Vous êtes sur la page 1sur 14

IMPACT ENVIRONNEMENTAL

ET QUALITÉ DE
L'ENVIRONNEMENT
Biodégradation des herbicides dans
le sol
Biodégradation des xénobiotiques
Les xénobiotiques sont des composés chimiques de
synthèse qui n’existent pas naturellement.
Parmi ces composés on trouve les pesticides, les
polychloro-biphénils (PCB, utilisés dans l’industrie
électrique), les munitions, colorants et solvants
chlorés et beaucoup d’autres.
De nombreux xénobiotique ont des structures
chimiques proches de celles des composés naturels
et peuvent donc être lentement dégradée par les
enzymes qui existent déjà et dégradent ces
composés naturels.
Les pesticides figurent comme les xénobiotiques
les plus largement distribués .
On y trouve des herbicides, insecticides et
fongicides.
De nombreux organismes métabolisent les
pesticides et les herbicides, y compris plusieurs
genres de bactéries et de champignons.
Certains pesticides constituent à la foisdes
sources de carbone et d’énergie, et peuvent
être oxydés en CO2
D’autres composés sont attaqués seulement faiblement
ou pas du tout.
Certains peuvent être dégradés totalement ou
partiellement, à condition qu’une autre substance
soit présente en tant que source d’énergie primaire.
Ce phénomène se nomme cométabolisme ou
cooxydation.
Cependant, si la dégradation est seulement partielle, le
produit de la dégradation microbienne d’un pesticide
peut parfois être plus toxique que le composé
original.
Respiration anaérobie des composés chlorés
La déchloration réductrice est une forme de respiration
anaérobie au cours de laquelle, les composés organo-
chlorés sont employés comme accepteurs terminaux
d’électrons en conditions anaérobies.
La réduction du chlorobenzoate en benzoate par la
bactérie Desulfomonile est un bon modèle de
laboratoire pour l’étude de la déchloration
réductrice:

C7H4O2CL- + 2H C7H5O2- + HCL


Du point de vue bioremédiation, d’autres composés
chlorés sont écologiquement plus importants que le
chlorobenzoate.
Par exemple, la déchloration réductrice peut se
produire avec les composés dichloro,-, trichloro-, et
tetrachloro- , chloroforme, dichlorométhane, certains
polychlori-biphénils (PCBs), et de nombreux
composés bromés et fluorés.
Certains de ces composés toxiques ont été associés aux
cancers (trichloéthylène) sont largement utilisés
comme solvants industriels, agents dégrassants et
isolants dans les transformateurs électriques.
Ils réussissent à atteindre, accidentellement surtout, les
eaux souterraines, où ils constituent les
contaminants les plus fréquemment détectés dans
les nappes phréatiques aux Etats Unis.

Il existe plusieurs genres bactériens capables de


déchloration qui peuvent transformer de nombreux
composés chlorés en métabolites inoffensifs.
Il est extremement intéressent de stimuler les activités
de bioremédiation de ces procaryotes en tant que
stratégie pour l’élimination de ces composés très
toxiques de l’environnement.
Déchloration aérobie
Elle est aussi possible, mais ici les mécanismes
biochimiques impliquant l’oxygène sont mis en
œuvre.
Dans ces conditions, la déchloration des composés
chlorés aromatiques se produit grace à des enzymes
nommées oxygénases.