Vous êtes sur la page 1sur 12

Chap2

DEVELOPPEMENTS
LIMITES (DL)

1

Définition
On dit qu’une fonction réelle f admet au voisinage de 0 un DL
d’ordre n s’il existe des constantes , , …, telles que

Le polynôme est la partie régulière du DL tandis que noté


encore o() est le reste du DL.
Propriétés
P1: Toute fonction continue en 0 et admettant un DL d’ordre 1
au voisinage de 0 est dérivable en 0.
P2: Pour , si existe et est continue dans I, alors admet le DL
d’ordre n suivant :

2
*P3:
 
Si f admet un DL d’ordre n au voisinage de 0, alors ce DL
est unique.
P4: Soit une fonction admettant pour DL

Si est paire, alors , pour tout k impair.


Si est impaire, alors , pour tout k pair.

P5: Si f admet un DL d’ordre n au voisinage de 0, alors f


admet au voisinage de 0 un DL d’ordre .

3

Quelques DL usuels (au voisinage de 0).

Pour et ,

4
*  particulier
En

Pour,

Pour,

Pour ,

Et

5
*Opérations
  sur les DL

Addition: Si f et g admettent des DL d’ordre n au voisinage de 0,


alors (f+g) admet un DL d’ordre n au voisinage de 0 dont la partie
régulière est la somme de la partie régulière de f et de g.
Exemple et

Produit: Si f et g admettent des DL d’ordre n au voisinage de 0,


alors (fg) admet un DL d’ordre n au voisinage de 0 dont la partie
régulière s’obtient en prenant dans le produit des parties régulières
de f et de g les monômes de degré inférieur ou égal à n.
Exemple : Le DL d’ordre 5 de , au voisinage de 0.

6
*  
Quotient: Si f et g admettent des DL d’ordre n au voisinage de 0,
alors (f/g) admet un DL d’ordre n au voisinage de 0 dont la partie
régulière est le quotient de degré n, de la division d’ordre n,
suivant les puissances croissantes de la partie régulière de f par
la partie régulière de g.
Exemple Calculer le DL d’ordre 5 de .
Composée
Soient et

Les DL d’ordre n de f et g au voisinage de 0. Alors (fg) admet un


DL d’ordre n au voisinage de 0 et On a:

.
Il suffit alors d’écrire le DL à l’ordre n de .
Exemple: Calculer le DL d’ordre 4 en 0 de
7
*Remarque:
  pour calculer le développement limité (DL) d’une
composée de fonction (fg(x)), on s’assure que la fonction qui est
composée (c’est-à-dire ici g(x)) soit au voisinage de 0 quand x tend
vers 0 (x0). Sinon on fait un changement de variable de sorte a se
ramener au cas précédent.
Exemple: calculer le DL au voisinage de 0 de
Quand x0, cos(x)=1. on peut donc pas calculer directement le DL, il
faut effectuer un changement de variable.

8
*Dérivation
 

Si f admet un DL d’ordre n au voisinage de 0, et si f est


indéfiniment dérivable au voisinage de 0, alors f’ admet un
DL d’ordre obtenu (à l’exception du terme constant) en
dérivant terme à terme le DL d’ordre n de f.
+
Alors
+
Exemple:

Donc

9
*Intégration
 

Si f est indéfiniment dérivable au voisinage de 0, alors le DL


d’ordre de toute primitive de f s’obtient (à l’exception du premier
terme) en intégrant terme à terme le DL d’ordre n de f, Il faudra
faire attention au terme constant.
Exemple

En déduire et .

10

Utilisation des DL

Calcul de limites
Exemple: Calculer

 Etude locale de fonctions


Soit l’équation d’une courbe et un point de la courbe.
Si f est au moins deux fois dérivable, on a:

11
*Si
 
* , la courbe est au-dessus de sa tangente en .
*Si , la courbe est en-dessous de sa tangente en .
*Si et , on a un point d’inflexion en .
Remarque

lorsque ou , la courbe de f admet une asymptote. Dans l’un


ou l’autre des cas, le DL s’il existe permet de préciser la
position de la courbe par rapport à l’asymptote.

Exemple  Soit .

Etudier la position relative de f par rapport à chacune de ses


asymptotes.
12