Vous êtes sur la page 1sur 98

Q&A en ODF

Dr. Bougandoura Mehdi


Résident en ODF
Ce travail est dédié aux étudiants de 3ème 4ème et 5ème
Année d’Annaba qui contient les questions les plus
répandues aux examens oraux
Cette version est une amélioration de la version
précédente avec 95 questions et leurs réponses d’une
manière simple
 Classification des rapports des bases osseuses
maxillaire et mandibulaire dans le sens
sagittal :
1/  Classe I : Un rapport harmonieux entre le
Classification maxillaire et la mandibule.
 Classe II : La mandibule est reculée par
de Ballard ? rapport le maxillaire.
 Classe III : La mandibule est avancée par
rapport le maxillaire.
 Open bite ou hyperdivergence qui se traduit par
une béance importante d’origine squelettique
 Deep bite ou hypodivergence qui se traduit par un
2/ Les recouvrement exagéré d’origine squelettique.
dysmorphoses
(anomalies
squelettiques) du
sens vertical ?
 Dans la classe II squelettique on a deux formes :
3/ La différence  Classe II/1 : Avec une proalvéolie supérieure
entre la classe II/1 (vestibulo version du groupe incisivo-canin)
et la classe II/2 ?  Classe II/2 : Avec une rétroalvéolie supérieure
(linguo version)
 Classe II/1 présente 3 formes selon la
typologie faciale :
4/ Formes de la  Face longue.
classe II/1 ?  Face moyenne (moins fréquente).
 Face courte.
 Dans la classe II/2 on a une linguo version du
groupe incisivo canin maxillaire, elle présente 3
formes :
 Forme 1 : Linguo version des incisives centrales et
5/ Formes de la vestibulo version des latérales.
classe II/2 ?  Forme II : Linguo version des incisives et vestibulo
version des canines.
 Forme III : Linguo version du groupe incisivo
canin.
 Endognathie : insuffisance du développement
transversal du maxillaire/mandibule
6/  Exognathie : Excès de developpement
Dysmorphoses transversal du maxillaire/mandibule.
dans le sens  Latérognathie mandibulaire : une
transversal ? déformation structurale dissymétrique de la
mandibule ou du maxillaire
 Dans la classe III par prognathie mandibulaire
l’anomalie est héréditaire caractérisée par une
dolichognathie mandibulaire
7/ Classe III par  Dans la classe III par proglissement
prognathie
mandibulaire et l’anomalie est fonctionnelle caractérisée par
Classe III par une mandibule de volume normal mais en
proglissement position avancée donnant une classe III à
mandibulaire ? responsabilité mandibulaire.
 On peut différencier les deux par la manœuvre
de Denevryze.
 On positionne le patient en 1er lieu en ICM puis
en RC :
 Si la classe III persiste en RC la manœuvre
8/ La est négative et le patient présente une classe
manœuvre de III par prognathie.
Denevryze ?  Si le patient est en classe I en RC la
manœuvre est positive et le patient présente
un proglissement mandibulaire.
 La face comporte 2 étages, nasal et buccale de
9/ La différence l’ophryon jusqu’à menton correspondant aux os
du massif facial.
entre la face et
le visage ?  Le visage comporte 3 étages frontal, nasal et
buccal du trichion jusqu’à menton.
 C’est un indice qui permet de préciser la typologie
faciale du patient
 En appliquant la formule : (Longueur de la face(Na-
10/ L’indice Gn) / Largeur bi zygomatique cutanée ) x100

facial ?  Si la valeur obtenue est :


 <84 : face courte ou euryprosope ou brachyfacial
 84<IF<87 : Face moyenne ou mésoprosope.
 >87 : Face longue ou leptoprosope ou dolichofacial.
 Ou syndrome de la lèvre avalée est une
malformation congénitale caractérisée par :
 Une brachygnathie mandibulaire très importante.
 Une glossoptose (Langue en position très réculée).
11/ Syndrome  Une fente palatine.

de Robin ?
 Chez un enfant entre 08 à 12 ans on peut
appliquer la formule de Château:
12/ Comment  (Nombre de dents permanentes sur
peut-on l’arcade/4)+5.
calculer l'âge  En utilisant la classification de Démogé on peut
dentaire ? préciser le stade de dentition du patient. (Diapo
34)
 L’examen des photos est un examen complémentaire demandé en ODF
 De face, il permet de:
 Détecter toute asymétrie faciale.
 Calculer l’indice facial et préciser la typologie faciale du patient.
 Apprécier l’aspect du visage.
 Apprécier l’égalité des étages du visage.

13/ Intérêts de  De profil, il permet de savoir :

l’examen des  La convexité du profil cutané.


 La position du menton.
photos ?  L’angle naso labial.
 La postition des lèvres/ profil
 Les deux restent un document médico légale et permet l’archivage des
données du patient
 Pour les photos prises en endo-buccal sont complémentaires de l’examen
clinique endo buccal et l’examen des moulages
 C’est la disto vestibulo version de l’incisive
latérale à cause du germe de la canine en
direction mésiale et causant aussi une
résorption de la racine de la latérale.
14/ Signe de
Quintero ?
15/ Pourquoi la base  La base du crane et plus précisément sa partie
du crane est une antérieure S-Na achève sa croissance à l'âge de 08
référence dans les ans donc c’est un élément qui reste stable
analyses permettant d’étudier la croissance et la position
céphalométriques ?
des bases osseuses et faire les superpositions.
 C’est un test fonctionnel qui permet de préciser la
capacité du patient de respirer par son nez
 En demandant au patient de faire 20
inspirations/expirations par le nez dans une minute
 S’il arrive à terminer normalement le test est négatif et
16/ Test de le patient a la capacité de respirer par son nez

Rosenthal ?  S’il n’arrive pas à terminer le test il est dit positif et le


patient n’a pas la capacité de respirer par son nez
normalement
 Il faut savoir que ce test ne permet pas de savoir si le
patient est un respirateur buccal ou nasal, il doit être
complémenter par les autres tests
 La déglutition est une fonction vitale qui
permet de transformer le bol alimentaire de la
cavité buccale vers l’œsophage pour terminer la
digestion.
 La déglutition adulte physiologique se
17/ Déglutition caractérise par :
typique ou  Appui lingual sur la partie antérieure du palais
physiologique ? dur au niveau de la papille rétro incisive.
 Arcades serrées avec contraction des muscles
masticatoires permettant de stabiliser la
mandibule.
 Absence de contraction des muscles péri
buccaux.
 Contraction des muscles péri buccaux
 Pulsion antérieur de la langue
 Contraction des muscles mentonniers
18/ Déglutition
 Parfois ( étalement latérale de la langue et
atypique ? absence de contraction des masséter )
La langue est un organe puissant qui peut engendrer
des anomalies squelettiques et/ou alvéolaires telles
19/ Conséquences que :
de la pulsion  La classe II/1.
linguale
 La classe III.
antérieure ?
 La proalvéolie supérieure et/ou inférieure.
 L’infra alvéolie voir l’openbite.
 La proalvéolie supérieure ou inférieure : qui
se caractérise par une vestibulo version des
dents antérieures.
20/ Les anomalies
alvéolaires dans  La rétroalvéolie supérieure ou inférieure :
le sens sagittal ? qui se caractérise par une linguo/palato version
des dents antérieures.
 La biproalvéolie/ La birétroalvéolie.
 La supraclusie : qui se caractérise par un
recouvrement exagéré d’origine alvéolaire (à
21/ Les anomalies différencier avec le deepbite squelettique)
alvéolaires dans
 L’infraclusie : qui se caractérise par une béance
le sens vertical ?
(open bite négatif) d’origine alvéolaire ( à
différencier avec l’openbite squelettique).
 L’endoalvéolie : qui se caractérise par une
largeur diminuée de l’arcade, un palais profond
22/ Les anomalies
et linguo version des secteurs latéraux.
alvéolaires dans
le sens  L’exolvéolie : qui se caractérise par une largeur
trannversal ? augmentée de l’arcade, un palais plat et une
vestibulo version des secteurs latéraux.
 L’arc vestibulaire est un appareillage amovible
indiqué dans le cas d’une proalvéolie
favorable :
23/ Indications  Classe I squelettique et dentaire
de l’arc  Présence de diastèmes ce qui offre
vestibulaire ? suffisamment d’espace pour reculer le groupe
incisivo canin.
 Denture mixte ou pré adolescente
 La translation : est un déplacement latéral de
la dent tout en restant parallèle à son axe idéale
24/ Translation,
transposition  La transposition : est l’éruption de deux dents
c’est quoi la en position inverse l’exemple le plus fréquent
différence ? et la transposition de la canine et de la 1ère PM
maxillaires
 L’examen des moulages est un examen
complémentaire demandé systématiquement en
ODF, il permet :
 Analyser les rapports intra arcades.
25/ Intérêts de  Analyser les rapports inter arcades.
l’examen des  Calculer la DDM et les différents indices.
moulages ?  Réalisation des différents appareillages amovibles ou
fixes.
 Faire le Set-Up.
 Etre un outil médico légal et un archive des données
du patient.
 C’est un simulation des résultats avant la réalisation
d’un traitement.
 Il est utilisé dans la chirurgie orthognathique qui a
pour but de corriger une dysmorphose grave ou une
26/ Set Up ? dysmorphose chez un adulte.
 3 types de Set Up :
 Céphalométrique.
 Sur photos.
 Sur moulages.
 C’est une disproportion entre la taille des
maxillaires et des dents.
 2 types :
 DDM par macrodontie qui est la plus fréquente
où la taille des dents est supérieure à celle du
27/ DDM ? maxillaire causant des chevauchements
dentaires.
 DDM par microdontie où la taille des dents est
inférieure à celle du maxillaire causant des
diastèmes inter dentaires.
 La DDM par macrodontie est une anomalie d’éruption
qui se caractérise par une disproportion entre la taille de
l’arcade et la taille des dents causant des
chevauchements dentaires.
28/ DDM par  Elle peut être à localisation antérieure ou postérieure
macrodontie ?  Elle peut être :
 Légère : si le manque d’espace est < 4mm
 Moyenne : si le manque d’espace est (4-7mm)
 Importante : si le manque d’espace est > 7mm
 Un indice mesuré sur les moulages en calculant la
différence entre l’espace disponible (périmètre de
l’arcade) et l’espace nécessaire (la somme des diamètres
mésio distaux des 10 dents antérieures).
29/ Indice de  Si ED < EN : DDM par macrodontie.
Nance ?  Si ED > EN : DDM par microdontie.
 Il faut savoir qu’en denture mixte on doit soustraire 2
Lee Way Space (2x0.9 mm au maxillaire et 2x1.7 mm à
la mandibule).
 La protrusion : est un mouvement dentaire qui
se fait par glissement des faces vestibulaires
des incisives inférieures sur les faces palatines
30/ Différence
des incisives supérieures jusqu’à bout à bout.
entre la protrusion
et la propulsion ?  La propulsion : est un mouvement articulaire
où la mandibule s’avance selon le plan sagittal
médian sans contacts dentaires.
 Signe de Bogue : à la fin de la denture
31/ Signe de temporaire (5 ans) l’absence des espaces
simiens (diastèmes) est un signe d’une
bogue ? éventuelle DDM par macrodontie.
 Démogé en 1972 à classé les différentes phases
d’éruption dentaires en 10 phases :

Denture Différentes phases

1. Temporaire  Tempo Constitutionnelle (6 mois 2 ans et ½).


 Tempo Stable (2 ans et ½ 6 ans).
32/ 2. Mixte  Mixte constitutionnelle (6 ans 8 ans et ½).
Classification  Mixte Stable (8 ans et ½ 10 ans et ½).
 Adolescente constitutionnelle (10 ans et ½ 11 ans).
de Démogé ?
3. Permanente  Adolescente Stable (11 ans 12 ans).
 Adulte jeune constitutionnelle (12 ans 13 ans).
 Adulte jeune Stable (13 ans DDS).
 Adulte définitive constitutionnelle (éruption des DDS).
 Adulte définitive Stable (mise en occlusion des DDS).
 Le plan terminal est le rapport des faces distales des
deuxièmes molaires temporaires maxillaires et
mandibulaires.
 Elle peut être :
33/ le plan  A marche mésiale (photo)
terminal ?  Bout à bout
 A marche distale.
 Le plan terminal peut donner présomption sur la
classe d’Angle en denture permanente.
 L’agénésie est l’absence clinique et radiologique
de la dent sur l’arcade.
34/ Agénésie,  L’oligodontie est l’absence d’un groupe de dents
Oligodontie, (+6) sur l’arcade.
Anodontie ?  L’anodontie est l’absence totale des dents sur les
arcades ex dans le syndrome de Siemens Tourent.
 Les dents les plus touchées par l’agénésie sont
35/ Les dents les dents de fin de série qui sont :
les plus  Les dents de sagesse
touchées par  Les 2ème PM surtout mandibulaires.
l’agénésie ?  L’incisive latérale maxillaire.
 C’est la distance ENA-ENP mesurée sur une
36/ Longueur TLR, elle permet de mesurer la longueur de la
base maxillaire.
AT de
 Sa valeur moyenne est 48-52 mm à l'âge de 12
château ?
ans.
 Une dent incluse est une dent qui n’à pas fait
son éruption sur l’arcade.
 Une dent retenue est une dent qui à fait
37/ Dent partiellement son éruption sur l’arcade tout en
incluse, retenue restant dans son axe idéal.

et enclavée ?  Une dent enclavée est une dent qui à fait une
éruption partiellement en malposition
l’exemple le plus typique est les dents de
sagesse mandibulaires.
 Le respirateur buccal se caractérise par :
 Un faciès adénoïdien.
 Une face longue avec inocclusion labiale.
 Nez atonique.
 Yeux cernés
38/ Signes de la  Langue étalée en position avancée
respiration  Hypertrophie des amygdales et des végétations
buccale ? adénoïdes.
 Hypo développement de l’étage moyen.
 Palais ogival.
 Des gingivites et des parodontites qui ne
disparaissent jamais….
 La respiration buccale engendre une hypertrophie
amygdalienne douloureuse, le patient en cherchant
39/ Relation
une position antalgique propulse sa langue causant
respiration buccale
des anomalies alvéolaires et/ou squelettique et une
et position de la
langue ? insuffisance de stimulation au niveau palatin qui
engendre une endoalvéolie et hypo développement
de l’étage moyen.
 La déglutition atypique est la persistance de la
40/ A quel âge peut
déglutition infantile après l'âge de 10 ans civil
on diagnostiquer la
qui est l’âge d’engrammation cérébrale des
déglutition
atypique ? différentes fonctions.
 La latérodéviation : est une anomalie dentaire
caractérisée par une asymétrie mandibulaire
due à un contact prématuré ou une obturation
débordante….., l’élimination de l’étiologie
41/ Différence entre reprend la symétrie mandibulaire.
latérodéviation et  La latérognathie : est une anomalie
latérognathie ? squelettique où les 2 hémi mandibules sont de
taille différente.
 NB : une latérodéviation non traitée à temps
peut s’anatomiser et devient une latérognathie.
 L’angle S-nasion-point A de Downs permet de
déterminer la position du maxillaire par rapport
à la base du crane.
 Sa valeur normale est 83+/-3.
 Si elle augmentée le maxillaire est avancé/ la
base du crane en faveur d’une prognathie et/ou
42/ SNA ? dolichognathie qui donne une classe II à
responsabilité maxillaire.
 Si elle est diminuée le maxillaire est en retrait/
la base du crane en faveur d’une rétrognathie
et/ou brachygnathie qui donne une classe III à
responsabilité maxillaire
 L’angle S-nasion-point B de Downs permet de
déterminer la position de la mandibule par rapport à
la base du crane.
 Sa valeur normale est 80+/-3.
 Si elle augmentée la mandibule est avancée/ la base
du crane en faveur d’une prognathie et/ou
43/ SNB ? dolichognathie qui donne une classe III à
responsabilité mandibulaire.
 Si elle est diminuée la mandibule est en retrait/ la
base du crane en faveur d’une rétrognathie et/ou
brachygnathie qui donne une classe II à
responsabilité mandibulaire.
 ANB est la différence entre SNA et SNB.
 Sa valeur normale est 2°+/- 1
 Si elle est augmentée on a un décalage antéro postérieur
donnant une classe II :
 A responsabilité maxillaire si SNA est augmentée.
 A responsabilité mandibulaire si SNB est diminuée.

44/ ANB ?  A double responsabilité si SNA est augmenté et SNA est


diminuée.

 Si elle est diminuée, nulle ou négative on un décalage


postéro antérieur donnant une classe III :
 A responsabilité maxillaire si SNA est diminuée.
 A responsabilité mandibulaire si SNB est augmentée.
 A double responsabilité si SNA est diminuée et SNB est
augmentée.
 C’est l’angle interne entre le plan de Francfort et le
plan facial Nasion-Pogonion osseux.
45/ L’angle  Sa valeur normale est 90° +/- 3.
facial ?  Si est elle est augmentée on a menton avancée /profil
 Si elle est diminuée on un menton reculé/profil
 Pour déterminer la position du menton/profil on a besoin de 3
plans tracé sur une photo de profil :
 Plan de Francfort qui passe par le porion et le point sous
orbitaire
46/ Position du  Le plan d’Izard qui est un plan vertical passant par la
menton par glabelle.

rapport le  Le plan de Simon qui est un plan vertical passant par le point
profil ? sous orbitaire et perpendiculaire/ Francfort.
 Un profil est dit ortho frontal si le menton occupe une
position médiane entre Simon et Izard
 Il est Cis frontal si le menton est reculé par / les 2 plans.
 Il est trans frontal si le menton est avancée.
 L’ophryon est le point le plus supérieur, c’est
un point cutané où le plan sagittal médian se
47/ Ophryon, croise avec le bord supérieur des sourcils.
nasion et glabelle  La glabelle est un point cutané et osseux qui le
quelle est la détermine le point le plus saillant de la partie
différence entre ces inférieure de l’os frontal.
points ?
 Le nasion est un point osseux, c’est le point le
plus antérieur de la suture naso frontale.
 C’est la ligne pogonion cutané- pointe du nez,
pour déterminer la position des lèvres/ profil.
 La lèvre inférieure effleure cette ligne alors que
48/ Ligne E de la lèvre supérieure est reculée de 2 mm / plan.

Ricketts ?  Si la lèvre est avancée on parle d’une


prochéilie.
 Si la lèvre est reculée on parle d’une
rétrochéilie.
 Les fentes labio palatines sont des
malformations congénitales qui engendrent des
séquelles squelettiques, alvéolaires, dentaires,
fonctionnelles , esthétiques et psychiques , les
49/ Les plus observées sont :
séquelles des  Brachygnathie maxillaire causant une classe III
fentes labio  Endoalvéolie maxillaire.
palatines ?  Agénésie des incisives latérales maxillaires du
coté de la fente
 Inclusion fréquente des canines permanentes du
coté de la fente….. Etc
 La différence entre la logette linguale et
50/ La différence entre
la logette linguale et l’ELN c’est que la l’ELN contient des ailettes
l’enveloppe linguale latérales empêchant l’interposition latérale de la
nocturne ? langue
 L’indice de Bolton est un indice mesuré sur les
moulages qui permet de calculer la DDD
(dysharmonie dento dentaire)
 (P6 mandibulaire/ P6 maxillaire) x100 en
51/ Indice de denture mixte, sa valeur moyenne est 77.2%
Bolton ? +/- 2%
 Ou (P12 mandibulaire/ P12 maxillaire) x100
en denture adulte jeune, sa valeur moyenne est
91.3% +/- 2%
 Définit l’inclinaison des 1ère Pm ou des 1ère Molaires
permanentes dans le sens transversal.
 On a D4G4: la distance transversale entre les milieux
des faces occlusales des 1ère PM
 Cette valeur est comparée à la valeur théorique
calculée par la formule : A x 100/ 80 (A : le diamètre
52/ Indice de mésio distal des 4 incisives)
Pont ?
 Si la valeur théorique est inférieure à la valeur
obtenue on a une exoalvéolie, si l’inverse on a une
endoalvéolie.
 Idem pour D6G6 mais en appliquant la formule : A x
100 /64 pour obtenir les valeurs théoriques.
 Le Lee Way Space est la différence de taille entre les
prémolaires et les molaires temporaires qu’ils
remplacent.
 Cette espace sera absorbée par la poussée mésiale
des molaires permanentes pour l’établissement de la
classe I molaire d’Angle.
53/ Lee Way  Sa valeur moyenne est : 0.9 mm par hémi maxillaire
Space ? et 1.7 mm par hémi mandibule.
 Le ressort de Schwartz est un dispositif
amovible réalisé avec un fil rond de 0.6 mm.
 Il est indiqué pour traiter la rétroalvéolie
54/ Ressort de maxillaire favorable

Schwartz ?  Son activation se fait chaque 3 semaines en


serrant les boucles.
 Il doit être associé à un arc vestibulaire inactif
pour contrôler la vestibulo-version.
 Le crochet Adams est un crochet inactif de
rétention des plaques amovibles.
55/ Crochet  Il est réalisé à l’aide d’un fil rond de 0.7 mm
Adams ? sur les 1ère molaires permanentes ou sur les 2ème
PM
 La proalvéolie est une anomalie alvéolaire sagittale
qui se caractérise par vestibulo version des incisives.
 Elle peut être totale si elle touche les 4 incisives.
 Si elle touche les 2 incisives centrales elle est dite
partielle symétrique.
56/ Proalvéolie  Si elle touche la canine et la latérale du même coté
maxillaire ? elle est dite asymétrique.
 Le triangle de Tweed est formé par 3 plans : Plan de Francfort,
Le plan mandibulaire et l’axe de l’incisive inférieure pour former
3 angles :
 FMA : entre les plan de Francfort et la plan mandibulaire
 FMIA : entre le plan de Francfort et l’axe de l’incisive inférieure.
 IMPA : entre le plan mandibulaire et l’axe de l’incisive
57/ Triangle de inférieure.
Tweed ?  Ce triangle permet de définir la position de l’incisive inférieure
en fin de traitement en fonction de FMA en appliquant la formule
de Tweed.
 Si 20°<FMA<30° FMIA doit être 68° et IMPA <92°.
 Si FMA>30° FMIA doit être 65° et IMPA=85°
 Si FMA<20° FMIA doit être 65° et IMPA>92°
 Se sont 3 plans céphalométriques
 Le plan mandibulaire est le plan passant le
58/ Le plan point Gonion (Go) et le point Menton (Me).
mandibulaire ,  Le plan facial passe le point Nasion (Na) et le
facial, point Pogonion osseux (Pog).
dentaire ?  Le plan facial passe par le point A et le point
Pog.
 Le rétracteur canin est un appareil amovible indiqué
pour le traitement de l’infra mésio-vestibulo position
de la canine (canine ectopique).

59 / Le  Il comprend une encoche sur la face mésiale de la


canine permettant sa rétraction.
rétracteur
 Il est réalisé avec un fil 0.6 mm ou 0.7 mm.
canin ?
 Si l’espace est insuffisant pour loger la canine dans
sa position ça nécessite l’extraction de la 1ère PM du
même coté.
 Une plaque amovible réalisée avec la résine
auto polymérisable sur le modèle en platre.
60/ La plaque  Elle contient les différents crochets et
de Hawley ? dispositifs actifs ou inactifs.
 Sa rétention est obtenue par 2 crochets Adams.
 Est un appareillage fixe soudé sur les bagues molaires et
réalisé avec un fil rond rigide 0.9 mm sur le modèle en plâtre.
 Indiqué pour le traitement de l’endoalvéolie et l’endognathie
maxillaire permettant ainsi de faire l’expansion transversale
de l’arcade.
 Son activation se fait chaque 4 semaines avec une durée de
61/ Quad Hélix port qui ne dépasse pas les 6 mois
?
 Il existe certaines anomalies où la fréquence de
la récidive importante telles que :
 La classe III par prognathie mandibulaire
 La classe II/1 face longue.
62 / Les
 La supraclusie incisive.
anomalies les
 Réouverture d’une béance ou d’un espace
plus
exo
récidivantes ?
 Diastème antérieure.
 La rotation des incisives…etc
Rotation Rotation
antérieure postérieure
Orientation du col Vers le haut et vers Vers le haut et vers
du condyle l’avant l’arrière
Le canal Courbure accentuée Ouvert
mandibulaire
Angle mandibulaire Fermé Ouvert
63/ La différence Echancrure
prégoniaque
Inexistant Existant

entre la rotation Orientation de l’axe Vers le haut et vers Vers le haut et vers
antérieure et symphysaire l’avant l’arrière
postérieure de la Corticale sous Epaisse Mince
symphysaire
mandibule ? Angles inter Ouverts Peu ouverts
dentaire
postérieures
Hauteur de l’EI Diminuée Augmentée
 La radio panoramique est examen complémentaire demandé
systématiquement en ODF
 Donne une vue d’ensemble sur les maxillaires, les
ATMs, les dents, les fosses nasales et les sinus
maxillaires.
64/ Intérêts de  Permet de détecter toute asymétrie du cloison nasal ce
la radio qui peut engendrer une respiration buccale.
panoramique  Permet de préciser l'âge dentaire du patient et le stade
? de la dentition.
 Confirme ou infirme l’existence d’une agénésie, dent
incluse, germes ectopiques, résorption radiculaire….
 C’est un document médico-légal qui permet l’archivage
des données du patient.
 L’interprétation d’un panoramique se fait
comme suit :
 Symétrie des fosses nasales
 Position et symétrie des ATM
65/ Comment  La trabéculation des maxillaires.
on interprète  L’état dentaire et parodontal de chaque
une radio dent.
panoramique ?  Position des germes des dents
permanentes/dents temporaires.
 Calculer l'âge dentaire et préciser le stade
de la denture selon la classification de
Démogé.
 Fusion : 2 dents voisines sur l’arcade sont
unies par leurs tissus durs
 Gémination : une formation qui rassemble à
66/ Fusion,
une fusion de 2 dents.
gémination,
concrescence et  Coalescence : l’union de 2 dents par un tissu
coalescence c’est osseux très dense, les 2 dents conservent leurs
quoi la différence ? individualité.
 Concrescence : Union de deux dents au niveau
de leurs racines.
 DDM
 Les malocclusions
 La typologie faciale.
 L’esthétique du profil
67/ Les paramètres  La position de l’incisive inférieure
à considérer avant
l’extraction  Le type neuromusculaire
orthodontique ?  Le sourire
 Les données du patient (âge, personnalité,
motivation…).
 L’état des tissus gingivo-dentaires.
 C’est un parechoc réalisé arc vestibulaire de 0.9 mm distant des
faces vestibulaires des dents et inséré au niveau des tubes molaires.
 La région antérieure est recouverte avec la résine pour ne pas léser
la lèvre inférieure.
 Peut être fixe ou amovible
 Indiqué pour :
68/ Lip  Conservation de Lee way space en denture mixte.
bumper ?  Correction des linguo-versions des incisives inférieures.
 Moyen d’ancrage en technique fixe
 Consiste à pratiquer l’avulsion de certaines
dents temporaires avant leur date normale, suivi
d’une germectomie ou l’extraction des 1ère PM
dès leur apparition sur l’arcade.

69/ Les  L’extraction d’une dent temporaire dont la


racine est complète engendre un retard
extractions d’éruption de la dent permanente sous jacente.
pilotées ?
 Si La racine est rhizalysée ça engendre une
éruption plus précoce.
 2 méthodes principales sont utilisées celle de
Hotz et celle de Tweed.
 1/ Exo de la canine temporaire à l'âge de 08 ans
>>> retard d’éruption des canines permanentes.
 2/ Exo des 1ère Molaires temporaires 6 mois
plus tard ce qui accélère l’éruption des 1ère PM.
70 / Méthode  3/ Exo des 1ère PM (1/3 coronaire) par
de Hotz ? conséquent on aura une éruption distale de la
canine
 4/ Exo des 2ème molaires temporaires quand les
canine ont totalement fait leur éruption.
 Exo des 4 molaires temporaires (1ère) à l’age de
71/ Méthode 08 ans .

de Tweed ?  Exo des 1ère PM + Exo des canines temporaires


(ou 4 mois plus tard)
 Le traitement de la classe II squelettique doit
réponde à des objectifs esthétiques,
fonctionnelles, occlusaux et squelettiques
 Classe II par prognathie maxillaire se traite
72/ Traitement par des forces extra buccales.
de la classe II  Classe II par rétrognathie mandibulaire se
squelettique ? traite par les activateurs de croissance
 Classe à double responsabilité se traite par
l’association des FEB et l’activateur
d’Andresen.
 C’est un appareillage fonctionnel qui comprend :
 Plaque palatine avec 2 anse palatine soudée à 2
bagues.
 Perle dans la région incisive.
 Corrige :
73/ Perle de  Les troubles de la posture basse de la langue.
Tucat ?  La déglutition dysfonctionnelle.
 C’est un dispositif fixe qui permet une expansion transversale
rapide du maxillaire par une disjonction de la suture médio-
palatine.
 Il est indiqué dans le cas d’une endognathie maxillaire, les cas
tardifs des fentes labiopalatines et les problèmes respiratoires chez
certains patients.
 Son activation se fait chaque 3 semaines si on choisit une activation
semi rapide ou chaque 3 mois si l’activation est lente.
74/ Le  L'âge limite théorique est 14 ans mais on peut l’utiliser jusqu’à
disjoncteur ? l'âge de 24 ans (âge de la synostose complète de la suture médio
palatine)
 Il peut être utilisé au niveau mandibulaire mais pour traiter
l’endoalvéolie mandibulaire.
 Dentaires :
 Inclusions dentaires .
 Caries dentaires
 Dents enclavées.
 Abrasions prématurées.
 Parodontales:
75/ Conséquences
d’une DDM par  Difficulté d’HBD
macrodontie ?  Dénudation radiculaire.
 Absence de gencive attachée.
 Occlusales :
 Dysfonction de l’appareil manducateur.
 Psychologiques :
 Due à une préjudice esthétique.
 La myothérapie est une gymnastique visant à
augmenter la puissance musculaire, et à améliorer
la fonction de certains muscles déficients : elle
permet donc de modifier l’équilibre dento-facial
dans le sens recherché.

76/La  Elle consiste en une série de contractions


myothérapie ? musculaires, et les contractions doivent être
amples, relativement lentes, séparées par de
courtes poses, répétées de dix à trente fois, jusqu’à
sensation de légère fatigue locale, et à une
fréquence de 3 à 4 fois par jour..
 L’enveloppe linguale nocturne est un appareillage fonctionnel qui
permet une rééducation de la position de la langue et
secondairement une normalisation morphogénétique
 Il est constitué par :
 Une ouverture antéreiure sélective.
 Un tobbogan antérieur.
 Des ailettes latérales.
 Il est indiqué des toutes les dysmorphoses d’origine linguale et
77/ L’ELN ? constitue aussi un moyen de contention
 Sa durée de port est de 14h/j et comme son indique il est
préférable de l’utiliser pendant la nuit.
 L’examen de la respiration est un examen primordial en
ODF
 L’utilisation de certains tests permet de préciser le type de
respiration du patient on a :
 Le test de Rosenthal (diapo 16)
 Le test au miroir de Glatzel : avec un miroir
78/ Les tests de spécial placé en avant des narines on évalue le
la respiration ? débit et la symétrie de la buée narinaire
 Le test de réflexe narinaire de Gudin : on pince les
narines et on relâche, si les narines reprennent
leurs formes rapidement et spontanément les
muscles narinaires sont toniques, si l'inverse elles
sont hypotoniques et ne sont pas fonctionnelles
 L’examen de la déglutition se fait en extra et en
intra buccal :
 En exo buccal en demandant au patient de
déglutir sa salive ou une gorgée d’eau on
79/ Examen examine la contraction des masséters et la
clinique de la contraction des muscles péribuccaux
déglutition ?  En endo buccal en écartant la joue avec un
miroir on examine la position de langue et on
cherche une pulsion linguale antérieure et/ou
latérale.
 Il fait partie de l’examen endo buccal
 5 éléments doivent être évalués:
 La forme : ovoïde, triangulaire …
 Le volume : normal, macroglossie,
80/ Examen de microglossie.
la langue ?  L’aspect : normal, géographie, présence de
digitations au niveau des bords.
 La position : au repos et pendant les
fonctions.
 L’insertion du frein lingual.
 Le plan incliné est un dispositif simple d’interception de
la classe III squelettique.
 Il est réalisé avec la résine auto polymérisable soit en
bouche directement ou sur modèle après transfert sur
articulateur
81/ Le plan  Il s’insère au niveau des incisives inférieures tout en
incliné ? maintenant un contact des incisives supérieures avec son
bord postérieur
 Il est indiqué pour les enfants en denture mixte avec un
articulé inversé pour intercepter l’installation d’une
classe III squelettique.
 C’est l’angle formé par une droite horizontale
du point sous nasal tangente au bord postérieur
du nez et une droite verticale tangent à la lèvre
supérieure.
 Sa valeur moyenne est de :
 90-95° chez les hommes.
82/ L’angle  95-100° chez les femmes et les enfants.
naso-labial ?
 L’angle fonctionnel masticatoire de Planas est l’angle formé par le
trajet du point inter incisif inférieur pendant le cycle masticatoire
dans le sens frontal avec le plan d’occlusion
 L’analyse de cet angle permet de savoir le type de mastication du
patient .
 Si les 2 angles droit et gauche sont égaux la mastication est
physiologique unilatérale alternée (B).
 Si les 2 angles ne sont pas égaux la mastication est dysfonctionnelle
83/ AFMP ? unilatérale dominante et le patient mastique du cotè de l’angle le
plus petit (E).
 L’arc de Nance est un dispositif fixe maxillaire soudé
sur les bagues des molaires maxillaires
 Il est réalisé avec un fil 0.9 mm.
 Il contient une boucle antérieure sous forme de larme
recouverte avec de la résine auto.
84/ L’arc de
 C’est un dispositif d’ancrage.
Nance ?
 Le pic de croissance précède le pic pubertaire
85/ Relation pic de 17 mois.

pubertaire – pic  De ce fait on peut pas compter sur le pic


de croissance ? pubertaire pour situer le patient sur sa courbe
de croissance.
 L’os sésamoïde est un petit os situé en regard du 2ème
phalange du pouce.
 Son apparition sur une radiographie de la main gauche
permet de situer le patient sur sa courbe de croissance
 Il apparait 9 mois avant le pic de croissance chez les
86/ L’os filles et 12 mois chez les garçons.
sésamoïde ?
 L’objectif primordial du traitement de classe II à
responsabilité maxillaire est de réorienter la croissance
de ce dernier pour compenser le décalage squelettique
 Les FEB sont les dispositifs les plus utilisés
87/ Traitement de  Les FEB à traction haute pour les faces longues.
classe II
 Les FEB à traction moyenne pour les faces moyennes.
squelettique à
responsabilité  Les FEB à traction basse pour les faces courtes.
maxillaire ?
 Dans le sens vertical :
 Mesure de l’overbite
 Le recouvrement molaire.
 Dans le sens transversal :
 Coincidence des médianes inter incisives
88/ Examen  Les rapports molaires
l’occlusion  La courbe de Wilson.
statique ?  Dans le sens sagittal :
 La classe molaire et canine,
 Mesure de l’overjet
 Evaluation de la courbe de Spee.
 L’objectif primordial du traitement c’est de stimuler la
croissance mandibulaire pour compenser le décalage.
 Plusieurs moyens peuvent être utilisés :
 Les activateurs de croissance (Monobloc de
89/ Traitement de Robin, Activateur d’Andresen ,Bielles de
la classe II à Herbst ,Appareil de Frankel, Twinblock…etc)
responsabilité  Les élastiques intermaxillaires de classe II
mandibulaire ?
 Distal active concept.
 Il faut savoir que la majorité de ces thérapeutiques ont
tendance à augmenter la DV par conséquent ils sont
contre indiqués chez les faces longues.
 La classe III à responsabilité maxillaire on utilise le
masque de Delaire
 La classe III à responsabilité mandibulaire en
90/ Traitement denture temporaire on utilise la fronde occipito-
de la classe III mentonnière (age limite est 8 ans), le masque de
Delaire est utilisé en denture mixte et adolescente (il
squelettique ? freine aussi la croissance mandibulaire)
 Les élastiques inter maxillaires de Classe III peuvent
être utilisés en denture adolescente.
 Pour l’endoalvéolie maxillaire ou utilise :
 En denture mixte :
 Une plaque amovible avec un vérin médian.

91/ Traitement  Un Quadhélix sur gouttière.


 En denture adolescente :
de
 Quadhélix sur bagues.
l’endoalvéolie ?
 Pour l’endoalvéolie mandibulaire on utilise :
 Un bihélix
 Un vérin sur une plaque amovible.
 Le masque de Delaire est un dispositif orthopédique indiqué
essentiellement pour le traitement de la classe III à responsabilité
maxillaire.
 Il se compose de :
 Un double arc intra-buccal réalisé avec un fil 0.9 mm
 Le masque en extra buccal avec un appui fronto-mentonnier.
 Des élastiques qui relient la partie intra buccale avec la partie extra
92/ Le masque buccale.

de Delaire ?  Le masque de Delaire développe des forces lourdes qui stimulent


la croissance maxillaire.
 Son port est de 14h/J
 C’est l’angle formé par l’axe facial de Downs S-Gn
et le plan de Francfort Po-Or
 Sa valeur moyenne est 59 +/- 3 °
 Si cette valeur est supérieure à 62° on aura une
croissance faciale à tendance verticale.
93/ L’angle  Si cette valeur est inférieure à 56 ° on aura une
Axe Y ? croissance faciale à tendance horizontale.
S

Gn
 Coïncidence ICM-RC : chez 80 % des patients la
RC est reculée de 2 mm /ICM
 Examen de protrusion : en demandant au patient de
faire glisser les incisives inférieures sur les incisives
supérieures jusqu’à bout à bout on cherche les
94/ Examen de interférences travaillantes antérieures et non
l’occlusion travaillantes postérieures.

dynamique ?  Examen de diduction : en demandant au patient de


faire glisser le menton vers le coté droit ou gauche
tout en maintenant un contact dento-dentaire on
cherche les interférences travaillantes et non
travaillantes et on précise le type de fonction :
Canine, Groupe ou antéro-latérale.
 Les deux sont des anomalies de nombre par excès :
 Une dent surnuméraire a une morphologie
différente de celle des dents naturelles (forme en
95/ La différence entre
dent surnuméraire et grain de riz par exemple).
supplémentaire ?  Une dent supplémentaire a une morphologie
semblable à une dent sur l’arcade par exemple on
trouve 5 incisives sur la même arcade.
Merci 