Vous êtes sur la page 1sur 27

“ MASTER : Etudes internationales et Droit international

EXPOSE SOUS LE THEME : Les différents rôles du consulat

Réalisé par : Mohammed RAHHO


Hakim BACHARIF
Soumis à l’appréciation de Pr. Latifa ELCADI ”
Mounir FIKRI

Année universitaire : 2019 – 2020


Problématique :

 Problématique : A la présence de l'institution


d'ambassade chargé d'orchestré l'action
diplomatique dans l'Etat accréditaire, qu'elle
est le rôle de l'institution consulaire au sein de
corps diplomatique ?
PLAN : INTRODUCTION :
Partie I : l’institution consulaire
Chapitre I : les relations consulaires
Section 1 : l’établissement et la rupture des relations consulaires
Section 2 : l’exercice des relations consulaires
 
Chapitre 2 : classification des consuls
Section 1 : selon les catégories
Section 2 : selon le rang
 
Partie II : les principales fonctions consulaires
 
Chapitre I : fonction de protection et d’assistance des ressortissants
Section 1 : fonctions concernant la protection des droits et intérêts de l’Etat d’envoi et des ressortissants
Section 2 : fonctions d’assistance aux ressortissants de l’Etat
 
Chapitre 2 : fonctions d’ordre administrative, notariale, judicaire et autres
Section 1 : fonction d’ordre administrative, notariale et judiciaire
INTRODUCTION

 Un consulat : est le service d'un Etat chargé des relations avec les
ressortissants de l'Etat d'envoi au sein de l'Etat de résidence.

 Consul : un agent diplomatique, chargé de protéger ses compatriotes et les


intérêts de son pays dans un pays étranger.
Aperçu historique

 La période grecque : L'apparition de l'institution de Proxène, chargé de protéger les membres de sa


cité dans une autre cité
 Pouvoirs du Proxène
- Protéger les étrangers dans leur rapport avec le pouvoir local
-Agir au nom des étrangers devant les tribunaux
- Introduire l’ambassadeur aux temples.
La période Romains : L'institution du praetor perigrinus un magister chargé de trancher les litiges
entre les étrangers ou entre étrangers et citoyens Romains.
 Au moyen âge (12.13 siècle) : La création de la fonction de consul
par les républiques marchandes italiennes. Les consuls étaient des
magistrat et chargés de protection des intérêts du commerçant de
ces républiques.

 16 siècles : à cette époque le consul devient une sorte d'envoyé de


l’Etat. A ce titre le consul exerça également certaines fonctions
d'ordre diplomatique.
 17 siècles : l'apparition de missions diplomatiques permanentes,
empêche le consul d'exercer ces fonctions diplomatiques.
Cette époque a été marquée par l'institution des règles des services
consulaires par la moyenne législation
- Première législation fut l'œuvre des ministre Colbert 1681
 19 siècle : Vu le progrès technique industriel et économique un nouveau champ
d'activité commerciale avait été crée entre plusieurs parts du Nord de l’Europe.
Ces activités ont provoqués une augmentation croissante des consulats en même
temps la réglementation du service consulaire.

 20 siècle : Après la deuxième guerre mondiale, les relations consulaires ont été
profondément affectée en raison de tensions et des problèmes qui caractérise les
relations des Etats.

 En 1961, l'assemblé générale des nations unis a décidé de convoqués à vienne une
conférence de codification des relations consulaires. à la suite de cette conférence
a été adopté le 24 avril 1963 le convention de vienne sur les relations consulaire.
Première partie :
Chapitre 1. Les relations consulaires

Section 1 : l’établissement et la rupture des relations consulaires


Paragraphe1 : l’établissement des relations consulaires
 L article 2 de la convention de vienne de 1963, sur les relations consulaire
« 1. L’établissement de relations consulaires entre Etats se fait par consentement
mutuel. »
 Ce consentement doit être concrétisé par la conclusion d’une convention ou d’une
entente consulaire
 Cela se fait par l’ouverture d’un poste consulaire dans l’Etat de résidence. Ce poste
doit être dirige par un consul qui ne peut exercer ces fonctions qu’âpres avoir
l’exequatur.
 L’établissement des relations consulaire n’entrainent pas nécessairement
l’établissement des relations diplomatiques
Paragraphe 2 : La rupture des relations consulaires :

 La convention de vienne 1963 article 2


« 3. La rupture des relations diplomatiques n’entraîne pas ipso facto la rupture des relations
consulaires. »
 La rupture des relations consulaire est généralement moins fréquente que celles des
relations diplomatiques
 L’Etat d’envoi et de résidence ont un intérêt mutuel à ce que leurs nationaux ne
souffrent pas des conséquences de la rupture des relations diplomatiques
 Les relations consulaire permet de garder un canal De communication entre les Etats
malgré l’interruption des relations diplomatiques
Section 2 l exercice des relations consulaires

 Article 3 de la convention de vienne 1963


« Les fonctions consulaires sont exercées par des postes consulaires. Elles sont aussi exercées par des
missions diplomatiques conformément aux dispositions de la présente Convention. »
 Le poste consulaire s’entend de tout consulat général. Consulat, vice consulat ou agence
consulaire
 Les consulats sont généralement implantée dans les plus grandes villes du pays
 on distingue généralement deux types de consulat
 Consulat général : considéré comme la plus importante, sont dirigée par un diplomate de
hait rang, c’est le consul général
 Consulat honoraire : dirigé par un consul honoraire, leurs compétences est réduite par
rapport aux consulats généraux de plein exercice
Chapitre 2 : classification des consuls

Section 1 : Les Catégories des consuls :

Il Existe deux catégories de consuls :

 Les Consuls de carrière ou consuls d’Etats ou consuls envoyés : Ce sont


des ressortissant et des fonctionnaire publics d’Etat d’envoi , employés à
plein temps a qui font partie du personnel administratif de ce dernier état ,
ils ne peuvent exercer , en dehors de leurs fonctions consulaires aucune
autre activité  professionnelle lucrative, parmi les tentatives privées pour
la codification du consulaire qui ont donné des définition aux consuls de
carrière on note celle du groupe <<  Research in international Law >> a
consul of career is a consul who’s a permanent official of the sending
state and who is engaged in no business or profession in the territory of the
receiving state other than that of consul.
 Les Consuls honoraires : Appelés également consuls marchands, sont
en général choisis parmi les commerçant ou les hommes d’affaires de
l’Etat sur le territoire duquel ils doivent exercer leurs fonctions. Ils
peuvent être aussi ressortissants de l’Etat d’envoie ou d’un Etat tiers.
D’autres caractères sont propres aux consuls honoraires : Ils ne reçoivent
pas de traitement régulier et ils sont autorisés à se livrer au commerce ou
à une autre activité lucrative, de ce fait, ils ne peuvent pas revendiquer
les mêmes privilèges et immunités que ceux dont bénéficient les consuls
de carrière
Section 2 : selon le rang

C’est grâce à la conférence de Vienne de 1963 concernant les relations


consulaires que les rangs des consuls ont été codifiés en quatre classes :
 Consuls généraux : Considérés comme chefs de postes consulaires. Ils sont
aussi les chefs d’une large circonscription consulaire, autorités , par leurs
lettres de provisions, à exercer des fonctions consulaires.
 Consuls : Ils sont souvent désignés dans une circonscription « les villes ou les
ports » moins importante que celles où se trouvent les consuls généraux. Ils
sont également les chefs des départements ou des arrondissements mais dans
des limites assez restreintes .
 Vice-consuls : Ce sont des fonctionnaires consulaires nommés en qualité d’assistants
des consuls généraux et des consuls et, souvent, ils les remplacent dans leurs
fonctions . Les vice-consuls sont désignés directement par leur gouvernement .
 Agents consulaires : Avant de définir les agents consulaires comme étant la quatrième
classe dans la hiérarchie consulaire, il convient de souligner que le terme « agent
consulaire » a été employé dans le passé dans un sens générique, pour désigner tous
les fonctionnaires consulaires relevant des quatre classes de consuls ou pour désigner
les consuls généralement connus sous le titre de consuls honoraires, comme dans
l’ordonnance ministérielle de 1833.
Nous trouvons que la Convention de Vienne de 1963 a opéré un bon choix en utilisant
le terme << agent consulaire>> dans son sens technique pour désigner la quatrième
classe et l’adoption de l’expression << fonctionnaire consulaire>> pour désigner toute
personne, y compris le chef de poste consulaire, chargée en cette qualité de l’exercice de
fonctions consulaires.
Partie II : les principales fonctions consulaires
Chapitre I : fonction de protection et d’assistance des ressortissants

Section 1 : fonctions concernant la protection des droits et intérêts de l’Etat d’envoi et des ressortissants

Parmi les fonctions les plus importante du consul, nous pouvons mentionner celle qui
consiste à veiller à ce que les ressortissants de l’Etat d’envoi puissent faire usage de
tous les droits que leur accordent le droit interne de l’Etat de résidence , d’une part et
le droit international d’une autre part , la question de savoir si le fonctionnaire
consulaire lui-même a le droit de défendre également les droits et les intérêt de l’Etat
d’envoi a soulève une longue controverse doctrinale au sein de la commission du droit
international a sa session de 1959
 A – Le fonctionnaire consulaire ne peut pas protéger les droits et les intérêts
de l’Etat d’envoi, cela pour les raison suivantes :
 C’est à l’agent diplomatique accrédité auprès de l’Etat de résidence
qu’appartient cette tâche 
 L’agent diplomatique agit en tant que représentant de l’autorité de l’Etat
d’envoi. le fonctionnaire consulaire effectue seulement des actes de gestion 
 Alors qu’un agent diplomatique intervient pour l’Etat d’envoi au niveau
international, le fonctionnaire consulaire, lui intervient au niveau local
 B- Pour les partisans du second point de vue, le fonctionnaire consulaire
défend en réalité les droits et intérêt d l’Etat d’envoi cela explique ainsi :
 En défendant les intérêts de ses nationaux 
 En attirant l’attention des autorités locales au sujet des dispositions des
conventions en vigueur
 Dans l’exercice de certains fonctions consulaire, concernant les navires
marchands appartenant au gouvernement, telles qu’examen et visa des
papiers des navires délivrance des passeports et visas
Section 2 : Fonctions d’assistance aux ressortissants de l’état 

 Une autre fonction importante pour les fonctionnaires consulaires est celle qui consiste à
sauvegarder, dans les limites fixées par les lois et règlement de l’état de résidence, les intérêts des
mineurs et des incapables , ressortissants de l’état d’envoi , particulièrement lorsque l’institution
d’une tutelle ou d’une curatelle à leur égard est requise .
Parmi des fonctions consulaires très anciennes de cette catégorie, il convient de noter celle qui consiste
à sauvegarder les intérêts des ressortissants, personnes physiques et morales, de l’état d’envoi, dans les
successions sur le territoire de l’état de résidence, conformément aux lois et règlement de ce dernier
état .
C’est un principe généralement admis en droit international que le fonctionnaire consulaire ne peut
accorder son droit de protection à ses nationaux qui possèdent en même temps la nationalité de l’état
de résidence ; il s’agit de double nationaux . Mais cette règle n’est pas appliquée par tous les pays. En
Suisse, le département politique fédéral admet à ses consuls à l’étranger de défendre les intérêts des
doubles nationaux, ainsi que des personnes morales de caractère suisse.
Chapitre II : fonctions consulaires d’ordre administratif, notarial
et judiciaire
 L’article 5 de la convention de vienne de 1963, dispose :
d)-Délivrer des passeports et documents de voyage aux ressortissants de l’Etat d’envoi, ainsi que des visas et
documents appropriés aux personnes qui désirent se rendre dans l’Etat d’envoi ;
f)- agir en qualité de notaire d’officier d’état civil exercer des fonctions similaires, ainsi que certaines
fonctions d’ordre administratif, pour autant que les lois et règlements de l’Etat de résidence ne s’y opposent pas ;
Paragraphe 1 : fonctions d’ordre administratif 
 Principales fonctions consulaires dans ce domaine :
 Immatriculer ses ressortissants résidant dans la circonscription, sur le registre approprié du consulat
 Délivrer et prolonger les passeports et autres documents de voyage aux ressortissants de l’Etat d’envoi
 Donner des visas et d’autres informations nécessaires et utiles aux personnes désirant visiter l’Etat d’envoi
 Accepter le versement des revenues ou indemnités dues aux ressortissants de l’Etat d’envoi si le bénéficiaire se
trouve hors de l’Etat de résidence et qu’il n’y a pas d’autres formes de paiement envisagé par les deux Etats en
question
 Transmettre aux nationaux habitant dans l’Etat de résidence le paiement des prestations, rentes ou indemnités
alloués aux ayants droit conformément aux lois de l’Etat d’envoi et aux conventions internationaux en vigueur
Paragraphe 2 : fonctions en matière d’état civil
 Les fonctionnaires consulaires peuvent agir comme officiers d’état civil :
 En enregistrant les naissances et les décès des ressortissants de l’Etat d’envoi
 Ils ont le droit de célébrer les mariages entre les ressortissants de leurs pays
et ainsi qu’entre ceux-ci et ceux d’un Etat tiers, si la législation de l’Etat
d’envoi les y autorise et que les lois et règlements de l’Etat de résidence ne
s’y opposent pas
 Ils peuvent enfin enregistrer la dissolution d’un mariage jugé par un tribunal
et touchant un ressortissant de l’Etat d’envoi
Paragraphe 3 : fonctions notariales et judiciaire
 A- Fonctions notariales :
Principales fonctions consulaires sont les suivantes :
 La légalisation des sceaux et des signatures officiels ou privés sur les documents de toute sorte, la
légalisation des copies et traduction de document officiels
 Réception et légalisation des déclarations de leurs nationaux
 Réception en dépôt des dispositions testamentaires de leurs nationaux ou de les aider à la rédaction d’un
testament
 Réception en dépôt des sommes d’argent, des valeurs des mobilières, des marchandises et toutes autres
actes unilatéraux que les ressortissants de l’Etat d’envoi veulent mettre en sécurité
 B - Fonctions judiciaires :
On distingue, selon l’article 5 de la convention de vienne de 1963
 Fonctions de représentation :
 Les fonctionnaires consulaires possèdent une base légale pour intervenir auprès des tribunaux ou d’autres
instances compétentes, en faveur de leurs ressortissants absents ou dans l’impossibilité d’agir
personnellement ou même d’être représenté par un avocat.
 Fonctions de transmission
L’article 5 de la convention de vienne de 1963 dispose : j)-transmettre des actes judiciaires et extra-judiciaire ou
exécuter des commissions rogatoires conformément aux accords internationaux en vigueur ou, à défaut de tels
accords, de toute manière compatible avec les lois et règlements de l’Etat de résidence
 La convention de la Haye du 1er mars 1954 relative à la procédure civile leur accorde également cette
fonction.
 La convention judiciaire entre le Maroc et la France : Titre 1 : Aide mutuelle,
Section 1 : transmission et remise des actes judiciaires.
L’article 1 dispose : Les actes judiciaires et extra-judiciaires, tant en matière civile et commerciale qu'en matière
pénale, sous réserve des dispositions régissant le régime de l'extradition, destinée à des personnes résidant sur le
territoire de l'un des deux pays, seront transmis directement par l'autorité compétente, au parquet dans le ressort
duquel se trouve le destinataire de l'acte.
Section II : transmission et exécution des commissions rogatoires 
Article 7 dispose : Les commissions rogatoires en matière civile et
commerciale, à exécuter sur le territoire de l'une des deux parties
contractantes, seront exécutées par les autorités judiciaires.
Elles seront adressées directement au parquet compétent. Si
l'autorité requise est incompétente, elle transmettra d'office la
commission rogatoire à l'autorité compétente et en informera
immédiatement l'autorité requérante.
Section 2: autres fonctions consulaires
 Paragraphe 1: Fonction concernant la navigation et l’aviation :
Ces fonctions comptent parmi les attributions les plus anciennes et les plus importantes des
fonctionnaires consulaires. De nos jours , il s’agit surtout d’exercer un contrôle et d’apporter
de l’assistance dans le domaine de navigation et l’aviation.
 Fonction de contrôle.
Selon la Convention de Vienne de 1963, les fonctionnaires consulaires sont autorisés à
surveiller l’ordre et la discipline à bord des navires et des avions de leur nationalité qui se
trouvent dans un port ou un aéroport de leur circonscription consulaire.
 Fonction d’assistance.
D’après la même Convention, les fonctionnaires consulaires peuvent prêter assistance auxdits
navires, bateaux et avions, ainsi qu’à leurs équipages, recevoir les déclarations sur le voyage
des navires et bateaux, et examiner et viser les papiers de bord.
 Paragraphe 2: Fonction portant au développement des relations économiques,
culturelles et scientifiques:
 Consiste d'une part, à << favoriser le développement des relations commerciales,
économiques, culturelles et scientifiques entre l'Etat d 'envoi et l'Etat résidence et
promouvoir de tout aitre manière des relations amicales entre eux >> d une autre
part, a s'informer, par tous les moyens licites, des conditions et de l'évolution de la vie
commerciale, économique, culturelles et scientifiques de résidence . Souvent, les
fonctionnaires consulaire ont le devoir d accorder conseils et assistance aux
commerçant de leurs pays qui désirent établir des rapport commerciaux avec l'Etat
de résidence.
 Les fonctionnaires consulaires jouent un rôle très important dans le domaine culturel
et scientifique, en organisant ou encourageant les expositions d artistes, la projection
de films documentaires de leur pays, les conférences, les échanges d étudiants et de
professeurs, les manifestations sportives etc..
 Enfin, il a été admis en droit international que l exercice des fonctions consulaires
précisées implique le droit de veiller a l application des traités de commerces et d
autres accords existant entre L' Etat d'envoi et l'Etat de résidence.
Bibliographie:
 Jean Salmon, Manuel de Droit Diplomatique, éditions Delta ,1994 : pages 515-516-517, 527, 528
 l'institution consulaire et le Droit international: Etude de la convention de vienne du 24 avril 1963
sur les relations consulaires et la pratique des Etats dans ce domaine ,Mohammed Ali AHMAD,
librairie GENERALE DE DROIT ET DE JURISPRUDENCE 1973
 La convention de vienne de 1963 sur les relations consulaires
 https://fr.wikipedia.org/wiki/Consulat_(diplomatie)
 http://adala.justice.gov.ma/production/Conventions/ar/Bilaterales/France/CJ_1957_(francais).htm
 http://cours-de-droit.net/les-relations-diplomatiques-et-consulaires-a121603648/
Merci pour votre attention