Vous êtes sur la page 1sur 56

Audit de cycle de tresererie

et
cycle de la paie

Encadré par: Realisé par:


IDRISSI Hicham AITOUMRHAR Lamya
BEN CHIKH Bouchra
PLAN

Chapitre 1: cycle de trésorerie


I. Définition du cycle de trésorerie
II. Les objectifs de contrôle interne au matière de trésorerie
III. l’évaluation du contrôle interne
IV. Les outils d'analyse et d'évaluation du contrôle interne
V. Les risques
Chapitre 2: audit de la paie et de personnel
VI. Introduction
VII. Définitions :
1)Fonction paie personnel 
2)Audit paie personnel
III . Démarche de l’audit paie et personnel
IV. Audit cycle paie personnel
1)L’évaluation du système de contrôle interne
2)L’examen des comptes
V. Objectifs de l’audit paie et personnel
VI. Les outils d’analyse et d’évaluation du contrôle interne
VII. Analyse des comptes et risques liés à la gestion de la paie et personnel 
Chapitre 1: cycle de trésorerie
Définition de cycle de trésorerie
La détermination de la trésorerie d'une entreprise est un préalable
nécessaire à son étude puis à son optimisation. La notion de trésorerie
peut être analysée selon deux approches: l'une statique en termes de
stocks à un moment donné, l'autre dynamique, en terme de flux sur
une période donnée.
 les comptes de caisses et les comptes courants;
 les comptes à terme et intérêts détenus non échus qui s'y
rattachent;
 les valeurs mobilières de placement ne représentant pas de risque
de variation de capital pouvant être aisément transformées en
disponibilités grâce à l'existence d'un marché ou d'un acheteur
potentiel;
Objectifs de contrôle interne
en matière de trésorerie
1) Paiements effectués à des fins autorisées et par un
nombre Limité de personnes.
2) Suivi rigoureux des encaissements.
3) Protection des actifs liquides contre les fraudes.
4) Enregistrement correct des opérations.
5) Gestion efficace de la Trésorerie.

D’où un ensemble de contrôles à envisager pour atteindre


ces objectifs.
Evaluation du contrôle
interne
1. Principales phases du cycle

2. Outils de revue du contrôle interne

3. Compétences pluridisciplinaires nécessaires


1. Principales phases du cycle
Autorisation Moyen
de de
Paiement Paiement

Enregistrement émission Moyen


& de
émission Paiement

Rapprochement Relevés
bancaire bancaires Banque
Principales phases du cycle:
Paiements
Contrôle des pièces et
matérialisation des
règlements émis sur les
factures

Établissement des
Paiements habilitations et pouvoirs (et
mise à jour régulière)

Séparation des fonctions


(contrôle des pièces,
gestion des journaux et
émission du règlement)
Principales phases du cycle:
Encaissements
Suivi des chèques endossés
et remis en banque et
rapprochement aux
paiements reçus

Enregistrement immédiat et
Encaissements contrôle des effets reçus
(montant, échéance et
domiciliation)

Rapprochement des effets


en portefeuille avec les
soldes comptables
Principales phases du cycle:
Opérations de trésorerie
Séparation des fonctions

Établissement régulier des


rapprochements bancaires
et recherche systématique
des montants inhabituels
Opérations de et anciens en
trésorerie rapprochement

Contrôle indépendant des


rapprochements bancaires

Contrôle systématique des


échelles d’intérêts
RISQUES LIES AU CYCLE DE
TRESERERIE
-atteinte à l’exhaustivité des enregistrements:
– Risques éventuels :
a) Omission dans l’enregistrement de paiements effectués. Exemple :
Paiement réalisé sans établissement de pièce justificative.
b) Omission dans l’enregistrement des recettes
Erreur/ Fraude
-atteinte à la réalité des enregistrements:
a) Enregistrement de paiements non autorisés.
- Double règlements par exemple
- Paiements fictifs reflétant un détournement de fonds.
b) Enregistrement de recettes fictives
-atteinte à la spécialisation des exercices
-atteinte à l’existence à certains soldes
-Décaissements non justifiés: il faut donc s ’assurer
1. du contrôle par la personne signant les chèques (ou émettant un
ordre de règlement) des factures et pièces justificatives;
2. de la séparation des tâches;
3. de la fixation des seuils au delà desquels une double signature
est nécessaire et de la mise à jour périodique des pouvoirs.
-Double règlement: il faut donc s ’assurer
4. de la matérialisation du règlement sur la facture (pour éviter le
double règlement);
5. de la domiciliation systématique des traites et billets à ordre.
2 Outils de revue du contrôle
interne
 Entretiens auprès des différents intervenants.

 Organigramme des flux (« flow chart »), mettant en évidence les


délais de traitement de chaque processus et la séparation des
fonctions entre les personnes et les services.

 Tableau des forces et faiblesses apparentes.

 Tests de permanence (pour vérifier les forces).

 Recommandations (qui doivent être suivies, soit au Final, soit à


l ’intervention suivante).
Evaluation de contrôle interne
 Compétences nécessaires

Intervenants Eléments revus


Systèmes d'informations
(SIOM) Tâches générales : déversements comptables, carto-
graphies des systèmes, fiabilité et sécurité des données

Revue des conventions de trésorerie (pool de


Fiscalistes et juristes trésorerie groupe)
Examen critique des contrats d’emprunts avec
clauses d’intéressement, garanties de passif …
Des instruments financiers (conventions, …)
Conséquences induites par les
conclusions
Adaptation de l’approche
 Lors de l’élaboration de l’approche en début de mission, utiliser les
conclusions de l’audit N-1 et du dossier permanent pour orienter

 Les travaux de contrôle interne de l’exercice N : a-t-on appliqué les


recommandations faites,
 Les tests de validation à réaliser en fonction de la qualité du contrôle interne
relevée : tests sur la nouvelle procédure, tests de validation et de permanence

 Après la phase de contrôle interne: mise à jour du mémorandum d’approche


et orientation / définition des travaux à réaliser au préfinal et final
 Une procédure fiable lui permettra de limiter le champ de révision
 Une procédure faible le conduira à faire des diligences approfondies sur certains
risques
Révision des comptes

3.1 Préparation du final

3.2 Travaux de contrôle

3.3 Mémo de synthèse

3.4 Contrôle de l’annexe


Préparation du final

 Préparation de la circularisation des banques :

 Confirmation ouverte

 Circularisation exhaustive des banques

 Relance des banques avant l ’intervention finale

 Utilisation au final : cf. travaux de contrôle


Travaux de contrôle

 Etablissement de la feuille maîtresse


 Revue analytique des principaux postes
 Validation des rapprochements bancaires
 Exploitation des réponses à la circularisation
 Validation des emprunts et des dettes financières

 Valider les montants inscrits au passif


 Contrôler les frais financiers
 Valorisation et comptabilisation des instruments
financiers
Travaux de contrôle

 Validation des VMP


 Contrôle de la réalité et de la correcte évaluation du solde comptable,

 Contrôle du résultat de cession des VMP,

 Contrôle de la valeur de réalisation des VMP: la plus-value latente doit


être réintégrée dans le résultat fiscal.

 Contrôle de la caisse (inventaire, tests sur pièces)

 Contrôle de la valorisation des comptes en devises

Validation du résultat financier

Validation des engagements financiers hors bilan


Travaux de contrôle :Etablissement de la feuille
maîtresse

 Rappel rapide des principes méthodologiques

 Présentation des comptes concernés :


 Situation de trésorerie
+ Actif: - Comptes courants financiers
- Valeurs mobilières de placement (VMP)
- Comptes de banques
- Caisses
- Passif: - Emprunts auprès des établissements de crédit
- Dépôts reçus
- Participation
- Comptes courants financiers
= Trésorerie nette

 Compte de résultat 73 - Produits financiers


63 - Charges financières

 Hors bilan Effets escomptés non échus


Cautions, engagements donnés
Travaux de contrôle :Revue
analytique
 Établir la cohérence du solde de trésorerie par rapport
au solde N-1, aux principales opérations de l’exercice
et, le cas échéant, par comparaison au budget de
trésorerie.

 Réaliser un tableau des flux de trésorerie ou un tableau


de financement en mettant en évidence les principales
contributions de la variation (investissements, variation
du capital social, dividende, évolution du BFR…).
Travaux de contrôle :Validation
des rapprochements bancaires
 Force probante
 Le rapprochement bancaire permet de confronter la comptabilité
(source interne) de l’entreprise avec celle de la banque (source
externe).

 Pourquoi valider un rapprochement bancaire ?


 La validation du rapprochement bancaire et l’analyse des montants
en rapprochement permettent de s ’assurer que les règles
comptables sont respectées.

 Considérant que la trésorerie est le carrefour des opérations de


l ’entreprise, le rapprochement bancaire permet de s ’assurer du
correct enregistrement des opérations.

 Objectif
 S ’assurer que le solde comptable est le reflet fidèle de la position de
trésorerie de l’entreprise.
Travaux de contrôle :Validation
des rapprochements bancaires
Les travaux a effectuer:

 Vérification des soldes figurant au rapprochement : le solde


bancaire doit être pointé au relevé bancaire et le solde
comptable à la balance générale.

 Contrôle arithmétique du rapprochement.

 Examen critique de la nature des écritures en rapprochement


(nature, volume et valeur de ces écritures)

 Contrôle par sondage du correct apurement des écritures en


rapprochement sur les relevés M+1, M+2
Travaux de contrôle : Exploitation
des circularisations

Objectifs:

 S’assurer du caractère exhaustif des engagements hors bilan, de la réalité des


actifs de l’entreprise et de l’habilitation des personnes ayant pouvoir
d’engager l’entreprise

Travaux a effectuer:

 Rapprocher les données chiffrées confirmées de la comptabilité.


 Contrôler que les habilitations sont correctement mises à jour auprès des
banques.
 Contrôler la valeur liquidative et la valeur d’inventaire des SICAV à la clôture.
 Recenser les engagements hors bilan et contrôler leur mention exhaustive
dans l’annexe.
Travaux de contrôle : Validation
des VMP
1.Contrôle de la réalité des mouvements:
 Obtenir le tableau des mouvements de VMP depuis la
dernière clôture.
 Sélection des mouvements significatifs et
rapprochement aux pièces de banque correspondantes.
2.Valider le résultat net de cession des VMP :
 contrôler la correcte application de la
méthode FIFO (« First in first out ») pour
le calcul du résultat de cession des VMP.
 contrôler que le résultat total de cession
desVMP.
Travaux de contrôle :
Validation des VMP
3. Validation la plus-value latente sur VMP:
 Valider la plus-value latente sur VMP (à réintégrer dans le résultat fiscal):
 rapprochement du montant confirmé par la banque.
La plus value latente sur VMP( valeur mobilière de placement):
 La plus-value latente est généralement obtenue grâce à la
confirmation des banques où sont domiciliées les VMP (noter que
les cours de clôture sont aussi disponibles sur Internet).
 La plus-value est réintégrée dans le résultat fiscal de l ’exercice
et soumise à l ’impôt sur les sociétés au taux commun. Elle sera
déduite du résultat fiscal de l ’exercice suivant.
 Généralement, en raison de ce traitement fiscal, les entreprises
effectuent un « va et vient » sur les VMP à la clôture, afin
d ’encaisser la plus-value.
Travaux de contrôle : Contrôle de
la caisse
-Les objectifs:
 S’assurer que les opérations transitant par la caisse ont
été correctement comptabilisées.
 S’assurer que le montant figurant à l ’actif correspond
effectivement au solde en caisse.

-Les travaux effectuer:


 Inventaire de la caisse
 Contrôle de pièces
Mémo de synthèse

 Rédiger un mémo de section reprenant :

 les objectifs d’audit

 les données chiffrées


- présentation synthétique
- éléments de revue analytique

 les travaux effectués

 les points notés

 une conclusion
Contrôle de l’annexe

 Cohérence du paragraphe sur les principes et méthodes (méthode de


conversion retenue pour les dettes en devises,…) avec les méthodes en
vigueur au sein de l ’entreprise.

 Validation des données chiffrées.

 Vérification des ventilations du tableau des emprunts et dettes financiers.

 Validation du tableau de flux de trésorerie

 Contrôle des engagements hors bilan.


Contrôle de l’annexe

 Contrôles spécifiques
 Vérifier que les dettes garanties par des sûretés réelles font l'objet d'une mention dans l'annexe lorsqu'elles
ont un caractère significatif à certains types d'emprunts.

 Vérifier que les obligations convertibles, échangeables en titres similaires font l'objet d'une indication par
catégorie de leur nombre, de leur valeur nominale et des droits qu'ils confèrent dans l'annexe lorsque ces
éléments ont un caractère significatif.

 S'ils sont significatifs, mention des éléments suivants (présentation possible sous
forme de tableaux des engagements) - liste non limitative :
 Dépôts de garantie versés

 Promesses d'achat

 Achat de marchandises ou de matières premières à terme

 Toute autre explication nécessaire à la compréhension des comptes annuels par


leurs utilisateurs (en particulier produits et charges financiers, variations
significatives de certains postes, changement de méthode, etc).
Chapitre 1: AUDIT DE LA PAIE ET DU
PERSONNEL
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL
I. INTRODUCTION
 L’audit n’est plus une fonction accessoire. Désormais les grandes entreprises et multinationales ne
pourraient s’en passer, surtout dans un contexte économique et professionnel de plus en plus
complexe et inextricable. La technique de l’audit s’applique aujourd’hui à tous les domaines de la
gestion et ne s’agit plus d’une mode passagère mais d’un véritable outil d’aide à la prise de décision
et le contrôle des bonnes démarches en interne. Appliqué à l’entreprise, l’audit devient un examen
professionnel d’une information de telle manière à exprimer sur celle-ci une opinion responsable et
indépendante, par référence à un critère de qualité et de conformité, cette opinion devant accroître
l’utilité de l’information mais surtout à aider l’entreprise à aller de l’avant en maîtrisant du mieux
qu’elle peut les risques tant bien en interne qu’en externe. De ce fait, la pratique de l’audit concerne
toutes les fonctions de l’entreprise notamment celle de la gestion de la paie et du personnel car une
entreprise ne pourrait connaître de croissance sans le capital humain. Ce dernier faisant objet d’une
rémunération, il s’agit dans ce cas là de chercher comment optimiser la fonction paie et la gestion du
personnel pour éviter à l’entreprise de perdre le contrôle sur sa principale qualité : le potentiel
humain surtout que la fonction des ressources humaines connaît depuis quelques années des mutations
très importantes demandant un contrôle rigoureux et optimal. C’est pourquoi, le conseil et
l’accompagnement dans ce domaine, a également évolué, car la fonction ressources humaines est
devenue plus stratégique au sein des entreprises. Elle participe plus fréquemment à la définition des
orientations générales. En effet, au delà de l'aspect administratif, la mise en place d’une stratégie
basée sur le capital humain est indispensable à la stabilité et au développement de l’entreprise.
L’intérêt de ce sujet est donc de présenter la fonction paie et personnel ainsi que de permettre de
comprendre et analyser les risques humains pouvant influencer la performance de l’entreprise. Nous
tenterons d’élucider la démarche de l’audit dans ce domaine (paie et personnel) tout en identifiant les
principaux risques inhérents pouvant l’affecter. Et enfin, nous finirons par dresser une liste plus ou
moins exhaustive sur les recommandations nécessaires et indispensables à la bonne gestion et maîtrise
de la fonction paie-personnel.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL
II. DEFINITIONS

1) LA FONCTION PAIE ET PERSONNEL La paie est une fonction


extrêmement complexe en raison de la diversité des éléments
qui la composent (regroupés en rubriques de paie) et de la
multiplicité des opérations à réaliser pour la mettre en œuvre.
Elle est un outil essentiel de gestion, et dans ce sens, elle doit
répondre et respecter des règles de conformité et d’efficacité.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 2) AUDIT PAIE ET PERSONNEL L’audit paie et personnel est un


moyen de détecter et de maîtriser les problèmes et risques
éventuels (erreurs, fraudes, coûts supplémentaires,
dysfonctionnement, etc.) liés à une dérive dans la fonction
paie et dans la gestion des ressources humaines. L’audit de la
paie comprend : -l’audit des politiques salariales -l’audit de la
masse salariale -l’audit de la structure salariale Toute mission
d’audit impose une enquête préliminaire pour se familiariser
avec l’entreprise et le problème à traiter. Cette phase de pré-
enquête suppose le rassemblement d’informations contenues
dans divers documents : Organigrammes, bilan social,
reporting et tableaux de bord sociaux du service paie et de la
fonction RH. Cette enquête permet d’adopter un programme
de travail adapté en sélectionnant les points significatifs sur
lesquels sera centrée la mission.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL
 III . Démarche de l’audit paie et personnel

 se caractérise par une étroite imbrication de règles comptables, fiscales et de


dispositions légales. Le respect strict des principes comptables est la
problématique la plus importante qui nécessite la mise en place de procédures
rigoureuses et sûres par l’entreprise mais aussi l’obligation pour elle (l’entreprise)
de se conformer à la réglementation fiscale. A ces dispositions peuvent s’ajouter
également celles tirant leur origine des con ventions collectives, des règlements
d’établissement et de la réglementation publique. Ainsi, l’auditeur doit s’assurer
que : - toute la paie et leur règlement sont saisis et enregistrés : c’est
l’exhaustivité, - toutes les paies et leur règlement sont :
  réels : c’est l’existence
  ceux de l’entreprise : c’est la propriété
  comptabilisés dans la bonne période : c’est la séparation des exercices
 correctement évalués : c’est l’évaluation
 correctement comptabilisés : c’est la comptabilisation
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 correctement comptabilisés : c’est la comptabilisation


 correctement décrits dans les états financiers: c’est
l’information. En effet à l’issue de l’évaluation du système de
contrôle interne, l’auditeur définit l’étendue des travaux à
effectuer pour valider les comptes. Le programme de contrôle
des comptes est établi en fonction des résultats auxquels notre
évaluation a aboutit. Ce programme comprend 2 phases :
 Les contrôles forts : dans ce cas, l’auditeur s’appuie sur le
système de contrôle et allège son programme de travail.
 Les contrôles faibles : ici, il mesure l’impact et le cas
échéant, étend son programme de travail pour le contrôle des
comptes

AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL
 Cette étape de l’évaluation du contrôle interne est appelée aussi test de
cheminement dont la démarche est comme suit :
 A- Cerner l’environnement de l’audit paie
 Identifier les acteurs de la paie et leur rôle dans le processus paye
 Comprendre les principales interactions du système paie
 Intégrer toutes les finalités du traitement de la paie
 Recenser les points de contrôle des procédures de paie
 Définir les calendriers mensuels et annuels de la paie B- Réaliser l’audit de
la paie et mettre en œuvre des actions correctives
 Fixer le périmètre et les objectifs de l’audit de la paie
 Savoir utiliser les méthodes d’audit et les outils appropriés
 S’assurer du respect des dispositions légales et conventionnelles : l’audit
de conformité
 Vérifier que le traitement de la paie répond aux attentes de l’entreprise :
l’audit d’efficacité
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 Détecter les risques en matière de fiabilité, sûreté et sécurité du


traitement des informations : l’audit stratégique
 Définir et mettre en œuvre les actions correctives à court et long
terme C- Optimiser l’organisation et le fonctionnement du service paie
 Analyser les processus de paie existants
 S’assurer des compétences des collaborateurs en charge du
traitement de la paie
 Mettre en place des indicateurs de coût et d’efficience
 Réaliser la “bible” paie
 Écrire un livre blanc de la paie
 Savoir utiliser les données issues du traitement de la paie pour le
pilotage social D- Contrôler et fiabiliser la paie
 Renforcer les points de contrôle de la paie
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

  Établir les règles de validation


  Effectuer les rapprochements entre données de la
paie, données comptables et données de gestion
  Analyser et mesurer les écarts constatés E- Définir les
besoins d’évolution du système de paie  Clarifier les
nécessités d’évolution du système paie
  Définir un cahier des charges pour pouvoir
sélectionner le prestataire chargé des ajustements
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 IV. Audit cycle paie personnel

 1)L’évaluation du système de contrôle interne

 Le tableau d'évaluation du système


 Ce tableau qui résume l'ensemble des constats (forces et faiblesses) décelés à l'aide
des différents outils développés plus haut (les tests de conformité, mémorandums
descriptifs, le diagramme de circulation, les questions et guides opératoires, les
grilles d'analyse) intègre les analyses suivantes :
 · Les forces du système de contrôle,
 · Les faiblesses du système de contrôle,
 · Les effets possibles de ces faiblesses,
 · L'incidence des faiblesses sur les états financiers,
 · L'incidence des faiblesses sur le programme d'audit des comptes,
 · Les recommandations à faire à l'entreprise.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 2)L’examen des comptes


 Les entreprises dont la taille justifie l'existence d'un comité
d'entreprise ont l'obligation d'établir des comptes annuels
constitués d'un bilan, d'un compte de résultat et d'une annexe.
Ces documents ressemblent fortement à ceux établis par le
comité d'entreprise, mais ils sont plus détaillés et leur
présentation est standardisée. Leur aspect est parfois
déroutant, car les termes employés sont plus techniques, mais
le fond reste le même que pour les comptes du comité
d'entreprise.
 Le comité d’entreprise peut faire appel à un expert-comptable
en vue de l'examen annuel des comptes de l’entreprise.
Cela concerne tous les comités d'entreprise, quelles que soient
la taille et la forme juridique de l'entreprise.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

Objectifs de l’audit paie et personnel :


 Acquérir les connaissances indispensables et
nécessaires pour réaliser la paie d’un salarié.
 Comprendre et décrypter les obligations légales et
conventionnelles liées au bulletin de paie.
 Appréhender les points importants par rapport au
logiciel de paie.
Outils d’evaluation et
contrôle interne
 2.1 : l'entretien :
Elle consiste en une conversation avec les responsables et
leurs collaborateurs sur la base d'un guide d'entretien. Il
s'agit pour l'auditeur de connaître les étapes des
procédures en interrogeant les différents interlocuteurs sur
les moindres détails concernant la réalisation de leurs
tâches respectives.
 2.2 : L'analyse des circuits par diagrammes
 Un diagramme est un mémorandum descriptif. Il permet de schématiser les
cycles d'opérations par des symboles suivants l'organisation administrative. Il
affiche une suite d'opérations faisant apparaître les différents documents,
postes de travail, les décisions, les responsabilités et les opérations.
 C'est la rédaction schématisée de la procédure qui constitue une base pour
les tests de conformité. Les tests de conformité faut il le rappeler, servent à
vérifier que les procédures sont bien appliquées.
 Bien que la présentation du diagramme puisse varier d'un auteur à un autre,
l'on retiendra deux modèles de présentation :
 · Le diagramme vertical
 · Le diagramme horizontal
 Le diagramme vertical (exemple voir annexe 1): le circuit des documents est
présenté verticalement et les services, séparés par un trait horizontal, sont
placés les uns en dessous des autres.
 Le circuit du document est fait selon l'ordre chronologique, c'est-à-dire,
depuis sa création jusqu'à son archivage ou sa destruction.
 Le diagramme horizontal (exemple voir annexe 2): la présentation suit le
même principe que celui du diagramme vertical. Toutefois, la circulation
des documents entre les services qui sont juxtaposés les uns à côté des
autres se fait horizontalement.
 2.3 : Les questions et guides opératoires
 Les questionnaires servent d'étalon à l'auditeur. Ils lui permettent,
grâce à un grand nombre d'interrogations précises, d'évaluer si les
procédures de l'entreprise auditée remplissent les objectifs
fondamentaux du contrôle interne, en décelant ses forces et ses
faiblesses.
 Les questionnaires se présentent habituellement sous deux formes :
l'une simplifiée qui ne motive pas d'autres réponses que le oui ou le
non, est appelée questionnaires fermés, et l'autre plus complète,
qui entraîne nécessairement des observations détaillées, est
dénommé questionnaires ouverts.
 Les questionnaires sont établis à l'aide de guides opératoires afin
qu'aucune question essentielle ne soit omise. Les questionnaires
doivent être adaptés à la taille et à l'activité de l'entreprise. En se
servant des guides opératoires comme questionnaire (ce qui est
parfois le cas), l'auditeur peut se surprendre en train de poser des
questions inadaptées. La liste des contrôles possibles établie par la
compagnie nationale des commissaires aux comptes dans
l'encyclopédie des contrôles comptables, est établie par cycle et
permet de réaliser une analyse quasi exhaustive des procédures de
contrôle interne.
 2.4 : Les grilles d'analyse de contrôle interne
 Les grilles d'analyses de contrôle interne servent à détecter les
cumuls de fonction. Il s'agit des tableaux à double entrée qui
permettent de décomposer la procédure en différentes opérations
assumées par les agents ou les services de l'entreprise. Dans la
démarche de l'auditeur, cette étape revient à identifier les forces
et les faiblesses du système examiné.
 Cette évaluation peut se faire soit dans un rapport de synthèse,
soit par un tableau d'évaluation du système précisant l'impact des
faiblesses sur les états financiers, les incidences sur la révision ou
les recommandations à faire pour améliorer le système.
2.5 : Le test de conformité ou de compréhension
 Le test de conformité ou de compréhension des procédures et des
points clés mis en place est juste. Il consiste à:
 mettre en œuvre des tests de cheminement permettant de
dérouler une procédure complète à partir de quelques opérations
sélectionnées ;
 réaliser des tests spécifiques sur des procédures particulières
paraissant peu claires ;
 opérer en présence des acteurs intéressés la restitution de la
description, en vue de recueillir leurs commentaires. Cette
formule présente l'avantage de la simplicité et implique d'avantage
les audités aux travaux de l'auditeur. Elle permet de surcroît, de
garantir à l'auditeur qu'il n'a pas oublié un point important.
 Après avoir évalué l'existence d'un dispositif de contrôle interne,
l'auditeur testera si ce dispositif est appliqué de manière
permanente.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

VI - Analyse des comptes et risques liés à la gestion de la paie et personnel 

 Cette cartographie concerne un cycle majeur en raison des masses


financières en jeu. Le renforcement du contrôle interne sur ce cycle
concerne tous les services et personnels associés à la collecte et à la
vérification des éléments nécessaires au traitement de la paie, des
charges liées et à la comptabilisation des provisions :
  ressources humaines, 
 direction des systèmes d’information, 
 affaires médicales, direction des soins, 
 affaires juridiques, 
 responsables de pôles, médecins, personnel soignant, cadres de santé.
 L’implication personnelle du chef d’établissement dans le diagnostic et
le renforcement du contrôle interne comptable de ce cycle est
indispensable.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 Confondu avec le processus essentiel de traitement de


la paie, le cycle du personnel paraît en règle générale
bien maîtrisé compte tenu de son enjeu et de sa
sensibilité. Il présente en effet des atouts dans le cadre
de la fiabilisation des comptes :
  un très haut degré d’informatisation des tâches aval de
calcul de la paie, 
 la répétition mensuelle de la plupart des processus qui
le composent favorisant leur maîtrise dans les directions
concernées, 
 l’existence d’un socle solide de contrôle interne en
raison de la sensibilité de la gestion des ressources
humaines.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 Mais il présente également des fragilités comparables à celles qui


ont été constatées dans toutes les organisations publiques à
l’occasion de la certification de leurs comptes, parmi lesquelles on
peut noter :
  une réglementation complexe et évolutive, dont, notamment, un
nombre important de statuts du personnel à gérer, 
 une dispersion des informations nécessaires au calcul des éléments
variables de la rémunération et un déficit d’informatisation de ces
tâches amont, 
 des interfaces à améliorer entre les différents logiciels utilisés,
notamment ceux de gestion du temps de travail et de paie, 
 des obligations comptables diversement mises en œuvre, 
 et, très probablement, un déficit de documentation et de
conservation des contrôles réalisés lors du traitement mensuel de la
paie.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 La cartographie type proposée est découpée en 5


processus :
  Éléments fixes de rémunération, toutes catégories de
personnel 
 Éléments variables de rémunération – personnel
médical 
 Éléments variables de rémunération – personnel non
médical 
 Paie et charges sociales et fiscales associées 
 Autres chargées et provisions liées à la paie –
opérations d’inventaire.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 Un « zoom » sur les charges sociales complète cette


documentation. Ces informations, présentées sous
forme d’un document de travail réalisé en novembre
2011 par le CHU de Nice, comprennent des précisions
d’ordre réglementaire (taux, assiette, etc.) qui n’ont
pas fait l’objet d’une procédure de validation et n’ont
pas été mises à jour.
 Votre attention est appelée sur le fait que cette
cartographie type ne reflète pas nécessairement la
situation de chaque établissement. Seuls l’analyse et le
diagnostic des différents processus permettent de
dégager les risques principaux de chaque établissement.
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 L’intérêt d’une telle cartographie n’est donc pas de


maîtriser l’intégralité des risques présentés mais
d’analyser l’organisation de l’établissement et de
repérer, au regard de la pratique, les différentes
procédures cartographiées, les risques décrits en
commençant par les risques les plus élevés en terme
d’impact financier.
 Il importe de fixer des points de contrôle dans votre
organisation vous permettant de maîtriser ces
risques. Cette détection des risques majeurs permettra
dans un second temps d’établir le plan d’action
pluriannuel et les mesures de maîtrise des risques
adaptées à chaque situation.
Graphique 1--Processus la maîtrise des risques

Les risque
Appétence
Missions au risque

Système de
maitrise des Strategies
risques fondé sur le
Objectifs stratégiques
contrôle
Cartographie
interne des risques
Gestion des
risques
stratégiques
Risques
opérationnels
Référentiels de contrôle interne
precessus
Identification Évaluation des Réponse Mesures de
Objectifs des risques risques maitrise
au risque
Graphique 2- La transposition du processus de maîtrise de risques
Les ministères économiques et financiers
Environnement de contrôle

Comité de
 Missions maitrise des
risques

Système de
maitrise des Stratégie
risques Cartograp
fondé sur le hie des
risques
contrôle Objectifs
interne Les stratégiques
directions
 

Stratégie

Cartograp
hies des
 Objectifs risques

Référentiels de contrôle
interne
Processus   Identificati Répons Mesures
on des Évaluation e au de
Objectis des risques maitrise
risques risque
AUDIT DE LA PAIE
ET DU PERSONNEL

 Recommandations
 Afin de venir au bout de ces faiblesses, il serait
convenable d’améliorer et de fiabiliser le contrôle
interne du circuit de paie en mettant en valeur son
principe d'indépendance de façon à ce que le système
s’opère automatiquement. C’est dans une orientation
globale visant à perfectionner le système
actuel, j’ai jugé opportun d’émettre un certain nombre
de recommandations aussi bien au niveau de la
conception qu’au niveau de l’application du système.

Vous aimerez peut-être aussi