Vous êtes sur la page 1sur 187

1

EFICAS
Intervenant : M. Christian COSTE

PREPARATION AU SSIAP3
Lecture de plans
44
Lecture de plans
• Schéma : dessin destiné à la représentation
des installations techniques
• Croquis : dessin exécuté
Texte à main levée
• Esquisse : dessin à petite échelle
• Avant-projet : dessin exécuté avec
instruments, sans détails
• Plan d ’exécution : dessin définitif du projet
Schéma 67
Croquis
78
Esquisse 8
Avant-projet 9
Plan d’exécution 1
0
Lecture de plans

VOLUME PERSPECTIVE PLAN

Le plan respecte les dimensions en proportion


LE DESSIN EN PERSPECTIVE
• C’est le procédé graphique qui se rapproche
le plus de la vision de l ’œil humain.
• C’est une vue proche du cliché
photographique.
• C’est le point de vue qui détermine ce que
l’on voit en perspective ( effet de lignes
fuyantes )
Un point de fuite d’où partent les lignes de perspective
113
3
Perspective à un seul point de fuite
1
4
Perspective à deux points de fuite
1
5
LE DESSIN EN PLAN
• C’est une vue du volume sans aucune
perspective.
• Le point de vue est strictement
perpendiculaire à l’une des faces
• C’est un point de vue frontal.
• Les dimensions sont proportionnelles à celle
du volume réel.
Plan
dit
en
élévation

1
7
PLANS ET ELEVATIONS
• On change de point de vue pour décrire
toutes les faces du volume.
• Les vues de dessus s ’appellent plans.
• Les vues de côté s ’appellent élévations ou
façades.
• La vue du côté faisant face au nord est
appelé façade nord.
Lecture de plans

Les vues de côté sont appelées ELEVATIONS ou FACADES


2
1
Elévation

2
2
2
3
Lecture de plans

Coupe horizontale Coupe verticale


Coupe horizontale
Coupe verticale
longitudinale
Coupes

2
9
Implantation des planchers et des
cloisons
Lecture de plans
• L ’échelle : C’est le rapport entre les
dimensions indiquées sur le plan et les
dimensions réelles.
• Exemple : Echelle au centième (1/100 )
L’échelle
• Les échelles peuvent se présenter de trois
façons :
l’échelle fractionnaire : 1 / 50 et 1 / 100 ...
l’échelle décimale : 0, 02 et 0, 01 ...
l’échelle par rapport au mètre : 1 cm.p.m et 2
cm.p.m ...

3
2
Les échelles utilisées

• Plan de situation: 1 /2000 et 1 /5000.

Plan de masse : 1 /1000, 1 /500 et 1 /200.



Plan d‘exécution: 1 /100 et 1 /50.

Plan de détails: 1/20, 1/10, 1/2 et 1/1.
• 332
3
Lecture de plans
• Le plan de situation : Il situe le projet dans
son environnement ( = plan de quartier )
• Le plan de masse : Il fixe l ’implantation,
les accès et les conditions d ’isolement par
rapport aux tiers. ( = plan d’ilôt + voies )
334
5
3
6
PLAN
DE
SITUATION
( au 1/500 ou au
1/1000 )
335
8
3
9
Plan de masse
1/100
ou
1/200
4
1
4
2
Convention

• Les coupes horizontales se font par


convention à 1,00 m au-dessus du plancher
afin que toutes les ouvertures du bâtiment
apparaissent sur le plan
Plan de niveau

4
4
Plan de niveau

4
5
445
6
Coupe verticale transversale

2,60

0
Coupe
verticale
transversale
Coupe verticale transversale 4
9
549
0
550
1
5
2
5
3
5
4
554
5
5
6
5
7
557
8
558
9
659
0
660
1
661
2
662
3
663
4
Niveaux
• Le niveau 0 de référence est souvent le
niveau du rez-de-chaussée
• Les mesures de hauteur sont appelées côtes
de niveau.
6
6
Cotes de
niveau

6
7
6
8
Cotation

Les lignes de cotes


sont des trait fins
parallèles à la
longueur à coter
Cotation des diamètres

La cotation
d’un diamètre
doit être
précédée du
signe

Deux dispositions peuvent être utilisées :


-avec ligne de cote et ligne d’attache
-avec renvoi fléché. Dans ce cas, la ligne oblique doit viser le
centre du cercle.
Cotation des rayons

Elle indiquée par


une ligne dirigée
vers le centre de
l’arc.

7
1
7
2
7
3
7
4
Coupe brisée à plans parallèles

La trace du plan de coupe est renforcée à chaque changement de


direction. Repérer, sur coupe, la brisure du plan de coupe par un
trait mixte fin renforcé aux deux extrémités.
7
5
7
6
775
7
Lecture de plans
Portes
et
fenêtres
Représentations
conventionnelles
Lecture de plans

CONDUIT

GAINE
ASCENSEUR
COTATIONS Lecture de plans
Le jeu de plans du dossier

8
3
Le plan de
situation
Le plan de masse
Vue en perspective
Vue en perspective
Vue axonométrique
Face projetée

Vue de dessus
Faces projetées

Vue de gauche

Vue de face Vue arrière

Vue de droite
Ouest

Nord Sud

Est

Les élévations
Plan résultant
d ’une coupe
horizontale au
niveau RdC
Plan résultant d ’une coupe horizontale à l’étage
Plan résultant d ’une coupe verticale longitudinale
Coupe verticale
transversale
Plan de niveau
Plan avec détails
Détails sur un appartement
Détails sur un ERP 9
9
197
0
Plan d’architecture paysagère
Plan d’architecture paysagère
Cartouche

Le format de pliage des plans en A4 est destiné à recevoir le


cartouche pour que ce dernier reste apparent après pliage des
plans.

Le cartouche est l’identité d’un dessin .

On appelle cartouche l’emplacement réservé dans un angle du


dessin et dans lequel figurent tous les renseignements relatifs au
projet figure page de gauche.

1
0
Cartouche

- désignation et adresse de la construction - nom et adresse du


propriétaire - désignation des dessins ( façade, coupe, ...etc ) -
indication des corps d’état - la ou les échelles - date du dessin -
légende - emplacement pour les modifications - numéro de
classement

1
0
Cartouche

1
0
Cartouche
Construction

Il faut connaître les principales caractéristiques de construction


des bâtiments pour appréhender leurs risques propres, savoir lire
un plan et dialoguer facilement, sur les lieux d’un sinistre, avec
les professionnels du bâtiment et certains services d’urgence
(architectes de sécurité, EDF, GDF, etc…).

1
0
ELEMENTS
DE CONSTRUCTION

Dans toutes les constructions, on trouve :

• Les éléments de gros-oeuvre : les fondations et les structures


(éléments verticaux – fondations et murs - les éléments
horizontaux – planchers ) les toitures, les gaines et les conduits.

• Les éléments de second-oeuvre : les menuiseries, les


revêtements intérieurs et les peintures.

1
0
Les fondations

• Les fondations constituent la base de toutes les constructions.

• La configuration du terrain et le type de bâtiment déterminent


différentes sortes de fondation :

- les fondations en rigoles ;


- les fondations sur semelles ;
- les fondations sur radier général (dalle continue) ;
- les fondations sur pieux...

1
0
Les fondations en rigole

• Dans les cas de bon sol (cas courants) et de charges peu élevées
(cas des simples maisons), on peut asseoir les murs porteurs ou
non du bâtiment sur des rigoles en gros béton faiblement dosé

1
1
Les fondations en rigole

Fondation en rigole (ou longrine) 1


1
Les fondations sur semelles

• Sous les poteaux, on est obligé de placer des semelles isolées


en béton armé ayant de préférence la forme du poteau (carré,
rectangulaire, rond, ...).

1
1
Les fondations sur semelles

Semelle sous poteau


1
1
Les fondations sur semelles

• Sous les murs porteurs, lorsque la simple rigole n’est pas


suffisante, on renforce par des armatures : c’est la semelle filante.

1
1
Les fondations sur semelles

Semelle filante
1
1
Les fondations en radier

• Lorsque les semelles deviennent trop importantes et que l'on ne


veut pas aller fonder en profondeur, il est intéressant de
construire un radier général. Le bâtiment est alors posé sur une
sorte de plancher.

1
1
Les fondations en radier

Radier 1
1
Les fondations sur pieux

• Ce sont des éléments en bois, en béton armé, en béton


précontraint ou en acier. Ils sont enfoncés dans le sol par battage
ou par vérin.

1
1
Les fondations sur pieux

Pieux tubés
1
1
Les murs

• Les murs désignent généralement des parois porteuses de


l'ouvrage par opposition aux cloisons qui n'ont qu'un rôle de
séparation des pièces.

• Les murs et élévations peuvent être faits de différents matériaux


: béton coulé, parpaings, briques, béton cellulaire, terre cuite …

1
2
Les murs

Selon leur position et leur rôle, on distingue :

- le mur pignon : qui ferme l'extrémité du bâtiment,


- le mur de façade : qui ferme les côtés du bâtiment,
- le mur de refend : qui reprend certaines charges de la structure
du bâtiment pour les transmettre aux fondations,
- le mur rideau,

1
2
Le mur pignon

• C’est un mur comportant une pointe de pignon

• Les murs sous la gouttière sont dits murs gouttereaux.


1
2
Le mur de façade

• Le mur de façade, appelé aussi simplement « façade », est un


élément de construction vertical qui délimite un édifice.
• La plupart des bâtiments comportent quatre façades : la façade
principale, la façade arrière et les deux façades latérales.

1
2
Le mur de refend

C’est un mur porteur ne faisant pas partie des murs de façade. Il


est généralement placé selon l'axe du faîte de l'édifice.

(Les parois non porteuses qui sont réalisées pour délimiter les
différents locaux et leur distribution sont des cloisons) 1
2
Le mur rideau

• C'est un mur de façade qui assure la fermeture de l'enveloppe


du bâtiment sans participer à sa stabilité.

• Les panneaux sont donc appuyés, étage par étage, sur un


squelette fixe.

1
2
Le mur rideau

1
2
Les planchers

Le terme de plancher s’applique aux parois horizontales qui


séparent deux niveaux d’une construction et sont capables de
supporter des charges (plancher sur vide sanitaire, planchers
intermédiaires, plancher de toiture terrasse).

Les planchers sont des éléments porteurs.

1
2
Les planchers
Le plancher est réalisé par une dalle horizontale et un réseau
porteur horizontal constitué de poutres, poutrelles et chevêtres.

Les voiles et poteaux constituent les porteurs verticaux du


plancher.

On distingue les planchers maçonnés ou à ossature :


- Maçonnés, ils sont en pierres ou en briques ; coulés en béton
armé sous forme de dalles pleines, dalles nervurées et planchers
à caissons, dalles hourdées.
- A ossature, l'ossature portante -ou solivage -est réalisée soit par
des poutres en bois, soit par des poutrelles en acier ou en béton
armé (poutrelles préfabriquées) qui constituent le support pour le
1
plancher et le plafond. 2
Les planchers

Texte

Voile

1
2
Les planchers coulés en place

Le plancher (dalle) est coulé en place, les poutres sont ou non


préfabriquées. Le coffrage permet de supporter le poids du béton
à l’état frais.

1
3
Les planchers à prédalles préfabriquées

Ce type de plancher est constitué de prédalles préfabriquées (de 50


à 100 mm d’épaisseur) comportant les armatures principales du
plancher.

1
3
Les planchers hourdis à poutrelles
et entrevous.
Il s’agit d’un plancher constitué d’éléments manuportables
(poutrelles, entrevous) formant un coffrage perdu et
solidarisés par une dalle de compression coulée en place.

1
3
Les planchers collaborants

Le coffrage est constitué de bacs en tôle d’acier nervurée


constituant également l’armature du plancher.
Le béton est coulé en place.

1
3
Les planchers à dalles alvéolaires
précontraintes
Il s’agit de planchers totalement préfabriqués. Seul un clavetage
(solidarisation entre les éléments par mortier ou béton) est à
mettre en oeuvre.

135
1
3
Les toitures

Les toitures servent à protéger les constructions contre les


intempéries et à canaliser les eaux de ruissellement.

Il en existe de multiples formes : en appentis, à la mansarde, en


croupe, en dents de scie, en coupole, en terrasse..

1
3
Les toitures

La toiture d’un immeuble se décompose en deux sous-ensembles


: la charpente, d’une part, et la couverture, d’autre part.
En outre, une distinction est faite entre deux catégories de
toiture : les toitures inclinées, qui proposent de nombreux
matériaux de couverture, et les toitures-terrasse qui sont ainsi
nommées lorsqu’elles présentent une pente inférieure à 15%

1
3
La charpente en bois traditionnelle

1
3
Les charpentes en bois

La charpente en bois traditionnelle

1
3
La charpente en bois traditionnelle

1
3
La charpente en bois industrialisé

Fermettes

1
4
La charpente en bois lamellé-collé

1
4
La charpente en bois lamellé-collé

1
4
Les charpentes
Les charpentes métalliques
Il s’agit pour l’essentiel de charpentes en acier mais elles
peuvent également être réalisées en alliage d’aluminium pour
obtenir des charpentes plus légères.

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)

Les couvertures en petits éléments :

- Les ardoises naturelles :

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)

Les couvertures en petits éléments :

- Les tuiles à emboîtement :

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)

Les couvertures en petits éléments :

- Les tuiles à emboîtement :

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)

Les couvertures en petits éléments :

- Les tuiles plates :

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)
Les couvertures en grands élémentsD’une manière générale, il s’agit
des toitures du type industriel, de grande surface et peu tourmentées
- Couvertures en plaques métalliques (ou bac acier)

1
4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)

Bac acier
Feutre

Panne
Feutre
Bac acier
Panne

Couverture bac acier double peau 1


4
Les couvertures
LES TOITURES INCLINEES (>15%)
Les couvertures en grands éléments
- Couvertures en feuilles et longues feuilles métalliques

1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

* la partie porteuse (fonction de stabilité et résistance structurelle) :


l’élément porteur
* l’isolation thermique:
- le pare-vapeur
- l’isolant thermique

* l’étanchéité :
- le revêtement d’étanchéité proprement dit
- la protection du revêtement d’étanchéité

1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

L’élément porteur :

Il peut être principalement de deux types :


* en maçonnerie de béton armé
* ou en acier. Il s’agit de tôles d’acier nervurées

1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

Le pare-vapeur :

Il peut être :

* en chape souple de bitume avec une armature en carton feutre


ou en tissu de verre ou encore en polyester. Le matériau se
présente sous forme de rouleaux d’environ 20x1 m environ et est
normalisé (voir NF P 84-3xx).

* appliqué in situ, sous forme liquide : un bitume chaud que les


documents techniques nomment EAC (enduit d’application à
chaud). 1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES
Pare vapeur

Chape souple de bitume EAC

1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES
L’isolant thermique :

Trois familles peuvent être distinguées :

* Les isolants à base de mousse plastique alvéolaire


- Polystyrène expansé ou extrudé.
- Polyuréthane
- Mousses phénoliques RESOL (ou résine RESOL).
* Les isolants à base minérale
- Laine minérale (laine de roche exclusivement).
- Verre cellulaire
* Les isolants à base de matériaux cellulosiques
- Perlite fibrée
- Liège aggloméré (peu utilisé)
1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

L’isolant thermique :
Polystyrène extrudé

Perlite
Laine de roche 1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

Le revêtement d’étanchéité :
Les revêtements d’étanchéité peuvent être classés en deux grandes
familles : les matériaux manufacturés en feuilles (livrés en rouleau
sur le chantier) et les matériaux appliqués in situ (sous forme
liquide).

1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

La protection du revêtement d’étanchéité :


Partie visible de la toiture terrasse,son rôle est de protéger le
revêtement d’étanchéité contre les effets naturels des rayons
ultraviolets, des écarts de température, du vent ainsi que contre les
effets mécaniques de la circulation, des charges et des chocs.

159
1
5
Les couvertures
LES TOITURES TERRASSES

Schéma de conception

Protection

Revêtement d’étanchéité

Isolant thermique
Pare vapeur
Elément porteur

1
5
Les conduits et gaines
Définitions

On appelle conduit un volume fermé servant


au passage d’un fluide déterminé (air, eau, gaz).
On appelle gaine un volume fermé généralement accessible et
protégeant un ou plusieurs conduits.
On appelle conduit-gaine un volume fermé autoprotégé servant au
passage d’un fluide déterminé. Ce dispositif ne concerne pas
les installations de gaz.
Les conduits et gaines

Conduit de ventilation
Les conduits et gaines

Conduit simple peau CF 1 h Conduit doble peau CF 2 h


Les conduits et gaines
Les conduits et gaines

Conduit d’amenée d’air Conduit d’extraction des fumées


Les conduits et gaines

Conduits de fumée
Les conduits et gaines

Conduits métalliques (acier, cuivre)


Les conduits et gaines

Conduits haute densité (eau, gaz)


Les conduits et gaines

Conduits de lumière
Les conduits et gaines

Gaines
Les éléments de second oeuvre

Les éléments de gros oeuvre sont complétés par les


équipements et matériaux qui concourent essentiellement au
confort des occupants des immeubles.

Ces équipements et matériaux constituent les éléments de


second oeuvre :

- les menuiseries ;
- les revêtements intérieurs ;
- les installations techniques (électricité, gaz, chauffage,
climatisation, conditionnement d’air, cuisine ...)
Les menuiseries
Les fenêtres

La fenêtre :

- participe au clos en tant que partie de l’enveloppe extérieure du


bâtiment (protection contre les intempéries mais aussi protection
mécanique notamment lorsqu’elle doit assurer la protection
contre la chute des personnes) ;

- permet la communication visuelle avec l’extérieur ;

- permet la communication physique partielle (totale en cas des


portes-fenêtres et des portes d’entrée) entre intérieur et extérieur
et vice versa car elle peut être ouverte ;
Les menuiseries
Les fenêtres

1
7
Les menuiseries
Les fenêtres

Châssis 
En bois
En PVC
En aluminium

Vitrages
Thermiques
Thermiques solaires
Thermiques acoustiques
Thermiques de sécurité
Les menuiseries
Les portes extérieures

Idem fenêtres 

Les portes intérieures ( en bois, en alu, en PVC )

Les huisseries de portes intérieures, ainsi que les vantaux de portes,


doivent pouvoir supporter les diverses sollicitations imposées aux
ensembles de portes en fonction de :
- la catégorie (porte intérieure, porte d'appartement, ...) et du type de
porte,
- la masse des vantaux qui composent la porte,
- la nature, la finition et l'épaisseur des murs ou cloisons de la baie.
Les menuiseries
Les portes
Les menuiseries
Les portes
Les menuiseries

Les volets

Volets battants Persiennes Volets coulissants


Les menuiseries
Huisserie
Crémone

Cylindre

Serrure

Serrure

Poignée Verrou
Ferme-porte
Les revêtements intérieurs

Les peintures, la tapisserie, les enduits


décoratifs, le bois, le textile, le PVC...
Les revêtements intérieurs
Les peintures

La peinture acrylique

Mise en oeuvre : monocouche ou bicouche (support poreux, qualité de la peinture


médiocre, mauvais état du support....) ; de nombreux effets possibles et rendus : marbré,
fondu, glacis, mat, brillant, satiné....

La principale qualité de la peinture acrylique est sa docilité : dilution à l'eau (sans excès),
miscibilité, mélanges faciles à préparer, facilité d'application, polyvalence de supports,
faible odeur. Elle est très solide et indélébile. Elle a la particularité de sécher très vite, en
quelques minutes.
Les revêtements intérieurs
Les peintures

La peinture vinylique

Mise en oeuvre : peinture surtout utilisée en mélange pour réaliser des effets ou alors en
sous-couche sur support poreux

Une peinture vinyle (vinylique) est une peinture à l'eau, légèrement plus fluide qu'une
peinture acrylique. Elle ne contient pas de résine élastique, elle est moins opacifiante. On
l'utilise pour les mêmes applications que la peinture acrylique, elle tend même à être
remplacée par celle-ci.
Les revêtements intérieurs

Les peintures

La peinture alkyde

Mise en oeuvre : monocouche ou bicouche. Usage destiné plutôt à l’extérieur et pour les
boiseries.

Les peintures alkydes ou glycéro-phtaliques sont des polyesters saturés tridimensi


onnels modifiés (améliorés) par addition d’acides gras à longues chaînes (sous la forme de
triglycérides) et d’autres ingrédients . Le terme « alkyde » provient de la contraction des
mots alcohol et acid.
Les revêtements intérieurs
Les peintures

La peinture naturelle (biologique, écologique)

Mise en oeuvre : selon le support, de 1 à 3 couches, séchage plus long que les peintures
classiques, peinture toute prête ou à diluer avec de l'eau.

Les peinture naturelles ,à l'eau ou en solvant, ont pour liant l'huile de lin associé à l'huile
de bois.
Les revêtements intérieurs
Les papiers peints

Texte
Les revêtements intérieurs
Les papiers peints

Papier vinyle Papier intissé Papier cellulose


Les revêtements intérieurs
Les enduits

Les grandes familles d’enduits :


Les revêtements intérieurs
Les textiles et bois
Les revêtements intérieurs

Le PVC