Vous êtes sur la page 1sur 25

Les Batteries

Généralités

FBPG 14/05/08 DL In
dC
Plan Général de la présentation

Plan de la présentation
1 Historique
2 Définitions
3 Généralités sur les accumulateurs
4 Réaction électrochimique
5 Aménagement des locaux
6 Recommandations
7 Consignes de sécurité
8 Préconisations

p3
1 Historique

Fin du XVIII, début du XIX siècle


Apparition des premières sources chimiques de courant électrique.

1800
VOLTA en fait la première démonstration en réalisant un empilement d’éléments composés
successivement d’une lame de zinc, d’une lame de feutre imbibée d’eau vinaigrée et d’une lame de
cuivre.

1859
Fabrication du premier accumulateur rechargeable par Gaston PLANTE.

1880
Mise au point de la technique facilitant la formation de l’accumulateur au plomb par Camille FAURE.

Aujourd’hui
60 à 65 % du marché des batteries concernent la vente d’accumulateurs au plomb.
Ce qui fait la force de l’accumulateur au plomb est la disponibilité des matériaux employés et leur coût
relativement faible.
p4
2 Définitions

Définition d’un ACCUMULATEUR

Association de différents constituants chimiques générant une force électromotrice


capable de créer, dans un récepteur, une circulation de courant. Cette association
ayant la propriété, à l’inverse d’une pile, d’être rechargée par inversion du courant
naturellement généré.

La tension crée par le couple électrochimique est nommée « force électromotrice »


FEM et est variable suivant les constituants

p5
2 Définitions

Définition d’une BATTERIE

Une batterie d’accumulateur est la mise


en série de plusieurs éléments
d’accumulateurs afin d’offrir au
récepteur une tension totale NU où N
est le nombre d’éléments et U la FEM
du couple électrochimique utilisé.

p6
2 Définitions

Capacité assignée Cy : (conforme à la CEI 623)


Quantité d’électricité qu’un élément individuel est capable de fournir pour un régime
de décharge jusqu’à tension finale de 1.0V (Ni/Cd) 1.7V (Pb) à 20°C, après une
charge de 7 à 8 heures (Ni/Cd) et durant 12 à 15 heures (Pb).

Notation de régime de décharge


X Cy
X= multiplicateur
C= capacité batterie (en AH)
y= temps

p7
2 Définitions

Exemple : Batterie 50Ah


Décharge à 0,1C10
I décharge = 0,1x50 = 5A
Temps de décharge maximum =10 heures
Décharge à 1C1
I décharge = 1x50 = 50A
Temps de décharge maximum =1 heure
Décharge à 1C10
I décharge = 1x50 = 50A
Temps de décharge < 1 heure (cf tableau constructeur)

Remarque: Une batterie sur 10 heures ne peut pas délivrer un courant


égal à sa capacité en 1 heure.

p8
3 Généralités sur les accumulateurs

Généralités sur les accumulateurs


Couples, gammes, configurations
2 grands couples industriels
– Pb/H2SO4 & Ni/Cd
– 2,0V ou 1,2V de tension nominale

Déclinés chacun en 3 gammes


Lentes
Moyennes
Rapides

p9
3 Généralités sur les accumulateurs

Caractéristiques générales d’un élément au plomb


Variation de la densité au cours de la décharge et de la charge
En décharge, il y a une fixation de l’acide sur les matières actives et formation d’eau. La
concentration de l’électrolyte diminue. Ce phénomène peut se vérifier en mesurant la
densité à la partie supérieure de l’élément. Cette baisse de densité est mesurable
malgré la difficulté de diffusion de l’acide sulfurique car l’électrolyte devenant moins
concentré a tendance à remonter à la partie supérieure et ce mouvement ascendant
favorise beaucoup la diffusion.
En charge, le phénomène est inverse. L’électrolyte situé dans la matière active s’enrichit
en acide et sa concentration augmentant devient plus dense et il ne peut donc y avoir de
mouvement ascendant.
Il en résulte qu’en fin de charge, la densité mesurée à la partie
supérieure ne donne pas une image fidèle de la densité réelle.

p 10
3 Généralités sur les accumulateurs

Caractéristiques générales d’un élément au Nickel/Cadmium

De nos jours, les principales technologies employées pour constituer un


couple électrochimique sont les suivantes :

Plaques positives (Ni) et plaques négatives (Cd) pochettes


Plaques positives (Ni) frittées et plaques négatives (Cd) pochettes
Plaques positives (Ni) et plaques négatives (Cd) frittées
Plaques positives (Ni) frittées et plaques négatives (Cd) plastifiées

p 11
3 Généralités sur les accumulateurs

Variation de la densité au cours de la décharge et de la charge

L’électrolyte composé d’hydroxyde de potassium n’est pas altéré dans sa


décomposition chimique durant les phases de charge et de décharge.

A une température donnée il n’y a aucune variation de densité quelque soit l’état de
charge de l’élément.

p 12
4 Réaction électrochimique

Différences entre le Pb et le Ni/Cd


Pb : L’électrolyte est modifié durant la réaction électrochimique
Ni/Cd l’électrolyte n’est pas modifié durant la réaction électrochimique

Batterie plomb
Charge
2 Pb SO4 + 2 h20 PbO2 + Pb + 2H2 SO4
Electrolyse H2 SO4 (ACIDE) Acide sulfurique

Batterie Ni/Cd
Charge
2Ni(OH)2 = 2OH- 2NiOOH + 2H20 + 2 e-
- Cd (OH)2 + 2e- Cd + 20H-
Electrolyte KOH (BASE) hydroxyde de potassium

p 13
4 Réaction électrochimique

L’hydrogène lorsqu’il est en quantité suffisante dans l’air présente un risque


d’explosion.
Lors de la surcharge d’un accumulateur conventionnel, il se produit une électrolyse de
l’eau avec dégagement d’oxygène sur l’électrode positive et d’hydrogène sur l’électrode
négative. Un élément d’accumulateur peut être qualifié d’étanche si à 25°C a lieu une
recombinaison d’au moins 95% des gaz ainsi formés.
1 ah de surcharge :
Décomposition de 0,335g d’eau : soit 0,463 litre d’hydrogène
L.I.E. (H2) : 4%
Limite inférieure d’explosivité de l’hydrogène

Il est impératif de rester au dessous de cette valeur afin d’éviter tout risque
d’explosion.

p 14
5 Aménagement des locaux

Définition des locaux


Au sens de la Norme C15 100
N : Nombre d’éléments
I : courant maxi dans la branche batterie
V : volume d’air renouvelé dans le local.

V < 0,0025 NI m3/h V < 0,025 NI m3/h V < 0,05 NI m3/h


LNV LVR LV
(locaux non ventilés) (locaux à ventilation réduite) (locaux ventilés)

Batterie étanche Batterie étanche Batterie ouverte

p 15
5 Aménagement des locaux

Ventilation des locaux de batteries


Ventilation du local ou de l’armoire 0,05 NI m3/heure (pour des éléments dits
ouverts)
N= Nombre d’élément
I= Intensité de charge

Aménagement des locaux de batteries


Les batteries sont implantées dans des locaux (salles, compartiments, armoires)
aménagés selon les termes de la NFC15-100 paragraphe 554, en particulier :
Locaux accessibles seulement au personnel habilité.
Plancher isolant (caillebotis) pour les batteries de tension supérieure à 150V

p 16
6 Recommandations

Le sol doit être :


Recouvert d’une peinture anti-acide pour les éléments au plomb
Légèrement en pente pour l’évacuation des eaux
L’éclairage doit être antidéflagrant avec interrupteur à l’extérieur de la
salle.
Pas de prise de courant, d’appareillage électrique, de raccords sur les fils
électriques (dominos, prise de terre) dans la salle.
Le local doit être muni d’un point d’eau.
La température du local entre 15°C et 25°C, est un bon compromis entre
la performance et la durée de vie.
Eviter toute source de chaleur : chauffage, ensoleillement

p 17
6 Recommandations

L’accès du local doit être facile:

Largeur d’accès suffisante.

Rampe d’accès ou monte charge.

p 18
7 Consignes de sécurité

Ne pas fumer.

Ne pas approcher de la batterie des objets enflammés (allumettes,


briquets, cigarettes…) ni des étincelles.
Risque d’explosion des gaz (hydrogène et oxygène) qui peuvent être retenus dans
les éléments ou dans la pièce (mauvaise aération)

Se protéger (tablier, gants en caoutchouc, lunettes) contre les projections


d’acide ou de base et s’équiper de chaussure de sécurité.
Dommages corporels

p 19
7 Consignes de sécurité

En cas de projection.
Rincer abondamment à l’eau claire toute projection d’acide ou de base sur la peau,
les vêtements, les yeux, consulter un médecin.

Pour les éléments au plomb : ajouter toujours l’acide concentré à l’eau en


agitant lentement (et non le contraire).

Utiliser des outils à manches isolés pour le serrage des connexions.


Risque de choc électrique

p 20
7 Consignes de sécurité

Mise en œuvre des protections

Ne pas oublier son masque de protection faciale


p 21
7 Consignes de sécurité

Mise en œuvre des protections

Ne pas oublier son masque de protection faciale


p 22
7 Consignes de sécurité

Ne pas porter des vêtements se chargeant d’électricité statique.


Vérifier que les connexions entre les éléments sont bien serrées.
Etincelles explosions
Ne pas poser d’outils métalliques sur la batterie.
Etincelles court-circuit
Ne jamais soulever les éléments par les bornes.
Dommages à l’élément
Ne jamais utiliser pour le nettoyage des bacs, des chiffons ou éponges
en matière synthétique.
Risques d’étincelles

p 23
8 Préconisations

Ne jamais laisser un batterie au plomb à l’état de décharge.


S’assurer du bon fonctionnement des redresseurs et de leur bon réglage.
Ne pas stocker les éléments au plomb avec électrolyte sans recharge
périodique.
Refaire les niveaux d’électrolyte si nécessaire.
Ne pas effectuer de décharge sur les éléments au plomb au-delà d’une
profondeur de 80% en 10h.
Respecter les températures limites d’utilisation en particulier au cours de la charge
(surveillance si nécessaire).

p 24
8 Préconisations

Batteries au plomb.
Conditions de stockage.
Les batteries doivent être stockées en abris clos, aéré, sec, suivant les conditions ci-
dessous :
– Température journalière moyenne comprise entre -10°C et +
35°C, extrême -20°C à +45°C.
– Taux d’humidité de 20% à 80%.
Durées de stockage des éléments.
Déchargés secs : jusqu’à 4 ans
Chargés liquides : 3 mois puis recharge tous les 3 mois
Chargés secs : jusqu’à 2 ans
Pour les éléments chargés secs et déchargés secs, ne pas dévisser les bouchons
étanches et s’assurer qu’ils sont bien vissés.

p 25
8 Préconisations

Batteries Nickel Cadmium


Conditions de stockage.
Les Batteries doivent être stockées dans un abris clos, aéré, sec, suivant les conditions ci-
dessous :
– Température journalière moyenne compris entre -10°C et +55°C,
extrême -30°C à +65°C.
– Humidité de 20 à 80%.
Durées de stockage des éléments.
Déchargés liquides : illimité si court-circuités
Chargés liquides : plusieurs années, l’élément se décharge mais ne se détruit pas
Déchargés secs : plusieurs années

Nota une batterie Ni/Cd peut être stockée pendant plusieurs années avant la mise en
service sans avoir besoin de charge d’entretien régulière.

p 26