Vous êtes sur la page 1sur 14

UN PEUPLE- UN BUT - UNE FOI

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR


DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION

THEME: Les Memoires

PLAN :
INTRODUCTION :
I. LES COMPOSANTS DE
L’ARCHITECTURE VON NEUMANN :
 II. GENERALITES SUR LES MEMOIRES :
 a. Rôles des mémoires : Membres:
 b. Caractéristiques techniques d’une Cheikh Ahmed THIAM
mémoire : Professeur:
Safiatou GUEYE
 III. DIFFERENTS TYPES DE MEMOIRES : Ousmane BA
 a. Les mémoires vives : Mme SENE
Ndioba DIOUF
 b. Les mémoires mortes (ROM) :
 c. La mémoire cache : Mamadou SAOU
 IV. NOTION D’HIERARCHIE MEMOIRE : Aissata Abou DIA
CONCLUSION :
INTRODUCTION :
Un ordinateur a deux caractéristiques essentielles qui sont
la vitesse à laquelle il peut traiter un grand nombre
d'informations et la capacité de les mémoriser.
La mémoire est un composant de base de l'ordinateur, sans
lequel tout fonctionnement devient impossible. Son rôle est
de stocker les données avant et pendant leur traitement par
le processeur. Ces données sont d'apparence binaire et
mémorisées sous forme d'impulsions électriques.
Plusieurs types de mémoires sont utilisés, différentiables par
leur technologie (DRAM, SRAM, ...), leur forme (SIMM,
DIMM, ...) ou leur fonctionnement (RAM, ROM,).
I. LES COMPOSANTS DE
L’ARCHITECTURE VON
NEUMANN :
L’architecture de Von Neumann est un
modèle pour un ordinateur qui utilise une
structure de stockage unique pour conserver
à la fois les instructions et les données
demandées ou produites par le calcul. De
telles machines sont aussi connues sous
le nom d’ordinateur à programme enregistré
. La séparation entre le stockage et le
processeur est implicite dans ce modèle. Schématisation de l'architecture de Von Neumann
Elle décompose l’ordinateur en 4 parties distinctes :
 l’unité arithmétique et logique (UAL ou ALU en anglais) ou unité de
traitement : son rôle est d’effectuer les opérations de base ;
 l’unité de contrôle, chargée du« Séquençage » des opérations ;
 la mémoire qui contient à la fois les données et le programme qui
indiquera à l’unité de contrôle quels sont les calculs à faire sur ces
données. La mémoire se divise entre mémoire volatile
(Programmes et données en cours de fonctionnement) et mémoire
permanente (programmes et données de base de la machine) ;
 les dispositifs d’entrée-sortie, qui permettent de communiquer avec le
monde extérieur.
II. GENERALITES SUR LES MEMOIRES :
On appelle « mémoire » tout composant électronique capable de stocker
temporairement ou à long terme des données.

Une mémoire est aussi un circuit à semi-conducteur permettant


d’enregistrer, de conserver et de restituer des informations (instructions et
variables). C’est cette capacité de mémorisation qui explique la
polyvalence des systèmes numériques et leur adaptabilité à de nombreuses
situations. Les informations peuvent être écrites ou lues. Il y a écriture
lorsqu'on enregistre des informations en mémoire, lecture lorsqu'on
récupère des informations précédemment enregistrées
a.Rôles des mémoires :
On distingue généralement deux grandes catégories de mémoires :
 la mémoire centrale (appelée également mémoire interne) permettant de mémoriser
temporairement les données lors de l'exécution des programmes. Elle est réalisée à l'aide
de micro-conducteurs, c'est-à-dire des circuits électroniques spécialisés rapides. La
mémoire centrale correspond à ce que l'on appelle la mémoire vive.

 la mémoire de masse (appelée également mémoire physique ou mémoire externe)


permettant de stocker des informations à long terme, y compris lors de l'arrêt de
l'ordinateur. La mémoire de masse correspond aux dispositifs de stockage magnétiques,
tels que le disque dur, aux dispositifs de stockage optique, correspondant par exemple aux
CD-ROM ou aux DVD-ROM, ainsi qu'aux mémoires mortes.
 
b. Caractéristiques techniques d’une mémoire :
Les principales caractéristiques d'une mémoire sont les suivantes :

 La capacité : c’est le nombre total de bits que contient la mémoire. Elle s’exprime aussi
souvent en octet.
 Le format des données : c’est le nombre de bits que l’on peut mémoriser par case
mémoire.
On dit aussi que c’est la largeur du mot mémorisable.
 Le temps d’accès : c’est le temps qui s'écoule entre l'instant où a été lancée une
opération de lecture/écriture en mémoire et l'instant où la première information est
disponible sur le bus de données.
 Le temps de cycle : il représente l'intervalle minimum qui doit séparer deux demandes
successives de lecture ou d'écriture.
 Le débit : c’est le nombre maximum d'informations lues ou écrites par seconde.
 Volatilité : elle caractérise la permanence des informations dans la mémoire.
L'information stockée est volatile si elle risque d'être altérée par un défaut
d'alimentation électrique et non volatile dans le cas contraire.
III. DIFFERENTS TYPES DE MEMOIRES :
 

a.Les mémoires vives :


La mémoire vive, généralement appelée RAM (Random Access Memory,
traduisez mémoire à accès aléatoire), est la mémoire principale du système, c'est-
à-dire qu'il s'agit d'un espace permettant de stocker de manière temporaire des
données lors de l'exécution d'un programme. Elle doit avoir un temps de cycle
très court pour ne pas ralentir le microprocesseur. Les mémoires vives sont en
général volatiles : elles perdent leurs informations en cas de coupure
d'alimentation. Certaines d'entre elles, ayant une faible consommation, peuvent
être rendues non volatiles par l'adjonction d'une batterie. Il existe deux grandes
familles de mémoires RAM:
- Les RAM statiques
- Les RAM dynamiques
 Les RAM statiques
Les mémoires statiques ou SRAM (Static Random Access Memory), onéreuses et encombrant
ont l'immense avantage de pouvoir stocker des valeurs pendant une longue période sans devoir
être rafraîchies. Cela permet des temps d'accès très court (8−20ns). Les SRAM sont notamment
utilisées pour les mémoires cache du processeur.

 Les RAM dynamiques


Les mémoires dynamiques ou DRAM (Dynamic Random Access Module), A l'inverse de la
mémoire SRAM, doivent être rafraichies plusieurs fois par secondes, ce qui en augmente le
temps d'accès (50−80ns). Par contre leur coût est nettement inférieur et leur encombrement
faible. En général les mémoires dynamiques, qui offrent une plus grande densité d'information
et un coût par bit plus faible, sont utilisées pour la mémoire centrale, alors que les mémoires
statiques, plus rapides, sont utilisées lorsque le facteur vitesse est critique, notamment pour des
mémoires de petite taille comme les caches et les registres.
b. Les mémoires mortes (ROM)
Pour certaines applications, il est nécessaire de pouvoir conserver des informations de façon permanente même lorsque l'alimentation électrique
est interrompue. On utilise alors des mémoires mortes ou mémoires à lecture seule (ROM : Read Only Memory). Ces mémoires, contrairement
aux RAM, ne peuvent être que lue (non volatiles).
L’inscription en mémoire des données reste possible mais est appelée programmation. Suivant le type de ROM, la méthode de programmation
changera. Ce type de mémoire permet notamment de conserver les données nécessaires au démarrage de l'ordinateur. En effet, ces informations
ne peuvent être stockées sur le disque dur étant donné que les paramètres du disque (essentiels à son initialisation) font partie de ces données
vitales à l'amorçage. Différentes mémoires de type ROM contiennent des données indispensables au démarrage, c'est-à-dire :

• Le BIOS : programme permettant de piloter les interfaces d'entrée-sortie principales du système, d'où le nom de BIOS ROM donné parfois à
la puce de mémoire morte de la carte-mère qui l'héberge.
• Le Chargeur d’amorce : un programme permettant de charger le système d'exploitation en mémoire (vive) et de le lancer. Celui-ci
cherche généralement le système d'exploitation sur le lecteur de disquette, puis sur le disque dur, ce qui permet de pouvoir lancer le système
d'exploitation à partir d'une disquette système en cas de dysfonctionnement du système installé sur le disque dur.
• Le Setup CMOS, c'est l'écran disponible à l'allumage de l'ordinateur permettant de modifier les paramètres du système (souvent appelé
BIOS à tort...).
• Le Power-On Self Test (POST), programme exécuté automatiquement à l'amorçage du système permettant de faire un test du système
Etant donné que les ROM sont beaucoup plus lentes que les mémoires de types RAM (une ROM a un temps d'accès de l'ordre de 150 ns tandis
qu'une mémoire de type SDRAM a un temps d'accès d'environ 10 ns)C les instructions contenues dans la ROM sont parfois copiées en RAM au
démarrage, on parle alors de shadowing (on parle généralement de mémoire fantôme).
c. La mémoire cache :
Dans un ordinateur récent, le processeur est généralement le plus rapide. Il peut ainsi traiter une quantité
d'information extrêmement conséquente par seconde et donc répondre dans un délai très court à toute
demande. Cette situation serait idyllique s'il était approvisionné suffisamment rapidement en données, ce qui
n'est malheureusement pas le cas. En effet, les mémoires de masse, tel qu'un disque dur, sont beaucoup trop
lentes pour garantir un débit suffisant. La mémoire vive permet d'améliorer les temps d'accès mais reste bien en
deçà des possibilités du processeur.
La mémoire cache permet de corriger grandement ce problème. Composée de mémoire SRAM donc très rapide,
elle diminue les temps d'attente du processeur. Malheureusement, son coût extrêmement élevé en empêche
l'usage comme mémoire vive. En effet, la quantité requise placerait un PC à un prix inabordable. Elle est donc
utilisée en petites quantités sur la carte mère de manière à apporter des gains de vitesses seulement où cela est
vraiment nécessaire. Il convient de ne pas confondre la mémoire cache physique (L1 ou L2) avec les autres sortes
de caches. Une mémoire de masse peut−être vendue avec une mémoire cache intégrée. Ainsi de plus en plus de
disques durs sont vendus avec de petites mémoires caches intégrées, qui ont pour effet d'en accélérer le débit.
Dans certains cas, on parle de cache disque, tels que smartdrive (fourni avec le Dos). Il ne s'agit ici que d'une
fonction logicielle qui permet d'augmenter le débit d'un disque (dur ou CD). Le procédé est simple, une partie de
la mémoire vive est utilisée comme tampon pour les écritures sur ledit disque. Si cela permet effectivement d'en
augmenter un peu les performances, c'est au détriment de la mémoire utilisable.
IV. NOTION D’HIERARCHIE MEMOIRE :
 

Une mémoire idéale serait une mémoire de grande capacité, capable de stocker un maximum
d’informations et possédant un temps d’accès très faible afin de pouvoir travailler rapidement
sur ces informations. Mais il se trouve que les mémoires de grande capacité sont souvent très
lente et que les mémoires rapides sont très chères. Et pourtant, la vitesse d’accès à la mémoire
conditionne dans une large mesure les performances d’un système. En effet, c’est là que se
trouve le goulot d’étranglement entre un microprocesseur capable de traiter des informations
très rapidement et une mémoire beaucoup plus lente (ex :
Processeur actuel à 3Ghz et mémoire à 400MHz). Or, on n’a jamais besoin de toutes les
informations au même moment. Afin d’obtenir le meilleur compromis coût-performance, on
définit donc une hiérarchie mémoire. On utilise des mémoires de faible capacité mais très
rapide pour stocker les informations dont le microprocesseur se sert le plus et on utilise des
mémoires de capacité importante mais beaucoup plus lente pour stocker les informations dont
le microprocesseur se sert le moins. Ainsi, plus on s’éloigne du microprocesseur et plus la
capacité et le temps d’accès des mémoires vont augmenter.
- Les registres sont les éléments de mémoire les plus
rapides. Ils sont situés au niveau du processeur et servent
au stockage des opérandes et des résultats
intermédiaires.
- La mémoire cache est une mémoire rapide de faible
capacité destinée à accélérer l’accès à la mémoire
centrale en stockant les données les plus utilisées.
- La mémoire principale est l’organe principal de
rangement des informations. Elle contient les
programmes (instructions et données) et est plus lente
que les deux mémoires précédentes.
- La mémoire d’appui sert de mémoire intermédiaire
entre la mémoire centrale et les mémoires de masse. Elle
joue le même rôle que la mémoire cache.
- - La mémoire de masse est une mémoire périphérique
de grande capacité utilisée pour le stockage permanent
ou la sauvegarde des informations. Elle utilise pour cela
des supports magnétiques (disque dur, ZIP) ou optiques
CONCLUSION:
 

Une mémoire est un dispositif capable d'enregistrer des informations,


de conserver ces informations aussi longtemps que nécessaire ou que
possible, et de les restituer à la demande.
Il existe deux types de mémoire dans le système informatique qui sont
classées en deux groupes : la mémoire centrale qui est très rapide,
physiquement peu encombrante mais coûteuse, c'est la mémoire de
travail de l'ordinateur ; la mémoire de masse ou mémoire auxiliaire, qui
est plus lente, assez encombrante physiquement, mais meilleur marché,
c'est la mémoire de « sauvegarde » des informations.