Vous êtes sur la page 1sur 19

Révision et Contrôle de la

constitutionalité des lois 


Définition de la révision

• Le pouvoir de révision de la
Constitution est le pouvoir de
modifier en changeant ou en
retranchant certains articles,
ou en ajoutant d’autres au
texte original.
les questions suivantes se posent
• Qui a l'initiative de la révision?
• Comment la révision peut-elle
intervenir?
• Sur quoi la révision peut-elle porter?
• En France, l'initiative de la révision
appartient concurremment au président
de la République et aux membres du
parlement.
Au Maroc, l'initiative de la révision de la
constitution appartient au Roi, à la
chambre des représentants et à la
chambre des conseillers. Le Roi peut
soumettre directement au référendum le
projet de révision dont il prend l'initiative
(article 172 de la constitution de juillet
2011).
• Tandis que la proposition émanant d'un
ou plusieurs membres d'une des deux
chambres ne peut être adoptée que par
un vote à la majorité des deux tiers
(2/3) des membres qui composent cette
chambre (article 173 alénia2).
• La révision de la constitution est
définitive après avoir été adoptée
par voie de référendum (article
174).
La procédure de révision des
constitutions :
• l'initiative ;
• la discussion ;
• l'adoption définitive.
Les limites de la révision

• Au Maroc, l'article 175 de la constitution


stipule : « Aucune révision ne peut porter
sur les dispositions relatives à la religion
musulmane, sur la forme monarchique de
l’Etat, sur le choix démocratique de la
nation ou sur les acquis en matière de
libertés et de droits fondamentaux
inscrits dans la présente Constitution ».
Le contrôle de la constitutionnalité des lois (C.C.L)

 
Le contrôle de la constitutionnalité
des lois est l’ensemble des moyens
juridiques destinés à assurer la
conformité des règles de droit à la
constitution.
Qui est habilité à saisir l’organe compétent ?

Le C.C.L peut être effectué soit par un


organe politique, soit confié à des
juridictions compétentes.
Le contrôle par un organe politique

• Exemple actuel: le conseil


constitutionnel français instauré par la
constitution de 1958.
• le contrôle, par un organe politique,
manque d'objectivité et d'impartialité,
puisque ses membres ne sont pas élus
et sont, partant, influencés directement
par les organes qui les ont nommés.
Le contrôle confié à la justice constitutionnelle

Le C.C.L est qualifié de juridictionnel


lorsqu'il est exercé par un organe
judiciaire composé de juges
indépendants.
• La juridiction peut-être, soit un tribunal
quelconque inséré dans la hiérarchie
juridictionnelle ordinaire et statuant sur
toutes sortes d’autres affaires (système
américain).
• soit une institution spécialement édifiée à cet
effet et à laquelle est conféré le statut de
juridiction, c’est-à-dire essentiellement
l’indépendance à l’égard du pouvoir.
Quel est l’objet de la saisine ?
Les auteurs de la saisine peuvent
demander :
- soit l’annulation pure et simple de la
loi (contrôle par voie d’action),
- soit la non application dans une
affaire déterminée (contrôle par voie
d’exception).
Quand pourra-t-on saisir l’organe compétent ?

Deux possibilités existent quant à la possibilité


de vérification de la conformité de la loi à la
constitution : avant ou après l'entrée en
vigueur de la loi.
- contrôle a priori
- contrôle a posteriori
la justice constitutionnelle au Maroc

- le projet de constitution marocaine de 1908


prévoyait un contrôle politique des lois exercé
par le Conseil des notables
- la constitution de 1962 avait, institué une
Chambre constitutionnelle au sein même de la
Cour suprême, cette dernière contrôlant la
constitutionnalité des lois organiques et des
règlements intérieurs des chambres.
la révision constitutionnelle de 1992 a
crée un Conseil constitutionnel,
juridiction indépendante située à
l’extérieur du pouvoir judiciaire,
gardant les compétences précédentes
La Cour Constitutionnelle gardant
ses compétences précédentes
mais s’ouvrant au nouveau
contrôle de constitutionnalité des
traités.

Vous aimerez peut-être aussi