Vous êtes sur la page 1sur 19

Programme

Chapitre 1 : Éléments sur les semi-conducteurs de puissance

Chapitre 2 : : Conversion d’énergie électrique Alternative-Continue (Redresseur)

Chapitre 3 : Conversion d’énergie électrique Continue-Continue (Hacheur)

Bibliographie
Bibliothèque

-Pierre Mayé : Problèmes corrigés d'électronique de puissance.

G. SEGUIER, Électronique de puissance, structures, commandes, applications.

Internet

• CUNIÉRE  G. FELD M. LAVABRE Électronique de puissance de


la cellule de commutation aux applications industrielles - Cours
et exercices résolus.
• G. SEGUIER, LES CONVERTISSEURS DE L'ELECTRONIQUE
DE PUISSANCE v1-4.
L'électronique de puissance est l'une des branches de l'électrotechnique, elle
concerne l’étude de la conversion statique de l'énergie électrique, la
conversion est réaliser au moyen des convertisseurs permettant de
changer la forme de l'énergie électrique disponible en une forme approprie à
l’alimentation d’une charge.
Rappels sur les régimes transitoires

Premier ordre

df
a (t )  b. f (t )  g (t )
dt

Dans le circuit g(t) peut être soit :


– une fonction sinusoïdale (alimentation alternative cas par exemple des
redresseurs commandes ou non),
– une fonction échelon (alimentation continue ex : hacheurs).

1- Résolution :
La résolution s'effectue en 3 étapes :
– détermination d'une solution générale (équation sans second membre),
– détermination d'une solution particulière,
– détermination des constantes d'intégration.
a- Solution générale :
On tente de résoudre l'équation précédente sans le second membre.
df
a (t )  b. f (t )  0
dt
La solution de cette équation est

b.t
f h (t )  A.e a
. A est une constante d'intégration.

b- Solution particulière :
. On ne considérera ici que 2 cas :

la forme g (t )  k avec k= constante.

On recherche une solution particulière de la forme f p (t )  C avec C= constante.


df p k
a (t )  b. f p (t )  k  b. f p (t )  k  f p (t ) 
dt b
donc la solution particulière vaut : k
f p (t ) 
b
– la fonction g(t) peut s'écrire sous la forme
g (t )  k . sin( w.t ) avec k= constante.

On recherche une solution particulière de la forme

f p (t )  a1 . sin( w.t )  a 2 . cos(w.t )

En remplaçant dans l'équation différentielle


d (a1 . sin( w.t )  a 2 . cos( w.t ))
a (t )  b.(a1 . sin( w.t )  a 2 . cos( w.t ))  k . sin( w.t )
dt
a ( a1 .w. cos( w.t )  a 2 .w. sin( w.t ))  b.(a1 . sin( w.t )  a 2 . cos( w.t ))  k . sin( w.t )

(a.a1 .w  b.a 2 ).. cos(w.t )  (a 2 .w  b.a1 ). sin(w.t )  k . sin(w.t )


Alors

a.a1 .w  b.a 2  0
 a 2 .w  b.a1  k
c- Solution de l'équation différentielle :
La solution au problème est la somme de la solution générale f h (t ) et de la solution particulière
f p (t ) f solution  f h  f p
B- Deuxième ordre :

d2 f df
a (t )  b (t )  c. f (t )  g (t )
dt 2 dt

a- Solution générale :
On tente de résoudre l'équation précédente sans le second membre.

d2 f df
a 2 (t )  b (t )  c. f (t )  0
dt dt
Pour cela on écrit l'équation caractéristique du système
2
a.x  b.x  c  0
si 0 r1,2 
b  f h (t )  A1 .e  r1.t  A2 .e  r2 .t
2.a

0 r0 
b f h (t )  ( A1 .  A2 .t )e  r0 .t
si 2.a
 b  i.  f h (t )  ( A1 . cos(  .t )  A2 . sin(  .t )).e  .t
si 0 r1, 2 
2.a
    .i
b- Solution particulière :
d2 fp df k
la forme g(t)=k a (t )  b (t )  c. f p (t )  k  f p (t ) 
dt 2 dt c

la forme g (t )  k . sin( w.t ) On recherche une solution particulière


f p (t )  a1 . sin( w.t )  a 2 . cos( w.t )

d 2 (a1 . sin(w.t )  a 2 . cos(w.t )) d (a1 . sin(w.t )  a 2 . cos(w.t ))


a (t )  b (t )  c.(a1 . sin(w.t )  a 2 . cos(w.t ))  k . sin(w.t )
dt 2 dt

(a.a1 .w 2  b.a 2 .w  c.a1 ). cos(w.t )  (


.
a 2 .w 2
 b.a1 .w  c.a1 ). sin(w.t )  k . sin(w.t )

On peut par identification déterminer les constantes a1 et a2. Dans le cas propose ici :

 a.a1 .w 2  b.a 2 .w  c.a1  0


 a 2 .w 2  b.a1 .w  c.a1  k

c- Solution de l'équation différentielle :

f solution  f h  f p
Rappel sur les grandeurs périodiques non sinusoïdales.

Valeurs moyennes :
T
1
V moy 
T 
v(t ).dt
0
Valeurs Efficaces :
T
1
Veff 
T 
v(t ) 2 .dt
0

Puissance :
T T
1 1
P
T 0 p(t ).dt  T 0 v(t ).i(t ).dt
La puissance apparente en monophasé

S  Veff .I eff
le facteur de puissance P
K
S
Puissance déformante :
Dans le cas ou le courant et/ou la tension ne sont pas sinusoïdaux :

S  P Q  D 2 2 2

Avec 
D V
h2
2
effh
2
.I effh

Série de Fourier
Un signal périodique de fréquence f (période T) peut être décomposé en une série de Fourier :

f(x)  ao   (a n cos(nx)  bn sin(nx))
n 1

avec 2 T
1 T
an 
T 0
f ( x) cos(nx) dx
a0 
T  f ( x)dx
2 T
bn   f ( x) sin(nx)dx
T 0
Les composants de l’électronique de puissance

Diode
Thyristor
Le triac
Thyristor GTO
Transistor de puissance
Les transistors à effet de champ MOS

Les transistors IGBT (Insulated-Gate Bipolar Transistor)


Définition d’une source de tension

Définition d’une source de courant

Transformation du comportement d’une source électrique


Règles d’association des sources électriques

Mais

Vous aimerez peut-être aussi