Vous êtes sur la page 1sur 31

Ecole

  Nationale Polytechnique
Département Génie Industriel

Analyse de la Valeur:
L’AMDEC dans l’analyse des risques
Présenté par:
- BENHADJI SERRADJ Driss
- CHENOUF Rabah Amir
- OULDAMEZIANE Younes
Sommaire 
1- Introduction
2- Définition du risque
3- Pourquoi mettre en œuvre une analyse des risques
4- La démarche analyse des risques
5- Définition de l’AMDEC
6- Les types d’AMDEC
7- Démarche AMDEC
8- Exemple
9- Conclusion
Introduction 
L'analyse de la valeur est une méthode de conception qui permet d'obtenir le meilleur rapport
entre les besoins du client et les coûts nécessaires à la réalisation d'un ouvrage, d'un produit ou
d'un service.
Définition du risque 

Chaque fonction peut-être la source d’un ou de plusieurs modes de défaillance ce qui


représente un risque.

L’analyse des risques est particulièrement indiquée lorsque des composantes du projet
manquent de maîtrise ou sont méconnues : fonction nouvelle, exigence particulière,
solution techniquement innovante, environnement physique défavorable, . . .
Pourquoi mettre en œuvre une analyse des risques ?  

L'analyse des Risques offre un éclairage complémentaire à celui de l'Analyse de la


Valeur en examinant à la "loupe" les risques de défaillance d'un système ou d'un projet.

Elle peut permettre de valider une conception


retenue ou offrir une aide au choix entre
plusieurs variantes en les caractérisant sur le
plan des risques.
La démarche Analyse des Risques 

L’analyse des risques consiste à explorer les risques liés à la solution retenue avant
d'engager sa mise en œuvre alors qu'il est encore temps de la corriger à moindre frais.

La démarche consiste à décomposer les éléments principaux du système en sous-


systèmes, composants et fonctions. Puis identifier leurs sources potentielles de danger,
leurs modes de défaillance et les conséquences possibles sur leur environnement.

On va pour cela inventorier les défauts potentiels et repérer les plus critiques afin de
définir pour ceux-ci des actions préventives.
Définition de l’AMDEC

« méthode rigoureuse et préventive visant à recenser, puis à évaluer les


défaillances d’un système » (Renault, 2011)
Types d’AMDEC

Il
Lesexiste
défaillances
DEUX types
peuvent
pourêtre
chacun
classées
de ces
en deux
typescatégories :
de défaillances:

 les
L’AMDEC Processus:
défaillances dues à des
pourproblèmes
analyser de
lesconception.
défaillances générées par le processus
de fabrication.
 les défaillances dues à des erreurs de fabrication.
 L’AMDEC Produit: utilisée pour fiabiliser les systèmes par l’analyse des
défaillances dues aux erreurs de conception.
AMDEC PRODUIT
Les DEUX approches de l’AMDEC produit:

 « System FMEA (Failure Mode and Effects Analysis) »: Cette approche


considère les défaillances comme étant la non-réalisation des critères de
performance définis par le client dans son cahier des charges fonctionnel.

 « Design FMEA » Selon cette approche, les défaillances sont vues au niveau des
composants (ou des liaisons entre les composants) du système.
Démarche AMDEC 
La préparation

 Identification du sujet et le périmètre de la démarche.

 Composition du groupe de travail.


L’élaboration du dossier préalable

Le dossier préalable se compose de l’ensemble des informations utiles à la


compréhension du système étudié (cahier des charges fonctionnel, conditions
d’utilisations du produit, synoptique du processus…). Ce dossier doit permettre
aux participants de travailler autour d’une logique commune en partageant un
vocabulaire commun.
L’analyse qualitative des défaillances

 Recenser les défaillances potentielles inhérentes aux fonctions du système


étudié.
 Rechercher les causes de ces défaillances.
 Identifier les effets sur les clients, les utilisateurs, l’environnement interne ou
externe du système.
 Mentionner les actions de maîtrise volontairement à mettre en œuvre de façon
préalable par le concepteur.
L’analyse qualitative des défaillances

L’évaluation des défaillances s’effectue en calculant la criticité selon plusieurs


critères:

 La gravité des effets : en affectant une note de Sévérité S (ou de Gravité G)


 La fréquence d’apparition des causes : en affectant une note d’Occurrence O
(ou de Fréquence F
 La capacité de détection des défaillances en affectant note une note de
Détection D
 Le Calcul de l’Indice de Priorité du Risque IPR (ou Criticité C): C= G*F*D
 Le calcul de ces critères se fait sur la base de grille de cotation établit au début
de l’analyse quantitative.
La mise en place et le suivi des plans d’action

 La priorisation des défaillances est faite soit selon:


 une valeur du seuil de criticité
 Le Pareto des criticités

 les Différents types d’actions peuvent être décidées dans le cadre du plan
d’action :
 Précaution 
 Prévention 
 Protection 
 Assurance 
Exemple
Analyse qualitative

 Les préalables de cette l’analyse qualitative sont :

 Réalisation de l’Analyse Fonctionnelle (AF) du produit ou bien du CDC


fonctionnel.
 Bloc Diagramme Fonctionnel (BDF)

 L’analyse comporte neuf principales étapes.


1. Les modes de défaillance seront considérés comme étant la non-réalisation
(ou la mauvaise réalisation) des dits critères de performance.
Les critères sont repris dans le cahier des charges fonctionnel comme suit :
5. l’effet de chaque mode de défaillance correspond à l’impact du mode de
défaillance sur le client.
Il faudra prendre en compte les principes suivant:
 On ne notera dans cette colonne que l’effet sur le client le plus impacté.
 On ne notera que l’effet que l’on pourrait qualifier de niveau 1

6. si l’impact du mode de défaillance est considéré comme très important pour


le client, ce mode de défaillance la sera mis en lumière par:
 la mention « caractéristique spéciale » (CS)
 la mention « caractéristique critique » (CC)
7. recherche des causes des modes de défaillance
8. mise en œuvre de façon préalable des actions de maîtrise
Analyse quantitative

 La première étape de l’analyse quantitative consiste à établir les tables de


cotations

 Les critères d’occurrence, gravité et détection sont cotés sur une échelle allant
de 1 à 10
Cotation de l’occurrence (fréquence)

Occurrence Note
Nouvelle conception innovante 10
Conception innovante pour l’entreprise mais
technologie connue par d’autres secteurs 9
d’activité (benchmark)
Brique technologique validée sur étagère,
7
non encore reprise sur produit série
Forte modification d’une brique
technologique éprouvée ou fortes 6
modifications de ses conditions d’utilisation
Légère modification d’une brique
technologique éprouvée ou conditions 4
d’utilisation légèrement différentes
Reprise brique technologique éprouvée mais
pas ou peu de recul en série (manque de 3
temps…)
Reprise brique technologique éprouvée en
série (mêmes conditions d’utilisation), 1
avec taux de défauts acceptables
Cotation de la sévérité

Fonctions impactées Impact client final Gravité


Pas d’impact Pas d’effet ressenti 1
Défaut d’aspect ou bruit détecté par le client pointu
2
(< 25 % des utilisateurs)
Impact sur les fonctions Défaut d’aspect ou bruit détecté par le client
3
esthétiques ou bruyance moyen (= 50 % des utilisateurs)
Défaut d’aspect ou bruit détecté par la majorité des
4
clients (> 75 % des utilisateurs)
Le système fonctionne mais ses fonctions
5
Impact sur les fonctions secondaires sont dégradées
secondaires Le système fonctionne mais ses fonctions
6
secondaires ne fonctionnent pas
Le système fonctionne mais avec des performances
Impact sur les fonctions 7
dégradées
primaires
Le système ne fonctionne pas (panne) 8
Risque sécuritaire ou réglementaire avec signe
9
Impact sur la sécurité et/ou avant-coureur
la réglementation Risque sécuritaire ou réglementaire sans signe
10
avant-coureur
Cotation de la détection (validation)

Point
Mode de validation ∑ des points Note
s
Revue de validation 1 0 10
Calculs prévisionnels avec faible
0 < ∑ des
coefficient de sécurité ou hypothèses non 2 8
points ≤ 2
sûres
Test prototypes sur banc en conditions 2 < ∑ des
4 6
nominales points ≤ 6
Calculs prévisionnels avec fort
6 < ∑ des
coefficient de sécurité ou hypothèses 6 4
points ≤ 10
sûres
Test prototypes sur banc intégrant les
variabilités de production et de 10 < ∑ des
8 2
conditions d’utilisation recherchées par points ≤ 15
un diagramme P
Endurance « produits pré-série » par
10 ∑ des points > 15 1
panel clients
Mise en œuvre des actions correctives

Nous avons exécuté un Pareto sur les criticités. Nous aboutissant à ceux-ci:

 Action corrective obligatoire : pour les criticités les plus élevées (C > 100).
 Action corrective à mettre en œuvre si elle n’est pas chère (50 <C< 100).
 Pas d’action corrective : pour les criticités les plus.
Conclusion

Vous aimerez peut-être aussi