Vous êtes sur la page 1sur 83

Institut Supérieur de Comptabilité,

de Banque et de Finance

DAC

CREATION DE CABINET

Gilbert BOSSA 2013-2014


Objectifs
2

 Les objectifs généraux du cours se définissent en


termes d'acquisition de connaissances et de
développement d'habiletés et d'attitudes
nécessaires à la pratique de la consultation.
 l'accent est mis sur le «processus» de consultation,
c'est-à-dire la démarche par laquelle le consultant
vient en aide au gestionnaire et à l'organisation
plutôt que sur le «produit», c'est-à-dire l'expertise
spécifique liée au contenu de la consultation.
CONTENU
3

0. Introduction: le métier de consultant.

1. Se lancer sur le marché de conseil en management.

2. Dynamique consultant client/développement des


affaires.

3. Démarche de consultation.

4. Gestion administrative.
Introduction
le métier de consultant
4

 Evolution du métier.
 Types de consultants.
 Typologies des cabinets de conseil.
 Différents acteurs du milieu professionnel.
PARTIE 1
5

Se lancer sur le marche de


conseil en management
PREMIERS CONSEILS
6

 Consulter des confrères exerçant déjà le métier et


peut-être aussi d’autres professionnels à leur compte.
 Bâtir sa propre réputation: tel doit être le premier
objectif.
 Etre sélectif dans le choix de ses clients.
7

I. Développement de l’idée
Développer son idée:
environnement général
8

 Quel est le contexte économique, social et


juridique?
 Qu’est-ce qui a changé ou est en train de changer?
 Y a-t-il des opportunités pour faire valoir mes
compétences?
 Les clients potentiels rencontrent-ils des problèmes
de management?
Développer son idée:
Les concurrents
9

 Sur quels aspects les concurrents se concentrent-ils?


 Qu’est-ce qui poussent les clients à acheter leurs
services?
 Quelles sont leurs forces relatives?
 Que puis-je offrir pour les battre?
 Quelles sont leurs faiblesses relatives?
 Que puis-je faire pour exploiter ces faiblesses?
Développer son idée:
Les clients
10

 Quels sont les principaux problèmes auxquels font face les


clients potentiels?
 Quelles opportunités mes compétences leur permettront-elles
d’exploiter?
 Que puis-je offrir pour résoudre ces problèmes?
 Y a-t-il des secteurs spécifiques sur lesquels je peux me
positionner?
 Comment accéder aux clients potentiels?
Développer son idée:
Analyse SWOT
11

 Forces
Opportunités

 Faiblesses
Menaces
Développer son idée:
Analyse SWOT
12

 Vos forces  Vos faiblesses


_______________________
_______________________
______________________ _______________________
______________________ ___________________
______________________  Mesures à prendre
______________________ _______________________
______________________ _______________________
______________________ _______________________
_______________________
____________________
Développer son idée:
Analyse SWOT
13

 Vos opportunités  Les menaces


_______________________
_______________________
___________________ _______________________
___________________ _______________________

___________________  Mesures à prendre


_______________________
___________________ _______________________
___________________ _______________________
_________________ _______________________
Développer son idée
Vérifier ses traits de personnalité
14

 Vocation.
 Développement personnel.
 Empathie.
 Focus.
 Pouvoir.
 Enthousiasme.
 Organisation.
 Rigueur et endurance.
 Capacité d ’analyse.
 Créativité.
 Professionnalisme.
Développer son idée
Synthèse
15

 Quelles sont les compétences que vous êtes en mesure de


mettre à la disposition des clients?
 Etes-vous un généraliste ou un spécialiste?
 Quels sont les clients potentiels?
 Comment pouvez-vous contacter les clients potentiels de
façon rapide, économique et efficace?
 Y a-t-il des concepts à la mode que vous maîtrisez bien?
 Si oui, pouvez-vous y apporter une nouvelle vision?
 Quels services serez-vous content et à l’aise à offrir?
Développer son idée:
Synthèse
16

 Comment me distinguer des autres?


 Compétence

 Culture organisationnelle

 Détails du portefeuille de services

 Quelle image créer?


 Un cabinet local au service des clients locaux?

 un cabinet international de consultation?

 Un cabinet hautement spécialisé?

 Un cabinet très diversifié?

 Des services de qualité à des prix modiques?

 Leadership de prix?
Spécialiste ou généraliste?
17

Se positionner pour éviter toute confusion sur la clientèle potentielle:


 Spécialiste: une discipline et/ou un secteur d’activité.

 Problème: « if the only tool that you have is a hammer, you

tend to treat everything as a nail » (Abraham Maslow)


 Donc être flexible tout en étant spécialisé.

 Généraliste:

 Problème: crédibilité si on se présentait comme quelqu’un qui

sait tout faire.


 Donc mettre en exergue les compétences en rapport avec les

besoins exprimés par chaque client.


 En général, un spécialiste tend à facturer plus cher ses

prestations.
Conseiller ou opérationnel?
18

 Conseiller: conseille, les autres mettent en œuvre.


 Opérationnel: suit la mise en œuvre et y intervient.
Définir sa mission
19

 Où voulez-vous être dans 5 ans? (services, clients, revenus,


partenaires…)
____________________________________________
Quelles seront vos compétences distinctives? Pourquoi les
entreprises se fieront-elles à vous plutôt qu’à d’autres?
____________________________________________
Quels sont les principes et les valeurs qui guideront vos
activités, quelles que soient les circonstances? («A man who
has nothing that he would die for has little to live for», Martin
Luther King)
_____________________________________________
Définir ses objectifs
20

 Objectifs stratégiques.
 Objectifs spécifiques par domaine de management.
Vérifier ses moyens
21

 Bilan personnel
 Financement
 Fonds propres.
 Endettement.
Définition du portefeuille de produits
22

 Quels services offrir au regard de:


 l’analyse de l ’environnement;
 l ’analyse des capacités et aptitudes du promoteur?
Choisir une forme juridique
23

 Exercice à titre personnel.


 Entreprise individuelle.
 Association.
 Partenariat.

Se faire assister par un conseil juridique/un notaire.


24

II. Planification
organisationnelle
II. PLANIFICATION ORGANISATIONNELLE
25

2.1. Bail.
2.2. Installations physiques.
2.3. Ressources humaines.
2.1. Bail
26

 Négociation du bail.
 Révision du bail par un conseiller juridique.
 Signature et enregistrement du bail.
2.2. Installations physiques
27

 Aménagement du local.
 Mobilier.
 Equipements.
 Téléphone.
 Logo, plaquette (brochure), papier à en-tête, autre
papeterie et fournitures de bureau, cartes d’affaires
(de visite), etc.
2.3. Ressources humaines
28

a) Personnel de soutien: secrétaire et réceptionniste,


commis de bureau, technicien en informatique.
b) Services extérieurs: secrétariat, messagerie.
c) Personnel professionnel: experts, stagiaires,
techniciens, vacataires.
d) Entente de services: fiscalistes, évaluateurs, avocats,
notaires, informaticiens, consultants divers.
2.3. Ressources humaines
29

a) Rémunération: politique de rémunération avec échelle/grille


des salaires.
b) Avantages sociaux: assurance, congés, rémunération du temps
supplémentaire, régime de retraite, horaire de travail fixe ou
flexible, remboursement des dépenses, conditions de travail,
formation continue interne ou externe, cours d’appoint, per
diem, activités sociales, participation aux activités de l’ordre,
bonis, etc.
c) Règles touchant l’emploi des stagiaires: accréditation comme
maître de stage, règles de stage, etc.
30

III. Planification
financière
III. PLANIFICATION FINANCIERE
31

3.1. Planification initiale


3.2. Opérations courantes
3.3. Assurances
3.4. Planification successorale
3.1. Planification initiale
32

 Préparer un budget de trésorerie.


 Choisir la date de fin d’exercice du cabinet.
 Faire les arrangements bancaires nécessaires:
 Ouverture d’un compte.
 Choix des signataires autorisés.
 Mise de fonds initiale.
 Garanties.
 Bilan personnel.
 Négociation pour besoins futurs en FDR et
financement des immobilisations.
3.2. Opérations courantes
33

 Feuille de temps.
 Plan comptable détaillé.
 Livres et documents comptables; au moins:
 Le grand livre.
 Le journal de caisse recettes.
 Le journal de caisse dépenses.
 L’auxiliaire des comptes clients.
 Le registre des salaires ou de paie.
 Le registre des travaux en cours.
3.3. Assurances
34

 Assurance responsabilité professionnelle.


 Assurances commerciales: vol, responsabilité civile,
garanties supplémentaires (documents détruits, perte
de revenus, assurance automobile des non
propriétaires, etc.).
 Autres assurances: vie, revenus, maladie, etc.
3.4. Planification successorale
35

 Interruption temporaire des activités:


entente avec un confrère, sur une base réciproque par exemple,
pour prendre en main le cabinet ou une partie des travaux de
façon temporaire dans le cas où un agent est obligé
d’interrompre ses activités professionnelles.
A prévoir: période de remplacement maximale, réciprocité
de l’entente, responsabilité des dossiers, signature des
rapports, mode de rémunération, temps par le remplaçant
(minimum hebdomadaire), assurance responsabilité
professionnelle, statut du remplaçant pendant la relève, etc.
3.4. Planification successorale
36

 Cessation des activités ou décès:

mesures pour aviser les clients et l’Association


professionnelle dans les plus brefs délais en cas de
décès, entente avec un confrère pour la garde
temporaire des dossiers, testament, etc.
PARTIE 2
37

La dynamique consultant
client: développement des
affaires.
Stratégie de marketing
38

a) Identité du cabinet: nom, image, etc.


b) Orientation en termes de clientèle et de services.
c) Valeurs à privilégier à l’interne et vis-à-vis de l’extérieur.
d) Qualité des services
 Bien connaître la clientèle visée: chiffre d’affaires du secteur,
emplacement et caractéristiques des entités, technologie,
principaux fournisseurs, principaux clients, réglementation
importante, principaux défis et risques, principales
opportunités, etc.
 Bien connaître la concurrence: nombre et caractéristiques des
concurrents, leurs forces et leurs faiblesses. Se rappeler que
la concurrence ne vient pas seulement d’autres cabinets
d’audit.
Création et renforcement de l’image du
cabinet
39

La stratégie marketing doit être complétée par un plan


de développement qui doit identifier les personnes
que le cabinet veut atteindre ainsi que les moyens qui
seront utilisés.
a) Publicité.
b) Relations publiques.
c) Emplacement.
Bâtir image et réputation
40

 Missions.
 Valeurs et principes directeurs.
 La plaquette/brochure.
 L’enseignement.
 Animation des séminaires.
 Publications.
 Édition de son propre journal.
 Se faire lister dans les répertoires.
 Visibilité dans les associations professionnelles.
 Utilisation efficace de la presse.
Plan d’affaires
41

 Diagnostic (analyse de ses forces et faiblesses, analyse du


marché).
 Définition de la mission du cabinet (nature des services
offerts, clientèle visée, valeurs privilégiées…).
 Définition des objectifs (chiffre d ’affaires, ressources
humaines, échéancier, etc.).
 Préparation des stratégies (stratégie financière, de
développement des affaires, alliances, etc.),
 Plan d’action: calendrier des actions à mener.
 Rédaction du plan d’affaires.
2.3. Plan d’affaires: contenu
42

 Description du cabinet: mission, emplacement, CV du


praticien et des principaux collaborateurs.
 Plan de marketing: analyse du marché, concurrence, clientèle
cible, etc.
 Plan d’exploitation: ressources humaines, matérielles,
technologiques; etc.
 Plan de financement à court et à long termes.
 Plan de direction: engagement et compétence du praticien.
Autre format de présentation du
Plan d’affaires
43

I. Études économiques

II. Organisation

III. Les analyses financières


Plan d’affaires
44

I. Etudes économiques
 Contexte.
 Présentation du projet (description, nature juridique, capital,
siège, etc.)
 Les promoteurs.
 Les produits et services à offrir.
 Études de marché: concurrents directs, indirects, les parts de
marché, les stratégies de commercialisation, la politique de prix.
Plan d’affaires
45

II. Organisation
 La structure.
 Les ressources humaines.
 Les ressources matérielles.
Plan d ’affaires
46

III. Les analyses financières


 Le compte de résultat de la première année.
 L'évolution des revenus (sur 3-5 ans).
 Les investissements.
 L'évolution des charges.
 Le calcul des résultats.
 Les analyses de rentabilité (point mort).
Les craintes du client
47

 Incompétence du consultant.
 Perte de contrôle.
 Dépendance vis-à-vis du consultant.
 Honoraires élevés.
 Divulgation d ’informations confidentielles
 Diagnostique inapproprié.
 Manque d ’indépendance du consultant.
Vaincre la résistance chez le client
48

 Se faire toujours introduire dans l ’entreprise


 Expliquer sa démarche/méthodologie
 Rencontrer régulièrement le client pour discuter de
l ’avancement de la mission.
 Répondre à toutes les correspondances dans un délai de 7
jours; si ce n ’est pas possible, accuser réception du courrier.
 Retourner tout appel téléphonique dans les 24h.
Critères d’acceptation des missions
49

a) Indépendance. i) Disponibilité des


b) Réputation du client. ressources du cabinet.
c) Compatibilité avec l ’image j) Secteur d’activité.
du cabinet. k) Barème des honoraires.
d) Qualité des relations du client l) Rentabilité de la mission.
avec ses partenaires. m) Possibilité de croissance.
e) Risque professionnel. n) Taille de l’entreprise.
f) Faisabilité. o) Possibilité de signer un
contrat.
g) Difficulté de la mission.
h) TDR/objectifs clairs et précis.
Nouvelles missions & renouvellement
50

a) Offre de services.

b) Processus d’appel d’offres.

c) Communication avec le consultant précédent.

d) Lettre de mission.

e) Sommaire interne sur les nouveaux clients et fichier


maître du cabinet.
PARTIE 3
51

La dynamique consultant
client: développement des
affaires.
Phases de la consultation
52

 Marketing et relations publiques.


 Vente directe.
 Analyse des problèmes et des besoins.
 Élaboration d’une offre spécifique.
 Modification et négociation.
 Rédaction et signature du contrat.
 Réalisation du travail et éventuellement appui à la
mise en œuvre.
 Rapport et évaluation.
Préparation de l’offre de service
53

 Obtenir des renseignements sur le client éventuel.


 Obtenir des copies de ses rapports annuels, périodiques et autres
informations publiées.
 Chercher à connaître la structure de l’entreprise, ses activités, ses
modalités de financement et la place qu’elle occupe au sein de son
secteur d’activité.
 Évaluer les besoins et les problèmes de l’entreprise et poser des
questions sur l’existence de problèmes inhabituels dans notre
domaine d’expertise.
Préparation de l’offre de service
54

 Evaluer la compétence du personnel de l’entreprise


affecté aux tâches relevant de notre domaine d’expertise.
 Se rendre sur place.
 Voir pourquoi l’entreprise est intéressée aux services du
consultant.
 Voir si l’entreprise envisage de faire appel à d’autres
consultants.
 S’informer pour savoir, si le consultant doit respecter
certains critères concernant la préparation ou le contenu
de l’offre de service.
Contenu de l’offre de service
55

En général:
 Lettre de soumission ou d’offre de services.
 Eventuellement les pièces administratives.
 Offre technique.
 Offre financière.
Contenu de l’offre de service
56

 Référence aux discussions antérieures.


 Objectifs de la mission.
 Compétence du consultant quant aux besoins du client.
 Nombre et/ou références de clients auxquels le consultant offre/a
offert des services dans le secteur d’activité du client, taille et
réputation de ces clients.
 Services offerts susceptibles d’aider l’entreprise et autres services
offerts.
 Participation des consultants aux activités des groupes spécialisés,
de l’Ordre, d’autres organismes professionnels.
 CV des membres clés de l’équipe du consultant qui participeront
éventuellement à la mission.
Contenu de l’offre de service
57

 Forces du consultant: personnel, nombre et importance des


clients, diversité des compétences, prestige, etc.
 Références et relations avec des institutions financières.
 Mention possible des clients actuels pour illustrer la
compétence et la crédibilité du consultant.
 Honoraires: montant et barème, façon dont ils sont établis,
explication de tout écart entre l’estimation et le barème,
utilisation du personnel du client pour réduire les coûts.
 Inclusion d’une brochure décrivant le cabinet.
La rédaction des offres
58

 Une bonne offre doit préciser:


 QUOI? ce qui doit être fait.
 POURQUOI? Pourquoi le faire et maintenant?
 QUAND? Quand le faire?
La rédaction des offres
59

1. Dessiner un flow chart des activités: quoi faire (activités),


agencement des activités, la période d ’exécution, activités
simultanées.
2. Développer une liste d’avantages de chaque activité et montrer
comment chaque activité contribue à l ’atteinte de l ’objectif.
3. Élaborer un emploi du temps/planning.
4. Concevoir un diagramme de Gantt (début et fin de chaque
activité).
5. Calculer les coûts et en faire la synthèse.
6. Ajouter les « Extras » essentiels (termes et conditions de travail,
la mission et les valeurs du consultant, les CV des principaux
intervenants).
Le contenu des offres
60

 Les « Essentiels »
 flow chart détaillé des activités: Quoi faire?

 Une liste des bénéfices/avantages de chaque activité: Pourquoi?

 Un planning (diagramme de Gantt): Quand?

 Termes et conditions de travail: Comment?

 Le Coût: Combien?

 Les « désirables »
 Les bénéfices/avantages globaux de la mission.

 Résumé de l’offre.

 Les « optionnels »
 Mission et valeurs du cabinet.

 Cv des principaux intervenants.

 Explication détaillée des charges et justification du coût total.


Le contrat
61

 Il doit préciser:
 Ce que le consultant doit faire et produire.

 Ce que le client a accepté de fournir pour vous permettre de

faire votre travail.


 Combien, comment et quand vous serez payés.

 Qui sera propriétaire des résultats du travail (propriété

intellectuelle).
 Circonstances et conditions dans lesquelles le contrat peut être

assigné par l’une des parties à une tierce partie.


 Qui établira le contrat?
 Le cabinet de préférence.

 L ’entreprise: le lire attentivement avant toute signature.


CONTRÔLE QUALITE
62

1. Qualités personnelles: intégrité, objectivité, indépendance,


confidentialité.

2. Formation technique et compétence.

3. Affectation du personnel en fonction de la compétence et de la


formation technique nécessaires.

4. Encadrement et supervision adéquats.

5. Acceptation de nouveaux clients et reconduction des missions


selon la capacité du cabinet.
CONTRÔLE QUALITE
63

6. Acceptation de nouveaux clients et reconduction des missions


selon la capacité du cabinet.

7. Inspection (interne et externe par l’Association professionnelle).

8. Mise à jour des connaissances.

9. Recours à des ressources externes.

10. Connaissance des affaires du client.

11. Révision du travail / Révision par un 2ème associé.

12. Service de contrôle de la qualité.


Auto-évaluation
64

 Auto-évaluation.
 Évaluation des collaborateurs.
 Évaluation par les clients.
 Évaluation des pairs.
Soumissions
65

 En général on est performant lorsqu’on gagne au


moins 1 soumission sur 3.
 Se renseigner toujours les raisons du rejet de son
offre.
PARTIE 4
66

Gestion administrative.
REGLES DE CONDUITE
67

 Devoirs et obligations envers le client.


 Fixation et paiement des honoraires.
 Devoirs et obligations envers les confrères.
 Autres aspects du code de déontologie.
 Respect des normes.
Réseautage
68

 Confier le travail à la partie la plus qualifié.


 Accord sur les honoraires à verser aux membres
quand ils travaillent dans le cadre du réseau.
 Responsable de la facturation: celui qui a trouvé le
marché ou celui qui a réalisé le travail?
 Le délai de paiement aux membres.
 Modalités de contrôle de la qualité.
 Démarchage des clients du réseau après avoir quitté
le réseau.
Problèmes à gérer
69

 La concurrence.
 L’insolvabilité des clients.
 Les conflits d’intérêt.
Problèmes à gérer
70

 Les erreurs courantes:


 ne pas voir que le client ne veut pas changer;

 marketing inefficace;

 mauvaises missions:

 attentes irréalistes du client;


 manque de qualification;
 le client ne voit pas la valeur ajoutée de la mission;
 temps insuffisant pour conduire la mission;
 conflit de personnalité avec le client;
 imposer ses propres valeurs;
 perte de détachement professionnel.
La tarification
71

Les tarifs visent trois objectifs:


 Fournir au consultant un revenu personnel à la hauteur de
ses compétences et de son expérience.
 Couvrir toutes les charges du consultant.
 Dégager un surplus qui permettra de:
 financer les investissements;
 assurer le développement du consultant (taille,
services, qualité);
 récompenser le consultant pour les risques pris.
Facturation et contrôle
72

1. Registre des travaux en cours.

2. Fichier clients.

3. Codes descriptifs des travaux effectués.

4. Feuille de temps.

5. Taux horaires ou journaliers.

6. Facturation.
Recouvrer les honoraires
73

 Travailler toujours sur la base d ’un contrat.


 Tenir le client informé de l’avancement des travaux.
 Comprendre les procédures de paiement du client.
 S’entendre sur les dates de paiement.
 Dater les factures (date d’établissement).
 Vérifier toujours ses factures.
 Détailler les services fournis.
 Signer les factures.
Fichier maître des clients
74

 Nom et adresse du client.


 Exercice financier.
 Personnes à contacter chez le client.
 Nom de l’auditeur et des principaux dirigeants.
 Administrateurs et actionnaires.
 Sociétés apparentées.
 Nature de la mission et des services à rendre.
 Échéancier de la mission.
 Bref résumé de l’historique financier.
 Avocats, Assureurs, Banques.
 Associé responsable de la mission.
 Montant estimatif des honoraires.
 Nom de l’auditeur/cabinet précédent et raison de son remplacement.
 Deuxième commissaire aux comptes s’il y a lieu.
 Numéro d’identification attribué au client.
Registre des travaux en cours
75

 Liste des clients / différentes catégories de la clientèle.


 Les codes des transactions décrivant le travail effectué.
 La liste du personnel qui y intervient avec le taux horaire
correspondant.
 Le temps travaillé facturable et non facturable pour chaque
client, par chaque membre du personnel.
 La différence entre le montant facturé réel qui apparaît aux
comptes clients et le montant indiqué au registre des travaux en
cours pour chaque client.
 Le total mensuel des travaux en cours en heures et en F.
 Le total de la facturation mensuelle.
 Le total des encaissements mensuels.
 La liste chronologique des comptes clients.
DOSSIERS
Exemples.
76

 Dossier permanent.
 Dossier de fiscalité.
 Dossier courant.
 Dossier correspondance.
 Dossier états financiers.
 Dossier de contrôle interne
 Dossier de facturation ou de travaux en cours.
 Dossier des travaux spéciaux
A prévoir:
Système de repérage des dossiers (couleurs, numéros), de
conservation et de contrôle des dossiers.
Dossier permanent:
Exemple.
77

 Copie du certificat de constitution ou des modifications, ou copie


des statuts et du règlement intérieur, de la convention entre
actionnaires ou du contrat de société.
 Documents appuyant la connaissance des affaires du client:
description générale des activités, organigramme, liste des
actionnaires et administrateurs, liste des sociétés apparentées, etc.
 Description du système comptable et de contrôle interne.
 Continuité des analyses des postes à long terme: placements,
immobilisations, dettes à long terme…
 Contrats et documents importants.
 Baux.
 Extraits ou copie des procès verbaux, etc.
Dossier de fiscalité:
Exemple.
78

 Copie des déclarations fiscales annuelles et des autres


déclarations.
 Copie des avis de cotisation, de nouvelle cotisation
ainsi que des documents concernant la TVA.
 Correspondance avec les autorités fiscales, etc.
Dossier courant
Exemple.
79

Il comprend la documentation relative à l’exécution de la mission:


 États financiers.
 Questionnaire de contrôle interne.
 Mémo de planification de la mission, incluant le budget temps et
le sommaire du temps réel.
 Lettre de mission.
 Évaluation du contrôle interne.
 Programmes de vérification, feuilles de travail et conclusions pour
les postes du bilan, les postes du compte de résultats, les
notes/annexes aux états financiers.
 Lettre de déclaration/d’affirmation.
 Confirmations: banques, débiteurs, créditeurs, conseillers
juridiques, etc.
Dossier de contrôle interne
Exemple.
80

S’il n’est pas inclus dans le dossier courant, il comprend:


 QCI.
 Flow chart ou description narrative.
 Identification des contrôles clés.
 Programme de vérification.
 Feuilles de travail.
 Conclusion de l’évaluation du contrôle interne, évaluation du
risque de non contrôle.
 Notes concernant les recommandations écrites ou verbales à
faire au client.
 Lettre de recommandations, etc.
Dossier des travaux spéciaux:
Exemple.
81

 Entente avec le client.


 Description des services professionnels rendus.
 Copie des rapports produits.
 Feuilles de travail.
 Comptes rendus et documentation sur les études effectuées.
 Évaluations.
 Analyses, etc.
BIBLIOTHEQUE
Exemple de contenu.
82

 Ouvrages de base.
 Pratique professionnelle.
 Ouvrages de base en comptabilité et audit.
 Fiscalité.
 Lois et règlements.
 Informatique.
 Secteur parapublic.
 Journaux et revues.
Offre de service
83

 Votre client

Vous aimerez peut-être aussi