOMBRE DE JOURNEES
D’INCAPACITE/NOMBRE D’HEURES TRAVAILLEES *1000
3. LA MALADIE PROFESSIONNELLE

 Si un travail expose un salarié de manière directe a un risque quelconque pour sa santé(ou même sa vie), la
maladie qu'il peut encourir sera alors professionnelle. Les causes peuvent aussi être indirectes et provenir
alors des conditions de travail qui encadrent son activité professionnelle (son environnement de travail).

 Exemple: cause directe : travail (port de lourds cartons)=mal de dos


 Cause indirecte : travail sur un chantier de démolition=problèmes respiratoires

 La majorité d'entre elles sont liées à des affections au niveau des articulations, beaucoup sont des problèmes
respiratoires causés par l'amiante, des douleurs lombaires ou autres maladies diverses.

Parmi ces maladies diverses, on assiste depuis plusieurs années à une croissance importante de troubles
psychologiques liés au stress, avec des cas dramatiques de suicide des salariés sur leur lieu de travail.
LES OBLIGATIONS DE L’EMPLOYEUR

 L’employeur est soumis à l’obligation générale d’assurer la sécurité et de protéger la santé de ses
salariés.
 équiper ses salariés en matière de sécurité EPI (équipements de protection individuelles: masques,
gants, harnais, casques, bottes de sécurité, etc.)
 Mettre en place des actions de prévention
LES OBLIGATIONS DES SALARIES

 • Le droit d’alerte et de retrait

Le salarié a le droit d'alerter son employeur s'il estime que son travail comporte un danger pour lui (sur sa
santé ou même pour sa vie) et de ce fait, il peut suspendre son activité et s'arrêter de travailler afin de se
protéger de tout risques ou maladies éventuels. Il doit prévenir sa hiérarchie de tout dysfonctionnement
de matériel ou autre, et signaler les systèmes de sécurité manquants ou défectueux. De son côté,
l’employeur n’a pas le droit de l'obliger à reprendre son poste, ni de le sanctionner pour cette raison.

• L’obligation de sécurité

Dans le respect des consignes données par l’employeur, le salarié doit prendre soin de sa sécurité et de
sa santé, ainsi que de celles des autres personnes concernées, en fonction de ses possibilités et de sa
formation.
LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS
 L’ergonomie : Le rôle de l’ergonome est d’analyser les conditions de travail de chaque salarié et
de remédier à tous les dysfonctionnements et les problèmes rencontrés pour faire en sorte que
l'homme s'adapte au mieux à son poste et à son outil de travail, c'est-à-dire améliorer la relation
homme/machine.

 La formation à la sécurité : En matière de sécurité au travail, les salariés doivent être formés, d’une
part aux précautions à prendre pour limiter les risques, d’autre part à la conduite à tenir en cas
d’accident.

Exemples : exercices d’alerte incendie, formation aux premiers secours.


 L’information aux salariés : L’employeur doit sensibiliser le personnel aux situations à risques.
Cette information utilise différents supports de communication.
 
Exemples : notes de service, affiches, pictogrammes, consignes d’évacuation en cas de sinistre,
signaux lumineux et sonores, livret de sécurité.
LES ACTEURS DE LA SANTÉ AU TRAVAIL

• Le médecin du travail

Il reçoit les salariés lors des visites médicales annuelles ou exceptionnelles (visite d’embauche, de reprise de travail après une maladie), ou
sur demande des salariés. Il détient le pouvoir de déclarer un salarié apte ou inapte à son poste de travail.
Il a également pour mission de conseiller les entreprises et de les accompagner dans leurs actions préventives. À ce titre, il participe au
CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).
 
• Le CHSCT 

Le CHSCT est une instance composée de représentants du personnel désignés par le Comité d’entreprise et les délégués du personnel, du
médecin du travail et du responsable de service de sécurité s’il existe.

Le CHSCT a pour fonctions de :

- veiller à l’observation des obligations législatives et réglementaires ;


- analyser les risques professionnels et les conditions de travail dans l’entreprise, en particulier les circonstances et les causes des accidents
ou des maladies ;
- proposer des actions de prévention : information et formation du personnel ;
- donner un avis consultatif lors de toute décision d’aménagement relavant de l’hygiène, de la sécurité ou des conditions de travail.
LES ACTEURS DE LA SANTÉ AU TRAVAIL

 LA CNSS

 LA COMMISSION NATIONALE DE SECURITE ET DE SANTE AU TRAVAIL

 L’INSPECTION DU TRAVAIL
EXERCICES D’APPLICATIONS
 Rémi, ouvrier de maintenance, doit réaliser une opération toute simple : remplacer un tube fluorescent
défectueux dans le bureau de Monsieur Halaugeaine. Cela fait plusieurs jours que Monsieur halaugeaine
attend qu’on lui répare cet éclairage. Ce n’est pas étonnant : les agents sont toujours débordés et ils ne
travaillent pas assez vite.
 Le plafond étant haut, Rémi est obligé d’aller chercher une échelle double. Il ne la trouve pas à sa place
habituelle et, par négligence, décide de se contenter de celle qu’il trouve. Elle a un barreau cassé.
 Pour aller plus vite, il ne dégage pas le sol très encombré. En redescendant, il regarde où il pourra poser les
pieds sur le sol et, oubliant le barreau cassé, est déséquilibré. Il tombe lourdement et souffre de contusions
diverses
Source : éditions Delagrave
TRAVAIL A FAIRE

 Repérer dans le texte les 3 critères permettant de qualifier ce risque d’accident de travail
EXERCICES D’APPLICATIONS

 Rémi, ouvrier de maintenance, doit réaliser une opération toute simple : remplacer un tube fluorescent
défectueux dans le bureau de Monsieur Halaugeaine. Cela fait plusieurs jours que Monsieur halaugeaine
attend qu’on lui répare cet éclairage. Ce n’est pas étonnant : les agents sont toujours débordés et ils ne
travaillent pas assez vite. Subordination juridique
Caractère soudain de l’accident
 Le plafond étant haut, Rémi est obligé d’aller chercher une échelle double. Il ne la trouve pas à sa place
habituelle et, par négligence, décide de se contenter de celle qu’il trouve. Elle a un barreau cassé.
 Pour aller plus vite, il ne dégage pas le sol très encombré. En redescendant, il regarde où il pourra poser les
pieds sur le sol et, oubliant le barreau cassé, est déséquilibré. Il tombe lourdement et souffre de contusions
diverses.
Source : éditions Delagrave Dommages corporels