Vous êtes sur la page 1sur 24

L’espèce tarifaire

1. L’espèce tarifaire : définition et structure

L’espèce tarifaire est une dénomination attribuée


à chaque marchandise en fonction de ses
caractéristiques propres par le tarif douanier.
Nomenclature tarifaire

Elle se présente sous forme d’une liste exhaustive de


produits de toutes natures, énumérées dans un certain
ordre, établie selon la législation interne de chaque pays
pour la perception des droits et taxes.
Dans la plupart des pays, la nomenclature tarifaire
repose actuellement sur la Nomenclature du Système
Harmonisé de Désignation et de Codification des
Marchandises (généralement appelé Nomenclature du
Système Harmonisé) qui comprend des règles générales
interprétatives, des notes de section et de chapitre et une
liste de positions disposées selon un ordre systématique.
Position tarifaire

L’Algérie à crée à l’intérieur de sa nomenclature des sous-


position pour spécialiser de nouvelles marchandises, à
un niveau au-delà de celui du code numérique du
système harmonisé. Ainsi, le code numérique des sous
positions nationales de la nomenclature tarifaire
algérienne est actuellement à 08 chiffres
Ce classement détermine principalement :

Les droits de douane et Les taxes


fiscales et parafiscales

la NDP
(Nomenclature de Les mesures du contrôle du
Dédouanement des commerce extérieur
Produits)

L’établissement des statistiques


de commerce extérieur
Les impositions :
D.D Droits de douane
T.V.A Taxe sur la valeur ajoutée
T.S.V Taxe sanitaire sur les viandes
D.P.E Droit sur les piles électriques
T.I.C Taxe intérieure de consommation
D.C.A Droit de circulation sur les vins et les alcools
D.RTA Droit spécifique sur les appareils de radiodiffusion combinée ou non-combiné, les appareils
récepteurs de
télédiffusion combinés ou non-combiné et les appareils de démodulation, de décryptage et de décodage
T.A.D.C.A Taxe additionnelle sur le droit de circulation sur les alcools
T.A.P.T Taxe additionnelle sur les produits tabagiques
T.C.L.S Taxe sur les céréales et les légumes secs
T.CARB Taxe sur les carburants
T.E.E Taxe d’efficacité energétique
T.PNEU Taxe sur les pneus neufs
T.P.P Taxe sur les produits pétroliers
T.HUILE Taxe sur les huiles, lubrifiants et préparations lubrifiantes
T.S.P Taxe sur les sacs en plastique
D.G.O.A.P Droits de garantie sur les ouvrages d’or, d’argent et de platine
C.S Contribution de Solidarité.
2. Les règles de classement tarifaire

l’origine du produit la matière constitutive de


(animal, végétal, la marchandise;
minéral…)

secteur d’utilisation des


articles ou de la
branche d’activité

La NDP (la Nomenclature de


Dédouanement des Produits)
3. La taxation forfaitaire globale
On entend par taxation forfaitaire globale, l’imposition à appliquer
au lieu et place de l’ensemble des droits et taxes auxquels est soumis le
produit importé selon les règles du droit commun.
Cette taxation forfaitaire globale est de 10% à 75 % de la valeur en
douane des marchandises. Elle est à comptabiliser sous la rubrique
budgétaire « droit de douane à l’importation » et concerne les
marchandises:
 Faisant l’objet de petits envois adressés à des particuliers.
 Ou transportées dans les bagages personnels des voyageurs pour
autant qu’il s’agisse d’importations dépourvues de tout caractère
commercial
La valeur en douane
1. définition et principe de base :
C’est le troisième élément clé pour l’application
des mesures douanières et notamment pour
l’opération de taxation. Elle sera également utile
pour la mise ne œuvre de cautions dans le cadre des
régimes douaniers, et déterminera l’application
éventuelle de mesures de contrôle du commerce
extérieur.
La valeur en douane n’est autre que l’assiette
(éléments taxables) auquel on va appliquer un taux
d’imposition.
Le calcule des droits de douane

La valeur en douane La détermination de l’assiette de la


permet : TVA

Le contrôle et les statistiques du


commerce extérieur
La valeur en douane à l’importation
La valeur en douane des marchandises importées est
la valeur transactionnelle, c'est-à-dire, le prix
effectivement payé ou à payer pour les marchandises
lorsqu'elles sont vendues pour l'exportation à
destination de l’ Algérie, après ajustement
Cinq notions essentielles découlent de cette
définition:
Notion de lieu
Notion de temps
Notion de vente pour l’exportation
Notion de prix effectivement payé ou à payer
Notion de lieu
L’évaluation est faite au lieu d’introduction en Algérie de
la marchandise importée ( le plus souvent il correspond au
lieu de dédouanement ou de rupture de charge; ex : port,
aéroport, dépôt sous douane…).

Notion de temps
La valeur transactionnelle est appréciée sans qu’il y ait lieu
de tenir compte ni du moment de conclusion du contrat, ni
des fluctuations monétaires susceptibles d’intervenir après
cette date. La conversion est effectuée suivant le taux de
change applicable à la date d’enregistrement de la
déclaration en détail ( Code des douanes).
Notion de vente pour l’exportation
La transaction doit représenter une vente à
destination de l’Algérie, impliquant un transfert effectif
de la marchandise à l’échelle internationale.

Notion de prix effectivement payé ou à payer


Il s'agit du paiement total effectué par l'acheteur au
profit du vendeur, directement ou indirectement,
comme condition de la vente.
Le déclarant en douane prendra en considération
l’incoterm associé à la vente internationale pour
pratiquer les ajustements nécessaires.
Il appartient à l’importateur réel de la marchandise
de donner toutes les instructions et documents utiles
au commissionnaire agrée en douane pour calculer une
valeur en douane conforme aux attentes de
l’administration.(facture commerciale, la liste de
colisage, le détail de la valeur…)
3. Les méthodes de substitution
Lorsque les services des douanes ont des raisons de douter de la véracité
ou de l'exactitude des renseignements ou documents relatifs à la valeur
transactionnelle, ils peuvent demander à l'importateur ou à son
représentant de leur communiquer des justificatifs complémentaires
pour prouver l'exactitude de la valeur déclarée.
Si, malgré la communication des justificatifs complémentaires par
l’importateur ou à défaut de communication. Les services des douanes
ont encore des doutes raisonnables au sujet de la véracité ou de
l'exactitude des renseignements et des documents relatifs à la valeur
déclarée ils peuvent considérer que la valeur transactionnelle est
inacceptable.
la non acceptabilité de la valeur transactionnelle entraîne l’utilisation
de l’une des méthodes de substitution.
Ces méthodes doivent être utilisées dans l’ordre. En
effet, aucune méthode ne peut être utilisée que si la
précédente a été écartée. Toutefois, l’importateur peut
demander l’inversion de l’ordre d’application entre la
méthode déductive et la méthode de la valeur calculée.

Les méthodes comparatives:


La valeur en douane sera déterminée sur la base de la
valeur transactionnelle déjà déterminée et acceptée par le
service pour des marchandises identiques ou le cas
échéant similaires vendues pour l’exportation à
destination de l’Algérie au même moment ou à peu près
au même moment que les marchandises à évaluer.
La méthode déductive :
La valeur déduite est déterminée sur la base du prix unitaire
correspondant aux reventes, sur le marché intérieur, des
marchandises importées ou de marchandises identiques ou
similaires, totalisant la quantité la plus élevée, ainsi faites à des
personnes non liées aux vendeurs, au même moment ou à peu près
au même moment de l'importation des marchandises à évaluer;
déduction faite des éléments tels que les bénéfices, droits de
douane et taxes, frais de transport, assurances et frais connexes
habituelles engagés en Algérie. La valeur de ces éléments sera
déterminée selon les principes comptables généralement admis en
Algérie.
On retient le prix auquel le plus grand nombre d’unités est
vendu.
La méthode de la valeur calculée :
C’est la reconstitution du prix de revient de la
marchandise importée, à son introduction en Algérie, selon
les principes comptables généralement admis du pays
d’exportation. Elle s’obtient en ajoutant au coût de production de
la marchandise à évaluer un montant pour les bénéfices et frais
généraux qui sont faits par le producteur du pays d’exportation à
destination de la Algerie.
La méthode du dernier recours :
Si la valeur en douane ne peut être déterminée par
l’application de l’ensemble des méthodes précédentes, elle peut
être obtenue par des moyens raisonnables, compatibles avec
les principes et les dispositions générales de l’accord du GATT.
La valeur en douane à l’exportation
La valeur en douane à l’exportation est appréciée hors
taxes, au point de sortie du territoire national, majoré le
cas échéant, des frais de transport jusqu’à la frontière.
Selon le mode de transport :
 Si le transport principal est maritime : la valeur FOB port
d’embarquement hors formalités douanières export.
 Si le transport principal est aérien : la valeur FCA aéroport de
départ hors formalités douanières export;
 Si le transport principal est terrestre : la valeur DAP franco
frontière Algérienne hors formalités douanières export.
La valeur en douane à l’export est utilisée à des fins
statistiques.