Vous êtes sur la page 1sur 43

Cours

Logiciel comptable

Enseignant: Ghrissi Elkamel


ISAE GAFSA 2020/2021
Chapitre 1: Introduction à la comptabilité

I. Les sources du droit comptable


• le code de commerce
• Article 7  — Toute personne physique ou morale ayant
la qualité de commerçant est assujettie à la tenue d'une
comptabilité conforme aux usages de la profession et
aux dispositions des articles 8 à 13 ci-après. Les
personnes physiques visées à l'alinéa précédent sont
toutefois dispensées de cette obligation, lorsque leur
chiffre d'affaires annuel est inférieur à un chiffre fixé
périodiquement par décret.
•  le code de l’IRPP et de l’IS

ARTICLE 62.  Sont assujetties à la tenue d'une


comptabilité conforme à la législation comptable
des entreprises, les personnes morales visées à
l'article 4 et à l'article 45 du présent code, les
personnes physiques soumises à l'impôt sur le
revenu au titre des bénéfices industriels et
commerciaux ou des bénéfices non commerciaux
ainsi que toute personne physique qui opte pour
l'imposition selon le régime réel.
• la loi n°96-112 du 30 /12/1996 relative au
système comptable des entreprises

Cette loi fixe le système comptable des


entreprises ainsi que les conditions et les
modalités de son application.
II: Présentation générale de la comptabilité

1.Définition:

Les définitions données à la comptabilité font

référence généralement à son objet, objectif, et

son rôle. C’est pour cela que plusieurs définitions

ont été avancées par les auteurs.


A titre indicatif nous avançons certaines définitions:

 La comptabilité est un ensemble de techniques et de procédures qui


traitent les informations se rapportant à la vie économique et
financière de l’entreprise.

 La comptabilité est une science qui permet d’enregistrer les


opérations économiques effectuées par l’entreprise.

 La comptabilité sert de mémoire pour l’entreprise, de moyen de


preuve entre commerçants et moyen de calcul de l’assiette des
divers impôts et taxes.
 La comptabilité est une obligation légale au
qu’elle soumise la quasi-totalité des entreprises
ou sociétés.

 La comptabilité est un processus à trois étapes:


 La première a trait à la saisie de l’information
et ce à partir des documents écrits appelés
pièces justificatives, tels que factures, fiches de
paie, extrait bancaire, contrat.
 La deuxième consiste à passer les écritures
comptables sur un document appelé journal.
 La dernière étape consiste à établir les documents
de synthèse (balance, bilan, état de résultat, état des
flux de trésorerie et les notes aux états financiers).
2.Les utilisateurs de la comptabilité
Les utilisateurs internes:

Ce sont les différentes structures internes de l’entreprise,

à savoir les dirigeants, les organes d’administration.

Les dirigeants sont responsables de la préparation et de la

présentation des états financiers. Ils sont naturellement

intéressés par l’information contenue dans ces états.


Les utilisateurs externes:

Ce sont principalement les fournisseurs de capitaux

ainsi que l’administration et autres institutions dotées

de pouvoirs de règlementation et de contrôle, les

autres partenaires de l’entreprise et les autres groupes

d’intérêt.
a- Les fournisseurs de capitaux

 Ce sont les investisseurs, les prêteurs et les subventionnaires.

Les investisseurs qui fournissent les capitaux ainsi que les prêteurs sont

concernés par le risque inhérent à leurs placements et crédits.

 Les subventionnaires sont intéressées de savoir si l’entreprise est

rentable, si elle génère des flux de trésorerie positifs, si ses actifs sont

sauvegardés, si elle est en mesure de continuer son activité.


b- L’administration et autres institutions dotés de pouvoir de

règlementation et de contrôle

Ce groupe inclut particulièrement les autorités fiscale, monétaire

et financière ainsi que les organes chargés de la comptabilité et des

statistiques nationales et toutes autres organismes de règlementation

et de contrôle, à titre indicatif on peut citer:


le contrôle fiscal.

la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS)

L’institut national de la statistique (INS)


c- Les autres partenaires de l’entreprise

Ce sont:

Les salariés et leurs syndicats

Les fournisseurs et autres créanciers

les clients
d-Les autres groupes d’intérêt

Ce sont notamment:

Les organismes professionnels

La presse spécialisée et les médiats

Les chercheurs
3.Les fonctions de la comptabilité:
La comptabilité joue un rôle interne et un rôle externe:

- Le rôle interne: permet aux gestionnaires de connaitre le montant et

l’origine des résultats ainsi que la position de l’entreprise vis-à-vis des

tiers.

- Le rôle externe: les informations produites par l’entreprise à travers

ou par le biais de la comptabilité sont communiquées à ses

partenaires ( clients, fournisseurs, banques..)ainsi qu’aux autorités de

contrôle.
La comptabilité répond à une nécessité

économique et statistique, en effet et grâce aux

informations qu’elle fournit, elle permet à

l’administration de s’informer sur certains aspects.

La comptabilité est un moyen de preuve juridique

ce qui explique les obligations de tenir une

comptabilité selon certaines conditions


III/Concepts fondamentaux de
la comptabilité
• 1- Caractéristiques qualitatives de l’information

contenue dans les états financiers

L’intelligibilité:
L’information doit être compréhensible par les utilisateurs.

Cela signifie que l’information soit explicite, claire et à la

portée des utilisateurs.


La pertinence:

La qualité de pertinence s’apprécie par le rapport entre

l’information et l’usage.

Une information est pertinente lorsqu’elle est de nature à

favoriser une prise de décision adéquate par les utilisateurs.

La pertinence de l’information englobe trois qualités: valeur

prédictive, valeur rétrospective et rapidité de divulgation.


La Fiabilité :
l’information doit être neutre et vérifiable.

La Comparabilité :
l’information doit permettre à l’utilisateur de faire des
comparaisons pour déterminer les tendances de la
situation financière et de performance de l’entreprise.
Les utilisateurs doivent être également en mesure de
comparer les informations financières des entreprises
semblables.
2-Les hypothèses sous-jacentes

Continuité d’exploitation : la continuité


d’exploitation suppose que l’entreprise poursuit
normalement ses activités et n’a pas l’intention
de mettre fin à son activité.
Comptabilité d’ engagements : les transactions
et les événements sont pris en compte dès qu’ils
se produisent et non pas au moment de
l’encaissement ou du décaissement.
 
3- Les conventions comptables
• Convention de l’entité : selon cette convention,
l’entreprise est considérée comme une entité
comptable autonome et distincte de ses
propriétaires. Ainsi, la comptabilité financière
suppose une nette séparation entre le patrimoine
de l’entreprise et celui de ses propriétaires ; se sont
donc uniquement les transactions de l’entreprise qui
sont prises en compte dans les états financiers de
l’entreprise.
 Convention de l’unité monétaire : seuls les transactions et les
événements susceptibles d’être quantifiés monétairement sont
comptabilisés. De plus la comptabilité doit être tenue en une
seule monnaie. L’unité monétaire admise est le dinar tunisien.

 Convention de périodicité : il est admis par convention que


l’exercice comptable couvre une période de 12 mois (du 1/1/N
jusqu’au 31/12/N). Les sociétés cotées sont obligées de publier
des états intermédiaires et semestriels.

 Convention du coût historique : le coût historique (valeur


d’origine) sert de base pour la comptabilisation des postes
d’actifs et de capitaux propres et passifs. Le choix du coût
historique se justifie par le fait que la valeur d’origine constitue
une information vérifiable et par conséquent objective.
Convention de réalisation du revenu  : le revenu
résulte de la création de biens et de services par une
entreprise durant une période spécifique de temps. Un
produit ne peut être comptabilisé qu’au moment où il est
réalisé. Ainsi, un revenu n’est comptabilisé que lorsque le
coût de vente est établi d’une façon définitive.
Convention de rattachement des charges aux
produits : cette convention consiste à établir une
correspondance entre les produits et les charges de
l’exercice comptable. Lorsque des revenus sont
comptabilisés au cours d’un exercice toutes les charges
relatives à la réalisation de ce revenu doivent être
déterminés et rattachés à cet exercice. Cette convention
est la conséquence logique de l’autonomie des exercices.
 Convention de l’objectivité : les transactions et les
événements comptabilisés et communiqués dans les
états financiers doivent être justifiés par des preuves.

 Convention de la permanence des


méthodes :Cette convention exige que les mêmes
méthodes de prise en charge, de mesure et de
présentation soient utilisées par l’entreprise d’une
période à une autre. Par conséquent, tout
changement de méthode devra faire l’objet d’une
information appropriée dans les notes aux états
financiers.
Convention de l’information complète : cette
convention exige de produire dans les états financiers
toutes les informations nécessaires et ce pour ne pas induire
le lecteur en erreur. Il s’agit de notes explicatives, de
tableaux, des graphiques et des projections sur le futur..etc..

Convention de prudence : la prudence est la prise en


compte d’un certain degré de précaution dans l’exercice de
jugement. L’objectif est de ne pas comptabiliser des actifs
ou des revenus surévalués et des passifs et des charges
sous-évaluées. Il en résulte que toute charge éventuelle doit
être constatée par mesure de prudence alors que le produit
n’est constaté que s’il est définitif et sûr.
 Convention de l’importance relative : conformément
à cette convention les états financiers doivent relever tous les
éléments dont l’importance relative peut affecter les
appréciations ou les décisions. Un fait ou un élément est
significatif si son montant ou sa nature sont susceptibles
d’influencer le jugement ou les décisions prises.

 Convention de la prééminence du fond sur la


forme : les informations doivent être enregistrées selon la
réalité économique et non pas seulement selon leurs formes
juridiques.
Chapitre 2 : le bilan et la notion de résultat

I/Définition et structure du bilan


1-Définition : le bilan est un élément important des états financiers.

C’est un état récapitulatif des éléments d’actifs, de capitaux propres et de passifs de

l’entreprise. Il décrit donc la situation financière de l’entreprise à une date donnée.

Théoriquement, on peut établir un bilan chaque fois qu’un élément du bilan subit

une variation (règlement d’un fournisseur, encaissement clients, acquisition d’une

immobilisation …).

-Dans la pratique, on établit un bilan à la fin de chaque exercice comptable qui

coïncide généralement avec l’année civile (31-12-N).


• 2-Structure du bilan
• conformément au nouveau système
comptable Tunisien le bilan doit être présenté
selon le modèle suivant :
ACTIFS N N-1 CAPITAUX PROPRES ET PASSIFS N N-1

           
ACTIFS NON COURANTS     CAPITAUX PROPRES    
Immobilisations incorporelles     Capital social - -
Immobilisations corporelles - - Réserves - -
Immobilisations financières - - Résultat de l’exercice - -
  - -  
Total des actifs non courants Total des capitaux propres
--- --- --- ---
      PASSIFS    
ACTIFS COURANTS          
Stocks     PASSIFS NON COURANTS  
Clients et comptes rattachés - - Emprunts  
Liquidités et équivalents de liquidités - -    
  - - Total des passifs non courants  
Total des actifs courants  
    PASSIFS COURANTS    
  Fournisseurs et comptes rattachés  
  --- --- Autres passifs courants  
     
  Total des passifs courants  
 
Total des passifs    
     

X X
TOTAL DES ACTIFS Y TOTAL DES CAPITAUX Y
PROPRES ET PASSIFS
Les éléments du bilan sont les grandes masses qui décrivent la situation financière de l’entreprise.

Le bilan se compose de 3 éléments : les actifs, les capitaux propres et les passifs.

CAPITAUX PROPRES
ACTIFS

PASSIFS

Une égalité fondamentale concernant le bilan doit être respectée :

ACTIFS = CAPITAUX PROPRES +PASSIFS

Cette égalité découle de la règle de la comptabilité à partie double : DEBIT=CREDIT


Toute écriture comptable doit être équilibrée.
a-ACTIFS : ressources économiques obtenues ou contrôlées par l’entreprise à la suite d’évènements
ou transactions passées, une distinction fondamentale doit être faite entre actifs courants et actifs non
courants.

a 1 : ACTIFS COURANTS : utilisés ou consommés pour une courte période généralement ne dépassant
pas 12 mois à partir de la date de clôture.

a 2 : ACTIFS NON COURANTS : tout autres actifs doivent être classés entant qu’actifs non courants.

b-PASSIFS : le passif est constitué par les obligations actuelles de l’entreprise (dettes).

- Passifs non courants : échéance dépasse 1 année.

- Passif courants : échéance inférieure à 1 année.

C-CAPITAUX PROPRES : c’est l’intérêt résiduel dans les actifs de l’entreprise après
déduction de tous les passifs : CAPITAUX PROPRES = ACTIFS – PASSIFS

C’est la situation nette de l’entreprise :

SN = CAPITAUX PROPRES = ACTIFS – PASSIFS


II/les comptes de bilan

Les opérations relatives au bilan sont réparties en 5 classes de comptes qualifiés de comptes
de bilan et organisés ainsi comme suit :

Classe 1 : comptes de capitaux propres et passifs non courants


10- capital
11 réserves
12-résultats reportés
13- résultat de l’exercice
16- emprunt

Classe 2 : comptes d’actifs non courants


21- immobilisations incorporelles
22- immobilisations corporelles
25- participations et créances liés à des participations
Classe 3 : comptes de stocks
31- matières premières
32- autres approvisionnements
35- stocks de produits finis
37- stocks de marchandises
Classe 4 : comptes de tiers
40- fournisseurs et comptes rattachés
41- clients et comptes rattachés
42- personnels et comptes rattachés
45- Etat

Classe 5 : comptes financiers


52 : placements courants
53 : banques, établissements financiers et assimilés
532 : banques
54 : caisse
III/ détermination et affectation du
résultat
• Le résultat est déterminé par :
• Résultat = produits – charges
• Si produits >charges : bénéfices
• Si produits <charges : perte
• Les comptes du résultat sont répartis en 2
classes de comptes qualifiés de comptes de
résultat ou de gestion et organisés comme suit :
• Classe6 : comptes de charges
• 60 : achats
• 61 : services extérieurs
• 62 : autres services extérieurs
• 64 : charges de personnel
• 65 : charges financières
• 66 : impôts et taxes
• 68 : dotations aux amortissements et aux
provisions
• Classe 7 : comptes de produits

• 70 : ventes
• 71 : productions stockée
• 73 : produits divers ordinaires
• 75 : produits financiers
• 78 : reprises sur provisions
NB
• les comptes d’actifs et de charges augmentent
par le débit et diminuent par le crédit.
• Les comptes de passif et de produit
augmentent par le crédit et diminuent par le
débit.
IV/Le compte et le principe de la partie double
• A/Définition et fonctionnement du compte
• 1-définition: le compte est l’unité d’enregistrement des
opérations économiques d’une entreprise. Partant de ce faite
toute opérations économiques nécessite des ressources qui se
transforment en emplois, autrement dit toute opération se
traduit par un bien ou un service donné en contrepartie d’un
bien ou d’un service reçu, le compte retrace d’une coté ce qui
est reçu et de l’autre coté ce qui est donné.
• 2-Présentation schématique du compte
Débit Compte Crédit

• Cette présentation est connue sous le nom de compte en T.


• Exemple
D 54 caisse C
Augmentation Diminution
( encaissement) (Décaissement)
3/Le principe de la partie double
Si on débite un compte d’un montant donné, on doit
automatiquement créditer un ou plusieurs autres comptes et
pour le même montant. Inversement si on crédite un compte
d’un montant donné, on doit débiter un ou plusieurs autres
comptes et pour le même montant Il s’agit de la
régle fondamentale de la comptabilité à partie double
• Cette règle peut être résumée dans l’égalité suivante:

DEBIT= CREDITE

Remarques:
- L’inscription d’un mouvement comptable au débit ou au crédit
est appelée imputation.
- Le solde d’un compte est la différence entre le total des sommes
inscrites au débit et le total des sommes inscrites au crédit.

SOLDE = DEBITS- CREDITS


4/FDONCTIONNEMENT DES COMPTES

• * LES COMPTES DU BILAN


D ACTIFS C D PASSIFS C

• * LES COMPTES DE RESULTAT


D CHARGES C D PRODUITS C