Vous êtes sur la page 1sur 67

Le Mariage Marocain

Planning:
I. Le mariage marocain traditionnel:
 Définition
 Mariage marocain a l’ancienne
 Mariage marocain aujourd’hui

II. Les différentes étapes du mariage:


 La rencontre des familles
 Les fiançailles « La Khotba »
 Les préparatifs:
 L’acte Adoulaire « Drib Sdaq »
 Adoul
 La Dot
 Les essayages des tenues chez la
Negafa
 Negafa
 La cérémonie du Hammam
 La cérémonie du Henné
 La « Hdia »
 Le jour J du mariage
 Amariya
 Le trône des mariés « La Berza »
 Les tenues de la mariée
 Les repas du mariage
 La musique
 Ftour
 Lehzam
III. Différences régionales :
 Le mariage Chamali « Nord du Maroc »
 Le mariage Charki « Oriental »
 Le mariage Filali (région Tafilalet) «  Sud-est »
 Le mariage Fési « Fès »
 Le mariage berbère « Chleuh »
 Le mariage Sahraoui « Sud du Maroc »
 Conclusion :
I. Le mariage
Marocain
traditionnel
Définition:
- Le mariage marocain
consiste en une cérémonie
nuptiale, célébrée selon
des rites et des coutumes
ancestrales, dans le respect
des traditions marocaines.
Et comme le Maroc est un
pays de traditions
musulmanes, la célébration
du mariage respecte
également les préceptes de
l'Islam.
 Lorsqu’on parle de mariage
musulman on parle d’un contrat
entre un homme et une femme.
Ce dernier est appelé  (nikah) et
est fondé , selon le Coran, et la
tradition prophétique
sur«  l’amour et la compassion
que Dieu a infusé dans le cœur
de l’homme et de la femme afin
qu’ils forment un couple  ».
- Le mariage marocain à l’ancienne :
Autrefois, tous les mariages marocains
étaient arrangés, la femme n'avait pas
le droit de montrer son désir ou sa
désapprobation au marié
 Le mariage était un accord sous un
contrat verbal nommé "ALFatha"
entre le tuteur de la mariée et le
marié.
 Le mariage avec "ALFatha" consiste à
réciter surat al-Fatihah en présence de
« Lfkih » après Qu’ils se mettent
d’accord sur le montant de la dot lors
de la rencontre des deux familles ,
suite par une cérémonie qui durent au
moins 5 jours .
La cérémonie du mariage
marocain à l'ancienne
était une grande fête à
laquelle participaient
toute la famille et la
tribu, et elle durait au
moins 5 jours plein de
chants et des
célébrations ponctuées
de traditions.
Le mariage marocain aujourd’hui :
entre tradition et modernité, le
mariage marocain aujourd’hui fasciné •Avant leur union, chacune des
les adeptes de mariages majestueux. familles doivent se mettre
À l’image des Contes des milles et d’accord sur le montant de la
une nuit, les mariés vivent un rêve dot ainsi que sur les modalités
éveillé qu’ils partagent avec tout leur du contrat de mariage. Les
entourage. Rassemblant souvent un couples souhaitant s’unir
très grand nombre d’invités, le doivent passer par un mariage
religieux sous un contrat
mariage à la marocaine requière une
authentique en présence de
très grande préparation pour que le
l’Adoul.
jour J se déroule le plus sereinement
possible et pour qu’il soit surtout
totalement féérique.
II. Les différences
étapes du mariage:
La rencontre des familles:
 L’histoire d’un mariage marocain commence, le plus souvent, par une
rencontre entre deux amoureux (ou pas, mais c’est de plus en plus
rare…) et leurs familles respectives. Selon la tradition, les parents du
marié se rendent chez la famille de la future épouse afin de «
demander sa main ». Le plus souvent, la rencontre entre les familles
est l’occasion de sceller l’engagement des époux et l’accord des familles
mais aussi et plus simplement de faire connaissance et de répondre à
la question : « Acceptez-vous de prendre une telle pour belle-mère
épouse ? », la réponse est (bien souvent) : « On accepte votre
demande , Yallah, fixons la date des fiançailles ! ».
Les fiançailles « La Khotba »
 Les fiançailles, appelées khotba,
confirment l’engagement des futurs
mariés… À l’instar du mariage, elles
peuvent faire l’objet d’une fête à part
entière avec traiteur, orchestre musical et
défilés de caftans. Elles peuvent aussi se
limiter à une simple rencontre des familles
(au sens élargies) et des amis autour d’un
thé ou d’un repas. Traditionnellement,
elles ont lieu chez la famille de la mariée à
qui incombe la préparation de
l’événement. Passé la cérémonie des
fiançailles, la préparation du mariage à
proprement parler peut commencer.
Les préparatifs:
Au Maroc, les préparatifs du mariage prennent souvent une dimension familiale
à laquelle s’associent volontiers les parents des mariés mais aussi les cousins, les
voisins et parfois même, lorsque l’événement a lieu à la campagne : le village
entier… on trouve aussi des organisateurs, de traiteur, de neggafa (habilleuse
professionnelle), de photographe, de cameraman, de décorateur, de musiciens
et autres orchestres traditionnels qui vont accompagner le cortège des mariés et
animer la soirée du jour j.
L’acte Adoulaire « Drib Sdaq »
Au Maroc, la signature de l’acte adoulaire est
obligatoire pour cause : la notion de mariage
civil n’existe pas ici. La cérémonie, appelée el
kaghet (littéralement : les papiers) ou Drib
Sdaq ,est prétexte à de nouvelles
réjouissances familiales qui se déroulent, le
plus souvent, en comité restreint (famille
proche et amis intimes). L’acte de mariage est
établi par l’adoul et signé par les deux époux
en présence de témoins. Après la signature, il
est d’usage de réciter la fatiha (le premier
verset du Coran).
Adoul
l’Adoul est le témoin qui se charge la
rédaction de l’acte qui officialise le
mariage. Il intervient durant la
cérémonie de « al kaghet »,
littéralement « les papiers ». L’Adoul y
inscrit des mentions légales ainsi que
certains termes négociés entre les
familles, comme par exemple le montant
de la Dot. L’acte est ratifié par les deux
conjoints, en présence de leurs parents
proches uniquement.
La Dot:
Au Maroc, la dot ou le Mahr est payée par le mari à l'épouse , il est une forme
d’appréciation et permettrait d’offrir certaines garanties à la femme et permet
à elle de survivre seule pendant quelques mois en cas de malheur (décès ou
maladie de l'époux par exemple).
Son montant fait l’objet d’un accord entre les familles, et il est inscrit dans le
contrat de mariage rédigé par l’adoul et signé par les époux.
Les essayages des tenues
chez la Negafa
La negafa joue un grand rôle dans le
Durant la soirée du mariage, la tradition déroulé du mariage dès les fiançailles.
veut que la mariée porte 7 tenues les C’est elle qui fournit les robes de la
unes à la suite des autres. Celle-ci doit mariée et ses bijoux. Elle assiste aux
donc sélectionner minutieusement essais et effectue les retouches si
les caftans (tenues traditionnelles nécessaire. C’est elle qui prépare la
longues ou mi-longues à broderies), mariée pour la cérémonie du
les takchitas (composées d’au moins 2 hammam, ainsi que pour la cérémonie
caftans ceinturés à la taille), la ceinture du henné. Le jour J, elle assure la mise
(Mdama), et les bijoux (couronnes, en beauté de la mariée, au niveau de
boucles d’oreilles, bracelets) qu’elle va son maquillage et de sa coiffure. Avec
porter, Voilà pourquoi les essayages des ses assistantes, la negafa aide la
robes de la mariée chez la negafa est une mariée lors de ses changements de
des étapes incontournables des tenue.
préparatifs du mariage marocain.
La cérémonie du Hamam

Quelques jours avant le jour J,


la mariée, accompagnée des
membres féminins de sa
famille et éventuellement de
ceux de sa future belle-famille,
se rend au hammam pour la
cérémonie du bain de lait. Il
s’agit d’un rituel de purification
de la future mariée, moment
joyeux, célébré avec des chants
et des danses traditionnels.
La cérémonie du Henné
À la suite du bain de lait au hammam et
toujours entourée de ses proches parentes :
mères, tantes, cousines, amies proches, la
mariée revêt le caftan vert et or, pour la
cérémonie du henné. Durant ce rituel, on lui
applique sur les mains et les pieds, des motifs
de tatouage au henné, censés chasser le
mauvais œil. Les motifs appliqués durant la
cérémonie du henné, représentent la fertilité
et le bonheur conjugal. À la fin de cette
cérémonie, la fiancée passe du statut de jeune
fille à celui d’une femme mariée. La cérémonie
du henné, incontournable dans le mariage
marocain, est généralement accompagnée
d’un dîner pendant lequel la belle famille offre
des cadeaux à la mariée : du sucre, du lait, des
caftans...
La « Hdia »
La belle famille ainsi que le marié
offrent les cadeaux à la mariée
dans des taifours (plats en cuivre
en forme pointue) qui regorgent
des cadeaux comme des tissus pour
confectionner les vêtements
traditionnels, des bijoux, du sucre,
des dattes, du lait et du henné.
Certains de ces cadeaux ont
une valeur symbolique, le sucre
pour une vie heureuse, ou le lait
pour la pureté.
Le jour J du mariage
le véritable mariage marocain
commence juste après la
cérémonie du Henné
généralement en début de soirée,
vers 21 h : on sert aux invités du
thé à la menthe et de la
pâtisserie. Puis, les mariés, portés
chacun sur une Amariya font leur
première apparition Vêtue de ses
costumes traditionnelles de
cérémonie, après les mariées
s'installent sur le trône "La
Berza" pour être visible par
l’ensemble des invités le jour du
mariage.
Amariya:
L’Amariya est une sorte de chaise à porteur
très élégante, avec beaucoup d’ornements,
qui permet aux mariés de faire leur entrée.
Le mari comme son épouse seront portés
deux fois au cours de la soirée. L’épouse fait
sa première entrée dans la salle de
cérémonie en Amaria, alors qu’elle est vêtue
de la Takchita. Son deuxième porté en
Amaria se fait lorsqu’elle revêt la tenue
traditionnelle régionale. Le mari fait aussi
une entrée remarquée alors qu’il est installé
sur une Amaria. Lors de son premier passage
en Amaria, il porte un Jabador, blanc ou gris
clair. Pour le deuxième passage, il revêt une
djellaba. Les porteurs peuvent être des
membres de la famille ou non. Ils sont
aujourd’hui souvent recrutés, comme la
Neggafa.
Le trône des mariées
Une estrade surélevée
surmonté d’un sofa auréolé
de coussins et de fleurs qui
trône en évidence dans la
salle du mariage, Entre deux
parades de tenues, il offre
son assise douillette aux
heureux élus qui pourront
ainsi être admirés de tous.
Pour les convives, ce sera
aussi l’occasion de se faire
photographier aux côtés des
stars de la soirée.
Les tenus de la mariées
Au Maroc il n’est pas question de robe de la mariée, mais bien de robes de la mariée.
Trois tenues (le minimum), quatre tenues, cinq tenues ou sept tenues : c’est selon. La
Takchita haute-couture, sorte de longue robe doublée, soyeuse et satinée retenue par
une large ceinture ouvre le bal.
Caftans et tenues régionales prennent ensuite le relais. La fassiya (tenue de Fès), la
R’batia (de Rabat), la Saharouiya (du Sahara), la Soussia (de la région du Souss) ou la
Chamaliya (du Nord) offrent un aperçu des plus belles traditions vestimentaires du
Royaume. La robe blanche, dite européenne est très souvent de la partie tout comme
(plus rare) le sari indien. et aussi les colliers, les diadèmes, les boucles d’oreilles et les
parures de bijoux.
Et le marié avec son plus beau costume, sa plus belle djellaba,jabadour ...
le caftan vert et or pour la cérémonie du henné
La takchita blanche qui symbolise la pureté
La Fassiya de Fès
la chamalia du nord de Maroc
la sahraouia du Sahara marocain
la soussia, tenue berbère de Souss
La Rbatia de Rabat
La robe blanche
Jabador pour le marié
Djellaba
Les repas du mariage:
Le dîner classique de mariage (pastilla,
méchoui, corbeille de fruits et gâteau
glacé) tend de plus en plus à être
remplacé par des mets et des formules
inspirées d’ailleurs (cocktails
dînatoires, buffets etc.).
Tout au long de la soirée, jus de fruits
frais et thé à la menthe accompagnent
les pâtisseries. Puis, vers la fin de la
soirée, la pièce-montée fait son entrée
et est prétexte à toute un cérémoniel
photographique de « coupé de gâteau
». Dans certains mariages, la harira
vient clôturer la fête au petit-matin, à
l’instar de la soupe à l’oignon française.
Mechoui
Bastilla Thé et pâtisseries
-------------------------------------------
marocains

Harira
La musique
Si l’événement est visuel, il est aussi sonor. Orchestres
arabo-andalous (genre classique et mélodique), groupes
de musique châabi (genre populaire et festif) et Dakka
Marrakchia (genre populaire de Marrakech) se partagent
la scène musicale de l’événement qui balance entre
mélodies d’ambiance et parties de pulsations rythmiques.
Lorsque l’assemblée décolle, les battements de mains
fusent, les cercles de danse s’élargissent et les corps
vibrent au diapason des pulsations.
Le Ftour:
ftour de la mariée une tradition parmis tant d'autres ,qui est
organisé au lendemain de la nuit de noce par les ainées de la
famille ,A cette occasion, la mère de la jeune mariée prépare le
ftour pour le jeune couple et le fait acheminé au domicile
conjugal, accompagnée par les ainées de la famille et les
femmes mariées des proches qui organisent un cortège
portant des cadeaux de mariage, du lait, des gâteaux, des
dates et un repas pour le jeune couple composé de viandes
aux prunes, et autres délices et spécialités marocaines.
Lehzam
Exactement le septième jour
après le mariage, la cérémonie
de la ceinture a lieu comme une
toute petite fête entre les
femmes proches de la famille
avec de la music et des repas
traditionnelles marocaines
comme couscous .
La tradition est que la belle
mère met un ceinture "lehzam"
en or ou en argent sur la mariée
pour la souhaiter Une vie
conjugale heureuse et fertile.
III. Différences
régionales:
Le mariage chamali « nord du Maroc »:
le mariage Chamali ,est une cérémonie organisée dite Dohour Laarousse
(apparition de la mariée), durant laquelle la jeune épouse se pare de ses plus
beaux atours et apparats (takhlila et chadda) à la façon andalouse . Par la suite la
jeune femme change souvent ses tenues et commence alors une série de
processions dites tabrizate qui permet de mettre en valeur la beauté, la
délicatesse, et la féminité de la jeune femme. Une telle cérémonie est
agrémentée de chants et de musique qui s’accompagne de thé et de pâtisseries.
Familles du nord du Maroc débutent la célébration du mariage par la lecture de
versets de coran et des récitals de samae et s'achèvent avec surat alfatiha avant
de céder la place à d'autres festivités animées par un orchestre et des tabbala,
neffarine et bardia. C’est alors que le marié porte un habit traditionnel offert par
la mariée et rejoigne les festivités.
comme fin de cérémonie le couple se place au-dessus de Ammaria, puis le
cortège des époux avec leurs amis prendent la direction de la mosquée du
quartier avant de poursuivre sa procession vers la maison du marié.
Le mariage charki « oriental »
Mariage qui dure quatre jours selon
la tradition. Il y a le "dfoue", la
famille du mari envoie des cadeaux à
la mariée ainsi que des moutons et
toutes les fournitures qui serviront à
la préparation du repas de fête.
Ensuite il y a "lhenna" (jour de
henné) où la mariée est prise en
main par les jeunes filles de sa
famille pour un entretien complet :
après-midi au hammam ; passage
chez la coiffeuse, l'esthéticienne...
Le soir pendant l'arrivée des invités,
elle se fait tatouer les mains de fins
tatouages au henné ; lors de cette
soirée, elle porte la blouse perlée
d’Oujda.
Lors de la troisième soirée, le jour de la
grande fête . La mariée doit défiler avec
 trois tenues algériennes, la mouadawar La chedda
d’Oran avec son caraco et son Sarouel
bouffant, la robe caftan de Constantine
d’inspiration Ottomane en velours brodé
au fil d’or, et enfin la Chedda  dont les
milliers de perles descendent jusqu’aux
genoux. À la fin de cette soirée, le marié
emporte sa femme avec lui à la maison,
ils forment désormais un couple. Le
dernier jour correspond au "hzam",
déjeuner organisé et apporté par la mère
de la mariée pour célébrer les noces qui
se terminent par un après-midi convivial
où la famille de la jeune mariée la rejoint
dans son nouvel appartement, et pendant
lequel, on demande à un enfant de lui
mettre une ceinture autour de la taille
pour marquer le passage du statut de
jeune fille à celui de jeune femme.
La robe caftan la mouadawar
constantine d’Oran
Le mariage filali « sud-est »

Le mariage de la région de Tafilalet Bien avant de décider le mariage, il


est une cérémonie haute en aura fallu se conformer à l’usage
couleurs, symbole de l’unité de officielle de la demande de la main
tribus. de la mariée et en principe, la
"Tamghra", ou la nuit de noces, mariée ne refuse jamais cette
réunit en plus des deux familles qui demande pour ne pas contrecarrer
se lient par le mariage, tous les la volonté de son père.
habitants du village et des ksours Dès que l’accord de fiançailles est
avoisinants dans une cérémonie officiel la fiancée ne pourra plus
dictée par des traditions et sortir seule chercher de l’eau ou
coutumes ancestrales. rendre visite à ses voisins.
Trois jours avant la fête, la mariée est
couverte de" tahndirte", un drap en
laine préparé pour l’occasion. Sa tête
est couverte de "tasbniyte", un foulard
de couleur rouge qui cache son visage.
Personne n’aura plus droit de
pénétrer dans la chambre de la mariée
ou la dévoiler sauf sa mère.
Les préparatifs du mariage sont partagés
par les deux familles. Celle du marié est
tenue d’assurer tout
l’approvisionnement en produits
alimentaires et aussi offrir à la mariée
l’habillement de la cérémonie et la
famille du futur marié devra aussi offrir
le mouton, obligatoirement encorné, le
henné, la farine, et autres ingrédients
indispensables à la fête ancestrale qui
devient l’événement de tout un village.
La fête commence par le henné dans
l’ambiance de chants amazighs et de
danses traditionnelles « Ahwach » .
La nuit du henné est la dernière que
passera désormais la mariée chez ses
parents avant de rejoindre le foyer
conjugal sur un mule ou un cheval
spécialement préparé à cette besogne.
Devant la porte de la maison , un
drap blanc a déjà été étalé par
terre par son frère. La mariée
marchera dessus avant qu’un
membre de sa famille ne la porte
sur ses bras pour la mettre sur le
mulet, ou le cheval. Elle fera un
tour à travers les ruelles du ksar Après cela, les conjoints entrent a leur
qui se terminera à la porte de sa chambre pour passer leur première
nouvelle résidence . La mariée nuit , et les deux familles joyeuses et
ne descendra de la bête qu’après impatientes attendent le fameux
le sacrifice d’un mouton. Une pantalon qui atteste de l’honorabilité
fois cette demande satisfaite, la de la mariée et sa famille.
mariée met du beurre sur la
porte et la nettoie presque
immédiatement sans laisser de
trace. Puis elle verse du lait par
terre que tout le monde doit
éviter.
Le mariage Fèsi « Fès »
après avoir célébrer la cérémonie de hammam et henné ,Le jour de la
grande cérémonie du mariage a lieu , la mariée doit être présentée aux
convives dans le cadre de la Berza. La jeune femme porte une tenue
traditionnelle d’apparat et s’assoit sur une estrade à côté de son époux
pour être admirer de tous. Par la suite elle doit défiler dans plusieurs
caftans ornés de broderies et de pierreries ajoutant plus d’éclat et de
chic à la reine de la soirée, le tout complété par des bijoux de grande
beauté. D’ailleurs les bijoux et les costumes de la région de Fès portent
un cachet particulier qui inspire l’élégance, la noblesse et la richesse et
ils sont réputés dans tout le royaume. Le jour du mariage chants et
danses accompagnent tous les instants, même les repas. Ceci dit les
fassis veillent à intégrer toujours des chants de la musique classique
marocaine notamment malhoune et andaloussi.
A la fin des festivités, les
neggafates se chargent de
préparer la mariée afin qu’elle
regagne la demeure de ses
beaux parents ou de son mari
tout en portant un voile. Les
festivités durent sept jours, et le
lendemain du mariage appelé
sbah qui signale la
consommation du mariage, une
fête est organisée pour célébrer
l’évènement en mettant l’accent
sur la chasteté et la pureté de la
nouvelle épouse.
Par la suite au cours du troisième et du quatrième jour, la jeune mariée
doit recevoir des invités notamment du côté de sa belle famille et elle
doit faire le baisemain aux aînés surtout les parents, les grands parents,
les tantes et les oncles de l’époux, en signe d’obéissance et de respect. Le
cinquième jour est marqué par le retour de la neggafa qui s’occupe de
défaire les tresses et de placer un fichu sur la tête de la jeune femme ce
qui la désigne comme étant mariée au regard de tous. Le jour suivant la
jeune femme peut quitter sa chambre mais sans pouvoir sortir de la
maison jusqu’au septième jour lorsque les neggafate lui font leur adieu
après avoir mis en ordre la chambre nuptiale. Durant ce dernier jour elle
doit préparer un plat de poisson marquant ainsi le début de sa vie
conjugale en tant que femme responsable de sa maisonnée.
Le mariage berbère « Chleuh »
Le mariage berbère est lié
à la terre. Dès que les
beaux jours arrivent,
plusieurs mariages sont le mariage berbère commence par
organisés et toute la un cortège qu’on appelle le
population berbère Tazoudha. C’est un cortège qui est
s’habille avec des tenues organisé par une femme âgée et
aux couleurs chatoyantes. qui permet d’amener le marié
Toutes les coutumes de cet musulman et sa famille vers le
événement berbère sont domicile de sa future épouse.
inspirées des valeurs
amazighs qui sont
l’hospitalité, la solidarité
et la convivialité.
Après que le cortège arrive à sa
destination et que le mari offre les
cadeaux à sa femme , le cortège refait le
chemin inverse à dos de cheval ou de
mulet avec dans leur troupe la nouvelle
mariée direction la maison du fiancé.
C’est au domicile du marié que la
première veillée et le rituel de l’Alaakissa
va débuter. Le rituel commence avec de
la danse et de la musique traditionnels
et aussi des jeux. En effet, pendant ses
jeux, le mari va tenter de convaincre sa
belle mère de l’autoriser à dormir cette
nuit avec sa femme mais bien sûr, toutes
ses tentatives seront vouées à l’échec
puisque comme le veut la tradition
berbère et musulmane, la femme doit
passer sa première nuit seule. Le
lendemain, les convives participent à la
cérémonie en offrant des cadeaux aux
futurs mariés comme le veut la tradition
locale.
La nuit de deuxième jour les
mariées passent leur première
nuitée ensemble dans leur
nouvelle chambre.
Et pendant les quatre jours
derniers, le couple va devoir
rendre visite à des familles
différentes. Les hôtes leur offrent
des repas ainsi que des offrandes.
Finalement, le couple rentre chez
lui et les nouveaux époux
organise une petite réception
pour conclure la belle semaine de
ce mariage berbère.
Le mariage Sahraoui « sud du maroc »

Au sud du Maroc, la cérémonie du mariage s’imprègne d’un ensemble


d'us et coutumes puisés dans la tradition locale de cette région, ces
traditions qui veulent que le mariage soit solennellement célébré par
tous les membres de la tribu en signe de solidarité. Alors, les coutumes
sahraouies exigent que lorsque le jeune homme décide de se marier il
doit parler à sa famille qui va lui choisir une future épouse.
Une fois le choix de la future épouse est fixé, les familles des futurs
époux lisent collectivement Sourat Al Fatiha, et les fiançailles sont ainsi
solennellement annoncées, dans une petite fête de réception organisées
par les deux familles.
Apres le mariage démarre par la
cérémonie du Mahr (dot)
appelé également Dfouaâ, dont
la valeur dépend de la situation
sociale et financière de l’époux.
En principe, la cérémonie de
mariage dure plusieurs jours en
fonction des conditions financières
de l'époux. Durant le premier jour, la
jeune mariée se maquille et met du
henné pour ensuite se diriger vers la
tente principale pour s’asseoir à côté
de son mari, sans montrer son visage
entourée par toutes les filles de sa
famille. La mariée porte une tenue
traditionnelle appelée Melhfa, en
cachant le visage par un voile, et le
mari sera habillé d’une Derâa,
représentant tous les signes de
l’élégance. Lors de la deuxième
journée, la famille de l’épouse offre
un plat de riz avec de la viande du
dromadaire. La mariée doit en
manger une bouchée et demie, et
l'autre moitié elle la donne à une
autre fille de sa famille qui cherche à
se marier.
De la troisième à la cinquième
journée, on célèbre “Atarawough”.
Ainsi, les amies de la mariée cachent
celle-ci de son mari. Le but de ce jeu
est de donner à la cérémonie de
mariage une touche d’amusement et
d’excitation. En général, la mariée
reste cachée dans une tente
appartenant à une tribu voisine. Les
youyous des femmes, le battement
des tambours, les chansons hassani
et les poèmes donnent au mariage
sahraoui une beauté assez
particulière. Et ce n’est qu’au dernier
jour de la cérémonie que les
nouveaux époux passent leur
première nuit ensemble en tant que
mari et femme.
la tente joue un rôle important
lors des cérémonies de mariage,
soit en l’offrant comme cadeau
soit comme endroit qui abrite
les invités de la famille.
Aujourd’hui, certaines coutumes
commencent à s’anéantir,
notamment celles consistant à ce
que le couple soit de la même
tribu. Mais, le mariage sahraoui
continue d’être une occasion
pour montrer l’hospitalité des
nomades.
Conclusion:
Le mariage au Maroc est toujours célébré selon des rites et des
coutumes provenant de traditions ancestrales. Malgré quelques
particularités locales spécifiques et certaines régions, le rituel du
mariage est le même partout dans le pays.
Cependant, la cérémonie a connu, avec le temps, des changements
significatifs sous l’effet de l’urbanisation accrue. Par ailleurs, les
contraintes de coût ont amené la plupart des marocains à simplifier
les rites. C’est ainsi que les festivités qui duraient, à l’origine, sept
jours sont souvent ramenées à trois jours voire à une seule journée.
Mais une chose est sure : les marocains restent très attachés à leurs
traditions.

Vous aimerez peut-être aussi