Vous êtes sur la page 1sur 24

République Algérienne Démocratique et populaire

Université TAHRI Mohammed de Bechar


Faculté de Technologie
Département de Génie Mécanique

Promotion:
3 LGM_Energétique

Modules: F612

Machines Frigorifiques et Pompes à


Chaleur

Chargé de module
1

1.4. Cycle frigorifique de Carnot Sadi Carnot


(1796-1832)
On sait que dans le cycle de Carnot le système reçoit de la chaleur d’une source à
haute température, il transforme une partie de cette chaleur en travail sur l’entourage et il
rejette l’autre partie dans une autre source à basse température. Il résulte que de la chaleur
est passée de la source chaude au source froide. C’est un cycle ditherme entièrement
réversible, compose de :
deux transformations isothermes, au contact des sources,
deux transformations adiabatiques, qui permettent de passer d'une source à l'autre.

p T Qc
3 Isotherme Isotherme
TC 3 2
2 adiabatique adiabatique
adiabatique W
adiabatique

TE W<0
4 Isotherme
Isotherme 1 4 Qf 1
2

1.4. Cycle frigorifique de Carnot


Sadi Carnot
(1796-1832)
Si on inverse ce cycle, on obtiendra comme résultat le fait que la chaleur passe de
la source froide à la source chaude et le signe de travail sera inversé.
De cette manière, théoriquement, on peut concevoir une machine qui permet
d’absorber la chaleur d’une source froide et l’injectant dans la source chaude dont la
température est supérieure. Pour réaliser ce cycle, la machine doit obligatoirement
absorber du travail.
Qc
p T
3 Isotherme Isotherme
TC 3 2
2 adiabatique adiabatique
adiabatique W
adiabatique Qf

TE W>0
4 Isotherme
Isotherme 1 4 1
3

1.4. Cycle frigorifique de Carnot Qc


Sadi Carnot
Les machines frigorifiques à compression (1796-1832)
mécanique simple sont les plus répandues et Condenseur
fonctionne grâce à un frigorigène situé dans
un circuit fermé comprenant les Wcomp
transformations suivantes : Détendeur Compresseur

une compression polytropique (adiabatique


pour le cycle théorique ), Evaporateur
une condensation isobare,
une détente isenthalpique,
une vaporisation isobare. QE
La vapeur du frigorigène comprimée est condensée à haute température dans le
condenseur par transfert de chaleur (Qc) vers le milieu environnant. La pression du
frigorigène à l’état liquide est réduite dans le détendeur. A basse pression et basse
température, le frigorigène se vaporise, ce qui permet d'extraire la chaleur (QE) de la
substance à refroidir. Pour compléter le cycle, à la sortie de l'évaporateur, la vapeur du
frigorigène est comprimée et portée à haute pression par le compresseur en dépensant
un travail (W ).
4

1.5. Coefficient de performance


Sadi Carnot
Coefficient de Performance (noté COP) =le rapport de l'énergie (1796-1832)

utile sur l'énergie dépensée.


Bilan :
1er principe donne : W + QE + QC = 0
T Qc
2e principe donne : QE/TE + QC/Tc= 0
La chaleur rejetée à l’extérieur : QC  TC . S 2  S 3 
Isotherme
TC 3 2
La chaleur reçu du milieu : QE  TE . S1  S 4  adiabatique adiabatique

Pour le cycle de Carnot on a: S1  S 2 et S 3  S 4 QE W

Donc, on aura : QE  TE . S 2  S 3  TE W
Isotherme
Le travail consommé par le compresseur s’écrit : 4 1
W  QC  QE
QE TE
COPC   C  
D’où: W   TC  TE  . S 2  S 3 
S
W TC  TE
5

1.5. Coefficient de performance


COP

La figure ci-contre montre que 7


TE = 238 K
l’évolution du COPC est inversement 6.5

proportionnelle à l’augmentation de la 6
TE = 243 K
température de condensation et tandis 5.5

qu'elle est proportionnelle à 5


TE = 248 K

l’augmentation de la température 4.5 TE = 253 K


d’évaporation. TE = 258 K
4
Pour une augmentation de la température
3.5
de condensation TC de 30℃ à 55℃ et pour TE = 263 K
3
une température d’évaporation TE=−35℃
fixe une diminution du COPC de 3,66 à 2,64, 2.5
300 305 310 315 320 325 330

tandis qu’avec une augmentation de la TC [K]

température d’évaporation de −35℃ à


−10℃ ; on constate une augmentation du  réel   C
COPC de 3,66 à 6,57 pour un TC= 30℃ et En réalité
une augmentation de 2,64 à 4,04 pour un TE=  réel   0.25  0.65  . C
6

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base


Les diagrammes principalement utilisés par les frigoristes sont :
Le diagramme température-entropie (T-S)
Le diagramme pression-enthalpie (sous la forme ln(P)-h)) (Mollier)
T=Cte
T P=Cte P
S=Cte h=Cte

T=Cte P=Cte

S=Cte

h=Cte

S h
7

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base


Le diagramme enthalpique permet de suivre l'évolution de la pression , de la
température, de l’enthalpie, de l'entropie, du volume massique, du mélange liquide
vapeur d'un fluide frigorigène dans un système frigorifique. Il existe un diagramme
enthalpique pour chaque fluide frigorigène. Sur le diagramme enthalpique, on peut
suivre les différents changement d'état du fluide et déterminer les différentes quantités
d’énergies échangées. T C
PC
T P
2 TE
PE

3 2
3
h= Cte
h= Cte
1
4
4 1
S h
8

Diagramme entropique
T-S
9

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base

Le diagramme est délimité en abscisse par l'échelle des enthalpies et en


ordonnée par l'échelle des pressions.
Les courbes de saturation se rejoignent au point critique et divisent le
diagramme en trois partie :
zone de liquide sous-refroidi
zone de mélange liquide +vapeur
zone de vapeur surchauffée
Ces trois zones correspondent aux différents états du fluide frigorigène dans un
système frigorifique.
Au dessus, du point critique un changement d'état n'est plus possible.
Evolution des différents paramètres dans
10 le diagramme enthalpique

Pression absolue
[Bar]

Enthalpie
[KJ/Kg]
Evolution des différents paramètres dans
11 le diagramme enthalpique

Point critique
100 % liquide

100 % gaz
Courbes de saturation
Liquide
sous refroidi

Liquide + Vapeur Vapeur surchauffée


Evolution des différents paramètres dans
12 le diagramme enthalpique

Isenthalpe
220 KJ/Kg

Isobare
4 Bars

Iso titre Isentrope


40% 2.1 KJ/Kg.K
13

Isotherme
10 °C Volume massique
0.01 m3/kg

Isotherme
-15 °C
14

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base

Application : Déterminer à l’aide du diagramme enthalpique du R134a les

caractéristiques de fluide pour les points suivants. Préciser pour chaque points

qu’elle zone du diagramme est situé

 P  3 bars  P  2.5 bars  P  15 bars  P  15 bars


A B C A
T  50 C  x  0.4 x  0 S  1.85 KJ / kg .K
15

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base

Les différentes évolutions du Fréon de la machine frigorifique sont


représentées sur le diagramme enthalpique, il s’agit du cycle frigorifique de la
machine communément appelée cycle de référence ou cycle pratique par les
frigoristes. Le cycle frigorifique de référence (cycle pratique) est un compromis qui
permet d’effectuer l’étude et le dimensionnement des machines frigorifiques avec
une précision acceptable.
En pratique, ce cycle est tracé sur les bases suivantes :
Compression isentropique
Détente isenthalpique
Surchauffe de 5 °C
Sous-refroidissement de 5 °C
16

2.1. Représentation du cycle thermodynamique de base


Désurchauffe
Sous-refroidissement
Qc

6 5 Condenseur 4 3

Détendeur Compresseur

Surchauffe
7 8 Evaporateur 1 2

QE

Puissance frigorifique Puissance


mécanique
Puissance thermique
17

Désurchauffe
Sous-refroidissement Qc
Représentation du cycle thermodynamique de base
Condenseur

Wcomp
Détendeur Compresseur

Evaporateur

Surchauffe
QE
Puissance frigorifique
Puissance mécanique
Puissance thermique

18
18

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.1. Détermination de la température de condensation et d’évaporation


Un système frigorifique se définit toujours par rapport à ces températures de
fonctionnement. La température de condensation qui dépend de la température du
milieu de condensation généralement de l'air ou de l'eau. La température
d'évaporation qui dépend de la température de conservation et de l'humidité relative.
a. Détermination de la température de condensation : Pour que l’échange de
chaleur entre le fluide frigorigène et le milieu extérieur avoir lieu dans le condenseur,
il faut que la température de condensation TC (fluide) soit supérieure à la
température du milieu (source chaude) Tsc

TC=40 °C
TC  Tsc   5 à 10 C  Tsc=30 °C Tsc=35 °C

TC=40 °C

Tsc = 35 °C
19

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.1. Détermination de la température de condensation et d’évaporation

b. Détermination de la température d'évaporation: Pour que l’échange de chaleur


entre le fluide frigorigène et le milieu extérieur avoir lieu dans l’évaporateur, il faut
que la température d’évaporation TE (fluide) soit inférieur à la température du

TE  Tsf   5 à 10 C 
milieu (source froide) Tsf

TE= - 45 °C Tsf=-30 °C Tsf=-35 °C

TE= - 45 °C

Tsf = -35 °C
20

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.2. Etude d’un cycle 0


Débit masse de fluide frigorigène en circulation:
qm 
QE
qm : Débit masse de fluide frigorigène en kg/s
Φo : Puissance frigorifique en kW
QE: Production frigorifique massique = variation d'enthalpie entre l'entrée et la
sortie de l'évaporateur en kJ / kg (chaleur absorbée à l’évaporateur)
Volume aspirer par le compresseur:Vasp  qm .v.3600
Vasp : Volume de fluide aspiré par le compresseur en m³/h
v : Volume massique en m³/ kg
Pasp
Taux de compression:  Req : Dans le cas où les pertes de charge sont
Pref négligeables : (P ref=PC & P asp=PE )

P ref: Pression de refoulement en bar


P asp: Pression d'aspiration en bar
21

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.2. Etude d’un cycle


Rendement volumétrique: v  1  0.05

Vasp
Volume balayé par le compresseur: Vb  en m3/h
v

Pth qm .Wcomp
Puissance mécanique réelle du compresseur: P 
 mi  mi
P : Puissance réelle du compresseur en kW
Pth : Puissance mécanique théorique  du compresseur
Wcomp: Travail massique théorique du compresseur = variation d'enthalpie entre
l'entrée et la sortie du compresseur en kJ / kg
ηi : Rendement indiqué ( égal au rendement volumétrique )
ηm : Rendement mécanique
22

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.2. Etude d’un cycle P


Puissance utile du moteur électrique: Putile 
tr
Putile : Puissance utile du moteur électrique en kW
ηtr : Rendement de transmission (Arbre direct 1, Manchon d'accouplement 0,95 et
accouplement par courroie 0,90 à 0,70)
Putile
Puissance absorbée par moteur électrique: Pabs 
 elc
Pabs : Puissance absorbée par le moteur électrique en kW
Putile : Puissance utile du moteur électrique en kW
ηelc: Rendement électrique
Puissance de condensation:  C  qm .Qc
Φc : Puissance rejeté au condenseur en kW
Qc : Production calorifique massique = variation d'enthalpie entre l'entrée et la sortie
du condenseur en kJ /kg (chaleur rejetée au condenseur)
23

2.2. Bilan thermique du cycle thermodynamique

2.2.2. Etude d’un


cycle : QE
Coefficient de performance théorique:COPth 
Wcomp
0
Coefficient de performance réel : COPréel   réel  i m COPth COPréel 
Pabs
 réel COP
Rendement de l’installation:  
c COPC

TE
Coefficient de performance de Carnot : COPC 
TC  TE

TE :Température d'évaporation en K , TC :Température de condensation en K