Vous êtes sur la page 1sur 17

LES 3 TYPES DE

MERCHANDISING
DEFINITION
 

Le merchandising est l’ensemble des études


et des techniques destinées à améliorer
l’implantation et la présentation des produits
dans un espace de vente, en vue d’accroître les
ventes et la rentabilité de ces produits.
Avant l’avènement des boutiques traditionnelles, le
merchandising à son stade primaire se retrouvait sur les
étales des marchés. Une vendeuse de mangue ou
d’oranges, tranchait un fruit et laissait voir la chaire
juteuse de celle-ci ; ceci afin d’attirer le client en lui
donnant envie.

EVOLUTI Les boutiques quant elles offraient derrière un


comptoir l’ensemble de l’assortiment. Ce qui présentait
ON l’avantage d’offrir aux clients une belle vue.
Au fil du temps les magasins ont amélioré la présentation
des produits pour les rendent plus attrayants.
Exemple les pharmacies.
L’aboutissement logique de cette évolution est le
libre service : le client se promène en toute liberté, sans
être importuné par un vendeur, prend ce qu’il veut, le met
dans son chariot et passe à la caisse.
RÔLE

Le rôle du
merchandising
est de
permettre :

De mieux écouler la D’adapter De rationaliser


marchandise en D’améliorer son l’assortiment à la gestion
améliorant son
exposition dans les étiquetage la demande des (rentabilité,
rayons. consommateurs stock )
Les trois types de marchandisage

Le marchandisage Le
D’organisatio marchandisage
n de gestion
Le marchandisage
de séduction
L’objectif de ce type de merchandising est de Il s’agit d’une organisation globale du point de
rechercher l’implantation du produit dégageant vente , l’étude des flux clients , les principes
le plus fort chiffre d’affaire et facilitant la d’implantation et les différents types de
compréhension du consommateur . produits à présenter.

LE MERCHANDISING
 D’ORGANISATION
Le marchandisage d’organisation
Il permet de faciliter au consommateur la recherche de produits dans le point de
vente par l’emplacement des rayons et la signalétique générale du point de vente..

La facilité de recherche par le client est fonction :


- de l'implantation des rayons dans le point de vente
- du rattachement du produit à une famille d'article, et par conséquent à un rayon
- du Circuit du client dans le point de vente , que l’on va influencer par l’organisation
des rayons dans le point de vente.

Les questions auxquelles le marchandisage d’organisation répond:


Le rayon est-il placé au bon endroit dans le point de vente?
Le produit est-il placé dans le bon rayon?
Le produit est-il au bon endroit dans le rayon ?

Pour cela il y a des principes d’organisation à respecter


Et quelques indicateurs à calculer.
LE MERCHANDISING DE SÉDUCTION

Il vise à aider le client à trouver plus vite son produit en suscitant


l’envi et en déclenchant l’acte d’achat.
C’est un travail basé sur l’imaginaire, le design, l’harmonie des
couleurs, logique des contrastes, éclairages directs ou filtrés, mises
en scène des produits, vitrines animées …Si la mise en scène est
attrayante, elle favorise les achats d’impulsion du client.
Aujourd’hui le merchandising de séduction est une discipline
parfaitement maîtrisée par les merchandiseurs et les étalagistes.
Le marchandisage de séduction
Éclairage
Sol Meuble
Le but est de séduire le client direct Mobilier en
Mur « imitation en forme
en rendant l'offre la plus des bois noir et
« poster » mer » de bateau
attrayante possible. produits blanc

Pour cela il faut mettre en place


des facteurs d’ambiance :
• Éclairage
• Mobiliers
• Musique d’ambiance
• Senteurs d’ambiance
Exemple d’une boutique 
Ce sont les facteurs qui créent le
bien être et le désir de prolonger
son séjour dans le magasin.

L’importance de
l'ILV (information sur le lieu de
vente) et de la PLV (publicité sur
le Lieu de vente) est également à
prendre en compte.
LE MERCHANDISING DE GESTION

Il facilite la gestion de
Il provient de la base des
l’espace affecté aux offres et
résultats chiffrés en
permet d’optimiser la
volumes, chiffres d’affaires
gamme et l’espace linéaire
ou marge mais en tenant
occupé (part de linéaire,
compte également des délais
mètre linéaire au sol ou
de paiement.
développé, facing…).
Le marchandisage de gestion

Son utilité est :


-d'optimiser la gamme (choix des produits à référencer ou à
déférencer)
-de calculer l'espace du linéaire à allouer à chaque produit.

Il provient de la base de résultats chiffrés : Chiffres d'affaires,


marge, quantités vendues (ventes en volume) .

Pour calculer la place accordée aux produits dans le linéaire, il faut


utiliser plusieurs indicateurs:

l'ISCA : indice de sensibilité au Chiffre d'affaires


l'ISMB :Indice de sensibilité à la marge
l'ISVOL :indice de sensibilité au volume
CARACTÉRISTIQUES
DU MERCHANDISING
Selon Keppner, un bon
merchandising doit obéir à la règle
des 5B: « le merchandising est la
satisfaction simultanée des points
suivants: le bon produit, au bon
moment, en bonne quantité, au bon
prix et au bon endroit ».
LE BON PRODUIT
C’est l’offre faite au consommateur pour répondre
à ses besoins .
Le point de vente doit proposer une gamme assez
large de produits pour que le consommateur ait le
choix entre plusieurs qualités, plusieurs prix et
différentes marques .
En outre, le bon produit est aussi synonyme du bon
packaging: son emballage, sa forme, sa couleur, sa
texture…
C’est l’adéquation dans le temps
LE BON entre la demande du consommateur
MOMENT et l’offre proposée ce qui nécessite
: une bonne connaissance des
marchés, de leur évolution et leur
saisonnalité.
LA BONNE QUANTITÉ:

A ce niveau c’est la gestion des stocks qui est


mise en valeur .
Cette gestion doit être effectué de manière à
assurer aux consommateurs la certitude de
trouver en permanence dans les linéaires,
l’ensemble des produits composant l’offre.
Pour être efficace, l’offre doit être
réalisée à un niveau de prix
conforme au marché local, voire
régional .
LE BON La fixation des prix s’effectue en se
PRIX: basant sur un ensemble de critères
par exemple le positionnement de
l’enseigne (haut de gamme, moyen
de gamme, hard discount) et la
concurrence locale…
LE BON ENDROIT:
Typologie du merchandising. A ce niveau intervient la notion
de gestion des linéaires. Dans les grandes surfaces ,
l’emplacement de chaque produit est précisément étudié pour
susciter l’acte d’achat.

Les produits superflus, souvent qualifiés d’achat « impulsifs »


comme les chewing-gums , petits sucreries …se trouvent juste
avant les caisses ainsi les clients qui attendent leur tour
achètent ce produit sans réfléchir.