Vous êtes sur la page 1sur 15

CONDUITES À

TENIR DEVANT DES


SELLES
DIRRHÉIQUES
Réalisée par:
1. FRIHA LYLIA

2. SABAOUI NARDJES

3. BOUROUIS NADJET
DÉFINITION
 Une diarrhée est définie par l’émission de selles
trop fréquentes, trop abondantes, de consistance
anormale ( liquides ou très molles).
 En pratique clinique on parle de diarrhée, selon
l’OMS, lorsqu’il y a au moins trois selles très
molles à liquides par jour ( P>300g/j).
 Selon la durée on définie trois types de diarrhées:

1. Aigue: évolue depuis moins de 2 semaines;


2. Prolongée ( ou persistante): évolue depuis 2 à 4
semaines;
3. Chronique: évolue depuis plus d’un mois.
1_ DIARRHÉE AIGUE:
 Une diarrhée est le plus souvent bénigne, survient à
l’occasion d’épidémies hivernales aigues virales, mais
des médicaments, des bactéries, des virus et autres
parasites sont aussi responsables de diarrhées aigues
qu’il faut parfois prendre au sérieux, dès lorsqu’elles
durent plus de 2 jours ou s’accompagne de :
a) sang et de la glaire;
b) Fièvre > 39°C;
c) Une déshydratation;
d) Fortes douleurs abdominales;
e) Suite à un voyage;
f) Suite à la prise d’antibiotiques.
QUELQUES CAUSES DES
DIARRHÉES AIGUES:
 Les gastroentérites aigues :principalement
d’origine virale: rotavirus, calcivirus humains,
astrovirus, adénovirus…
 Les diarrhées dysentériques d’origine:

bactériennes Parasitaires Virales

Invasifs: toxinogènes:
 Salmonella; E. coli Amibes
 Shigella; Schistosoma mansoni
 Yersinia;
 Campylobacter;
 E. Coli;
 Séjour en zone d’endémie;
 Les toxi-infections alimentaires;
 Les médicaments (antibiotiques+++);
 Les entéropathies chroniques ( MICI, RCH…).
2-DIARRHÉES CHRONIQUES
Diarrhée motrice

Diarrhée par malabsorption

Diarrhée sécrétoire

Diarrhée osmotique
DIARRHÉES D’ORIGINE
PARASITAIRES:
 Il y’a diverses manières de classer les agents
parasitaires causes de diarrhées.
 Selon la durée:
i. Aigue: amibes ( Entamoeba histolytica, Blastocystis hominis ),flagellés
( Giardia lamblia), trématodes (Schistosoma mansoni), les ciliés
(Balantidium coli), anguillules ( Strongyloides stercoralis),coccidies
( Cryptospridium parvum, Isospora belli, cyclospora cayetanensis);
ii. Chronique: helminthes (Strongyloides, Trichuris trichiura), amibes, giardia…
 selon la pathogénie :
 Les diarrhées « exsudatifs »: inflammation, ulcération ou infiltration
cellulaire de la muqueuse intestinale dues à l’invasion parasitaire ou à la
réaction de l’hôte à la présence du parasite provoque le passage dans
l’intestin de protéines sériques, de sang et de mucus, exp : La dysenterie
amibienne.
 Production de toxines, exp : Entamoeba histolytica;
 La diarrhée type sécrétoire n’a pas encore été reconnue dans les infections
parasitaires.
 Selon la localisation de l’infection:
 Giardia lamblia, Strongyloides stercoralis,Capillaria philippinensis
interviennent essentiellement dans l’intestin grêle;
 Entamoeba histolytica, Balantidium coli, Trichuris trichiura se
trouvent dans le gros intestin et provoquent une diarrhée
d’origine exsudatif .
 Certains diarrhées chroniques (dysenterie amibienne,
trichocéphalose sont compliquées par des infection intestinales
bactériennes.
 Des épidémies focales peuvent se produire en cas d’exposition de
groupe important ( exp: des épidémies d’amibiase, de giardiase,
de balantidiose propagés par l’eau).
3-DIAGNOSTIC :
 Interrogatoire :
 Il recherche :
• Les antécédents familiaux ou personnelles de troubles fonctionnels intestinaux ,
de maladies auto immunes ou de néoplasies (cancer colorectale, néoplasies
endocrâniennes multiples ).
• les voyages avant le début de la diarrhée ;
• Tous les médicaments pris depuis que le diarrhée est apparue et dans les 3 mois
précédents son apparition, en particulier : les AINS , les ATB ;
• Les médicaments susceptibles d’entrainer une diarrhée par différents
mécanismes : sécrétoire (olsalazine ), inhibition de la digestion glucidique
(acarbose), toxicité entérocytaire ( la colchicine , biguanides )…
• Les signes digestifs associés ;
• Les signes fonctionnels extra digestifs ;
• Mode de début ;
• Aspect des selles : volumineuses, bouseuses, graisseuses, liquides ,
hémorragiques, présence ou non d’aliments non digérés …
• Degré d’impériosité des selles ;
• Efficacité éventuelle des ralentisseurs du transit ( lopéramide).
 Examen clinique:
• l’estimation de la perte de poids éventuelle et l’examen
abdomino- pelvien sont essentiels , associés à la recherche des
signes orientant vers certains causes :
 Examens complémentaires:
 Biologie standard :FNS, ionogramme , CRP, TP, Calcium, Fer
sérique , albumine, examen parasitologique des selles …
 Biologie spécialisée : sérologie VIH, IgA anti- endomysium, TSH,
stéatorrhée …
 Endoscopie : FOGD, coloscopie avec biopsies…
L’EXAMEN PARASITOLOGIQUE DES
SELLES :²
 la totalité des selles émise en une fois sera recueille dans un pot stérile
au laboratoire ou à domicile et rapidement amené au laboratoire
(conservé au frais car la réfrigération peut détruire certains parasites ) .
Il est parfois possible de recueillir qu’un échantillon de selles (20 à 40g à
l’aide d’une spatule).
 Dans certains cas, il pourra s’avérer nécessaire de renouveler le
prélèvement . Il est généralement recommandé de réaliser 3 analyses de
selles recueillir à quelques jours d’intervalle pour facilité le diagnostic .
 On conseille au patient durant les trois jours qui précèdes le recueil des
selles d’éviter certains médicaments contenants du charbon végétal,
bismuth, sels de Mg, kaolin ou de benzonaphtol, tous comme les
produits opaques utilisés en radiologie. Les suppositoire et huiles
laxatifs sont déconseillés.
 L’examen consiste à rechercher directement la présence de parasites
par observation avant et après l’enrichissement.
 Les modalités de prélèvement peuvent différés selon les laboratoires
d’analyse.
RÉSULTATS NORMAUX SUITE À UN EXAMEN
PARASITOLOGIQUE DES SELLES:
Si la recherche de parasite est négative il peut être opportun de
s’orienter vers un autre examen mais également de répéter cette
recherche si l’on suspecte vraiment une parasitose car certains
parasites ne sont émis dans les selles que par intermittence.
 Résultats anormaux suite à un examen
parasitologique des selles:
présence de parasites intestinaux:
• L’examen parasitologique peut révéler de nombreux parasites
sous différentes formes : œuf, larves, kystes, spores, vers,
anneaux…
A l’œil nu, on peut déjà détecter des parasites comme les
oxyures, les ascaris ou les anneaux de ténia( ver solitaire).
• L’examen microscopique permettra de révéler des œufs et des
larves d’helminthes, des amibes, des oocystes de coccidies…
DIAGNOSTICS POSSIBLES:
o Mise en évidence des kystes d’amibes: certains ne sont pas pathogènes
(kystes d’Entamoeba coli ); leurs présence est simplement signalée;
o Kystes d’amibes pathogènes indiquant une amibiase colique; des examens
complémentaires pourront alors être nécessaires;
o Oxyurose: fréquente chez l’enfant;
o Œufs d’ascaris;
o Œufs de trichocéphale;
o Œufs d’ankylostome;
o Larves d’anguillules (+ un 2ème prélèvement pour coproculture);
o Anneaux de tænia;
o Kystes de giardia;
o Cryptosporidies;
o Autres coccidioses;
o Microsporidioses.