Vous êtes sur la page 1sur 23

Cancer du Cavum

Dr. BELHADJ

Service d’Oncologie Médicale de


l’Hôpital militaire régional
universitaire d’Oran.
Plan du cours
I. introduction.
II. Rappel anatomique.
III. épidémiologie
IV. Anatomopathologie
V. Diagnostic
VI. Diagnostic différentiel
VII. Le bilan d’extension.
VIII. Classification
IX. Traitement
X. Surveillance
XI. Le pronostic
XII. Conclusion.
I- Introduction

Définition
Le cancer du cavum est une proliferation tumorale
maligne se développant au dépens de la partie haute du
pharynx (Nasopharynx)
I- Introduction

Intérêt de la question :
• C’est un problème de santé majeur en Algérie ++
• Cancer à diagnostique tardif
• Indépendant vis-à-vis l’alcool et le tabac
• Cancer radiocurable, Chimiosensible.
II- Rappel anatomique
III-Epidémiologie
• fréquence : 8ème cancer chez l’homme en Algérie.

• incidence : 130000 cas / année dans le monde

• pic de fréquence : deux pics à 10-20 et 50ans.

• sexe : 3 hommes pour 1 femme.

• mortalité : plus de 72000 décès dans le monde en 2018 (surtout en asie)

• répartition :
▫ Fréquent : Le sud de l’Asie
▫ Le Maghreb zone intermédiaire.
▫ Basse : Europe
III-Epidémiologie
Facteurs etiologiques :

1) Étiologie virale : Epstein Bar Virus. ++

2) Facteur nutritionnel : salaison – fumaison – viande


séchée – harissa – alimentation épicée , consommation de
nitrosamines.

3) Facteurs professionnels : exposition au caoutchouc.

4) Facteurs génétiques : prédisposition raciale.


IV - Anatomopathologie
• Macroscopie : aspect bourgeonnant, infiltrant, ulcérée.

• Microscopie :
 les Carcinomes 90% des cas

 Classé selon le degré de differentiation (OMS)


 OMS type I : carcinome épidermoide bien différencié
 OMS type II : C. epidermoide a moindre differentiation
 OMS type III : Carcinome indifferencié de type
nasopharyngé (UCNT) le plus fréquent

 Autres : Lymphomes
Extension :
• Locale : espace para pharyngée, les fosses nasales, base
du crane
• Locorégionale : atteinte des ganglions cervicaux, et
retropharyngés (cancer très lymphophile)
• A distance : elle est 70% osseuse, puis poumon, foie.
V – Le Diagnostic
a.Circonstances de découverte

• Atteinte ganglionnaire : Adénopathies cervicales (principal


signe revelateur).

• Signes otologique : hypoacousie progressive unilatérale de


transmission – Otorrhée unilatérale.

• Signes Rhinologiques : une obstruction nasale, épistaxis


récidivant, sont alarmant surtout si unilatéraux.

• Signes neurologiques : diplopie (6), Algies faciales (5),


Trismus (5 moteur) – paralysie faciale (VII)
b. Examen Clinique
Anamnèse : histoire de la maladie, antécédents.

Examen ORL :
• Rhinoscopie postérieure : peu contributive
• Nasofibroscopie : +++
• Examen cervical (Adénopathies) .
• Otoscopie.

Examen des paires crâniennes

Examen général (manifestations à distance)


c.Examens Complémentaires

Endoscopie Rigide (Cavoscopie) :


• permet de réaliser des biopsies
• Apporte le diagnostic de certitude
d.Formes cliniques

Lymphome :
• Pas d’atteinte des paires crâniennes.
• Pronostic favorable.

Carcinome épidermoïde bien différencié :


• Radio et chimio résistant.
• De mauvais pronostic.
VI . Diagnostic différentiel

• Lésion au niveau du cavum :


▫ Bourgeonnante : végétations adénoides.
▫ Ulcérée : tuberculose
▫ Bombement : abcès, kyste.

• Adénopathie cervicale :
▫ Infectieuse : tuberculose, toxoplasmose, MNI, VIH,
▫ Inflammatoire : Sarcoidose,
▫ Maligne :
▫ Cancer des VADS ou de la thyroide. hémopathie maligne
VII . Le Bilan d’extension

• Loco-régional :
▫ TDM Cervico-faciale
▫ IRM du massif facial ++ (plus performante)

• A distance :
 TDM Thoraco-Abdomino-pelvienne.
 La scintigraphie osseuse : recherche des métastases osseuses.
 IRM Cérébrale : Si signe d’appel
VIII. Classification TNM
(8ème édition 2017)
• T0 : pas de tumeur décelable

• T1 : atteinte du Nasopharynx, oropharynx, fosse nasale sans atteinte para-


pharyngée

• T2 : Extension para-pharyngée et/ou Muscles pré -vertébraux, ptérygoïde


interne et externe.

• T3 : invasion de l’os de la base du crâne et/ou sinus maxillaire, vertèbre,


structures ptérygoïde.

• T4 : Extension intracrânienne, atteinte des nerfs crâniens, hypo-pharynx,


orbite, glande parotide, extension au-delà de la face externe du muscle
ptérygoïde.
VIII. Classification TNM
(8ème édition 2017)

• N0 : pas d’adénopathie métastasique regionale


• N1 : ADP unilaterale cervicale ≤ 6 cm
ADP Uni ou Bilaterale retropharyngée ≤ 6 cm

• N2 : ADP Bilaterale cervicale inferieur à 6 cm

• N3a : ADP superieur à 6 cm


• N3b : ADP du creux sus-claviculaire

• M0 : Pas de métastase à distance


• M1 : présence de métastase à distance.
IX. Traitement
Stades localisés

Le But du traitement : obtenir la guérison.

Modalités :
• 1) la Radiothérapie externe : C’est le pilier du traitement, à la
dose de 70Gy.

• 2) la chimiothérapie : associée à la radiothérapie.


• Indiqué aussi en induction pour les tumeurs évolués.

• 3) La Chirurgie : place limitée.


IX. Traitement
Stades métastatique

Le But du traitement :
Prolonger la survie.
Améliorer la qualité de vie

Modalités :
• 1) la Chimiothérapie : Gemcitabine + Cisplatine.

• 2) la radiothérapie:
• Sur la tumeur primitive seulement si réponse sur les métastases
X.La surveillance

Examen clinique + Nasofibroscopie :


• Chaque 03 mois pendant une année
• Chaque 04 mois la deuxième année
• Chaque 06 mois (3-4-5) année puis annuelle
• - Scanner thoracique annuel
• - IRM du Cavum à 03 mois puis annuelle
• - TSH 1x par an si irradiation cervicale

• Dosage des anticorps anti-EBV .


XI. Le Pronostic
La survie globale à 5ans est de 55%

• Stade localisé : 80%


• Stade localement avancé: 50%
• Stade métastatique : 20%
XII. En conclusion

• Le cancer du cavum est une tumeur particuliere des


cancers des VADS dont le diagnostic n’es pas toujours
évident vue sa localisation.

• C’est un problème de santé majeur en Algérie.

• Cancer radiocurable, Chimiosensible.


Merci