Vous êtes sur la page 1sur 50

COURS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE

DES OBLIGATIONS ET CONTRATS


PROFESSEUR: MR. JAOUAD EL MALOUF

L’année universitaire 2019/2020


INTRODUCTION GÉNÉRALE

• Le dahir des obligations et contrats fut élaboré en 1913 par


une commission de juristes français, musulmans et tunisiens.
Pendant les premières années de l'indépendance, le champ
d'application du DOC régissait des étrangers de la loi du 26
janvier 1965 a rendu le DOC applicable devant les juridictions
unifiées et a élargi le champ d'application du DOC aussi bien
aux étrangers qu'aux nationaux. L'objet de notre cour serait
l'étude des règles générales notamment celles qui résultent
d'un acte juridique (contrat)
DÉFINITION ET CLASSIFICATION DES
OBLIGATIONS :

• Définition : le terme obligations à plusieurs sens, en droit commercial il


désigne un titre émis par une société commerciale, elle peut être employée pour
désigner un devoir de respecter une décision ou prescription de l'autorité
publique, en droit civil l'obligation à un double sens : le premier sens désigne
une prestation due par le débiteur à son créancier, exemple dans un contrat de
vente, l'acheteur à l'obligation de verser le prix , dans un sens plus large et
exprime un lien de droit entre deux personnes, cela veut dire que son exécution
peut être réalisée par la justice.
• L'obligation comporte donc l'idée de devoir.
• L'obligation suppose donc l'idée de la contrainte donc la possibilité des
créanciers d'obtenir un remboursement. (Contrats d'inexécution) le droit
envisage plusieurs voies publiques (dommages et intérêts, contrainte par corps,
l'astreinte) et des voies privées (exception d'inexécution et/ou le droit de
rétention) cet aspect de contrainte permet de distinguer l'obligation civile des
autres obligations morales ou religieuses.
La classification des obligations : Il existe plusieurs façons de classer
les obligations. On peut classer les obligations selon la source et selon l'objet
(devoir travaux dirigés).L’obligation peut être une rédaction sans conditions,
l'obligation est inconditionnelle lorsqu'on la fait dépendre d'un élément futur et
incertain, l’obligation peut être une obligation à terme. L'obligation à terme veut
dire : c'était un élément futur mais l'arrivée est incertaine. Le terme ne suspend
pas exécution mais il la retarde, à côté de l'obligation à terme il existe une
pluralité d'obligations qu'on regroupe généralement en deux parties :--
l'obligation de moyens.-- obligation de résultats. Dans l'obligation de moyens, le
débiteur est tenu d'employer tous les moyens possibles en vue d'obtenir un
résultat, exemple : le médecin ne s'engage pas à guérir son patient mais à faire
son possibles pour le soigner. L'obligation de résultat : le débiteur est tenu
d'atteindre un résultat précis, exemple : le transporteur est tenu de transporter
les passagers à bon port. Que ce soit au niveau de obligation de moyens de
obligation de résultat, et que la faut dans le premier cas est approuvée (il faut
qu'elle soit prouvée par la victime).elle est présumée. Dans le deuxième cas, le
débiteur ne peut pas s'exonérer (la présomption) que s'il prouve de la qu’il y a
eu un cas de force majeure.
La classification moderne : La classification moderne retient le
fait juridique et l'acte juridique. L’acte juridique c'est une manifestation de
volonté destinée à produire un effet juridique. L'acte juridique peut être
unilatéral (une seule volonté se manifeste) exemple : une donation. L'acte
peut être bilatérale (il existe une diversité de contrats) exemple : les
contrats solennels (contrats de mariage) ou l'écrit est important, les
contrats aléatoires (contrat d'assurance, contrats d'adhésion, crédit,...
Etc.)Les faits juridiques sont tous les faits qui ne dépendent pas de la
volonté de leur auteur et qui fait naître une obligation Le contrat ne
pourrait pas valablement se former, le droit impose des conditions de fond
et de forme à fin de prévoir les risques et d'assurer la protection des
contractants et de la société.Nous allons traiter quatre mini chapitres.
LE PLAN
• Chapitre I : quelles sont les conditions de fond de la
validité du contrat ?

•  Chapitre II : quand le contrat est-il annulé ou peut-il


être annulé ?

• Chapitre III : quelles sont les effets du contrat ?


CHAPITRE I : LES CONDITIONS DE FOND DE LA VALIDITÉ DU
CONTRAT.


L'article 2 et l'article 33 du dahir des
obligations et contrats stipule qu'un contrat
ne peut se former valablement que si
certaines conditions de fond sont réunies, en
effet il faut que les parties aient voulu
s'engager (problème du consentement
section 1), il faut qu'ils aient la qualité de
contracter (problème de capacité section 2),
les parties doivent avoir un objet déterminé
licite et légal (section 3) il faut que les parties
ici si leurs obligations (le pourquoi)
SECTION 1 : LE CONSENTEMENT

Trois problèmes se posent à ce niveau :


1 -- pourquoi le consentement doit-il exister ?
2 -- quelle forme prend-il et comment est-il exprimé ?
3-- quels sont les défauts qui sont susceptibles de porter
atteinte à ce consentement et lui enlever toute valeur
contractuelle (les vis, les défauts de ce consentement).
1. LA NÉCESSITÉ DU CONSENTEMENT

• La théorie classique du contrat repose sur le


principe de l'autonomie de la volonté qui est
un principe philosophique et juridique, ce
qui signifie que l'Homme est libre par
essence et par conséquence il ne peut
s'obliger que par sa propre volonté, et c'est
cette volonté qui engendre le principe du
consensualisme qui doit être exprimé et
extériorisé.
2 . LA MANIFESTATION DU
CONSENTEMENT
• Il ne suffirait pas que mon consentement existe, de manière abstraite il faut
encore qu'il soit extériorisé, pour cela ne processus du consentement comporte
trois étapes :
• 1e étape : l'offre
• L’offre est généralement expresse, elle peut être écrite comme elle peut être
orale, le fait d'exposer des objets dans une vitrine constitue une offre. Une
offre peut être faite au public, elle peut être privée elle peut être assortie d'un
délai ou l'offrant n'a pas le droit de se rétracter, de se délier durant cette
période, l'offre peut être sans délai.
• La révocation est possible après un délai raisonnable.
• 2e étape : l'acceptation
• C’est une manifestation de volonté par laquelle une personne donne son
accord, elle doit être l'adhésion au contenu précis de l'offre.
3e étape : le consentement
Le contrat est conclu lorsque l'offre est ferme, non équivoque précise et
complète. manant d'un contractant est accepté d'une manière explicite non
équivoque et sans réserve.
La question qui se pose c’est celle du problème du contrat entre absents.
Deux thèses se posent :
-- la thèse de l'émission : on retient le jour où la lettre est postée.
-- la thèse de la réception : tant que l'acceptation n'est pas connue, la
volonté n’existe pas.
ce jour aucune loi ne tranche cette question, les juridictions de fond
adoptent l'une ou l'autre théorie.
Cette théorie a été développée dans le cas des contrats de vente qui porte sur
les marchandises qui peuvent être détruites.
En conclusion : pour qu'un contrat soit valablement conclu il faut que le
consentement soit intègre, c'est-à-dire non vicié.
Un consentement est considéré comme vicier lorsqu'il y a altération de la
volonté dans son élément de conscience (article 39 du DOC indique que le
contrat doit être annulé lorsque le consentement est donné par erreur,
surpris par Dol ou extorquer par violence.
3 . LA THÉORIE DES VICES DU CONSENTEMENT

• A. L’erreur: Les articles 40, 41, 42, 43, 44,45 définissent l'erreur comme
une représentation inexacte de la réalité par l'un des contractants, l'article 40
: « l'erreur de droit donne ouverture à la rescision lorsqu'elle tombe sur
l'identité, l'espèce, la qualité de l'objet, cause déterminée du consentement. ».
L'appréciation de l'erreur relève du juge qui tient compte de l'expérience, de
l'âge, du sexe,... Etc., certains auteurs opposent l'erreur sur la substance et les
erreurs sur la personne.
l'erreur sur la substance est considérée comme vice du consentement, c'est-à-
dire c'est l'erreur qui empêche la rencontre de deux volontés, de ce fait le
contrat est entaché d'une nullité absolue, l'erreur doit être excusable et non
grossière, elle est appréciée inconcreto.
L'action de rescision et prescrite dans tous les cas pour 15 ans à partir de
l'acte (article 314 du DOC).
L'erreur, il faut qu'elle soit spontanée et non pas provoquée.
B. LE DOL

• Le dol c'est des manoeuvres pour induire une personne en


erreur à fin qu'elle signe (articles 52 à 56). Le dol est une
escroquerie ou bien tromperie destinée à pousser une personne à
conclure un contrat, le dol est provoqué donc la responsabilité
civile existe puisque d'un contractant un utilise des moyens
dolosifs, ce sont des artifices, des fraudes à fin d'induire le co-
contractant en erreur, il existe deux éléments dans le dol, il y a
l'élément moral et l'élément matériel.
Il existe le dol bonus et le dol malus dans le commerce.
La réticence dolosive (le silence) peut être considéré comme un
dol bonus dans le commerce.
C. LA VIOLENCE

• C’est pression exercée sur la volonté de l'une des partis pour la


contraindre à contracter, elle est prévue dans les articles 46 à 51 du
D.O.C, et se distingue de l'erreur et du dol, en effet dans l'erreur, la
partie se trompe, dans le dol elle est trompée et dans la violence sa
volonté n’est plus libre, il s'engage sous la contrainte, le contractant
s'engage en connaissance de conséquence, son consentement est vicié
dans son élément de la liberté.
Pour donner ouverture à la rescision, la violence doit être
déterminante et illégitime.
Le caractère déterminant de la violence de se réfère à la gravité de la
violence, en effet il faut que la violence soit de nature à faire pression
sur la victime compte tenu de son âge, son activité, son niveau
intellectuel,... Etc.. Non seulement les parties aient voulu s'engager,
mais il faut en plus qu'ils aient la capacité de contracter.
SECTION II: LA QUALITÉ DE
CONTRACTER
• La qualité est appréciée différemment, en effet si celui qui
contracte pour son propre compte doit avoir la capacité de
le faire et celui qui contracte pour autrui doit avoir le
pouvoir de le représenter.
.
Définition de capacité : le DOC dans son article 3 ne donne
pas une définition exacte et claire de la capacité, il la défini
comme étant réglée par la loi qui régit le statut personne,
toute personne est capable d'obliger et de s'obliger. Si elle
n'en est déclarée incapable par la loi.
PARAGRAPHE 1 : LA CAPACITÉ DE CONTRACTER POUR SOI-
MÊME

• L’accord de volonté qui constitue le contrat ne peut


produire effet que s’il émane de personnes ayant la
capacité de contracter, cette capacité est définie comme
l'aptitude d'une personne à participer à des actes
juridiques, cette personne est non seulement titulaire de
droits mais il faut qu'elle exerce ses droits.
 la capacité d'exercice : normalement, toute personne a le droit
de contracter personnellement des actes, cependant cette capacité d'exercice
peut être retirée à des personnes jugées incapables pour assurer la défense
de leurs intérêts en raison de l'âge où d'une altération mentale, ces personne
ne peuvent contracter que par l'intermédiaire d'un représentant légal, le
mineur ne peut agir seul dans la vie juridique, en situation normale c'est le
père qui est responsable de ses actes, en cas de décès du père, le tuteur sera
désigné par un juge. Le code statut personnel fait une distinction du mineur
à partir 15 ans, car il peut à titre d'expériences récupérer les biens pour les
gérer, (le juge accorde l'autorisation même si le tuteur refuse) le code du
statut personnel déclare la majorité à 18 ans et pleinement capable pour
gérer ces biens. L'émancipation du mineur permettra d'accomplir des actes
juridiques, toutefois, le représentant qui émancipe le mineur doit surveiller
une série d'actes qui risquent d'appauvrir le patrimoine du mineur (des
actes administratifs et de dispositions).
 la capacité de jouissance : c’est l'aptitude à être sujet de
droit, par conséquent l'incapacité de jouissance prive l'individu de tous ses
droits ; c'est une privation du droit de contracter, c'est pourquoi toute
incapacité de jouissance suppose une incapacité d'exercice, mais l'inverse
n'est pas vrai, la capacité de jouissance suppose absence de la personnalité
juridique. Le fondement de cette incapacité de jouissance article 8 du code
pénal permet aux juridictions répressives de prononcer à l'encontre pour
crime et les délits, l'interdiction d'exercer une profession, exemple le juge
pénal peut condamner un banquier pour abus de confiance.

En conclusion : la sanction c'est la nullité des actes conclus par des


personnes frappées d'une incapacité de jouissance.

En conclusion : la loi limite de également la capacité aux associations à fin


qu'elles ne deviennent puissantes, en effet, elles ne sont autorisées à
acquérir ou à acheter des biens que si ces derniers sont nécessaires à leur
activité (article 6 du dahir du 15 novembre 1958).
le pourquoi
L’article 2 du DOC énumère l'objet parmi les éléments nécessaires à la validité du
contrat.

L'article 57 du DOC précise que l'objet du contrat doit non seulement exister et
être licite. Mais aussi déterminé et possible.

La définition de l'objet : l'objet d'une obligation c’est la prestation qui est due par
le débiteur à son créancier, il peut s'agir de transfert de propriété, il peut s'agir
d'accomplir un fait, ou d'inobservation d'une action, observation d'abstention,
l'objet du contrat doit être défini comme une opération juridique, (gérer un contrat
afin d'exploiter un terrain). Un contrat n'est valable que si l'objet existe, les parties
ne peuvent jamais contracter dans le vide, cependant si la chose objet du contrat
doit exister, il n'est pas nécessaire que l'objet existe au moment de la conclusion du
contrat, cependant si les parties s'engagent dans des liens contractuels, concernant
l'objet du contrat, cela n'est pas si facile à déterminer. Si objet du contrat porte sur
des corps certains, dans ce cas le problème ne se pose pas, car par hypothèse que
l'identité est déterminée en revanche lorsque l'objet du contrat porte sur des choses
de genre, le degré de la détermination est variable selon l'espèce la quantité et la
qualité.
-- l'espèce : elle est obligatoire au moment de la conclusion
du contrat (article 58 du DOC).
-- la qualité : la qualité de la chose objet du contrat est
important car les parties ont intérêt à la préciser, la
précision de la qualité est déterminée en cas de conflit.
-- la quotité : il n'est pas nécessaire que la quantité de objet
soit mentionnée mais qu'elles soient déterminées au
moment de l'exécution du contrat, exemple : le client paie
une somme d'argent déterminable par référence à une
certaine quantité d'eau et d'électricité.

L'espèce la qualité et la quotité constituent la condition


pour déterminer l'objet portant sur des choses de genre.
La licéité
le contrat ne peut porter que sur des choses qui sont dans le commerce, en effet la liberté
contractuelle a aussi ses limites en principe d'autonomie de la volonté, en effet des
individus ne peuvent contracter sur des objets qui sont hors du commerce (article 57 du
DOC). Au Maroc le porc, le vin, la prostitution, la drogue sont considérés comme impure
et ne peuvent faire l'objet d'un contrat.
Le contrat n'est valable que si les obligations qui en découlent sont susceptibles
d'exécution article 59 du DOC : « est nulle obligation qui a pour objet d'une chose ou un
fait impossible physiquement ou en vertu de la loi ». Cet article ne fait que reprendre à
travers le droit français et une vieille maxime qui remonte au droit romain et selon
laquelle « à l'impossible nul n'est tenu », cette impossibilité peut être matérielle ou
physique (l'engagement de toucher le ciel au droit des obligations est nulle)

Le pourquoi je m'engage

Si l'objet est défini comme la prestation due par le débiteur à son créancier c'est la raison
pour laquelle le débiteur et le créancier s'engagent (article 2 du DOC cite la cause comme
l'élément indispensable pour l'obligation, article 52 du DOC l'obligation sans cause ou
fondée sur une cause illicite et non avenue, la cause est illicite quand elle est contraire aux
bonnes moeurs, à l'ordre public ou à la loi.
La notion de la cause (le pourquoi)
la cause peut être entendue, soit dans le sens de la raison immédiate et directe de l'engagement,
la deuxième signification de la cause peut être entendue comme le mobile ayant déterminé à
contracter, c'est deux façons d'entendre la cause traduisent l'évolution a convenu la cause, en
effet dans la théorie classique, le droit ne prenait en considération que la cause abstraite, en
effet la théorie classique ne cherchait pas à savoir le pourquoi, mais juste la contrepartie de la
prestation ; la théorie classique était motivée par le souci de respecter le secret contractuel.
Cependant cette théorie s'est révélée inopérante et pour la moralisation de la liberté
contractuelle une théorie moderne avait été proposée : la cause est entendue non pas comme le
résultat escompté de l'opération, mais comme le mobile concret impulsif et déterminant qui a
poussé à conclure l'opération.

La position du législateur Marocain se situe entre les deux sens, en effet le DOC sanctionne non
seulement l'absence de la cause mais il insiste également sur l'obligation avec une cause illicite et
nulle (les contrats ayant pour objet le corps humain sont justifiés par la théorie de la cause qui
s'attache à rechercher les motifs ayant incité à la conclusion de l'opération, l'article 65 : lorsque
la cause exprimée est démontrée fausse ou illicite c'est à celui qui soutient que l'obligation est
illicite qui doit prouver. La jurisprudence annule les contrats pour cause illicite ou immorale
que dans la mesure où cette cause a été connue (ce qui pose problème de la preuve).
CHAPITRE II : LES EFFETS DU CONTRAT.

• Lorsque un acte qui a été régulièrement conclu, il convient


de se demander quel effet il produit à l'égard des parties et
à l'égard des tiers (voir stipulation pour autrui).

Si le débiteur est tenu par l'exécution du contrat, il ne peut


se dégager unilatéralement de ces obligations, la révocation
ne peut se faire que par un consentement mutuel ou par la
loi.
SECTION1 : LA FORCE OBLIGATOIRE OU
L'INTANGIBILITÉ DU CONTRAT
• Article 130 du DOC : les obligations contractuelles valablement formées tiennent lieu de
loi à ceux qui les ont faits et ne peuvent être révoqués de leur consentement mutuel dans
les cas prévus par la loi, en effet les parties doivent exécuter les obligations qui découlent
de l'acte juridique.
Le contrat constitue la loi des parties, c'est-à-dire que l'acte s'impose de la même
manière de la loi de 24 4.

La force obligatoire du contrat interdit à l'une des parties de détruire unilatéralement le


contrat, cependant les deux parties peuvent d'un commun accord révoquer, la révocation
constitue une nouvelle convention, elle doit remplir toutes les conditions requises pour la
validité du contrat, l'article 395 prévoit que la résiliation est soumise quant à la validité
aux règles générales des obligations contractuelles, la force obligatoire du contrat
s'impose non seulement aux parties mais également au juge qui doit respecter les
obligations qui découlent de l'action, en effet il ne peut modifier les clauses (les trêves) du
contrat, il doit cependant rechercher la volonté réelle, la requalification du contrat est
une question de droit soumis au contrôle de la cour suprême exemple d'un contrat de
vente peut être requalifié par le contrat de donation.
La révision judiciaire :
si le contrat est l'oeuvre des parties il ne peut être modifié que par les
parties, les modifications du contrat par la loi est exclue, car elle
bouleverse les prévisions des parties, par contre on peut réviser le
contrat à la suite de modifications de la loi, c'est la révision législative.
Le législateur édicte des mesures favorables aux salariés, il peut
modifier les contrats en cours d'exécution. La révision législative du
contrat est possible.

La révision pour imprévision

La révision du contrat est un problème très délicat comme en


témoigne la diversité des solutions retenues par le droit positif, avant
de préciser la solution marocaine (B.) il convient de bien situer le
problème (A.).
I -- LA POSITION DU PROBLÈME ET LES
THÈSES EN PRÉSENCE
•1 . la position du problème
a -- les partisans de la révision
Le problème se pose lorsque l'exécution des obligations naît du contrat se trouve modifiée par
des circonstances postérieurs à la conclusion du contrat, ces circonstances rendent l'exécution
de l'une des parties de plus onéreuses, ces circonstances sont dues à une dévaluation de droit
de la monnaie, à une hausse des prix (la construction d'un barrage entraîne une augmentation
des prix et donc un bouleversement des prévisions).

Quelque soit la source des circonstances qui rend l'exécution plus onéreuse, la question qui se
pose, la partie victime de l'imprévision peut-elle demander la révision de son contrat en vertu
de la théorie de l’imprévision ? Cette question a suscité des partisans de la théorie et les
adversaires.

La théorie de l'imprévision n'est le cas fortuit, en effet dans la théorie de l'imprévision


l'exécution devient plus chère mais possible dans le cas de force majeur l'exécution devient
impossible.
2 . LES THÈSES EN PRÉSENCE

• animés par l’idée de justice et d'équité, certains auteurs refusent de faire de


supporter à l'une des parties les conséquences de modifications des circonstances
qui sont arrivés ultérieurement à la conclusion du contrat, ces auteurs sont pour la
révision pour imprévision.

Les auteurs qui sont pour la révision pour imprévision se basent sur des théories
juridiques (l'enrichissement sans cause, la lésion, Rébus Sic Stantibus « si les choses
restent à l'état »), il s'agit de justifier la révision pour imprévision par la volonté
des parties, en effet en vertu d'une clause tacite selon laquelle l'engagement donné
par les parties est subordonné par le maintien de des circonstances existantes au
moment de la conclusion du contrat, par conséquent toute modification postérieure
à la conclusion du contrat doit systématiquement autoriser soit la révision soit la
résiliation. Le droit Marocain ne fait pas de l'équilibre des prestations une
condition de la validité du contrat, le droit marocain ne protège pas les contractants
imprudents ou imprévoyants (sous réserve de certaines dispositions légales).
b -- les adversaires de la révision.

Ils sont plus nombreux, ils invoquent à


l'appui de leur thèse plusieurs arguments :
-- la force obligatoire du contrat (voir avant)
-- la sécurité du commerce juridique
-- le risque inflationniste
Les adversaires de la révision ont soutenu
que chaque révision déclenche d’autres
révisions.
II. -- LA SOLUTION DE DROIT MAROCAIN.

• Notre droit admet la révision pour imprévision dans certains cas, en effet le DOC ne
traite pas spécialement la révision pour imprévision. Les tribunaux marocains
utilisent l'article 230 pour rejeter les demandes révision pour imprévision sauf dans
des cas autorisés par la loi ou par une clause du contrat, en effet le caractère onéreux
ne peut être invoqué par le débiteur pour se délier de ces obligations il est obligé de
supporter les conséquences de l'évolution des circonstances économiques. Les
rédacteurs du DOC exclu la révision du contrat sauf si la loi autorise (b), les parties
ont la possibilité d’insérer dans leurs contrats des clauses d’imprévision (a).

a . les clauses relatives à la modification du contrat

La clause d'échelle mobile prévoit la variation automatique en fonction de plusieurs


indices, exemple un contrat ayant pour objet la construction d'un barrage il est
stipulé que le prix initialement convenu sera automatiquement réajusté en fonction
des prix des matières premières.
b -- le cas légal
Le seul cas de révision consacré par le DOC est prévu par l'article 243 relatif au
paiement de l'échéance, en effet des juges peuvent en considération de la position du
débiteur et en usant de ce pouvoir avec une très grande réserve accorder des délais
modéré pour le paiement de son obligation à côté de cette position prévue par la loi, il
existe deux textes légaux, c'est le dahir du 5 janvier 1953 relatif à la révision périodique
des prix de location et du loyer et la loi du 6/1979 qui autorise la révision périodique
pour la location commerciale et industrielle.

En conclusion :

En dehors de ces cas de révision prévus par une clause du contrat ou par disposition
légale, dans l'état actuel de notre droit le contractant ne peut invoquer l'imprévision
pour révision du contrat.
L'inexécution du contrat.
En principe l'effet d'une obligation quelle que soit sa source est d'astreindre le débiteur à
fournir la prestation qui en fait l'objet, cette exécution peut être volontaire, où forcée,
c'est ce qu'on appelle l'exécution forcée ; la question qui se pose : quels sont les moyens
dont dispose le créancier pour sanctionner la défaillance du débiteur ?

La force obligatoire du contrat implique des obligations réciproques, il arrive que le


débiteur exécute mal son obligation.
-- la première solution est celle qui consiste à obliger le débiteur à
s'exécuter en nature ou l'exécution forcée, cependant, le procédé de
l'exécution forcée obéit à un certain nombre de conditions, en effet, il faut
que le créancier soit muni d'un titre exécutoire (a).

-- la deuxième solution est l'exécution par équivalence (dommages et


intérêts), cette exécution par équivalence existe dans le cadre d'une action
en responsabilité contractuelle (b), le créancier peut faire sanctionner la
défaillance de son débiteur en demandant au juge la résolution judiciaire.

-- enfin le créancier peut sanctionner lui-même la défaillance de son


débiteur en refusant d'exécuter sa propre obligation.

L'exception d'inexécution
Qu’il s'agisse de l'exécution forcée de la résolution judiciaire de
l'exception d'inexécution, le créancier doit mettre son débiteur en
demeure.
La mise en demeure (la sommation)
le mot demeure vient du latin MORA (retard) dans l'exécution d'une obligation, c'est un acte
juridique par lequel un créancier enjoint dans les formes légales son débiteur d'exécuter son
obligation, c'est une sommation par acte huissiers permettant au créancier à réclamer à
compter de sa date des dommages et intérêts de retard.

La question que l'on se pose, faut-il engager la responsabilité civile du débiteur, lui rappeler son
obligation en lui demandant de l'exécuter en le mettant en demeure ?

Il existe deux réponses à ce niveau, la première réponse est en faveur de la mise en demeure, les
tenants de cette thèse exigent que le créancier adresse un avertissement à son débiteur avant de
procéder à l’exécution forcée.
Le droit français admet que le créancier qui ne l’exige pas expressément est implicitement
d’accord pour leur consentir un délai, cette thèse est favorable aux débiteurs.

La deuxième solution existe chez les anglais et les suisses, elle n'exige pas la mise en demeure, le
débiteur connaissant la date à laquelle il doit exécuter, n'a pas besoin que l'on lui rappelle et si il
n'exécute pas son obligation, il est en demeure de pleine loi.

La position du DOC en la matière est ambiguë, le DOC distingue selon qu'un terme a été fixé ou
non pour son exécution.
*si le terme est fixé, c'est l'article 255 du DOC le débiteur est constitué en demeure par la
seule échéance du terme.

*si le terme n'est pas fixé : « si aucune échéance n'est établie, le débiteur n'est constitué en
demeure que par une interpellation formelle, elle peut être par écrit, résultée d'un
télégramme, d'une lettre recommandée, citation en justice. »
Les effets de la mise en demeure ce sont les intérêts dus par le débiteur en raison de son
retard (intérêts moratoires), la mise en demeure une fois déclenchée, l'exécution forcée
peut se déclencher, cependant l'exécution n'est pas toujours possible.

La distinction entre l'obligation de verser une somme d'argent ne se pose pas à ce niveau
puisque le créancier peut s'adresser à la justice pour saisir les biens de son débiteur et les
faire vendre, l'obligation de livrer un corps certain, le créancier peut faire appel à la force
publique.

Lorsqu'il s'agit d'une obligation de faire ou ne pas faire, la question est délicate, en effet
l'exécution forcée suppose une contrainte directe sur le débiteur.
C'est pour cela que le DOC dans son article 261, l'obligation de faire se résout en
dommages et intérêts en cas d'inexécution, si l'accomplissement n'exige pas l'action
personnelle du débiteur, le créancier peut s'adresser au juge pour obtenir l'autorisation de
faire exécuter la prestation aux frais du débiteur.
Quels sont alors les moyens qui conduisent à l'exécution forcée ?

Il existe des moyens d'intimidation (publique), exemple : l'astreinte, lorsque le juge


condamne une personne à se libérer de son obligation contractuelle, il peut assortir son
injonction d'une astreinte ; la menace de sanctions pénales ; la contrainte par corps, c'est
un droit pour le créancier de faire emprisonner son débiteur défaillant, en effet le
créancier devient juge puisque l'article 680 du code de la procédure pénale Lui donne ce
droit, il peut également le libérer « le circulaire du ministre de la justice avril 2003 relatif à
l'application de la contrainte par corps pour les dettes contractuelles devaient mettre fin
aux abus, la contrainte par corps, une institution injuste, ne s'applique qu'aux dettes
publiques ; à côté de ce procédé d'intimidation, il existe des procédés d'exécution, il s'agit
des saisies d'exécution, c'est-à-dire la saisie des biens mobiliers ou immobiliers des
créanciers seront remboursés proportionnellement à leur créance.

La saisie conservatrice : c'est une mesure destinée à conserver le patrimoine du débiteur


en empêchant de la faire sortir.
La saisie arrêt : (dommages et intérêts)
B. l'exécution par équivalence

le DOC réglemente séparément la responsabilité qui


découle d'un délit (responsabilité délictuelle article 77) et
celle qui résulte d'inexécution d'une obligation article 261
du DOC, ces deux responsabilités constituent les deux
volets de la responsabilité civile ; la responsabilité
contractuelle trouve sa source dans le contrat, elle ne joue
contre les deux parties, elle ne peut résulter que d'une
inexécution. Elle apparaît comme un régime d'exception
par rapport à la responsabilité délictuelle, quand l'une de
ces deux conditions n'existe pas, nous sommes dans le
régime délictuel.

Les conditions de la mise en oeuvre de la responsabilité


contractuelle
I . dommages (préjudice)
le dommage peut être matériel au moral, il doit être certain, en effet régime
ne pas accorder une réparation pour dommage incertain, il faut qu'il soit
actuel, il peut être futur si il revenait un caractère de certitude
incontestable.

II . la faute
L’étude de la faute en matière de responsabilité contractuelle soulève une
question, en effet, on se pose la question suivante :

L’inexécution doit être fautive pour être source de responsabilité ?


Si la réponse affirmative, le créancier insatisfait ne peut obtenir réparation
qu'en prouvant la faute, en revanche si la réponse est négative le créancier
n'a pas à prouver la faute du débiteur car ce dernier est présumé fautif, sauf
cas de force majeure (article 268), cette interprétation n'est valable que
quand il s'agit d'une obligation de résultat, des obligations de moyens, c'est
le créancier qui droit apporte la preuve de la faute.
III -- le lien de causalité
L’inexécution n'est génératrice de responsabilité que dans la mesure qu'elle a un lien
direct avec le dommage subi, le lien de causalité ne peut être générateur de responsabilité
que si il est prédominant même si le dommage a été provoqué par plusieurs fautes, le rôle
du juge est très important à ce niveau, puisqu'il est seul à faire le tri pour déterminer et
évaluer les dommages et intérêts alloués dans le cadre de la responsabilité civile
contractuelle.

L'exception d'inexécution

C’est un moyen de défense du cocontractant lui permettant par une simple attitude
passive et sans recours au juge d'exercer une pression sur le débiteur défaillant à fin de
l'emmener à exécuter son obligation.
En droit français il n'existe pas de texte qui réglemente cette institution, il existe
cependant quelques textes relatifs à des contrats spéciaux.
En droit marocain, l'exception d'inexécution et consacrée par l'article 235, cependant
l'exception d'inexécution suppose la réunion de certaines conditions (B.) si il est
nécessaire de les connaître il faut préciser ces effets (C.) ainsi que son fondement (A.)
A . LES FONDEMENTS DE L'INSTITUTION

• le droit de refuser de fournir la prestation en réplique à


une attitude semblable de son débiteur peut s'expliquer
par le recours à la théorie de la…………….., en effet si
l'une des parties n'exécute pas sa propre obligation,
l'exécution de celle-ci n'a plus de cause, on a fondé encore
l'exception d'inexécution sur la volonté présumée des
parties (on présume que l'exécution sera simultanée).
L'exception d'inexécution ne doit pas être confondue avec
la résolution conventionnelle qui entraîne la disparition du
contrat et l'exception d'inexécution entraîne une simple
paralysie provisoire.
B . LES CONDITIONS DE L'EXCEPTION
D'INEXÉCUTION
• L’article 235 du DOC précise que l'exception d'inexécution joue
dans les contrats bilatéraux, l'exception d'inexécution s'applique
aux obligations de faire ou ne pas faire est aussi de donner,
exemple : l'architecte peut refuser le paiement du prix en cas de
refus du vendeur de procéder à l'accomplissement nécessaire...
L'interdépendance des obligations, il faut donc que les deux
obligations dérivent d'un même contrat, il faut qu'il y ait un
différend d'exécution.
L'exception d'inexécution doit-elle être fautive ? La réponse est
négative, qu'elle résulte de la faute du débiteur ou d'un cas de
force majeure, l'inexécution ouvre la possibilité d'invoquer
l'exception d'inexécution.
C . les effets de cette exception d'inexécution

Elle entraîne une paralysie avec suspension de


l'exécution.

D . la résolution judiciaire

L’article 259 stipule que lorsque l'un des deux


cocontractants n'exécute pas son obligation, le créancier
peut reprendre sa liberté en demandant la résolution
judiciaire. Celui qui n'a pas tenu son obligation sera
sanctionné. La résolution du contrat n'a pas lieu de plein
droit, mais elle doit être prononcée par la justice.
CHAPITRE III : LA THÉORIE DES
NULLITÉS
• L’annulation est une sanction qui prive le contrat de son efficacité. L'annulation
n'est pas l'inopposabilité, exemple : un contrat annulé le produit aucun effet entre
les parties ni à l'égard des tiers, le contrat frappé d'inopposabilité reste valable entre
les parties, ce n'est pas la résiliation, l'annulation sanction une irrégularité commise
lors de la formation du contrat ; la résolution concerne un contrat régulièrement
formé et qui sera détruit par un événement postérieur (cas de force majeure),
cependant dans les deux cas le contrat annulé aura un effet rétroactif, l'annulation
n'est pas la caducité, celle-ci provient d'un événement postérieur à la conclusion
d'un contrat, l'annulation trouve sa source au moment de la naissance du contrat,
l'annulation efface le contrat avec effet rétroactif, la caducité n'a pas d'effet
rétroactif, l'acte juridique de produira ces effets que dans l'avenir, l'annulation ce
n'est pas suspension, l'annulation fait disparaître le contrat, alors que la suspension
ne fait que le geler, le contrat peut reprendre son existence par la suite, cette
technique est utilisée notamment en matière de droit de travail, à travers ces
précisions nous verront dans une section 1 les domaines respectifs de la nullité et de
la rescision, dans une section 2 les conditions de sa mise en oeuvre et les effets de
l'annulation dans une section 3.
SECTION 1 : LES DOMAINES RESPECTIFS
DE LA NULLITÉ ET DE LA RESCISION
• Les rédacteurs du DOC ont fait la distinction entre la nullité et la rescision.
En effet la nullité et consacrée par l'article 300 à 310 du DOC. La nullité sanctionne la
violation des règles protectrices de « l'intérêt général », exemple : sont frappés de nullité
des contrats dans lesquelles la cause ou l'objet sont illicites.

La rescision est traitée dans l'article 311 à 318, elle sanctionne le contrat conclu en
violation des règles protectrices de l'intérêt privé, ces règles peuvent être relatives à
l'intégrité du consentement et l'incapacité.

On peut dire que le DOC délimite la nullité de la rescision et cette délimitation est
fondée sur l'importance de la règle fondée.

Le droit français fait la distinction entre la nullité relative et à la nullité absolue, mais
aujourd'hui la jurisprudence présente un nouveau fondement qui est lié à l'intérêt
général ou privé.

Le droit français distingue la nullité relative quand il y a un vice dans le contrat, de la


nullité absolue quand il y a absence de l'objet ou de la cause.
SECTION 2 : LA MISE EN OEUVRE DE LA
NULLITÉ
• Normalement l'annulation du contrat est une sanction judiciaire, c'est une
déclaration par le tribunal que l'acte est nul.

Quels sont les moyens pour annuler le contrat ?

Il n'y a pas de distinction à faire entre nullité rescision, l'une et l'autre


peuvent être invoquées aussi bien par la voie d'action de que par la voie
d’exception.
La voie d'action : l'acte ou le contrat est déjà exécuté, de cette hypothèse
celui qui veut obtenir l’anéantissement du contrat prend l'initiative et
demande au juge de constater qu'il manque un élément de sa validité, quant
à la voie d'exception, le contrat n'est pas encore exécuté, le défendeur peut se
rejeter la demande de l'exécution en invoquant la nullité de la rescision, on
dit qu'il soulève l'exception de nullité.
Qui doit (peut soulever) mettre en oeuvre la nullité ou la
rescision ?
Pour ce qui est de la nullité absolue, comme la nullité est destinée à faire disparaître un acte
contraire à l'ordre public, il est normal qu'elle soit ouverte à toute personne intéressée.

L'intéressé et celui qui doit justifier d'un intérêt juridiquement protégé (contrat de bail,...)

Généralement ce sont les parties qui peuvent convoquer la nullité afin de faire disparaître
un acte juridique contraire à l'ordre public. Exemple : les héritiers, les ayants cause ; leur
propre situation dépend de l'efficacité du contrat conclu.
Les créanciers…………….. ce sont les créanciers du vendeur qui peuvent invoquer la
nullité pour protéger leurs droits et réintégrer la chose vendue dans le patrimoine de leur
débiteur est augmenté la chance de se faire rembourser (l'action oblique) le juge peut
soulever d'office la nullité si la personne habilitée à invoquer ne fait pas.
Le ministère public en la personne du procureur du roi
et dont le rôle est de veiller sur l'ordre public peut
soulever la nullité absolue.
La rescision est destinée à sanctionner l'inobservation
des règles protectrices de l'intérêt privé et donc et le peut
être invoqué que par ce dont la protection est recherchée
par la règle juridique.

Aussi, la décision pour cause d'erreur, de dol, violence ne


peut être invoquée que par la victime et ces héritiers
(article 313)

Elle ne peut être soulevée ni par le ministère public ni


par le juge.
SECTION 3 : LES EFFETS DE L'ANNULATION

• L'action de l'annulation doit-elle être totale ou partielle ?

Remarquons d'abord de cette question ne se pose pas si la totalité du contrat est viciée, le
problème se pose lorsque seule une clause du contrat est viciée,

l'annulation de la clause du contrat doit-elle entraîner celle de son contrat ?

En France, le Code civil n'a pas abordé directement cette question, mais les tribunaux français
ne prononcent annulation de la totalité du contrat que dans la mesure où il relève de la clause
du vice est déterminante.
Au Maroc, le DOC a consacré à cette question dans son article 308 : la nullité des parties de
obligation annule obligation pour le tout à moins que celle-ci puisse continuer comme un
contrat distinct.

En principe, pour le DOC l'annulation d'une partie du contrat entraîne l'annulation totale
sauve si le contrat arrive à substituer indépendamment la clause atteinte.

En matière de responsabilité, l'entrepreneur qui insère dans le contrat une clause limitant sa
responsabilité, la clause est nul mais le contrat reste valable.
SECTION 4 : LES EFFETS DU CONTRAT

• En principe l'annulation contre un anéantissement du contrat, et


de la situation crée en violation de la règle de droit, qu'elle en
principe pour effet d'effacer le contrat (contrairement à
l'inexistence du contrat). L'annulation du contrat efface l'acte
pour l'avenir, en effet des prestations promises ne peut plus être
exigées, en ce qui concerne le passer, les parties seront remises
dans la situation qui a été la leur avant la conclusion du contrat,
autrement dit l'annulation entraîne la destitution réciproque
(article 316 du DOC), ne se droit de restitution présente des
tempéraments, en effet le droit de restitution joue-t-il quand il
s'agit des contrats annulés pour cause contraire à la loi ?
Contraire à notre public et aux bonnes moeurs ?

La réponse apportée à cette question par le DOC présente une


En droit français « nul ne peut invoquer sa propre turpitude », le
droit français a interdit pendant longtemps la restitution
réciproque, en effet ce qui a été payé pour cause contraire à la loi,
à l'ordre public et à la morale ne peut être restitué, ce pendant
cette règle peut aboutir à une injustice, la partie qui n'a pas
exécuté sa prestation mais a reçu celle d'un autre qui n'est pas
donné à la restituer, cet adage à une action préventive et ce en
raison du risque que celui qu'il a accompli sa prestation, en
principe cette règle s'applique qu'aux contrats immoraux et non
pas aux contrats illicites.

En droit musulman, les juristes musulmans contrat de la problème


de la restitution des prestations dans le cadre d'un contrat nul
pour cause illicite, à propos notamment de la vente du vin et des
pâturages de porc, conclu entre musulman et un non musulman,
dans ce cas la restitution du prix se fait au profit des pauvres.
Les rédacteurs du DOC tôt en rejetant la règle de la position
française n'ont pas adopté la solution du droit musulman, ils ont
tout simplement permis la restitution de ce qui a été payé pour
cause contraire à la loi, à l'ordre public et aux bonnes moeurs
(article 72 du DOC). Cependant pour diverses considérations la
restitution se trouve exclue, par l'impossibilité de la retraite de la
solution (équilibre antérieur) lorsque par exemple dans un contrat
de vente ou la chose vendue a péris entre la conclusion du contrat
que le moment d'annulation, si la chose a péris pas un cas de force
majeure seul le vendeur restituera le prix de la chose, en effet la
chose est restée la propriété du vendeur est a péris a ses risques, en
revanche si la chose a péris par le fait de l'acheteur, celui-ci doit
indemniser le vendeur.

Dans les contrats successifs, la restitution se trouve limitée en


considération de l'intérêt de l'une des parties.
En ce qui concerne l'incapable, la restitution se trouve également écartée
par l'article 66 du DOC. L'article 103 du DOC qui autorise le possesseur
de bonne foi qui (c'est celui qui possède en vertu d'un titre dont il ignore
les vices) à garder les revenus, les jouets de la chose perçue entre rabats
de la possession et celle de l'assignation. Si il est de mauvaise foi, il
commet un délit ou un quasi-délit (article 101)

L'extinction de la restitution

la prescription n'est pas de l'action, et laisse subsister la possibilité


d'invoquer l'exception de nullité, la prescription est prévue par l'article
371 du DOC, la prescription doit être invoquée par celui qui a intérêt, en
principe, l'action en nullité s'éteint par l'écoulement de quinze ans, toutes
actions naissant d'une obligation sont prescrites par 15 ans saufs
exceptions déterminée par la loi, ce principe pas pour objet de faire
cesser rapidement les incertitudes sur la validité du contrat. L'article
311 : l'action en rescision se prescrit par un acte et ces prescriptions n'a
lieu contre ceux qui ont été partis à l'acte.