Vous êtes sur la page 1sur 7

Interculturalité : Préjugés et tabous.

Comment briser les limites multiculturelles.

Travail fait par :


• Emmanuel DJOINANTE 1
• Sylvain ALAI 1
• Guy WAJENEZA 1
• Danny MANGOSA 1
Sommaire
I. Introduction

II.Préjugés et tabous

1. Définitions des concepts


2. Difficultés

III.Comment s’intégrer malgré les contraintes

IV.Conclusion
I. Introduction

Le monde est constitué de plusieurs cultures selon les milieux. À chaque changement de milieu, l’homme, ne
partageant pas forcément les mêmes coutumes et valeurs de son pays d’accueil, est confronté à des problèmes
de diversités de culture.

Dans ce document nous allons traiter le problème et suggérer des solutions d’interculturalité qui est l'ensemble
des relations et interactions entre des cultures différentes, générées par des rencontres ou des confrontations
qualifiées impliquant des échanges réciproques. Elle est fondée sur le dialogue le respect mutuel et le souci de
préserver l'identité culturelle de chacun.
II. Tabous et préjugés
1. Définitions des concepts

a. Tabou : Interdit d’origine sociale qui frappe un être, un objet ou un acte en raison du caractère sacré ou impur qu’on
leur attribue. Interdit de nature sociale et morale.
Exemples :
 Parler de la sexualité dans les familles africaines
 L’homosexualité et l’avortement sont des sujets tabous du fait qu’ils sont interdits par le Christianisme et l’Islam.
 Parler de l’argent et de la religion en France

b. Préjugé : Jugement provisoire formé par avance à partir d’indices qu’on interprète. Opinion préconçue, parti pris.
Exemples :
 Les personnes chauves sont considérées comme riches (Togo)
 Les hommes russes sont alcooliques
 Les Congolais ne savent que danser et chanter

 
2. Difficultés

Les préjugés ainsi que les tabous sont souvent sources des problèmes liés à l’interculturalité. Dans les lignes qui suivent, nous allons en
énumérer quelques uns :
• Le préjugé selon lequel les Blancs seraient plus intelligents que les Noirs. Ce préjugé, en créant un complexe d’infériorité chez les
uns et le complexe de supériorité chez les autres, est source des problèmes liés à ’interculturalité.
• Les jeunes peuvent avoir des troubles d’appartenance du fait qu’ils veulent s’identifier à la culture et au mode de vie du pays
d’accueil, tout en restant fidèles à la tradition de leur pays d’origines  

• Quitter son pays s’accompagne d’une angoisse, d’un sentiment de perte d’identité qui peut être accentué par un éventuel accueil non
chaleureux dans le pays d’immigration
III. Comment s’intégrer malgré les contraintes

• S’ouvrir aux autres en étant empathique, tolérant, patient, curieux, …


• Pour s’intégrer, l’individu devra se différencier de son pays et devenir au fur et à mesure, semblable aux
autres dans le pays d’accueil. Il devra notamment adopter plus au moins leur coutume comme la façon de
s’habiller, de manger, de communiquer, apprendre leur langue sans pour autant singer ni adopter des
habitudes contraires à ses valeurs et principes.
• L’immigré devra nouer des liens amicaux, professionnels et autres avec les personnes de la communauté.
Pour mieux y arriver, la pratique des activités communautaires comme le sport en équipe ou encore les
rassemblements religieux sont des bonnes activités
• Développer son savoir-être
• Aimer la culture de son pays d’accueil pour mieux l’apprendre et la comprendre.
IV. CONCLUSION
La diversité a toujours été source de richesse. Il en est de même pour l’interculturalité qui est une diversité de
culture.
Toutefois, une fois mal vécue, cette richesse peut être source des difficultés engendrées par les tabous et
préjugés incompatibles propres à différentes cultures.
Ceci est un problème, un problème auquel nous avons suggérer multiples solutions qui peuvent se résumer en
ces termes : ''l’évolution vers une culture mixte '' ; la culture mixte étant celle où toutes trouvent un terrain
d’entente dans lequel elles s’épanouissent.