Vous êtes sur la page 1sur 17

Journée FHF

Quelle prise en charge en géronto-psychiatrie ?


Les acteurs du parcours

Eléments conceptuels et épidémiologiques:


les pathologies psychiatriques de l’âgé

Dr Dorey JM
CHS le Vinatier, BRON
Pôle EST (Pr d’Amato)
QUID de la gérontopsychiatrie ?
Discipline médicale qui s’intéresse:

– aux affections psychiatriques de l’âge avancé et à leur


traitement
• Pathologies psychiatriques vieillissantes,
• Pathologies psychiatriques à début tardif,
• Troubles neuro-cognitifs à manifestation psychiatrique ?

– à la psychologie du sujet âgé

– à la psychologie sociale et à la pratique soignante auprès des


sujets âgés
Epidémiologie: généralités

• En population générale
– Prévalence vie entière: 25% de la population sera
concernée au cours de sa vie par un trouble mental
[données OMS, 2006]
– ALD psychiatriques: 950 000 bénéficiaire en 2009

• En population gériatrique
– Prévalence estimée entre 10 et 50 % [Rigaud, 2008]
– Etude ESPRIT, prévalence selon le DSM IV des pathologies
psychiatriques chez les plus de 65 : 17 % [Ritchie, 2005]
Epidémiologie:
Pathologies psychiatriques chroniques
• Augmentation du nombre de personnes vieillissantes
porteuses d’un handicap psychiques
– Vieillissement général de la population
– Diminution de la surmortalité associée aux troubles
psychiatriques chroniques en lien avec l’amélioration des soins

– Etude ESPRIT: prévalence de la psychose estimée à 1,7 % chez


les plus de 65 ans
Epidémiologie:
Pathologies psychiatriques chroniques
• Augmentation de la proportion des plus de 65 ans avec
troubles psychiatriques chroniques dans les files actives
d’hospitalisation
– Exemple de la Maladie bipolaire:
• Données littérature: 25 % des hospitalisations concernent des plus
de 65 ans
• Hôpital du Vinatier: 38 % des hospitalisations concernent des plus
de 60 ans [Rouch, 2015]
Epidémiologie:
Pathologies psychiatriques tardives
• Prévalence selon les critères DSM: étude ESPRIT
– Trouble anxieux: 14%
– Episode dépressif majeur: 3%
– Idées de mort 10 %
– Hypomanie 0,4 %

• Mauvaise sensibilité des critères diagnostics usuels


type DSM pour évaluer les troubles psychiques de la
personne âgée !
Une prévalence variable des troubles psychiques selon les
méthodes d’évaluation: exemple de la dépression

•Présentation souvent atypique et/ou tronquée des dépressions


du sujet âgé:
- Formes hostiles, somatiques, alexithymique, pseudo-
démentielles etc…

• 10 à 33 % des SA présenterait des épisodes dysphoriques ou


symptômes dépressifs significatifs impactant les AVQ et la
qualité de vie [Etude PAQUID] [Etude Euro-Dep][Etude SHARE]
Une prévalence variable des troubles psychiques selon les
populations étudiées: exemple de la dépression

• En médecine générale: 6 à 9 % des sujets âgés ont une dépression


majeure et 10 à 25% des symptômes dépressifs significatifs [Lyness, 2002;
Speer, 2003].

• En institution : 10 à 44 % des sujets présenteraient des troubles


dépressifs [Jongelis, 2003, JAD]

• En cas de troubles cognitifs: 25 % d’EDM

• En cas de co-morbidités somatiques associées: augmentation


importante du risque dépressif
Une prévalence du suicide 10 fois supérieure les âgés
(>65 ans) comparée aux jeunes ( < 25 ans)
Facteurs associés aux idées de mort chez
le sujet âgé

Facteurs sociaux et
culturels

Facteurs psychiatriques
Les troubles neuro-cognitifs relèvent-ils de
la géronto-psychiatrie ?
Fréquence des diagnostics psychiatriques au cours des 10 années
précédents un diagnostic de maladie neuro-dégénérative [Wooley,2011]

• Scanner graphique
Maladie fronto-temporal: mode d’entrée
article psychiatrique dans 50 % des cas

MA: mode d’entrée psychiatrique dans


25% des cas
Rôle du Gérontopsychiatre
dans les Pathologie neuro-cognitives
• (1) Repérer les modes d’entrée psychiatrique dans la démence

• (2) Repérer les troubles du comportement à composante


psychopathologique /psychiatrique

• (3) Repérer et prendre en charge les situations familiales à


risque

• (4) Porter un regard institutionnel


QUID de la Gérontopsychiatrie de terrain ?
• Pratiques et organisations très disparates selon les
territoires
• Hospitalisation: A réserver aux situations les plus
complexes [Limosin, 2013]
• Ambulatoire: Majorité de la file active (80 à 90%)
– CMP-PA: patients au domicile et en institution,
– HDJ: alternative aux hospitalisations, post hospitalisation,
– Equipes mobiles (pluridisciplinaires) : si nécessité d’intervention
rapide,
– Dispositifs originaux (ex: centre de guidance familiale,
consultation mémoire à valence psychiatrique, etc…)
La gérontopsychiatrie dans l’avenir?
• Améliorer la formation des médecins
– Nécessité d’une formation spécifique, la
gérontopsychiatrie est une spécialité qui n’existe pas !
– Projet d’une option qualifiante « psychiatrie du sujet
âgé » dans la formation initiale des internes de
psychiatrie ?

• Améliorer les collaborations entre les spécialités


médicales (neurologie et gériatrie), pour améliorer
le parcours de soins des patients
La gérontopsychiatrie dans l’avenir ?
• Au sein de la géronto-psychiatrie, favoriser la
multidisciplinarité et l’implication des para-
médicaux
– Rôle pivot des évaluations et du suivi infirmier

• Renforcer les liens et la collaboration


réciproque avec le médico-social
Journée FHF
Quelle prise en charge en géronto-psychiatrie ?
Les acteurs du parcours

Eléments conceptuels et épidémiologiques:


les pathologies psychiatriques de l’âgé

Dr Dorey JM
CHS le Vinatier, BRON
Pôle EST (Pr d’Amato)