Vous êtes sur la page 1sur 41

L’art de présenter

René Gendreau
Septembre 2006
Ce que les gens retiennent d’une
présentation

Ce que vous voulez dire


Ce que vous dites
Ce que l’auditoire entend
Ce qu’il comprend

Ce qu’il retient
Le défi
Vous assurer que l’auditoire:

entend, comprend, retient


Facteurs influençant l’auditoire
• Voix
• Vocabulaire
• Diction
• Non verbal et gestuelle
• Structure du discours
• Exemples appropriés
• Humour
• Authenticité de l’orateur
La zone de confort
Trouver sa propre zone de confort
Parler de ce que l’on connaît
Reconnaître ce que l’on ne connaît pas
Être authentique
Garder le contact avec l’auditoire
Écouter lorsqu’on pose une question
3 éléments contribuent à maintenir
l’orateur hors de sa zone de
confort
L’orateur veut dire trop de choses

Le discours n’a pas de structure

L’orateur se préoccupe plus de ce que


l’auditoire pense que de ce qu’il entend et
comprend
Les éléments clés d’un bon
discours
1. Parler de ce qu’on connaît
2. Être convaincant
Si vous parlez avec énergie et conviction vous
aurez alors un public
disposé à vous entendre
désireux de comprendre votre point de
vue
qui retiendra ce pourquoi vous étiez
enthousiaste
Les éléments clés d’un bon
discours(suite)
• Si vous êtes convaincant :
votre voix sera plus forte et audible

vous serez plus présent à votre


auditoire
Les éléments clés d’un bon
discours(suite)
3. Être structuré

Une présentation bien structurée


augmente la capacité d’écoute, de
compréhension et de rétention de
l’auditeur.
3 Éléments

Introduction

Développement

Conclusion
Les parties de votre développement doivent
s’enchaîner les une aux autres de façon fluide.
Ceci permet :

• de donner une impression de cohésion d’équipe

• de faciliter la compréhension et la rétention de


l’auditoire
Le contact avec l’auditoire
Vous devez donc:
• Connaître votre auditoire
• Prendre contact avec l’auditoire
• Convenir clairement avec l’auditoire de
l’objectif de votre présentation
• Garder le contact avec l’auditoire
• Stimuler votre auditoire
1. Connaître son auditoire
Dans des compétitions comme les Jeux du
Commerce, le Happening, le Défi ou La Relève
la tâche vous est facilitée car vous savez
pourquoi le jury est là et quelles sont ses
attentes.

Selon le moment de la journée, leur attention


ou leur attentes peuvent changer.
2. Prendre contact avec l’auditoire
Prenez le temps de serrer la main des
membres du jury en vous présentant

Identifiez le chronométreur

C’est un moment privilégié pour définir votre zone


de confort

C’est votre scène, votre public

C’est à vous de le saisir et de le définir à votre avantage


3. Convenir clairement avec
l’auditoire de l’objectif de votre
présentation

Vous devez dès l’introduction, situer à


qui vous vous adressez et définir
clairement votre mandat
4. Garder le contact avec
l’auditoire
Pendant votre présentation, assurez-vous
de garder le contact visuel avec votre
auditoire en le balayant du regard

Regardez l’auditoire dans les yeux


Attention de :
• Ne pas regarder le plafond ou le plancher
• Ne pas fixer toujours la même personne
• Ne pas regarder qu’une seule partie de
l’auditoire
• Ne pas parler à l’écran ou à l’ordinateur
si vous utilisez des aides visuelles
• Ne pas lire votre texte sans regarder
l’auditoire
5. Stimuler votre auditoire
• En captivant l’attention dès l’introduction

• En utilisant des exemples pertinents

• En concluant avec le message important


rappelez les points importants de votre
présentation et surtout, tenez la promesse(le
mandat) que vous aviez formulée au début de
votre présentation.
Vous devez fermer la boucle
Un atout : la voix
1. Le timbre de voix

Une voix appropriée est une voix qui


porte sans être criarde ni nasillarde

Moduler votre voix en accentuant les


mots importants
Un atout : la voix
Tout en modulant votre voix, conservez
pendant toute la présentation le même
volume de voix, plus fort que dans une
conversation informelle

Ne diminuez ou n’accentuez votre volume


que pour créer consciemment un effet
auprès de votre auditoire
2. Le débit
• Maintenir l’attention de l’auditoire par un débit
dynamique.
• La nervosité a tendance à nous faire accélérer le débit.
• L’utilisation des pauses permet :
- de réduire la vitesse de parole
- de donner à l’orateur le temps de respirer
- de faire préparer une transition
- d’accentuer les idées importantes en donnant à
l’auditeur le temps d’enregistrer ce qui vient
d’être dit
Un débit lent calme, avec des pauses, donne une impression
d’aplomb, de maîtrise de la situation, de crédibilité.
3. Le vocabulaire
• Le vocabulaire doit être :
précis
positif
simple sans devenir familier
professionnel sans être prétentieux

Un auditoire n’est pas convaincu par un orateur


qui ne dégage pas la confiance
4. La diction
• C’est la façon dont on articule, dont on
prononce toutes les syllabes des mots

• Avoir un niveau de langage et de diction


soigné
Prononciation à éviter Prononciation à utiliser

On peut pas juger On ne peut pas juger

Chais pas Je ne sais pas

J’dis pas ça Je ne dis pas cela

Raciss Raciste , racisme


5. Qualité de la langue
• Pour dégager une impression d’assurance, vous
devez utiliser les formulations correctes

Exemples :
La décision que nous avons pris =
La décision que nous avons prise
La personne que j’ai parlé =
La personne à qui j’ai parlé
Pour améliorer la qualité de votre
langue parlée
• Lisez des livres
• Écoutez Radio Canada (radio, télé)
• Écoutez-vous parler
• Saisissez chaque occasion de prendre la
parole
• Lisez à voix haute
La communication non verbale
Deux objectifs
votre communication non verbale doit
renforcer votre message

votre communication non verbale ne


doit pas détourner l’attention de
l’interlocuteur
1. L’expression du visage
Votre visage doit être :
expressif
ouvert
humain

Exemple : sourire en temps opportun


2. La posture
Pour projeter une image de contrôle et de
confiance :
• Tenez-vous droit, sans voûter les épaules, sans
être au garde-à-vous
• Ayez les deux pieds bien campés dans le sol,
légèrement écartés. Ne pas se balancer d’un
pied à l’autre.
• Lorsque vous n’utilisez pas vos mains, gardez-
les le long du corps ou devant vous. Pas dans les
poches ni derrière le dos.
Suite
Bougez pour donner du dynamisme à votre
présentation

Avancez vers le jury

Attention: syndrome du lion en cage


3. Les gestes *
Quoi faire avec mes mains ?

Soyez naturel et à l’aise dans votre


gestuelle
Suite
• Faites des gestes, ne restez pas figé
• Faites des gestes mesurés. Ne pas trop bouger les mains
pour donner l’impression de nervosité ou
d’hyperactivité
• Attention aux gestes inconscients qui trahissent vos
émotions, tel agiter le bout du pied en signe de
nervosité
• Vous pouvez aussi faire des gestes de la tête, des
épaules, etc.
• Évitez les gestes considérés comme disgracieux ou
menaçants, tel: pointer du doigt
La période de questions
Convaincre le jury jusqu’à la fin de votre
présentation

Prévoyez autant que possible le genre de


questions que le jury peut poser. Ne pas
attendre les questions pour exposer des
idées principales de votre présentation
La période de questions
• Avancez-vous tous sur le devant de l’espace de
présentation
• Vous êtes les personnes les plus qualifiées pour
répondre aux questions portant sur vos
recommandations. Vous êtes les experts
• Gardez votre calme et votre ton professionnel.
Prenez les questions non pas comme des pièges
mais comme des occasions d’affirmer à
nouveau votre position
La période de questions
• Lorsque vous répondez, regardez la personne qui a
posée la question. Balayez les autres du regard
• Si la question est dirigée vers une personne c’est elle
qui doit répondre
• Si la question est posée à l’ensemble de l’équipe, l’un
d’entre vous doit prendre l’initiative de répondre.
Convenez à l’avance d’un signe pour décider de la
personne qui répondra
• Évitez les phrases comme « c’est une bonne question »
ou « comme je l’ai déjà dit »
La période de questions
• N’essayez pas de répondre avec des « à peu
près » ou de passer à côté de la question
• Si vous avez l’impression de ne pas avoir
compris la question, répétez-la de façon à vous
assurer de l’avoir bien comprise; reformulez ou
simplifiez la question si nécessaire
• Si vous avez l’impression de ne pas avoir
répondu à la question, demandez au jury si
votre réponse le satisfait
La période de questions
• Lorsqu’un membre de l’équipe a terminé sa
réponse, évitez de prendre la parole l’un après
l’autre. Gardez la réponse courte, précise, et
percutante
• N’essayez pas d’ignorer les questions difficiles
• Essayez de reconnaître les questions pièges et
subdivisez les questions trop compliquées
• Traitez deux questions posées par la même
personne comme deux questions séparées
La période de questions
• Gardez l’avantage, terminez sur une
bonne réponse
• Rappelez-vous que personne ne souhaite
achever une équipe déjà à terre. Si le
jury vous pose une question difficile, c’est
qu’il pense que vous êtes capables d’y
répondre
10 caractéristiques d’une bonne
réponse
• Elle répond à la question de façon
satisfaisante
• Elle est positive
• Elle est exprimée en termes clairs
• Elle est précise
• Elle est concise
• L’idée principale est présentée la
première
10 caractéristiques d’une bonne
réponse(suite)
• Elle ne donne que l’information
nécessaire
• Elle ne répète pas les mots tendancieux
qu’un interlocuteur peut employer
• Elle profite de l’opportunité pour
énoncer de nouveau votre point de vue
• Elle n’est jamais hostile, évasive ou
défensive