Vous êtes sur la page 1sur 22

Évaluation des entreprises :

Approche Par Dividende Encadrée Par :


Réalisé Par : Mme Bomahdi
Kaoutar Lemouda Loubna
Meryem El kechkachy
http://www.free-powerpoint-templates-design.com
Plan

• Introduction
I. Présentation de la méthode d’actualisation des dividendes ( DDM)
II. Politique de dividende
III.Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM
IV.Les avantages et les limites de DDM
• Conclusion
• bibliothèque
I. présentation de DDM

La méthode d’actualisation des


dividendes ou (Dividend Discount Model)
consiste à évaluer une action à partir
des flux des dividendes futurs qu’elle
génère
le modèle d’actualisation des dividendes
s’agit sans doute du modèle le plus
directe et intuitif pour évaluer la valeur
d’une action puisqu’ il ne repose que sur
les cash flows versés aux actionnaires
II. Politique de dividende

 Définition:
« La politique de distribution ou politique de dividende désigne le choix de l’entreprise quand à
la fraction des bénéfices à distribuer aux actionnaires sous forme de dividende. Il s’agit de
retourner une partie du cash généré par l’entreprise aux actionnaires. »

 Analyse de la politique de dividende

Le taux de croissance du dividende

Le taux de distribution (pay out ratio)


II. Politique de dividende

Exprime la différence positive entre le dividende versé


Le taux de croissance du
par action d’une année et celui distribué l’année
dividende
précédente

• Le taux de distribution mesure le rapport entre le


montant de dividende et le résultat net (du même
Le taux de distribution exercice). Il représente le pourcentage du bénéfice de
l’exercice distribué aux actionnaires sous forme de
dividendes.
III. Détermination de la valeur de
l’entreprise selon DDM

Il existe diffèrent modèles permettant d’actualiser les dividendes.


Ces modèles se différencient principalement sur deux paramètres :
Le taux de croissance des dividendes futurs et le taux de
distribution.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

Le modèle actualisé a croissance unique


Ce modèle dit à taux de croissance constant
1 le modèle «d’Irwing Fischer»
Le modèle d’Irwing Fisher ou modèle à

2
appréhende la valeur du capital d’une société croissance nulle, suppose conformément à son
ou le prix d’une action de cette société en principe général que la valeur d’une entreprise
actualisant à l’infini les dividendes futurs est égale aux flux futurs de dividende qu’elle
anticipés aux taux de rendement attendu par génère.
les actionnaires.

Le modèle de Bates
3 Le modèle actualisé a croissance multiple
Ce modèle résout les problèmes liés aux

4
Il permet de valoriser une société en tenant
compte de ses bénéfices futurs et de son taux dividendes instables en supposant que
de distribution des dividendes (payout ratio), l'entreprise connaîtra différentes phases de
et pas simplement du dividende comme dans les croissance.
modèles précédents.
.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

 le modèle d'Irving Fisher ou modèle à croissance nulle

Selon Irving Fisher, la valeur d'une action correspond à ses flux futurs actualisés, ce
modèle repose sur les hypothèses suivantes :

 les flux à recevoir par l'actionnaire (les dividendes) sont constants, leur croissance
est nulle ;
 le taux de distribution des bénéfices (ou pay out ratio) est identique tous les ans ;
 le délai de détention de l'action est à l'infini

i : taux d'actualisation (correspond au coût des capitaux propres)


D : dividende versé (généralement en fin d'exercice)
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

Exemple d'évaluation de l'action par la méthode d'Irving Fisher

À l'issue de son assemblée générale, une société décide de verser un dividende de 0,5 € par action
à ses actionnaires. Le cours boursier de son action s'élève à 12€. La perspective de croissance de
ce dividende sur les cinq ans à venir est nulle. Le taux de rentabilité exigé par les actionnaires
(KCP) est estimé à 10%.

Valeur théorique de l'action = D / i =0,5€ / 10% = 5€

Les limites de ce modèle sont :

difficulté d'estimer les dividendes futurs sur une longue période ;


dépend de la politique de distribution de l'entreprise;
ne prend pas en compte les perspectives de rentabilité futures.
 
III. Détermination de la valeur de l’entreprise
selon DDM
 Le modèle DDM à taux de croissance constant :

Le modèle Gordon & Shapiro développé en 1956 vient en amélioration du modèle Fisher, en


intégrant quelques hypothèses dans son calcul :
 les flux à recevoir par l'actionnaire ont un taux de croissance constant g;
 les plus ou moins-value espérés lors d'une hausse ou une baisse de la valeur boursière de
l'action ne sont pas pris en compte;
 le taux de rentabilité attendu par les investisseurs doit être supérieur au taux de croissance
des dividendes g.

• D1 :dividende anticipé pour la première période ;


• i :taux d'actualisation (correspond au coût des capitaux propres
ou taux de rendement exigé par les actionnaires) ;
• g :taux de croissance constants (est estimé par les analystes
financiers)
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

Exemple d'évaluation de la valeur de l'action par la méthode de Gordon et Shapiro


Reprenons le même exemple cité en haut, avec une hypothèse de croissance de dividende estimée à
3%, la valeur de l'action (selon le modèle Gordon & Shapiro) est égale à :

Valeur théorique de l'action = D1 / (i – g) =0,5 / (10% - 3%) = 7,14€

Les limites du modèle Gordon & Shapiro :

l'entreprise doit être en capacité de verser des dividendes;


ce modèle dépend d'un taux de croissance constant à l'infini, il n'est donc pas adapté à des sociétés
de forte croissance ;
le taux de croissance à l'infini est difficilement estimable.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM
 Le modèle DDM à taux de croissance variable :
Les taux de croissance variables peuvent prendre différentes formes; vous pouvez même supposer que les
taux de croissance sont différents pour chaque année. Cependant, la forme la plus courante est celle qui
suppose 3 taux de croissance différents:

1.un taux de croissance initial élevé,


2.une transition vers une croissance plus lente,
3.un taux de croissance durable et régulier.

Modèle DDM d'actualisation


Modèle DDM d'actualisation
des dividendes en trois
des dividendes à deux étapes
étapes
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

 DDM à deux étages :

Ce modèle est conçu pour valoriser les capitaux propres d'une entreprise, avec deux
stades de croissance, une période initiale de croissance plus élevée et une période
ultérieure de croissance stable.
Modèle d'actualisation des dividendes en deux étapes; mieux adapté aux entreprises
versant des liquidités résiduelles sous forme de dividendes tout en ayant une croissance
modérée. Par exemple, il est plus raisonnable de supposer qu'une entreprise dont la
croissance est de 12% pendant la période de forte croissance verra son taux de
croissance tomber à 6% par la suite.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

Hypothèses  
                                                 
1.Le taux de croissance plus élevé est attendu au cours de la première période.
2.Ce taux de croissance plus élevé chutera à la fin de la première période pour
atteindre un taux de croissance stable.
3.Le ratio de distribution des dividendes est conforme au taux de croissance attendu.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

 Modèle DDM d'actualisation des dividendes en trois étapes

Une amélioration que nous pouvons apporter au modèle DDM en deux étapes est de permettre au
taux de croissance de changer lentement plutôt qu'instantanément.
Le modèle d'actualisation des dividendes en trois étapes ou modèle DDM est donné par:

•Première phase:  il y a une croissance constante du dividende (g1) ou sans dividende


•Deuxième phase: il y a une baisse graduelle du dividende jusqu'au niveau final
•La troisième phase: il y a à nouveau une croissance constante du dividende (g3), c'est-à-dire que
les opportunités de croissance des entreprises sont terminées.
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM
 Le modèle de Bates :
Selon le modèle de Bates la valeur d’une entreprise est égale à la somme des dividendes futurs
actualisés sur « n» années plus une valeur terminale actualisée à l’année« n». L’équation de départ
du modèle est :

𝐕: valeur actuelle - 𝐃𝐈𝐕i : dividende pour l’année i - 𝐭:taux d’actualisation - 𝐯𝐭 : valeurterminale

Ce modèle à pour objectif de mieux décrire le futur. Pour ce faire, il introduit :

- Une ou plusieurs périodes successives au cours desquelles le taux de croissance des résultats et
donc du dividende est constant.
- Une valeur terminale qui borne l’horizon d’actualisation sur une période finie et correspondant dans
la pratique à la revente du titre sur le marché »
III. Détermination de la valeur de l’entreprise selon DDM

Le modèle de Bâtes établi une relation entre :

Le PER d’entrée (ou valeur actuelle de l’entreprise).

Le PER de sortie (ou la valeur de fin de période).

Le taux de croissance des dividendes.

Le taux de rentabilité exigé par les actionnaires.

Le taux de distribution des dividendes


IV. Les avantages et les limites d’actualisation
Les avantages :

Affaires matures Logique saine Cohérence

Les limites :

Ne peut être utilisé


que pour valoriser La sensibilité des Peut ne pas être lié
les entreprises hypothèses aux bénéfices
matures
Merci
pour votre attention
bibliothèque

 Ouvrages :
Guide pratique D’évaluation d’entreprise, Jean-É­enne Palard Franck
Imbert
 Site Web :
www.mazars.fr
WWW.compta-oline.com
https://fr.teamaftermarket.com
 Mémoire :
Mémoire en évaluation des entreprises