Vous êtes sur la page 1sur 72

Les réseaux : généralités

Définition

Un réseau est un ensemble de plusieurs ordinateurs reliés entre eux par


un système de communication permanent.

Un réseau a trois caractéristiques fondamentales :


1. les machines fonctionnent comme un tout ;
2. cet interfonctionnement est automatique ;
3. il est actif 24 heures sur 24

Dans la plupart des cas, un réseau réunit des postes de travail et des
serveurs, mais les très petits réseaux ne comprennent parfois que des
postes de travail.
On appelle équipement tout matériel qui se connecte directement à un segment du
réseau. Il y a deux catégories : équipements d’utilisateur et équipements de réseaux

Equipements d’utilisateur final (Hotes)

Les ordinateurs, imprimantes, scanneurs et autres matériels qui


fournissent des services directement à l’utilisateur Les équipements
hôtes sont connectés physiquement au média de réseau au moyen de
cartes réseau
Chaque carte réseau est identifiée par un
code unique appelé adresse MAC (Media
Access Control). Cette adresse permet de
contrôler la communication des données
de l'hôte sur le réseau
Equipements de Réseaux

Les équipements de réseau assurent le transport des données qui doivent être
transférées entre les équipements d’utilisateur final
Topologie de réseau

La topologie réseau définit la structure du réseau. La topologie est définie


en partie par la topologie physique, qui est la configuration proprement dite
du câblage ou du média.
L’autre partie est la topologie logique, qui définit de quelle façon les hôtes
accèdent aux médias pour envoyer des données
Topologie physique
Une topologie de bus fait appel à un câble de backbone unique qui est
terminé aux deux extrémités. Tous les hôtes se connectent directement à
ce backbone.
Dans une topologie en anneau, chaque hôte est connecté à son voisin.
Le dernier hôte se connecte au premier. Cette topologie crée un anneau
physique de câble.
•Dans une topologie en étoile, tous les câbles sont raccordés à un
point central.
• Une topologie en étoile étendue relie des étoiles individuelles en
connectant les concentrateurs ou les commutateurs
•Une topologie hiérarchique est similaire à une topologie en
étoile étendue. Cependant, plutôt que de lier les concentrateurs ou
commutateurs ensemble,
•On implémente une topologie maillée afin de garantir une
protection maximale contre l’interruption de service
La topologie logique

La topologie logique d'un réseau détermine de quelle façon les hôtes


communiquent sur le média. Les deux types de topologie logiques les plus
courants sont le broadcast et le passage de jeton.
L’utilisation d’une topologie de broadcast indique que chaque hôte envoie ses
données à tous les autres hôtes sur le média du réseau. Les stations peuvent
utiliser le réseau sans suivre un ordre déterminé.

La deuxième topologie logique est le passage de jeton. Dans ce type de


topologie, un jeton électronique est transmis de façon séquentielle à chaque
hôte. Dès qu'un hôte reçoit le jeton, cela signifie qu'il peut transmettre des
données sur le réseau. Si l'hôte n'a pas de données à transmettre, il passe le
jeton à l'hôte suivant et le processus est répété. Token Ring et FDDI (Fiber
Distributed Data Interface)
Protocoles de réseau

Un protocole est une description formelle d’un ensemble de règles et de


conventions qui régissent un aspect particulier de la façon dont les
équipements communiquent sur un réseau.
Les protocoles déterminent le format, la chronologie, le séquençage et
le contrôle d’erreur dans la communication de données. Sans protocole,
l’ordinateur ne peut pas constituer ou reconstruire dans le format original
le flux de bits entrants provenant d’un autre ordinateur
Les protocoles contrôlent tous les aspects de la communication de
données, dont:
• Comment est construit le réseau physique
• Comment les ordinateurs se connectent au réseau
• Comment les données sont formatées pour la transmission
• Comment ces données sont envoyées
• Comment traiter les erreurs
Ces règles de réseau sont créées et actualisées par un grand nombre
d’organisations et de comités. Il s’agit notamment de l’IEEE (Institute of
Electrical and Electronic Engineers), de l’ANSI (American National Standards
Institute), de la TIA (Telecommunications Industry Association), de l’EIA
(Electronic Industries Alliance), ainsi que l’ITU (International
telecommunications Union) précédemment nommée CCITT (Comité
Consultatif International Téléphonique et Télégraphique).
Terminologie de réseau

Réseaux locaux (LAN)


Les réseaux locaux permettent aux entreprises de partager localement des
fichiers et des imprimantes de manière efficace et rendent possibles les
communications internes.
Les réseaux locaux gèrent les données, les communications locales et
l’équipement informatique. Voici quelques technologies courantes de réseau
local:
• Ethernet
• Token Ring
• FDDI
Un LAN peut sʼétendre sur des dizaines de kilomètres sʼil repose sur des
fibres optiques. En fait, il pourrait même couvrir des centaines de
kilomètres.
Réseaux Etendus (WAN)

Un réseau téléinformatique ou WAN (Wide Area Network) sʼétend sur


plusieurs sites. Les liaisons entre sites passent par le domaine public. Ces
liaisons sont assurées par un opérateur de télécoms.
Les liaisons WAN passent par des fibres optiques qui relient les villes entre
elles. Physiquement, les câbles se trouvent souvent sous les autoroutes et les
lignes de chemin de fer. Ils sont gérés par les opérateurs de télécoms sous la
surveillance de lʼÉtat.
Réseaux métropolitains (MAN)

Un réseau métropolitain ou MAN (Metropolitan Area Network) est un cas


particulier de WAN. Sʼil est filaire, il réunit plusieurs réseaux locaux qui se
trouvent dans une même zone géographique de quelques kilomètres carrés
(souvent une agglomération) et qui appartiennent le plus souvent à la même
organisation. Par exemple, les différents sites dʼune municipalité peuvent
être réunis par un MAN.
Réseaux SAN
Un réseau de stockage (SAN) est un réseau à haute performance dédié qui
permet de transférer des données entre des serveurs et des ressources de
stockage. Du fait qu’il s’agit d’un réseau dédié distinct, il évite tout conflit de
trafic entre les clients et les serveurs.
Réseau privé virtuel (VPN)
Un réseau privé virtuel (VPN) est un réseau privé construit au sein d’une
infrastructure de réseau publique telle que le réseau mondial Internet. Au moyen
d’un réseau privé virtuel, un télétravailleur peut accéder à distance au réseau du
quartier général de sa société
Bande passante

La bande passante est définie comme la quantité d’informations qui


peut transiter sur une connexion réseau en un temps donné.
Débit

La bande passante est la mesure de la quantité d’informations pouvant transiter


sur le réseau en un temps donné.
Le terme débit se rapporte à la bande passante réelle mesurée, à une heure
particulière de la journée, en empruntant des routes Internet particulières et lors
de la transmission sur le réseau d’un ensemble de données spécifique
Utilisation des couches pour analyser les problèmes de flux
Modèle OSI

À ses débuts, le développement des réseaux était désorganisé à de nombreux


égards. Le début des années 1980 a été marqué par une croissance
exceptionnelle du nombre et de la taille des réseaux. Pour profiter des avantages
de l’utilisation de la technologie réseau, les sociétés se mirent à installer et à
étendre des réseaux, à un rythme presque aussi rapide que l’introduction des
nouvelles technologies.
Pour résoudre le problème de l’incompatibilité des réseaux, l’ISO (International
Organization for Standardization) examina les modèles réseau tels que DECnet
(Digital Equipment Corporation net), SNA (Systems Network Architecture) et
TCP/IP afin de trouver un ensemble de règles applicable de façon générale à tous
les réseaux. Sur la base de ces recherches, l’ISO a mis au point un modèle de réseau
pour aider les fournisseurs à créer des réseaux compatibles avec d’autres réseaux.
Le modèle de référence OSI (Open System Interconnection) publié en 1984
fut le modèle descriptif de réseau créé par l’ISO. Ce modèle propose aux
fournisseurs un ensemble de normes assurant une compatibilité et une
interopérabilité accrues entre divers types de technologies réseau produites
par de nombreuses entreprises à travers le monde.
Le modèle de référence OSI s’est imposé comme le principal modèle pour les
communications réseau. Bien qu’il existe d’autres modèles, la plupart des
constructeurs de réseau se fondent sur le modèle de référence OSI pour la
conception de leurs produits. Cela est particulièrement vrai lorsqu’ils souhaitent
éduquer les utilisateurs à l’utilisation de leurs produits. Ce modèle est considéré
comme le meilleur outil disponible pour décrire l’envoi et la réception de données
sur un réseau.

Le modèle de référence OSI constitue un cadre qui aide à comprendre comment


les informations circulent dans un réseau. Ce modèle explique comment les
paquets transitent à travers les différentes couches vers un autre équipement du
réseau, même si l’émetteur et le destinataire utilisent des types de média réseau
différents.
Couches OSI

Le modèle de référence OSI comporte sept couches numérotées, chacune


illustrant une fonction réseau bien précise
Le découpage du réseau en sept couches présente les avantages suivants:
• Il permet de diviser les communications sur le réseau en éléments plus petits
et plus gérables.
• Il uniformise les éléments du réseau afin de permettre le développement et le
soutien multiconstructeur.
• Il permet à différents types de matériel et de logiciel réseau de communiquer
entre eux.
• Les modifications apportées à une couche n'affectent pas les autres couches.
• Il divise les communications sur le réseau en éléments plus petits, ce qui
permet de les comprendre plus facilement
Communications d’égal à égal
Afin de permettre l’acheminement des données entre l’ordinateur source et
l’ordinateur de destination, chaque couche du modèle OSI au niveau de l’ordinateur
source doit communiquer avec sa couche homologue sur l’ordinateur de
destination. Cette forme de communication est appelée communication d’égal à
égal. Au cours de ce processus, les protocoles de chaque couche s’échangent des
informations, appelées unités de données de protocole (PDU).
Dans un réseau, les paquets de données proviennent d’une source et sont
acheminés vers une destination. Chaque couche dépend de la fonction de service
de la couche OSI sous-jacente. Pour fournir ce service, la couche inférieure
utilise l’encapsulation pour placer les PDU de la couche supérieure dans son
champ de données. Elle ajoute ensuite les en-têtes et les en-queues de PDU
nécessaires à l’exécution de sa fonction
Présentation du protocole TCP/IP

Le ministère américain de la Défense (DoD) a développé le modèle de référence


TCP/IP, car il avait besoin d'un réseau pouvant résister à toutes les situations.
Imaginez en effet un monde quadrillé de connexions de toutes sortes : fils, micro-
ondes, fibres optiques et liaisons satellites. Imaginez maintenant que des données
doivent être transmises quel que soit l'état d'un noeud ou d'un réseau spécifique.
Le ministère américain de la Défense nécessitait une transmission réseau fiable,
pour toute destination des données et en toute circonstance. La création du
modèle TCP/IP a contribué à la réalisation de ce projet. Depuis lors, le modèle
TCP/IP s'est imposé comme la norme Internet.
Les quatre couches du modèle TCP/IP sont les suivantes: la couche application,
la couche transport, la couche Internet et la couche d'accès au réseau
La couche application
Le protocole DNS (Domain Name Service) est utilisé pour traduire les
adresses Internet en adresses IP.
Le protocole HTTP (Hypertext Transfer Protocol) est utilisé pour transférer
les fichiers qui constituent les pages du Web.
Le protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) est utilisé pour
transférer les courriels et les pièces jointes.
Le protocole Telnet, protocole d’émulation de terminal, est utilisé pour
permettre un accès distant aux serveurs et aux périphériques réseau.
Le protocole FTP (File Transfer Protocol) est utilisé pour le transfert
interactif de fichiers entre les systèmes.
La couche transport
Le rôle principal de la couche transport est d'assurer une fiabilité et un contrôle de
bout en bout lors du transfert des données à travers ce nuage La couche transport
définit également une connectivité de bout en bout entre les applications hôtes.
Les protocoles de la couche transport incluent les protocoles TCP et UDP.
Le rôle des protocoles TCP et UDP est le suivant:
• Segmenter les données d'application de couche supérieure.
• Envoyer des segments d’un équipement à un autre.

Le rôle du protocole TCP est le suivant:


• Etablir une connexion de bout en bout.
• Assurer le contrôle de flux à l'aide des fenêtres glissantes.
• Assurer la fiabilité du réseau à l'aide des numéros de séquençage et des accusés de
réception.
La couche Internet
Le protocole IP assure l'acheminement au mieux (best-effort delivery) des
paquets, non orienté connexion. Il ne se préoccupe pas du contenu des paquets,
mais il recherche un chemin pour les acheminer à destination.
• Le protocole ICMP (Internet Control Message Protocol) offre des fonctions
de messagerie et de contrôle.
• Le protocole ARP (Address Resolution Protocol) détermine les adresses de la
couche liaison de données ou les adresses MAC pour les adresses IP connues.
• Le protocole RARP (Reverse Address Resolution Protocol) détermine
l'adresse IP pour une adresse MAC connue.
La couche d’accès au réseau
Les pilotes d'application, les cartes modem et les autres équipements s'exécutent au
niveau de la couche d'accès au réseau. Cette dernière définit les procédures utilisées
pour communiquer avec le matériel réseau et accéder au média de transmission. Les
protocoles de modem, à savoir les protocoles SLIP (Serial Line Internet Protocol) et
PPP (Point-to-Point Protocol) sont utilisés pour accéder au réseau par modem.
Plusieurs protocoles sont nécessaires pour déterminer les caractéristiques
matérielles, logicielles et de transmission au niveau de cette couche. Cela peut
entraîner une certaine confusion dans l'esprit des utilisateurs. La plupart des
protocoles facilement reconnaissables s'exécutent au niveau des couches Internet et
transport du protocole TCP/IP.
Ils présentent également quelques différences:
• TCP/IP intègre les couches application, présentation et session du modèle
OSI dans sa couche application.
• TCP/IP regroupe les couches physique et liaison de données du modèle OSI
dans sa couche d'accès au réseau.
• TCP/IP semble plus simple, car il comporte moins de couches.
• Lorsque la couche transport du protocole TCP/IP utilise le protocole UDP,
la transmission des paquets n'est pas fiable tandis qu'elle est toujours fiable
avec la couche transport du modèle OSI.
les réseaux doivent effectuer les cinq étapes de conversion ci-dessous afin d’encapsuler les
données:
1. Construction des données – Lorsqu’un utilisateur envoie un message électronique, les
caractères alphanumériques qu’il contient sont convertis en données pouvant circuler dans l’inter
réseau.
2. Préparation des données pour le transport de bout en bout – Les données sont préparées
pour le transport interréseau En utilisant des segments, la fonction de transport s’assure que les
systèmes hôtes situés à chaque extrémité du système de messagerie peuvent communiquer de
façon fiable.
3. Ajout de l’adresse IP du réseau à l’en-tête – Les données sont organisées en paquets,
ou
datagrammes, contenant un en-tête de paquet constitué des adresses logiques d'origine et de
destination. Ces adresses aident les unités réseau à acheminer les paquets dans le réseau suivant
un chemin déterminé.
4. Ajout de l’en-tête et de l’en-queue de la couche de liaison de données – Chaque
unité réseau doit placer le paquet dans une trame. La trame permet d’établir la connexion avec la
prochaine unité réseau directement connectée dans la liaison. Chaque unité se trouvant sur le
chemin réseau choisi doit effectuer un verrouillage de trame pour pouvoir se connecter à la
prochaine unité.
5 Conversion en bits pour la transmission – La trame doit être convertie en une
série de uns et de zéros (bits) pour la transmission sur le média. Une fonction de
synchronisation permet aux unités de distinguer ces bits lorsqu’ils circulent sur le
média. Tout au long du trajet suivi dans l’interréseau physique, le média peut varier.
Ainsi, le message électronique peut provenir d’un réseau local, traverser le backbone
d’un campus, sortir par une liaison WAN pour atteindre sa destination sur un autre
LAN éloigné.
Médias réseau

Le câble de cuivre est utilisé dans la plupart des réseaux locaux. Les nombreux
modèles disponibles présentent chacun des avantages et des inconvénients. Le
choix d'un câblage adapté est essentiel au bon fonctionnement d'un réseau.
Comme le cuivre utilise le courant électrique pour transmettre des informations, il
est important de comprendre certaines notions de base en électricité.
La fibre optique est le média le plus couramment utilisé pour assurer les
transmissions point-à-point, plus longues et à haut débit sur des backbones de
réseau local (LAN) et sur des réseaux longue distance (WAN). Les médias
optiques utilisent la lumière pour transmettre des données via des fibres en matière
plastique ou en verre fin.
Il existe trois formes élémentaires de support réseau sur lesquelles les
données sont représentées :
1. Câble de cuivre
2. Fibre
3. Sans fil

Les trois fonctions élémentaires de la couche physique sont :


a) Composants physiques
b) Codage de données
c) Signalisation
Les spécifications Ethernet suivantes se rapportent au type de câble:
• 10BaseT
• 10Base5
• 10Base2
10Base T indique une vitesse de transmission de 10 Mbits/s.

10Base5 indique une vitesse de transmission de 10 Mbits/s. La transmission est du


type à bande de base ou interprétée numériquement. Le chiffre 5 indique qu'un
signal peut parcourir environ 500 mètres avant que l'atténuation ne puisse empêcher
le récepteur d'interpréter le signal
Câble coaxial

Un câble coaxial se compose d'un conducteur de cuivre entouré d'une couche de


matériau isolant flexible.
Câble à paires torsadées blindées (STP)

Le câble à paires torsadées blindées allie les techniques de blindage, d'annulation et


de torsion des fils
Le câble ScTP (screened twisted pair) ou FTP (foil screened twisted pair) est un
nouveau type de câble UTP hybride
Câble à paires torsadées non blindées (UTP)
CABLE CROISE