Vous êtes sur la page 1sur 40

Rapport de stage

 
Elaboré par : SIOUD Khaled
Classe : G C 11
Période : du 9/1/2020 au 5/2/2020
Lieu de stage : Direction Régionale de
l’Equipement de Kairouan
Année universitaire : 2019 – 2020
 
1
1. Introduction
 
C’est grâce à ce stage que j’ai eu l’opportunité de cumuler
les connaissances théoriques avec celles de la pratique,
ceci permet également de rentrer dans la vie active et de
découvrir plus précisément le milieu professionnel.
Dans ce stage que j’ai consacré aux travaux publics, j’ai
visité cinq chantiers de travaux routiers différents en
compagnie des ingénieurs et des techniciens, j’ai visité
aussi le laboratoire régional CETEC où j’ai assisté à la
réalisation de quelques essais.
J’ai alors décrit dans mon rapport les travaux que j’ai
assistés dans chaque chantier, énuméré quelques essais du
laboratoire, et expliqué les essais que j’ai vus.
 
2
2. Remerciements
 
Au commencement de ce rapport de stage, je
présente tous mes remerciements à ceux qui m’ont
appris et formé tout au long de cette période de
stage avec beaucoup de patience et pédagogie.

3
3. présentation de la direction régionale de
l’équipement de l’habitat, et de
l’aménagement et du territoire de
Kairouan 
 
 
La direction régionale de l’équipement, de
l’habitat et de l’aménagement de territoire de
Kairouan est un organisme étatique chargé
d’exercer des attributions de gestion
administrative et financière et des attributions
techniques .Elle représente le ministère dans le
gouvernorat de Kairouan et elle est dirigée par un
directeur régional
4
3.1.Organigramme de la direction régionale de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement de territoire de Kairouan  :

Directeur Régional

Sous Direction Sous Direction des Affaires Sous Direction


des bâtiments civils, Administratives, des Ponts et Chaussées
de l’Habitat et de Financières, Foncières
l’Aménagement Urbain et des Archives

Service de l’Exploitation
Service des Affaires et de l’Entretien Routier
Service des Administratives
Bâtiments civils et Financières

Service des Etudes


Service de Service des Affaires
et des Travaux Neufs
l’Habitat Foncières et Archives

Service de Service des


L’Aménagement Urbain Pistes Rurales

5
4. Description des projets :
4.1.Projet 1 : Travaux d’aménagement et revêtement de la
piste Nebech-Mzaougha de longueur 4,0 km dans la délégation
de Kairouan sud
Durant ce stage, j’ai eu l’occasion d’assister à la réalisation des travaux
suivants :
Travaux de terrassement :
Les travaux consistent à :
-Faire des remblais par un camion à benne pour mettre la plate-forme
hors d'eau et permettre la mise en place d'ouvrages de drainage
transversaux (traversées sous chaussées). Les couches de remblai
étaient exécutées par couche de 20 cm.

6
-Faire des déblais à l’aide d’une pelle sur chenilles Caterpillar où
certains points hauts étaient écrêtés, pour améliorer la visibilité et
répondre aux normes requises.
 

-Réaliser du reprofilage de la plate-forme par une niveleuse Caterpillar


12K. c’est à dire une scarification générale de la plate-forme sur 20 cm,
une mise en cordon des produits de scarification et un répandage général
à la côte finie.

7
Travaux d’extraction :
On extrait du remblai sélectionné (tuf calcaire) à partir des zones
d’emprunts situés à proximité de la piste pour la couche de forme, la
couche de fondation et les accotements .Les matériaux extraits
doivent répondre aux spécifications des essais de réception des
matériaux. L’extraction se fait à l’aide d’une pelle sur chenilles
Caterpillar 329D et un camion Benne de capacité 30 m3.
Les matériaux de déblais qui répondent aux spécifications techniques
exigées (hors épaisseur de décapage) sont réutilisés en corps de
remblai

8
Travaux de corps de chaussée :
Constituants du corps de chaussée :

-La couche de fondation : le matériau utilisé est le tuf calcaire ép=20 cm


 
 
 
 

-La couche de base : le matériau utilisé est la grave concassée 0/20 ép=15 cm

9
-Les accotements sont réalisés en tuf calcaire

L’accotement est chargé


jusqu’au niveau supérieur
des piquets
 

10
Mise en œuvre du corps de chaussée :
 
1. Répandage
 
On a effectué le répandage par la niveleuse Caterpillar 12k de façon que
la côte du niveau supérieur de la couche de base ou de fondation soit
légèrement supérieure à celle du profil à obtenir après compactage.
Au cours du répandage, la lame de l'engin répandeur est disposée le plus
perpendiculairement possible par rapport à la direction de progression de
l'engin
11
Piquet de niveau en axe de chaussée
(Les matériaux au dessus de la côte prévue seront dégagés et seront mis en
accotement)
  12
2. Arrosage
L'arrosage était exécuté par un camion arroseur de capacité 7000
litres au cours du réglage pour une meilleure pénétration de l'eau,
il est intervenu avant la fin du compactage.

13
3. Compactage :
Le compactage était réalisé simultanément avec les deux étapes ci-
dessus et d’une façon énergétique.
Cette étape était assurée par un cylindre vibrant (≥6T) (1) et un
compacteur pneumatique Caterpillar (≥18T) (2)

(1) (2)

14
4.2.Projet 2 : Réalisation d’un tourne à gauche dans la délégation de
Chbika :

J’ai eu l’occasion d’assister à la réalisation des travaux suivants :


Travaux de revêtement (bicouche) :
 
Après réception de la couche de base (réception topographique et
réception de laboratoire), on a appliqué une couche d’imprégnation en
cut back 0/1 avec un dosage de 1.2 kg/m2 à l’aide d’une répandeuse de
bitume, cette couche unit les matériaux granulaires à la couche de base
 

15
Après 48 h, on a appliqué le revêtement bicouche suivant les étapes ci-
dessous :
 
D’abord on a appliqué une 1ère couche de bitume fluidifié 400/600 dosé à 1.1
kg/m2 à l’aide d’une répandeuse à bitume

Ensuite on a fait le répandage de la 1èr couche en gravier 12/20 à l’aide de


camion gravillonneur au moyen d’une rampe avec un dosage de 15 L/m 2
 

16
Puis on a fait le compactage de la 1ère couche à l’aide de compacteur
pneumatique juste après le répandage

17
Par la suite on a appliqué une 2ème couche de bitume fluidifié 400/600
dosé à 0.9 kg/m2

Après, on a effectué le répandage de la 2 ème couche en gravier 8/12


avec un dosage 11 L/m2

18
Enfin on a compacté cette 2ème couche à l’aide de compacteur
pneumatique

Structure en bicouche

19
4.3.Projet 3 : Travaux de revêtement des voiries et de réalisation de
réseau des eaux pluviales dans la cité des jardins dans la commune de
Kairouan :

J’ai eu l’occasion d’assister à la réalisation des travaux suivants :


Travaux de revêtement : (enrobé) et (béton armé)

Revêtement en enrobé :
 
Définition : Un enrobé est un mélange de graviers, de sables, de fines et de
liant, appliqués en une ou plusieurs couches, pour constituer le revêtement
des chaussées.
Répandage et réglage :
Le répandage était réalisé à l’aide d'un finisseur Bomag BF 800 chargé par un
camion à benne . Le finisseur permet de répartir les matériaux sans
ségrégation et assure 80 % du compactage final de la couche de roulement.
Le répandage et le réglage de la couche de roulement étaient simultanés,
et exécutés au moyen d'engins de répandage travaillant côte à
côte de façon que le compactage se réalise sur toute la largeur de chaussée
(compacteur pneumatique et cylindre vibrant)

20
Le réglage de l’enrobé était effectué aussi manuellement au niveau
des regards de visite et des regards à grille et tous les coins ou
endroits difficiles à atteindre par le finisseur.

21
Les joints :
Lors de l’interruption des travaux d’enrobage à la fin de la journée, on fait
le jour suivant l’exclusion des extrémités de la section précédente et la
réalisation de ce qu’on appelle joint transversal par découpage franc,
vertical et suivant un plan perpendiculaire à l'axe longitudinal de la
chaussée sur toute l'épaisseur des matériaux compactés à environ 50 cm
en arrière de l’arête supérieure du sifflet de raccordement

22
La surface créée par cette recoupe est badigeonnée à l'émulsion, juste avant
la mise en place de la nouvelle bande.
Le traitement de ce joint est important parce qu’il assure la continuité de la
couche de roulement en enrobé.
Revêtement en béton armé :
Lorsque la largeur de la voie ne permet pas les manœuvres des engins de
chantier, la voie est réalisée en béton armé. On exécute alors une dalle
d’épaisseur 15 cm avec une nappe de treillis soudé HA8, e = 15 cm.
Cette dalle remplace la couche de base et la couche de roulement.

(couche de fondation sous (chaussée rigide finie)


chaussée rigide) 23
4.4.Projet 4 :Travaux de renforcement de la piste Alam-Sisseb de
longueur 6,0 km dans la délégation de Sbikha

J’ai eu l’occasion d’assister à la réalisation des travaux suivants :


Travaux de drainage :
Les travaux consistent à :
- la création d’un fossé longitudinal en terre à l’aide d’une tractopelle
Hidromek HMK 102,

- la création d’un fossé longitudinal en béton armé d’abord par pose d’un
ferraillage en treillis soudé en fer rond lisse de diamètre Ø 5 mm (1),
ensuite par coulage du béton dosé à 350kg/m3 à l’aide d’une auto-
bétonnière de capacité 1 m3 (2)
24
(1)
(2)

-Faire le curage des fossés existants bouchés par la tractopelle Hidromek


HMK 102

25
Ces fossés longitudinaux soit en terre ou en béton ayant une pente bien
déterminée permettent l’écoulement de l’eau et de l’évacuer hors de la
chaussée. Ces fossés ont pour rôle de protéger la chaussée contre la
pénétration et la stagnation de l’eau pluviale. Ainsi la chaussée reste
toujours hors d’eau et dure plus longtemps.
- effectuer des ouvrages de traversées sous chaussée ( dalots simples ou
multiples ) ou passages latéraux en buse Ø 600 mm et ceci pour drainer
les talwegs et rétablir les écoulements .
Pour réaliser les passages busés, On se sert d’une tractopelle JCB pour le
transport et la pose des éléments de buses (3).

(3)

26
(4)

Approvisionnement des éléments de dalots 1x1 sur chantier


à proximité de son lieu d’implantation

Mise en œuvre de passage busé :


On a d’abord creusé une tranchée en rigole de profondeur d’environ 80
cm par la tractopelle, ensuite on a posé un lit de sable, qui sert à
renforcer le sol naturel et réduire le risque du tassement sous les
éléments de buses, puis on a placé ces éléments les unes après les autres
en les joignant par emboitement pour constituer un passage continu
qu’on appelle passage busé.

27
Après cela, on a disposé des pierres aux extrémités du passage busé et qui
servent comme coffrage perdu lors de l’enrobage par du béton. Ensuite, le
coulage a été réalisé à l’aide d’une auto-bétonnière. Les ouvriers sont
intervenus
à la pelle, pour étaler convenablement le béton et assurer un enrobage
parfait autour des buses.(5) (6) (7)

28
(6)
(5)

(7)

29
Travaux de protection :
- Ces travaux sont exécutés pour protéger la chaussée contre l’érosion et les
affouillements dus à l’écoulement des eaux de ruissellement qui peuvent
détériorer les couches de la chaussée.
Pour ce faire, on a exécuté une protection en gabions, ce sont des caisses
rectangulaires de 2m x1m x 1m en grillage métallique à mailles double torsion de
dessin hexagonal ayant 100 mm de distance entre côté, de 120mm de distance
entre sommets. Ces caisses sont remplies par des enrochements en bloc calcaire
provenant de carrières

-Une autre protection de la chaussée était réalisée en mur de soutènement


en béton armé dans le cas des sections de route située en surélévation par
rapport au niveau du terrain naturel voisin
30
4.5.Projet 5 : Réalisation d’une glissière de sécurité en béton armé type
GBA dans la zone de Chrichira dans la délégation de Haffouz :

Travaux de protection :
Ces travaux consistent à réaliser une glissière de sécurité en béton armé de
type GBA coulé en place, cette glissière permet de réduire la gravité des
accidents.
C’est un muret continu en béton faiblement armé avec une nappe en treillis
soudé.

31
Mise en œuvre de GBA :
On a exécuté tout d’abord une fouille en rigole à l’aide de la tractopelle de
profondeur 30 cm et de largeur 80 cm, qui est rempli par du gros béton dosé à
250 kg/m3 qui comporte des barres en acier en attente servant à la liaison du
ferraillage de la paroi.
Ensuite, on a fait l’assemblage des éléments de coffrage métallique
maintenus entre eux par des tiges filetées à l’arête supérieure et à l’arête
inférieure du coffrage.
Pour avoir une épaisseur constante de la paroi en béton armé, on place les
tiges filetées dans des gaines avec des longueurs fixes entre les deux faces
intérieures du coffrage. (1)
Comme les éléments de coffrage sont réutilisables, ils doivent être nettoyés
avant chaque utilisation. (2) 32
(1) (2)

Par la suite, une nappe en treillis soudé en fer rond lisse Ø 6mm a été fixée aux
barres d’attente de la semelle en gros béton. Juste après, on a exécuté le
coulage de béton dosé à 350kg/m3 à l’aide d’une auto –bétonnière. Le coulage
du béton était exécuté par des couches successives tout en assurant la
vibration pour éviter la ségrégation. (3) (4) (5)

33
(3)

(4)
(5)

Enfin, on a effectué le décoffrage après le durcissement du béton.

34
5. Essais de laboratoire
 Les essais pour les travaux de terrassements et de mise en œuvre de
chaussée :
- essais Proctor
- mesure de l'équivalent de sable
- analyse granulométrique par tamisage et sédimentométrie
- essai d’indice de plasticité
-los Angeles et micro Deval
 Les essais pour les bétons :
- granulométrie des agrégats,
- équivalent de sable,
- teneur en eau du sable
- contrôle sur béton frais :
- teneur en eau
- granularité
- mesures d'affaissement
-fabrication d'éprouvettes cylindriques pour mesure de la résistance à la
compression des bétons (diamètre = 16 cm - h = 32 cm)

35
5.1.L’essai Proctor :

BUT :
L’essai Proctor a pour but de déterminer, pour un compactage d’intensité
donnée, la teneur en eau à laquelle doit être compacté un sol pour obtenir la
densité sèche maximum. La teneur en eau ainsi déterminée est appelée
« teneur en eau optimum Proctor  ».
 
 
Principe d’essai :
L’essai Proctor consiste à compacter dans un moule standard, à l’aide d’une
dame standard et selon un processus bien déterminé, un échantillon du sol à
étudier et à déterminer le teneur en eau du sol et sa densité sèche après le
compactage.
L’essai Proctor est répété plusieurs fois de suite sur des échantillons portés à
des teneurs en eau croissantes (2%, 4% ,6% ,8% ,10%,12% ,14%,16%) On
détermine ainsi plusieurs points de la courbe représentative des densités sèches
en fonction des teneurs en eau. On trace alors la courbe en interpolant entre les
points expérimentaux. Elle représente un maximum dont l’abscisse est « la
teneur en eau optimum Proctor », et l’ordonnée « la densité sèche
maximum Proctor ». 
36
Diagramme Proctor simple 

Echantillon du sol à étudier la dame de Proctor


37
5.2.L’essai de granulométrie :

BUT :
Le but de cet essai consiste à déterminer la distribution dimensionnelle des grains
constituant un granulat dont les dimensions sont comprises entre 0.063 et 20 mm.
Le principe d’essai :
 L’essai consiste à fractionner au moyen d’une série de tamis un matériau en
plusieurs classes granulaires de taille décroissante
 Les masses des différents refus et tamisât sont rapportés à la masse initiale du
matériau. Les pourcentages ainsi obtenus sont exploités sous forme graphique
 

Une série de tamis


38
5.3.Les essais Los Angeles et micro-Deval :

 L'essai Los Angeles permet de mesurer les résistances combinées aux chocs
et à la détérioration progressive par frottement réciproques des éléments
d'un granulat
 L'essai micro-Deval a pour but la détermination de la résistance à l'usure par
le frottement réciproque des éléments d'un granulat

Los Angeles micro-Deval

39
6. Conclusion
 
 
La période de stage que j’ai passé au sein de la direction
régionale de l’équipement de Kairouan reste un
évènement important pour moi. Non seulement, elle
consiste à la transition d’une vie académique vers une vie
professionnelle, mais aussi un événement de
développement de mes savoir - faire et savoir - être.
Il est certain que ce stage a été une bonne occasion
d’apprendre, de mettre en valeur les acquis théoriques et
d’avoir un important échange d’informations et d’opinions
avec le personnel de la direction de l’équipement .
 
 

40