Vous êtes sur la page 1sur 24

RÉDUIRE NOTRE

DÉPENDANCE AU PÉTROLE...

Pourquoi et comment ?
Philippe Bourke
Directeur général
La source – une vision globale

« État et perspectives énergétiques mondiale


et québécoise » (CREDD-GREB) Patrick Déry

Scénarios de prospective jusqu’en 2030


filière par filière
POURQUOI AGIR ?
Pourquoi agir ?

• On consomme beaucoup de pétrole

• Les approvisionnements sont en déclin

• Il nous coûte cher

• Des impacts sur l’environnement et la société


Une des principales sources d’énergie utilisée
au Québec est le pétrole

Consommation d'énergie primaire


par source au Québec (2007)

Sources : Statistique Canada, 2009, Hydro Québec, 2008 et MRNF, 2009.


Les contraintes limitant les approvision-
nements pétroliers sont déjà à l’œuvre
Données: Energy Information Administration (US )

86 50
Géologique Logistique
49
85
48
Offre/demande (Mb/jour)

Exportation (Mb/jour)
84 47

46
83
45
82 Disponibilité sur les marchés 44

81 43

42
80
Sur fond de problèmes géopolitiques 41

79 40
2003 2004 2005 2006 2007

Offre de pétrole brut Demande de pétrole brut


Exportation de pétrole brut

Patrick Déry, B.Sc., M.Sc., physicien, spécialiste en énergétique, agriculture et environnement


Les réserves pétrolières sont en déclin

35

• Ne pas confondre
30
« 40 ans de réserves » avec
25

« 40 ans de tranquillité».
Production (Gb/an)

20

15

10

0
1965 1980 1995 2010 2025 2040 2055 2070 2085 2100

Patrick Déry, B.Sc., M.Sc., physicien, spécialiste en énergétique, agriculture et environnement


Le pétrole appauvrit le Québec

Balance commerciale
des filières pétrolière et hydroélectrique

2,0
1,0
0,0
-1,01980 1985 1990 1995 2000 2005
Solde (G$ courants)

-2,0
-3,0
-4,0
-5,0
-6,0 1 $ de hausse sur le baril de pétrole brut
-7,0 =
160 M$ de pertes suppl. sur la balance commerciale
-8,0
-9,0
En 2008, c’est environ 18 G$ de pertes.

Pétrole brut et produits pétroliers Électricité

Patrick Déry, B.Sc., M.Sc., physicien, spécialiste en énergétique, agriculture et environnement


Le pétrole cause des problèmes
environnementaux et sociaux importants

• Le pétrole est responsable de


60 % des émissions totales de
GES au Québec.

• Le pétrole a des impacts


négatifs sur la qualité de l’air,
l’eau, les sols et la santé
publique.
Impacts particuliers pour les régions

• Potentiel d’autarcie plus limité (dépendance envers


les grands centres).

• Priorité aux mesures en faveur des grands centres ???

• Coût des denrées et des produits élevé

• Conséquence sur la capacité d’attrait et de rétention


des entreprises

• Effet d’entraînement sur l’accès aux services et


l’exode ???
Citations et recommandations
de quelques illustres sages

• « L’année 2008 marquera probablement


l’histoire comme le début de l’ère post-
hydrocarbures. Les investissements massifs
des pétrolières depuis deux ans permettront
peut-être de relever légèrement la
production au cours des prochaines années,
mais la tendance lourde est nette : la
production de pétrole continuera à péricliter,
maintenant les prix à des niveaux élevés et
forçant les sociétés à s’adapter. »

• Normand Mousseau, L’État du Québec, Fides,


2008, p. 613 : « Une année mouvementée
pour le pétrole »
Citations et recommandations
de quelques illustres sages

• « An environmentalist, in the true sense of the word, would see


it more as a political or philosophical choice. I see this as an
economic necessity. The market mechanism can lead us to some
very green places. »
• « I'm not saying that we are all going to go through this
philosophical conversion to ecologically sustainable forms of
economy. I'm saying that... the price mechanism will force us to
go there because our current way of living will not be
affordable. »

Jeff Rubin, ancien chef économiste à la CIBC


The end of affordable oil, The Gazette
7 octobre 2009
Citations et recommandations
de quelques illustres sages

Quittons le pétrole avant qu’il nous quitte


« We should not cling to crude down to the last drop – we should
leave oil before it leaves us. That means new approaches must
be found soon. […] The really important thing is that even though
we are not yet running out of oil, we are running out of time... »

Dr. Fatih Birol, chef économiste de l’Agence internationale de


l’énergie
We can’t cling to crude we should leave oil before it leaves us,
The Independent,
2 mars 2008
LES BONNES NOUVELLES
Les bonnes nouvelles
Le Québec a la chance de disposer du territoire et des
ressources naturelles nécessaires pour devenir
significativement plus indépendant en matière
d’énergie. 

Surtout, les Québécois et les Québécoises ont l’esprit


d’innovation, la force créatrice et le savoir-faire pour y
parvenir.
Un objectif rassembleur –
un moteur de changement
Diversifier les
revenus agricoles Réduire les
émissions de GES
Améliorer les
finances publiques
Inverser la balance
commerciale
Développer les
régions et OBJECTIF :
favoriser Développer de
l’occupation du Réduire la nouvelles
territoire dépendance technologies et
au pétrole infrastructures
Lutter contre la d’énergie et de
pauvreté et transport
l’exclusion
Stimuler
Lutter contre l’innovation
l’obésité
Endiguer Améliorer la
l’étalement Créer des qualité de l’air et
urbain emplois réduire le smog
Stratégie de remplacement

1. Réduire les besoins Efficacité


d’énergie en transport énergétique des
(mobilité durable) : bâtiments
- Densification
- Mixité
- Transport collectifs Utiliser la
- Transport actifs 2. Électrifier le reste biomasse, le
- Contrer l’étalement et développer les solaire et la
- Mode de transport infrastructures géothermie pour
efficaces d’approvisionnement le chauffage
- Etc.
Augmenter la
production
d’électricité de
source renouvelables
Produire des (hydro et éolien)
biocarburants
Qu’est-ce que ça implique ?

• Réduire la consommation d’énergie par habitant, en


agissant particulièrement dans le domaine des
transports au niveau de l’aménagement du territoire et
des transports collectif;

• Augmenter significativement la
production d’énergie à partir
des sources d’énergie
renouvelables disponibles au
Québec (hydroélectricité,
éolien, biomasse, solaire,
géothermie, etc.)
Un scénario parmi d’autres :
l’indépendance au pétrole pour 2030
Consommation d'énergie primaire
au Québec par source (2030)
Solaire
1,4%
Géothermie
1,8%
Charbon
Hydroélectricité
1,1%
63,3%
Gaz naturel
5,5%
Éolien
4,2%

Biomasse
22,7%

Patrick Déry, B.Sc., M.Sc., physicien, spécialiste en énergétique, agriculture et environnement


COMMENT METTRE
EN OEUVRE DE TELS
CHANGEMENTS ?
Une démarche
de mobilisation structurée

• La participation et l’engagement :

- des citoyens
- des acteurs socio-économiques

• L’INM comme expert dans ce domaine


Informer, débattre, proposer
Une démarche
de mobilisation structurée

Niveau national
• Des partenaires sérieux et motivés qui formeront
un groupe de référence

MDDEP - Hydro-Québec - Gaz Métro – MDEIE – CAA Québec – l’AIEQ -


Innergex – FEÉ – STM – ATUQ – Ouranos - AECOM Tecsult – UPA – le
Réseau des ingénieurs du Québec - la Coalition Bois – la Fédération
québécoise des coopératives forestières – la CSN – l’UPA – l’AMT –
Roche Ltée – Nature Québec

… et de nombreux autres en attente


(MRNF - MTQ - MAMROT - FQM – UMQ - AEE - CQCM – AQME - Oxfam
Qc - etc.)

• Un comité scientifique pour valider les contenus


Une démarche
de mobilisation structurée

Niveau régional

• Consultation en région avec les acteurs du milieux :


- les Forums Jeunesse
- les CRÉ (en cours)
- les Coopératives de Développement Régional (en cours)
- les Centres Locaux de Développement (en cours)

• Activités de la tournée :
- consultations par les comités régionaux
- nombreux modules de sensibilisation citoyenne
Une démarche
de mobilisation structurée

Notre échéancier et nos besoins


• Phase préliminaire de la démarche nationale :
- travaux du comité scientifique
- consultation du groupe de référence
- préparation de la documentation
- sondage auprès de la population québécoise
- lancement public

• Nos besoins :
- mise en place de partenariats stratégiques, tant au niveau
national qu’au sein des régions
- consolidation du budget

Vous aimerez peut-être aussi