Vous êtes sur la page 1sur 63

Ministère de l’agriculture et du développement rural

Institut Technique d’Arboriculture Fruitière


Et de la Vigne (ITAFV)

Les bonnes pratiques pour la conduite d’une


Oliveraie

Présentée par: BAKHOUCHE S


INTRODUCTION
La mise en place d’une plantation arboricole est
un investissement onéreux qui ne peut être productif
qu’a long terme. Il est donc indispensable à
l’agriculteur de veiller à ce que toutes les conditions
techniques soient présentes afin de garantir la
réussite de sa plantation;

la production oléicole devrait revêtir un caractère


durable ;cet objectif peut être atteint grâce à la mise
en place d’un système de production
plurifonctionnel, à la commercialisation du produit
sous une étiquette écologique et à la mise en valeur
des multiples rôles dévolus au milieu rural.
Situation du verger national

• Le verger National est dans sa majorité du type


traditionnel et de constitution très ancienne.
• Cette culture est localisée principalement en
zone de montagne ; le plus souvent avec une
topographie des parcelles ne permettant pas la
mécanisation des opérations de culture.
• C’ est ainsi que certaines oliveraies se voient
priver le plus souvent du travail du sol.
• Dans cette situation ; même l’alimentation en
eau de la culture est faible dans les régions à
forte pluviométrie.
La richesse en huile et la grosseur de
fruit sont lier directement à la conduite d’un
verger .
les bonnes pratiques culturales permet
d’ augmenter le rendement en huile et le calibre
de fruits
Performances d’une oliveraie
La performance d’une oliveraie dans un milieu
donné résulte de la combinaison de plusieurs
facteurs  du :
• Niveau de satisfaction des exigences de l’espèce et
de la variété : qui est en fonction de l ‘offre de
l’ensemble climat et sol (caractéristiques
climatiques du milieu et Fertilité du sol).
• Préparation préalable du sol lors la plantation.
• Qualité du plant.
• Soins apportés pour l’entretien de l’oliveraie.
• Etat sanitaire du verger
Opérations d ‘entretien
Travail du sol.
 Terrain mécanisable
• Effectuer des opérations culturales pour assurer
l’incorporation de la fumure; l’ ameublissement du sol favoriser
les infiltrations des eaux de pluies et limiter les déperditions ...

 Terrain accidenté
Pour les terrains ou le travail du sol est difficile a , mécaniser:
. Biner les plants.
• Entretenir ou confectionner des cuvettes: DRS ou
traditionnelles; ceux-ci permettent de récupérer les eaux de
ruissellement et les mettre au profit des arbres .
• Confectionner des seuils pour des arbres déchaussés.
les travaux de sol sont complémentaire de la fertilisation
minérale et organique et la satisfaction des besoins en eau
la bonne conduite consiste .
Enfouir les engrais
enfouir la végétation
favorise la pénétration de l eau
empêche le développement des adventices
évite l évaporation de l’eau du sol

pour satisfaire ces points on dispose deux technique


labour et façons superficielles
Les façons superficielles.

Elle consiste à assurer annuellement des disquages et des hersage.


Leur nombre est fonction de la croissance des adventices.
On peut cependant recommander : 4 périodes d’intervention en :
 
- Février –Mars : Avant la floraison des adventices .

-Avril-Mai : Avant la nouaison et la formation des graines des adventices.


Maintenir la structure du sol meuble.
- Juillet-Aout : Pour éviter la formation d’une croute qui favorisera
l’évaporation.
- Fin Septembre- Octobre : âpres germination des semences des adventices
Et pour faciliter l’infiltration des eaux de pluie et .
Entretien du plant.
Il consiste principalement  en une :
• Bonne constitution de l ‘ossatures du plant et encouragé la
production et le renouvellement du bois.
1/Taille de formation.
Hauteur de la tige:
- Inferieur a 0;50 m ou basse tige réservée aux régions a vents
violents.
- 0;50m a 1;0m Moyenne tige réservée aux régions peu
ventée. La hauteur la plus utilisée

.
-1;0m a 1;50 m : haute tige réservée aux régions non ventée ;plus
utilisée en régions très pluvieuse pratiquant des cultures intercalaires.

frondaison.
-.constitution: 3 a 4 charpentières bien étagée

forme de la frondaison.
- irriguée en région neigeuse
- Goblet en région ensoleillée.
- Goblet ouvert en région peu ensoleillée : Vallée étroite

La hauteur optimal du plant adulte est de 4;0 m


2/ Taille annuelle ou de fructification.
Elle est réservée pour les arbres en production.
Elle se pratique annuellement juste après la récolte.
La taille de fructification à pour objectif de réguler la production ou
d’atténuer le phénomène d’alternance.
Elle s’effectue par l’éclaircie.
Elle doit assurer :
L’aération de la frondaison.
Le maintien de l’arbre dans un bon état d’équilibre nutritionnel par
l’élimination du bois mort, des gourmands ; des ramifications
concurrentielles.
Le renouvellement des brindilles qui sont porteuses des fruits.
La fertilisation 
Elle doit apporter les quantités d’éléments minéraux exportés par les récoltes et le
développement de la culture.
 
L emploi de fertilisant a hautes ou moyen dose provoque des effets notable sur la
production

L’azoute favorise la croisance


Phosphore favorise la nouaison
Le potassium renforce la resistance
Irrigation 

Besoins en eau de la culture:


 
Les besoins en eau de la culture sont estimé entre 500 à 560 mm/an
sous une pluviométrie de 200 mm /an.
Ces besoins sont répartis comme suit :
 
1ére période : Du 15 février à fin Avril 60 à 70 mm : Si la pluviométrie
des trois mois précédents est inférieur à 200 mm.
 
2 éme période : De Mai à Juillet 140 mm en 2 ou 3 arrosages.
- Éviter les arrosages en plein floraison.
 
3 éme période : Du mois d’Août a Septembre : 100 à 150 mm en 2 ou 3
arrosages.
 Méthodes d’irrigation :
Ces besoins en eau d’irrigation peuvent être apporter par différentes méthodes,
chaque méthode à son efficience propre.
Gravitaire
Micro-aspersion
Goutte à goutte

NB * En montagne :
Confection de cuvette pour l’emmagasinement de l’eau de pluie.
Protection phytosanitaire
La culture de l’olivier et sujet d’attaques d’insectes, de champignons, parfois de
maladies bactriennes et autre.
Ces dernières provoquent:
- la diminution de la récolte .
- Une dégradation de la qualité de l’huile.
- Réduire les capacités du plant ou même peuvent provoqué son dépérissement

Le meilleur moyen de lutte est la combinaison entre :


- le traitement mécanique.
- Le piégeage: Piège alimentaire ;Piéger sexuels ou les phenohormones.
- le traitement chimique et le dernier recours
 
Les maladies de l’olivier
Œil de paon
Cycloconium oleaginum
• Maladie cryptogamiques.
• Passe l’hiver sur le feuillage tombé par terre.
• Se développe à une température égale à 25°c et une forte
humidité.
• tâches circulaires de 2 à 10 mm de diamètre dont la couleur varie
du blanc-gris au brun-noirâtre jusqu’au jaune orangé, à la face
supérieure des feuilles.
• Chute prématurée des fruits.
Lutte
En cas d’infestation sévère, utiliser un traitement à la fin de l’hiver et début de l’été.
Tuberculose
Pseudomonas savastanoi

• Causée par une bactérie appelée : Pseudomonas savastanoi


•Aussi appelée maladie des tumeurs de l’olivier.
• Survie : sol.
•Pénétration : à travers les blessures.
•Dissémination : plants, eau et outils de taille.
Lutte

• Élimination et incinération des plants porteurs de


galles.

• Éviter les blessures au niveau des racines.

• Lutte contre les nématodes.


Verticilliose de l’olivier
Verticillium dahliae
Le champignon responsable de la verticilliose se
conserve 5 à 10 ans dans le sol sous forme de sclérotes.
Les sécrétions racinaires de l’olivier stimulent la
germination de ces sclérotes et l’entrée du filament
mycélien à l’intérieur de la racine. Puis le champignon
atteint le système vasculaire. Il progresse ensuite dans
l’arbre, véhiculé par la sève, créant des lésions et
produisant des toxines qui provoquent le dessèchement
des parties aériennes.
Les dégâts

Dépérissement partiel
de l’arbre Dépérissement total
de l’arbre
Les symptômes
• Dépérissement rapide des branches, suivi de la mort
des jeunes pousses;

• Coloration des écorces, des pousses et des branches


en marron claire ;

• Chute de la production. Dans le cas le plus sévère par


la mort de l’arbre.
Lutte
• Pas de traitement curatif

• La lutte est préventive en utilisant des mesures prophylactiques

1. Des recommandations utiles doivent être appliquées à savoir :

2. Eliminer les mauvaises herbes (Solanacées) 

3. Raisonner l’apport des fumures et les irrigations 

4. Tailler et brûler les rameaux desséchés 

5. Désinfecter les outils de taille  

6. Eliminer les arbres très sévèrement attaqués 

7. Eviter le transfert des plants d’une zone contaminée vers une zone
indemne.
• La Verticilliose étant une maladie de vigueur, il est indispensable
d’adopter des pratiques culturales tendant à limiter la vigueur des arbres :
taille et fertilisation légère, peu ou pas d’irrigation.
• En outre, le champignon étant contenu dans le sol: le travail du sol, qui
tend à le disséminer, doit être évité.
• De plus, il faut constituer un enherbement n’hébergeant pas le
champignon.
• Enfin, il est obligatoire, pour les vergers infectés, de couper les branches
atteintes dès l’apparition des symptômes afin de limiter la propagation
de la maladie le plus tôt possible et le dessèchement de l’arbre qui
pourrait entraîner sa mort.
Nématodes
Galles de Meloidogyne sp. sur racines d’olivier
Recommandations
• Avant toute plantation oléicole
 Analyser le sol et les racines des plants
provenant des pépinières.
 Traiter le sol en cas de présence de nématodes
Les ravageurs de
l’olivier
Mouche de l’olive
Bactrocera (Dacus )oleae
 La mouche de l’olive est le principal ravageur de
l’olivier. Cet insecte peut causer des dégâts très
importants, jusqu’à 90% d’olives abîmées .
 Elle fait partie de l’ordre des Diptères, de la famille des
Tephritidae.
 Apparition de l’adulte en mois de juin.
 Début de la ponte en mois de juillet.
 2 à 3 générations/an.
 La dernière génération se nymphose dans le sol.
 La période la plus critique se situe en septembre-
octobre.
Les paramètres favorables au développement de la mouche
sont :
• • le climat : un hiver doux, un printemps précoce, un été sans
chaleur excessive, un automne doux et humide .
• • les variétés : en règle générale, les variétés à gros fruits sont
plus attaqués par la mouche que les variétés à petits fruits.
• •l’irrigation : l’apport d’eau aux oliviers permet d’obtenir des
fruits plus gros, moins flétris et donc plus attirants. De plus, la
mouche a besoin d’eau pour vivre.
Ponte à l’intérieur du fruit

Larve à l’intérieur du fruit

Nymphose dans le sol de couleur


marron jaunâtre.
Les dégâts
1. Chute prématurée des fruits attaqués.
2. Chute de rendement et de la qualité de l’huile.
3. la perte d'une partie de la pulpe, consommée par les asticots
4. l'augmentation du taux d'acidité et autres conséquences secondaires du
développement de la larve et du creusement de son orifice de sortie, provoquant
des oxydations ultérieures de la pulpe
5. l'infection fongique résultant de la prédation des larves de la Cécidomyie de
l'olive (Prolasioptera berlesiana) sur les œufs de la Mouche de l'olive.
Seuil de tolérance (piqures):
1. Pour la production d'huile de table, le seuil de tolérance est en général de 2%
d'olives piquées.
2. Dans le cas d'olives de table, récoltées pour la conserverie, toute piqûre est
rédhibitoire.
Lutte
1. La lutte culturale :
Le labour hivernal permet de diminuer le maximum des
populations des nymphoses.
L’opération de la taille permet de diminuer le taux d’infestation
par cette mouche.
2. La lutte biologique:
 L’utilisation des pièges à phéromones (01 piège/ha);
 L’utilisation des prédateurs naturel: Opius concolor et la mante Mantispa pagana;
3. La lutte chimique :
Dés que le seuil de nuisibilité est dépassé;
Traiter une ligne / trois lignes;
Utilisation d’un insecticide mélangé avec une matière attractive.
Surveillance et décision d’intervention

Décision d’intervention pour la lutte


chimique:
 Seuil de mouche /piège
• Piège alimentaire: 1 mouche/jour/piège
• Piège sexuel: 5mouche/jour/piège
Taux de piqures:
• Taux: 5%
Les produits chimiques contre la mouche de l’olive:
Nom Matière concentration formulation Dose d’utilisation DAR représentant
commercial active
Buminal Hydrolysat de 318 g/l SC 1,2 l/ha 21 Bayer Algérie
protéines
Cekufon 80SP Trichlorfon 80% WP 200-400 g/hl. 10 ACI

Decis expert Deltamethrine 100 g/l EC 100 ml/hl 07 Bayer Algérie

Deltamac 2,5 Deltamethrine 25 g/l EC 500 ml/ha 14 Bayer Algérie


EC
Deltatox 2,5 Deltamethrine 25 g/l EC 0,3-0 ,4 l/ha 15 Sarl Saphyto
EC
Deltrine Deltamethrine 2,5% EC 1-1,25 l/ha 14 Sarl phytoplus

Diazinon Diazinon 60% EC 75-125 ml/hl 14 Sarl Bpi Enh


Doudah
Dimethoate 40 Dimethoate 400 g/l EC 550 ml/hl 12 ACI
valles
Diptan 50 Trichlorfon 50% EC 250-400 ml/hl / Alphyt

Fenphyte 50 Fenthion 525 g/l EC 0,5 l/ha 20 Alphyt

Foslete 50 Phosmet 50% WP 150-250 g/hl 14 Eurl Devagri


Nom Matière concentration formulation Dose DAR représentant
commercial active d’utilisation
Foliar oil 930 EC Huile minérale 930 g/l liquide 1-3 l/hl 07 Tabuk Algérie
parrafinique
Karaté 5EC Lambda 50 g/l EC 0,25-0,375 l/ha 17 Syngenta Agro
-cyhalothrine
Karaté avec Lambda 50 g/l CS 25-40 ml/ha 14 Syngenta Agro
technologie -cyhalothrine
Zeon
Lebaycid 50EC Fenthion 500 g/l EC 0,3 l/ha+1,2 ha 15 Bayer Algérie
d’attractif
Limatoate 40%EC Dimethoate 400 g/l EC 150 ml/hl 14 Eurl Limagri

Neem Azadirechtine 1% SL 4l/ha 07 Agro service

Nutrel Protéine 24 % SL 3l/ha / Profert


hydrolysée+OE
Orosist Emulsion Dimethoate 40% EC 120-150 cc/hl 14 Cooper wafa

Protaci Hydrolysate de 25% SL 1,1 l/ha / ACI


proteine
Super alpha 25 Esphenvalerate- 250 g/l EC 50 ml/hl 14 Saphyto
EC phenvalerate
Systoate Dimethoate 40% EC 0,075 l/hl 21 Moubydal

Tatareeva 2,5 Lambda 2,5% EC 50-75 ml/hl 14 SPA Debbane pour


EC -cyhalothrine l’agriculture
Psylle de l’olivier (Euphyllura olivina)
-Couleur brun verdâtre.
- Ailes repliés en triangle
sur le dos.
- 03 générations par an.
- la ponte au printemps (45
jours) 100 œufs/femelle (7
jours incubation).
-Température favorable
25° et humidité 70 à 80%.
-Le psylle hiverne sous
forme adulte.
-L’activité de la femelle
commence avec celle de
l’arbre.
• Ce ravageur s’observe essentiellement au printemps sur les grappes
florales par les sécrétions d’aspect cotonneux des larves.
• Le psylle est un insecte piqueur suceur de sève.
• L’adulte mesure environ 3 mm de long, est de couleur brun
verdâtre, avec ses ailes repliés en triangle sur le dos.
Les dégâts

•Piqueur suceur de sève.


•Apparition de flocons blancs sur jeunes
pousses, feuilles et inflorescence.
•Entraine la coulure des boutons floraux.
•Excrétion du miellat favorise le développement
de la fumagine
La fumagine

-Une poussière sur le


bois et les feuilles de
l'arbre.

-Traiter avec une


bouillie bordelaise le
plus vite possible
risque de détruire tous
l’olivier.
Lutte
Traitement
.
préventif au mois de mars avec des
produits composés de cuivre ou de sulfates.

• La bouillie bordelaise (efficace).


Teigne de l’olivier (Prays
oleae)
- Couleur gris argenté avec de
petites tâches noires et de
petites soies.

- La teigne vit toute l’année


dans l’olivier

- 03 générations/an.

- 200 œufs / femelle


Les dégâts

• Sont causés généralement par les générations


anthophages et carpophages.
 
Génération sur boutons
floraux
1ère génération anthophage
Printanière

-Apparition des adultes de début mars à début avril


-Ponte d’un œuf sur le bouton foral
- 30 à 40 boutons visités par larve
-Baisse du taux de nouaison
-Nymphose : les fleurs desséchées sont agglutinées
par des fils de soie sécrétées par les larves (chute
des pétales)
Génération sur fruits
2ème génération carpophage
Estivale

-Vol des adultes début mai - début juin


-Ponte sur jeunes fruits
-La larve pénètre dans l’olive et se nourrit de
l’amandon.
-Chute estivale des jeunes fruits
-Au terme de son développement, elle quitte le
fruit et se nymphose dans le sol.
Génération sur feuilles
• 3ème génération phyllophage
• Hivernale

• Début de vol des adultes en septembre-octobre


• Ponte sur la face supérieure de la feuille
• Chute automnale (sortie de la larve) : constitue les dégâts réels
• Bourgeons terminaux parfois dévorés en cas de forte attaque
(génération phyllophage)
• Les larves vivent en mineuses en creusant des galeries
• Hivernation sous forme larvaire
• Nymphose en mars entre feuilles, branches et tronc
Lutte
Mesures culturales
• Taille appropriée à la fin de l’hiver pour réduire les
populations phyllophage.
• Retournement du sol sous la frondaison en automne
pour réduire les populations adultes issues de la 2e
génération
Lutte chimique:
chimique
• Surveillance de février à septembre (pièges).
Thrips de l’Olivier
Liothrips oleae

 Il s'agit d'un petit insecte ressemblant à un moucheron qui pique les


jeunes feuilles pour se nourrir de la sève. Les feuilles atteintes ont
une forme caractéristique de faucille.
 Les dégâts occasionnés sont minimes et il ne vaut mieux pas traiter
les arbres avec un insecticide qui détruirait ses prédateurs naturels.
Thrips de l’Olivier
Liothrips oleae

 Il s'agit d'un petit insecte ressemblant à un moucheron qui pique les


jeunes feuilles pour se nourrir de la sève. Les feuilles atteintes ont
une forme caractéristique de faucille.
 Les dégâts occasionnés sont minimes et il ne vaut mieux pas traiter
les arbres avec un insecticide qui détruirait ses prédateurs naturels.
Les dégâts
• Déformation des fruits.
• Déformation du feuillage.
• Chute des boutons floraux.
• Perte de la qualité du fruit.
Merci pour
votre attention

Vous aimerez peut-être aussi