Vous êtes sur la page 1sur 39

Budget de la collectivité

territoriales
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

A- définition du budget
Le budget est l'acte qui prévoit et autorise, pour chaque année budgétaire,
l'ensemble des ressources et des charges de la collectivité locale ou du
groupement.
L'année budgétaire commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre de
la même année.
Les conventions financières, les garanties accordées, les crédits
d'engagement et les autorisations de programme engagent les finances des
années ultérieures
B- Structure du budget
Le budget comprend deux parties :
-la première partie décrit les opérations de fonctionnement tant en recettes
qu'en dépenses ;
-la deuxième partie est relative aux opérations d'équipement ; elle présente
l'ensemble des ressources affectées à l'équipement et l'emploi qui en est fait.
-Le budget peut comprendre des budgets annexes et des comptes spéciaux .
Définition et rôle du budget

Fonctionnement Investissement

remboursement
capital dette Auto
financement

DÉPENSES
Dotations et
subventions
RECETTES Investissements
directs

Emprunts
Épargne brute

3
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

C- Les budgets annexes


Les budgets annexes sont créés par l’autorité gouvernementale chargée de
l’intérieur .
Ils décrivent des opérations financières de certains services qui n'ont pas été
dotés de la personnalité morale et dont l'activité tend, essentiellement, à
produire des biens ou à rendre des services donnant lieu à rémunération.
ils comprennent, d'une part, dans une première partie les recettes et les
dépenses de fonctionnement et, d'autre part, dans une deuxième partie les
dépenses d'équipement et les ressources affectées à ces dépenses. Ils sont
toujours présentés en équilibre.
Les dépenses des budgets annexes sont présentées à l’intérieur de chaque
article par programmes. et le cas échéant, par programmes subdivisés en
projets ou actions.
Ils sont préparés, visés, exécutés et contrôlés dans les mêmes conditions
que celles prévues pour le budget.
L'insuffisance des recettes de fonctionnement est compensée par le
versement d'une dotation de fonctionnement prévue au titre des charges de
la première partie du budget.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

C- Les budgets annexes


L'excédent éventuel des recettes de fonctionnement sur les
dépenses est affecté, en premier lieu, au financement des
dépenses d'équipement et, pour le surplus, pris en recette au
budget.
L'insuffisance des ressources affectées aux dépenses
d'équipement est compensée par une dotation d'équipement
prévue à la deuxième partie du budget.
D- Les comptes spéciaux
Ils ont pour objet, soit de décrire des opérations qui, en raison de
leur spécialisation ou d'un lien de cause à effet réciproque entre la
recette et la dépense, ne peuvent être commodément incluses
dans le cadre du budget ,soit de décrire des opérations en
conservant leur spécificité et en assurant leur continuité d'une
année budgétaire sur l'autre ; soit de garder trace, sans distinction
d'année budgétaire, d'opérations qui se poursuivent pendant plus
d'une année.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité
Les comptes spéciaux comprennent :
* les comptes d'affectation spéciale ;
* les comptes de dépenses sur dotations.
Les comptes d'affectation spéciale sont créés visées par l’autorité
gouvernementale chargée de l’intérieur , sur la base d'un programme
d'emploi établi par l'ordonnateur en exécution des délibérations du
conseil.
Les comptes d'affectation spéciale retracent les recettes prévisionnelles
affectées au financement d'une catégorie déterminée de dépenses et
l'emploi donné à ces ressources.
Le montant des prévisions est inscrit à la récapitulation générale du
budget.
Les dépenses des comptes spéciaux sont présentées par
programmes, et le cas échéant. par programmes subdivisés en
projets ou actions
Les crédits de paiement sont ouverts à concurrence des recettes réalisées
et sont autorisés par le ministre de l'intérieur ou son délégué. Si les
recettes réalisées sont supérieures aux prévisions, des crédits
supplémentaires peuvent être ouverts dans la limite de cet excédent.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Les modifications du compte d'affectation spéciale sont


visées par l’autorité gouvernementale chargée de l’intérieur
pour les régions et par le gouverneur de la préfecture ou
province pour les préfectures ,provinces et les communes ,
Les disponibilités des comptes d'affectation spéciale sont
reportées dans la gestion suivante pour permettre la
continuation des opérations d'une année sur l'autre.
Tout compte d'affectation spéciale qui n'a pas donné lieu à
dépenses pendant trois années consécutives est soldé de
plein droit, au terme de la troisième année et le solde sera
pris en recette à la deuxième partie du budget.
.
Le compte d'affectation spéciale est soldé et clôturé par
arrêté de l’autorité gouvernementale chargée de l’intérieur .
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Les comptes de dépenses sur dotations sont créés par


arrêté de l’autorité gouvernementale chargée de l’intérieur. Ils
retracent des opérations dont le financement est assuré
par des ressources préalablement déterminées.
La réalisation des ressources doit être antérieure à la dépense.
L'excédent de ressources des comptes de dépenses sur
dotations de chaque année budgétaire est reporté sur l'année
suivante. S'il n'est pas consommé l'année suivante, il est pris en
recette à la deuxième partie du deuxième budget qui suit celui
au cours duquel il est réalisé.

Les comptes de dépenses sur dotations sont préparés, visés,


exécutés et contrôlés dans les mêmes conditions que celles
prévues pour le budget.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

C- Les principes budgétaires


Le budget doit être équilibré dans chacune de ses parties.
L’excédent prévisionnel dégagé de la première partie, est affecté,
obligatoirement, à la deuxième partie.
Les dépenses de la première partie ne peuvent avoir pour contrepartie des
recettes de la deuxième partie.
Les recettes de la deuxième partie ne peuvent avoir pour contrepartie des
dépenses de la première partie

Les dépenses du budget de la commune sont présentées par chapitres dans


des articles subdivisés en programmes et projets ou actions.
Le projet ou l'action est divisé en lignes dans le budget montrant la nature

économique des dépenses afférentes aux activités et opérations entreprises .


les conventions, les garanties accordées, la gestion de la dette de la
commune, les crédits d’engagement et les autorisations des programmes
entrainant des charges financières pour la collectivité engagent l’équilibre
des budgets des années ultérieures.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Les programmes pluriannuels d'équipement découlant de la programmation


triennale peuvent faire l'objet d’autorisations de programmes établies sur la base des
excédents prévisionnels .

Les crédits relatifs aux dépenses d'équipement comprennent :


- des crédits de paiement qui constituent la limite supérieure des dépenses
susceptibles d‘être mandatées au cours de l’année budgétaire
-des crédits d'engagements qui constituent la limite supérieure des dépenses que les
ordonnateurs sont autorisés à engager pour l‘exécution des équipements et travaux
prévus.
Les autorisations de programme demeurent valables jusqu’à ce qu'il soit procédé à leur
annulation.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Les crédits de fonctionnement ouverts au titre d'un budget et non


engagés à la clôture de l'exercice budgétaire tombent en annulation.

Les crédits de fonctionnement engagés et qui n’ont pas donné lieu au


paiement à la clôture de l’exercice sont reportés sur l'année suivante

Les crédits de paiement concernant les dépenses d’équipement de la


deuxième partie du budget sont reportés sur le budget de l’année
suivante.

Les crédits de fonctionnement engagés et qui n'ont pas donné lieu au


paiement ainsi que les crédits de paiement sur dépenses d'équipement qui
sont reportés, ouvrent droit à une dotation du même montant s’ajoutant
aux dotations de l’année.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Il ne peut y avoir affectation d'une recette à une dépense, parmi celles


qui concourent à former le total de la première partie du budget et des
budgets annexes.

L'affectation d'une recette à une dépense n’a lieu que dans le cadre de
la deuxième partie du budget et des budgets annexes et dans le cadre des
comptes spéciaux.
Les engagements de dépenses des collectivités locales et de leurs
groupements doivent rester dans la limite des autorisations budgétaires.

Ils sont subordonnés à :


-la disponibilité des crédits budgétaires pour les opérations de travaux,
de fournitures, de services, des opérations de transfert des ressources ;
- la disponibilité des postes budgétaires pour le 1er recrutement.
.
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

E- la Programmation pluriannuelle
La programmation budgétaire pluriannuelle est un outil qui permet de
renforcer l’ efficacité et l’ efficience de la dépense publique, assurant
une bonne visibilité des politiques publiques, une meilleure articulation
entre
les programmes sectoriels à travers une programmation appropriée
des crédits.
Le budget est établi sur la base d'une programmation triennale de
l'ensemble des ressources et des charges de la collectivité locale ou du
groupement.
Les programmes pluriannuels d'équipement découlant de la
programmation triennale, peuvent faire l'objet d'autorisations de
programmes établies sur la base des excédents prévisionnels dans les
conditions fixées par arrêté du ministre de l'intérieur.

 
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Un programme est un ensemble cohérent de projets ou d’actions auquel sont


associés:
-des objectifs définis en fonction de finalités d'intérét général;
-des indicateurs chiffrés permettant de mesurer les résultats escomptés qui feront
l'objet d‘une évaluation en vue de s'assurer des conditions d'efficacité, d'efficience
et de qualité liées aux réalisations.
Les objectifs d’un programme déterminé et les indicateurs qui y sont associés
sont indiqués dans le projet de performance élaboré par l'ordonnateur.
Ledit projet est présenté la commission chargée du budget, des affaires financières et
de la programmation.
L’aspect genre est pris en en considération lors de la fixation des objectifs et des
indicateurs cités ci-dessus,
Le projet ou l'action est un ensemble d’activités et de chantiers réalisés dans le but de
répondre a un ensemble de besoins définis
Axe II : Gestion financière et budget de la collectivité

Les opérations d’emprunts réalisées par la commune sont soumises à des


règles fixées par voie réglementaire.

Les collectivités territoriales peuvent, dans l'attente du recouvrement des


recettes à percevoir au titre des ressources fiscales et au titre de la part qui
leur reviennent sur les impôts de I ‘Etat, bénéficier d’avances de l’Etat sous
formes de facilités de trésorerie.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget au visa

A-Préparation et vote du budget

Le budget est préparé par le président du conseil pour les communes


urbaines et rurales et leurs groupements , les régions, et les préfectures et
provinces.

Le budget doit être établi sur la base d‘une programmation triennale de


l‘ensemble des ressources et charges de la commune conformément au plan
d'action de la commune.

Cette programmation est actualisée chaque année pour l‘adapter avec


l’évolution des ressources et des charges. 

Etude du budget par la commission du budget

Le budget accompagné des documents nécessaires est soumis pour étude à


la commission compétente dans un délai de 10 jours au moins avant la
date d'ouverture de la session relative à l'approbation du budget par le
conseil. .
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget au visa

A -Vote du budget
Le vote des recettes doit intervenir avant le vote des
dépenses.
Les prévisions des recettes font l’objet d‘un vote global en ce qui
concerne le budget, les budgets annexes et les comptes spéciaux.
Les dépenses du budget font l'objet d'un vote par chapitre.
Le budget doit être adopté au plus tard :
- 5 novembre pour les régions;
- 15 novembre pour les communes urbaines et les préfectures et
provinces
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

B- visa du budget
Le budget adopté doit être présenté à l’autorité gouvernementale
chargée de l’intérieur pour les régions, au gouverneur de la
préfecture, province pour visa au plus tard le 20 novembre pour les
préfectures, provinces et les communes .
il doit être accompagné d'un état faisant ressortir la programmation
triennale et les états comptables et financiers de la collectivité.

Le budget devient exécutoire après son visa.

-Dépôt du budget visé au siège de la collectivité (15j a/c date visa)


-Mise à la disposition du public par tout moyen de publicité
-Notification au trésorier
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

Conditions de visa du budget


- le respect des dispositions des lois organiques et des lois et
règlements en vigueur ;
- l'équilibre du budget sur la base de la sincérité des
prévisions des recettes et des dépenses ;
-l'inscription des dépenses obligatoires

Cas de refus de visa du budget


notification au président du conseil des motifs du
refus du visa dans un délai maximum de 15 jours
à compter de la date de réception du budget.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa
Processus d’adoption et
de visa des budgets des
Communes
(Loi 113-14)

Budget adopté Budget non Budget non


par le conseil 2ème délibération adopté envoyé au
Envoi au du conseil gouverneur pour
(art. 186) (art. 187) visa (art. 195)
Gouverneur (art. 187)
(art.189)

Demande
d'explication au
Budget adopté
président du
Budget non visé (art. 187) conseil
Budget Visé
(art. 191)

2ème délibération du
conseil Envoi Budget + Budget non voté
(art. 191 2ème PV (art. 187)
paragraphe) (art. 187)

Vote négatif
Vote positif
(budget non
(budget adopté)
adopté)

Envoi à
l'ordonnateur
(Substitution)
pour dépôt à la
commune et Dans le cas où le budget n’est pas visé avant le 1er Etablissement du
budget de
publication janvier, le président du conseil peut être habilité, par arrêté: fonctionnement
(art.194)
L’établissement du budget par
l’autorité administrative
compétente

 non envoi du budget pour le visa dans les délais impartis ;

 non adoption du budget par le conseil après un nouvel examen ;

 non prise en compte des observations formulées par l’autorité

chargée du contrôle après une nouvelle délibération du conseil ;

 non inscription des dépenses obligatoires.


Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

3. les arrondissements

Les recettes: une dotation globale (dépense obligatoire)


Le montant de la dotation globale est fixé par le conseil de la
commune
Total des dotations globales au profit des arrondissements ne doit
pas être inférieur à 10% du budget de la commune. 
Cette dotation comprend:
-une part destinée à l’animation locale : couverture des frais
relatifs à la gestion des affaires de proximité (; la promotion du sport,
de la culture, des programmes sociaux destinés à l’enfance, …)
-une part relative à la gestion locale : frais de fonctionnement des
services de l’arrondissement. Elle peut être modifiée chaque année en
fonction des changements intervenus dans la liste des équipements et
services gérés par l’arrondissement.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

3. les arrondissements
- Le montant total des recettes et dépenses de fonctionnement de
chaque conseil d’arrondissement est inscrit dans le budget de la
commune.
Les recettes et dépenses de fonctionnement de chaque
arrondissement sont détaillées dans un document dénomme «Compte
de dépenses sur dotations».
 
Les comptes d’arrondissement sont annexés au budget de la
commune.
Le compte de dépenses sur dotations voté par le conseil
d’arrondissement en équilibre réel.
Ce compte est voté chapitre par chapitre.
Il est soumis au conseil de la commune en même temps que le projet
du budget de la commune.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

3. les arrondissements

Réexamen du compte de dépenses sur dotations par le conseil


d’arrondissement pour rectifier le CDD, dans les cas ci-après :

 Discordance au niveau de la dotation globale


 Le conseil de la commune estime que le compte est voté en
déséquilibre;
 N’intègre pas toutes les dépenses obligatoires ou certaines
dépenses ne couvrent les frais de fonctionnement des
équipements.

A défaut de redressement par le conseil d‘arrondissement. Il y


est procédé d'office par le conseil de la commune.

Lorsque le président du conseil d‘arrondissement n‘a pas adressé


au président de la commune le compte avant le premier
octobre, ce compte est arrêté d'office par le conseil de la
commune.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

3. les arrondissements

Le président du conseil d’arrondissement est l‘ordonnateur


des recettes et des dépenses du compte de dépenses sur dotations.
 
Il peut effectuer, en exécution d’une délibération du conseil, des
virements de ligne à ligne budgétaire dans le compte de
l’arrondissement.  

Jusqu’à ce que le compte soit exécutoire, le président du conseil


d’arrondissement peut, chaque mois, engager et ordonnancer par
anticipation les dépenses dans la limite du douzième (1/12) de
celles inscrites au compte de l’année précédente.
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

Modification du budget

Les modifications du budget font l’objet d’un Budget modificatif établi


dans les mêmes règles que le budget initial (la pratique des
autorisations spéciales doit être arrêtée).

Possibilité de procéder aux virements de crédits à l‘intérieur du même


programme ou à l’intérieur du même chapitre selon les conditions et
modalités fixées par décret, pris sur proposition de l'autorité
gouvernementale chargée de l‘intérieur. 

 
Axe III: Établissement, vote et présentation du budget pour visa

3- Les dépenses obligatoires

Sont obligatoires , les dépenses suivantes :

 les traitements et indemnités des ressources humaines de la


collectivité ainsi que les primes d’assurances ;
 la contribution de la collectivité aux organismes de prévoyance
et au fonds de retraite des ressources humaines de la collectivité
et la contribution aux dépenses de mutualité;
 les frais de consommation d’eau, d’électricité et des télécomm.;
 les dettes exigibles ;
 les contributions qui doivent être transférées au profit des
groupements des collectivités territoriales et aux établissements
de coopération intercommunale ;
 les engagements financiers résultants des conventions et
contrats conclus par la collectivité ;
 les dépenses relatives à l'exécution des arrêts et jugements
prononcés en Justice contre la collectivité ;
 la dotation globale affectée au fonctionnement des
arrondissements pour les communes ayant un régime
d'arrondissements. (pour les communes disposant des
arrondissements)
Axe V: L’exécution du budget

B- les agents chargés de l’exécution du budget

Les opérations financières et comptables résultant de l'exécution des budgets des


collectivités locales et de leurs groupements incombent, aux ordonnateurs et aux
comptables publics.
Fonction d’ordonnateur:
Est ordonnateur, de recettes et de dépenses d'une collectivité locale ou d'un
groupement, toute personne ayant qualité pour :
- constater les créances, liquider et ordonner le recouvrement des créances de ladite
collectivité ou dudit groupement ;
- engager, liquider et ordonnancer le paiement des dettes de ladite collectivité ou dudit
groupement.
La fonction d'ordonnateur d'une collectivité locale ou d'un groupement est incompatible
avec celle de comptable public.
Le conjoint d'un ordonnateur ne peut assurer la fonction de comptable public affecté à la
collectivité locale ou au groupement auprès duquel ledit ordonnateur exerce sa fonction.
La même incompatibilité s'applique à leurs ascendants et descendants.
Axe V: L’exécution du budget

B- les agents chargés de l’exécution du budget


Fonction d’ordonnateur:
Les ordonnateurs peuvent, sous leur responsabilité, déléguer leur signature par voie
d'arrêté.
Les ordonnateurs peuvent, en outre, instituer, par voie d'arrêté, des sous-ordonnateurs
et leurs suppléants auxquels ils délèguent leur pouvoir dans les limites fixées par
l'ordonnance de délégation de crédits ou tout autre document en tenant lieu.
Les ordonnateurs délégués et les sous-ordonnateurs ainsi que leurs suppléants agissent
sous la responsabilité et le contrôle des ordonnateurs qui les ont institués.

-Principes d'organisation
L'ordonnateur ne peut se faire ouvrir, en cette qualité, un compte courant ou de dépôt
destiné à recevoir des fonds appartenant ou confiés à la collectivité locale ou au
groupement.
Il ne peut, non plus, disposer des fonds portés au crédit d'un compte ouvert au nom du
comptable public d'une collectivité locale ou d'un groupement que par voie d'ordres
donnés à ce dernier, appuyés des pièces justificatives réglementaires.
Axe V: L’exécution du budget

Fonction d’ordonnateur:
Abstention de l’ordonnateur
Lorsque l‘ordonnateur s'abstient de mandater une dépense dont le
règlement est dû par la collectivité locale ou le groupement, l'autorité
compétente après demande d'explication adressée à l'ordonnateur, et à
l’expiration d’un délai de 7jours pour les préfectures ou provinces et les
communes ,et 15 jours pours les régions
Saisi de la juridiction des référés prés le tribunal administratif en vue de
statuer sur l’éxistance de l’etat d’abstention.
Au vu de la décision de jugement constatant ladite état d’abstention le
wali pour les régions le gouverneur pour la préfecture province et
communes peut se substituer au président dans l’exercice des actes que
ce dernier s’est abstenu d’exercer.
Axe V: L’exécution du budget

2-la fonction de comptable public


Est comptable public d'une collectivité locale ou d'un groupement, tout fonctionnaire
ou agent ayant qualité pour exécuter, pour le compte desdits organismes, des
opérations de recettes, de dépenses ou de maniement de titres, soit au moyen de
fonds et valeurs dont il a la garde, soit par virements internes d'écritures, soit par
l'entremise d'autres comptables publics ou de comptes externes de disponibilités dont
il ordonne ou surveille les mouvements. Le comptable public est, sauf dispositions
réglementaires contraires, seul chargé :
-du paiement des dépenses, soit sur ordres émanant des ordonnateurs accrédités,
soit au vu de titres présentés par les créanciers, soit de sa propre initiative, ainsi que
de la suite à donner aux oppositions et autres empêchements au paiement ;
-de l'encaissement des droits au comptant et des taxes déclaratives dans les
conditions prévues par la législation et la réglementation en vigueur ;
-de la prise en charge et du recouvrement des ordres de recettes individuels ou
collectifs émis par les ordonnateurs compétents;
Axe V: L’exécution du budget

2-la fonction de comptable public


- de la conservation des fonds et valeurs dont il a la garde ;
-du maniement des fonds et des mouvements de comptes externes de
disponibilités qu'il surveille ou dont il ordonne les mouvements ;
-de la tenue de la comptabilité de la collectivité locale ou du groupement
et de la centralisation des opérations de recettes et de dépenses exécutées
pour son compte, conformément aux dispositions du présent décret ;
-de la conservation des pièces justificatives des opérations dont il a
assuré l'exécution ou la centralisation.
Il est, en outre, chargé de faire toutes les diligences nécessaires pour le
recouvrement des recettes et doit signaler à l'ordonnateur toute moins
value constatée dans les revenus du domaine privé de la collectivité locale
ou du groupement.
Axe V: L’exécution du budget

C- Poursuites et privilèges
Le recouvrement des créances des collectivités locales et de leurs
groupements s'effectue conformément à la loi n° 15-97 formant code de
recouvrement des créances publiques.

D-Prescription et privilège
Les dettes des collectivités locales et de leurs groupements se prescrivent
dans les conditions fixées par les lois applicables en la matière ; leur
privilège résulte des mêmes lois.
les créances des collectivités territoriales se prescrivent dans les mêmes
conditions fixées par les lois en vigueur;
leur privilège résulte des mêmes lois.
Axe V: L’exécution du budget

Arrêté du budget
le montant définitif des recettes perçues et des dépenses mandatées
relatives au même exercice et dans lequel le résultat général du budget est
arrêté sont rapportées dans «le bilan d’exécution du budget ».

L’excédent est repris dans l’exercice suivant au titre des recettes de la


deuxième partie à une rubrique intitulée « Excédent de l'exercice précédent
 ».
 
L’excédent est appelé à couvrir les reports de crédits sur les dépenses de
fonctionnement et d’équipement. Il peut aussi, dans la limite du montant
disponible, donner lieu à des ouvertures de crédits supplémentaires
destinées à financer des dépenses d’équipement
Axe VI-Contrôle et audit

Audit financier
La gestion des ordonnateurs est soumise à un audit financier à la demande
du conseil délibérant ,ou à l'initiative de l'ordonnateur ou du ministre de
l'intérieur .
Cet audit a lieu sur place et sur pièces.
Lorsque l'audit est effectué à la demande du conseil délibérant, copie du
rapport de l'audit est communiquée aux membres dudit conseil.

Les modalités selon lesquelles l'audit financier est effectué sont fixées par
arrêté du ministre de l'intérieur.
L'ordonnateur est tenu de présenter les rapports d'audit au conseil
délibérant à l'occasion de la première session ordinaire suivante et d'en
adresser un exemplaire au ministre de l'intérieur.
Axe VI-Contrôle et audit

Le contrôle de la gestion des comptables, est assuré par leurs


supérieurs hiérarchiques et par les corps de contrôle compétents.
Ce contrôle a lieu sur place et sur pièces.
Le contrôle des finances des collectivités locales et de leurs
groupements relève de la compétence des cours régionales des comptes
qui exercent leurs attributions sur les actes pris, visés et exécutés
respectivement par les ordonnateurs et les comptables publics des
collectivités locales et de leurs groupements, conformément aux
dispositions de la loi susvisée n° 62-99 formant code des juridictions
financières.
Ces nouveautés viennent renforcer le rôle et le fonctionnement de la Région dont notamment:

- La clarification du statut de l’élu dans le but de lui permettre de remplir ses fonctions et​ d'assur
bon fonctionnement des intérêts de la région. 

- La clarification des missions de la Région qui consistent en la promotion du développement int


durable à travers son organisation, sa coordination et son suivi.

- La précision compétences propres de la Région, des compétences partagées avec l’Etat et des


compétences transférées de l’Etat à la région. 

-La dotation de la Région d'une administration forte et d'un mécanisme d'exécution​des projets.

-le renforcement des ressources financières de la Région à travers des ressources fiscales et des d
du budget de l'Etat.

- Le renforcement du rôle des citoyens et de la société civile à travers des mécanismes participat
dialogue et de concertation et du droit aux pétitions.

- La limitation du contrôle administratif dans le cadre de l’accompagnement de la Région dans


l'exercice de ses fonctions.

- La définition des règles de gouvernance relatives à l’application du principe de libre administra