Vous êtes sur la page 1sur 47

REVISION DU

PORTEFEUILLE

1
SOMMAIRE DU SEMINAIRE

1. Présentation du système de gestion des risques


► Organisation administrative de la fonction crédit et politique de prise de risques
► Délégations de pouvoirs et modalités de suivi des risques
► Elément nouveau dans le système de gestion des risques

2. Situation du portefeuille
► Décomposition du portefeuille selon la contrepartie
► Décomposition du portefeuille en crédits et en engagements par signature
► Classement des créances selon le système de cotation interne
► Concentration des risques
► Financement de campagne par contrepartie et par produit

3. Révision du portefeuille
► Rôle du Contrôle Interne et des autres structures internes dans la révision 
► Méthodologie de la révision
► Etendue de la révision (taux de révision)
► Règles de déclassement et de provisionnement utilisées
► Résultats de la révision

2
SOMMAIRE DU SEMINAIRE

4. Révision des titres


► Présentation du portefeuille-titres 
► Méthodologie d’évaluation des titres et provisionnement 
► Résultats de la révision du portefeuille-titres

5. Recommandations et suivi
► Modalités d’examen et de prise de décision relative à la révision globale du
portefeuille 
► Mesures nouvelles en matière de recouvrement des créances en souffrance ;
► Mesures particulières pour la surveillance des gros risques 
► Mesures préconisées pour améliorer la gestion des risques ;
► Suites réservées aux résultats de la révision par l’organe exécutif

3
Partie 1
Présentation du
système de gestion
des risques

4
SOMMAIRE PARTIE 1

► Organisation administrative de la fonction crédit et


politique de prise de risques

► Délégations de pouvoirs et modalités de suivi des


risques

► Elément nouveau dans le système de gestion des


risques

5
PRESENTATION DU SYSTÈME DE GESTION DES RISQUES

• Organisation
(Structure(s) chargée(s) de la gestion et de la révision des risques) :
dénomination de la Structure, rattachement hiérarchique, nombre
d’agents ;

• Politique de prise de risques


date de la dernière réunion à laquelle l’organe délibérant a défini la
politique de prise de risques, secteurs d’intervention, types d’opérations,
limites de risques par nature d’engagements, par opération, par secteur,
par catégorie de contrepartie, …

• Procédures
(pouvoirs, délégation et subdélégation de pouvoirs, procédures
d’instruction des dossiers de demande de crédit ou d’engagement par
signature, prise de garanties, outils et modalités de suivi des risques,
système de cotation interne des risques) ;

• Eléments nouveaux dans le système de gestion des


risques
(modification de l’organisation, des procédures et/ou des outils, 6
nouvelles activités exercées par l’établissement).
Partie 2
SITUATION DU
PORTEFEUILLE

7
SOMMAIRE PARTIE 2

► Décomposition du portefeuille selon la contrepartie

► Décomposition du portefeuille en crédits et en


engagements par signature

► Classement des créances selon le système de cotation


interne

► Concentration des risques

► Financement de campagne par contrepartie et par produit

8
DECOMPOSITION DU PORTEFEUILLE (1/3)

Les crédits à la clientèle sont définis comme l’ensemble des créances détenues
sur un agent économique autre que les établissements de crédits.

On distingue 4 principales formes de crédits:

•les crédits classiques à court, moyen ou long terme : correspondent aux


prêts accordés aux particuliers pour l’achat de biens immobiliers ou de
consommation et aux entreprises pour l’achat de biens immobiliers ou mobiliers.

•les concours de trésorerie ponctuels ou permanents accordés aux particuliers


et aux entreprises pour permettre d’une manière générale de financer l’exploitation
courante.

•les crédits sur créances commerciales : correspondent à une forme


spécifique de l’activité de crédit des banques dans le refinancement des
entreprises à court terme.

•le crédit par signature correspond à un engagement de la banque envers son


client sans mouvement de trésorerie sur le principal. Il sera, par conséquent, 9
comptabilisé au hors bilan de la banque.
DECOMPOSITION DU PORTEFEUILLE (2/3)

Engagements bilan

10
DECOMPOSITION DU PORTEFEUILLE (3/3)

Engagements par signatures


Les crédits, ou engagements, par signature comprennent essentiellement deux
catégories :

• les engagements de financement : engagement irrévocable de mettre des fonds à


la disposition du bénéficiaire, à première demande.

• les engagements de garantie : engagement de l'établissement de crédit (le garant)


en faveur d'un tiers (le bénéficiaire) à assurer d'ordre et pour le compte d'un client (le
donneur d'ordre) la charge d'une obligation souscrite par ce dernier, s'il n'y satisfait
pas lui-même.

Dans ce type d'opérations, le banquier se contente de s'engager, en faveur de son


client, envers un tiers. L'opération doit normalement se dénouer sans que le
banquier ait à décaisser effectivement les fonds : mais la défaillance du client peut
donner la mesure de la réalité des engagements du banquier.

11
CLASSEMENT DES CREANCES SELON LE SYSTÈME DE
COTATION INTERNE (1/2)

Le système de cotation élaboré par la banque permet d’attribuer une


norme à chaque signature en fonction de sa situation financière et de
l’état des garanties fournies au dossier.

12
CLASSEMENT DES CREANCES SELON LE SYSTÈME DE
COTATION INTERNE (2/2)

A risque bon cote d'excellence réservée aux entreprises qui bénéficient de la


meilleure appréciation sur la qualité de leur crédit et dont la capacité à
honorer ses engagements financiers est totalement assurée.
B risque moyen entreprise qui présente une capacité acceptable à honorer ses
engagements financiers, en dépit de quelques éléments de fragilité ou
d'incertitude.
C risque élevé entreprise dont la capacité à honorer ses engagements financiers
motive des réserves pour une ou plusieurs des causes ci-après :
déséquilibre de la structure financière, résultats défavorables,
enregistrement d'un montant significatif d'incidents de paiement,
présence de représentants légaux suscitant des réserves, existence
de liens financiers avec d'autres entreprises suscitant des réserves...
D risque entreprise dont la capacité à honorer ses engagements financiers
contentieux et motive des réserves graves liées à un ou plusieurs des motifs ci-après
litigieux : existence de structures financières très déséquilibrées, persistance
sur trois exercices de résultats défavorables, enregistrement
d'événements comme la perte de la moitié du capital social ou
existence d'une procédure judiciaire, présence de représentants
légaux faisant l'objet de réserves particulièrement graves, incapacité
de l'entreprise à faire face à ses échéances
E risque Encours paraissant irrécouvrables
contentieux et
irrécouvrable 13
CONCENTRATION DES RISQUES

• 50 plus gros risques


Présentation des 50 plus gros engagements de la banque (DEC 2071)

• Répartition sectorielle des crédits


Analyse de la structure du portefeuille de crédit par secteur d’activité

14
FINANCEMENT DE CAMPAGNE PAR PRODUIT ET PAR
CONTREPARTIE
FINANCEMENT DE LA CAMPAGNE PAR PRODUIT AU 31/12/2010
INDICE CLIENT MONTANT
ASPN ACM
CAFE 0 0
       
       
CACAO 0 0
       
       
SUCRE 0 0
       
       
HUILE DE PALME 0 0
       
       
COTON 0 0
       
       
NOIX DE CAJOU 0 0
       
       
       

TOTAL 0 0 15
Partie 3
REVISION DU
PORTEFEUILLE

16
S O M M A I R E PARTIE 3

►Rôle du Contrôle Interne et des autres structures


internes dans la révision 

►Règles de déclassement et de provisionnement


utilisées

►Méthodologie de la révision

►Résultats de la révision

17
ROLE DU CONTRÔLE INTERNE ET DES AUTRES
INTERVENANTS

18
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (1/7 )

Les règles de déclassement et de provisionnement utilisées sont celles


édictées par l’instruction n° 94-05 du 16 août 1994 complétée par
l’instruction n° 2000/01/RB du 1er janvier 2000 du plan comptable
bancaire. Pour rappel, cette instruction définit les règles minimales de
provisionnement des risques en souffrance 

19
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (2/7 )
Règles de déclassement des créances en souffrances

 Impayés : délai <= à 6 mois


 Créances douteuses :
 risque probable ou certain de non recouvrement
 impayés de plus de 6 mois

 comptes dormants sans mouvements de puis + 3 mois

 comptes dormants sans mouvement significatifs depuis + de 6 mois

 créance présentant un caractère contentieux (recouvrement confié au service

contentieux, procédure judiciaire ou arbitrale engagée, liquidation de biens,


règlement, redressement préventif judiciaire)
 Créances ayant fait l'objet d'un concordat, préventif ou de redressement, dont les
termes de règlement ne sont pas respectés
 règle de contagion

20
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (3/ 7)
Règles de provisionnement (1/3)

 Une provision est la constatation comptable de la dépréciation d ’un élément d ’actif ou de l ’augmentation d ’un
passif exigible.

Provisionnement du risque crédit avéré

Classement en Provision de la perte


Risque de crédit
encours douteux probable selon
avéré
Instruction BCEAO 94-05

Flux
Pertes Flux
contractuels initiaux
prévisionnelles prévisionnels
restant à percevoir

21
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (4/ 7)
Règles de provisionnement (2/3 )

 Détermination des flux prévisionnels en fonction de :

► Situation financière de la contrepartie,


► Ses prévisions économiques,
► Garanties appelées ou susceptible de l’être (moins les coûts de
réalisation),
► État des procédures en cours.

22
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (5/7 )
Règles de provisionnement (3/3 )

 Comptabilisation des provisions :


- Sur les engagements Bilan : à l’actif,

- Sur les engagements hors-bilan : au passif .

 Montant des provisions minimum :

Le montant des provisions constituées ne peut être inférieur aux


dispositions prévues par l’instruction 94-05 de la BCEAO

23
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (6/7 )
Le contenu de l’instruction 94-05

Règles minimales de provisionnement des créances en


souffrance
risques sur l ’État et ses démembrements : provision facultative
risques garantis par l ’État : provision facultative sur une durée
maxi de 5 ans en l’absence d’inscription au budget

24
REGLES DE DECLASSEMENT ET DE PROVISIONNEMENT
UTILISES (7/7 )
Le contenu de l’instruction 94-05
Règles minimales de provisionnement des créances en souffrance
(suite)
risques privés non garantis par l ’État :
–créances impayées ou immobilisées : provision
facultative
–créances douteuses ou litigieuses (CDL) :
Sans garanties réelles* : Assorties de garanties réelles* :

100% au cours de • Provision facultative au cours des 2 premiers exercices


l’exercice de déclassement
en CDL
• au moins 50% le troisième exercice
• 100% le quatrième exercice
• 100% des intérêts non réglés au compte de résultat
(depuis + de 3 mois pour les risques pays)
• 100% loyers en crédit bail
(*)Les garanties réelles sont essentiellement constitués des garanties bancaires, des
nantissements de Dépôts a termes, de bons de caisses, des hypothèques de 1 er et 2 nd rang 25
METHODOLOGIE DE LA REVISION (1/8 )

Objectif d’audit

 Examiner les modalités de prise de risque

 Apprécier la maitrise et le contrôle des risques

 Analyser la qualité des risques et en déterminer les


conséquences financières

26
METHODOLOGIE DE LA REVISION (2/8 )

Approche

La mission de révision des engagements comprend les volets suivants:


1 La prise de connaissances des procédures liées à l’activité de crédit et de la réglementation
bancaire 

2 La sélection des engagements

L’examen des dossiers d’engagements (bilan et hors bilan) à travers l’appréciation du risque
3 de non recouvrement et la proposition le cas échéant, de provision pour dépréciation au regard
du dispositif prudentiel 

Le contrôle du déclassement satisfaisant des engagements classés en douteux et l’examen du caractère


4 suffisant des provisions constituées au regard du dispositif prudentiel et des risques de non
recouvrement identifiés 

5 L’exploitation des états d’exception:

Comptes débiteurs sans mouvements créditeurs depuis plus de 3 mois

Comptes débiteurs sans mouvements créditeurs significatifs depuis plus de 6 mois

Impayés sur Prêts et crédit bail 27


METHODOLOGIE DE LA REVISION (3/8 )

Prise de connaissance

Prise
Prisede
deconnaissance
connaissancedes desdifférents
différentsprocess
processrelatifs
relatifsàà
1 l’octroi
l’octroide
decrédit
crédit((note
notededeprocédure
procédurede decrédit,
crédit,process
process
Dossiers
Dossierspublics,
publics,etc.)
etc.)

2 Prise
Prisede
deconnaissance
connaissancede
del'activité
l'activitéde
decrédit
crédit

Prise
Prisede
deconnaissance
connaissancede
delalaréglementation
réglementationbancaire
bancaire en
en
3 matière
matièrede
decomptabilisation
comptabilisationet
etde
deprovisionnement
provisionnementdes
des
engagements
engagements(PCB,
(PCB,instruction
instruction94-05)
94-05)

28
METHODOLOGIE DE LA REVISION (4/ 8)

Sélection des dossiers de crédit (1/2)


 Revue des PV des comités de crédit et de surveillance
 Revue des rapports de la commission bancaire
 Dossiers d ’actualité et secteurs sensibles
 Revue des dossiers à risques de N-1
 Sélection des clients les plus importants tant en encours sains qu’en
CDL

S’assurer que la sélection porte sur


l’ensemble des engagements du client

29
METHODOLOGIE DE LA REVISION (5/8 )

Sélection des dossiers de crédit (2/2)

De façon plus pratique:


•Obtenir l’état des engagements donnés à la clientèle
•S ’assurer de la fiabilité des informations figurant sur l’état des
engagements, en recoupant les soldes comptables ( Balance
Générale) au total des engagements (Etats des Engagements)
•Sélectionner un échantillon de dossiers de crédits couvrant au
moins 80% des engagements bruts :
sélectionner systématiquement les 50 plus gros engagements de la
Banque
sélectionner systématiquement l’ensemble des Créances douteuses et
litigieuses
Sélectionner les dossiers à risques identifiés par les précédentes missions
( Audit Interne, DRC, comités de risques, Commission Bancaire, CAC, etc.)

Sélectionner les dossiers d ’actualité et secteurs sensibles

30
METHODOLOGIE DE LA REVISION (6/ 8)

Examen des créances saines

Etablir une fiche d’analyse de crédit par dossier

► Analyse de la fiche d’analyse et d’ octroi du crédit


► Historique du prêt - Examen des engagements et du respect des
échéances
► Présentation de l’entreprise et de son environnement
► Eléments financiers
► Analyse des garanties
► Recensement des pièces manquantes nécessaires à l ’opinion
► Appréciation de la qualité du risque et conclusion

31
METHODOLOGIE DE LA REVISION (7/ 8)

Examen des CDL et créances restructurées

► Reconstitution des soldes et mouvements de provisions de


l’exercice
► S ’assurer de l’exhaustivité des créances douteuses
► Analyser les critères retenus pour le déclassement en CDL
► Analyser les taux de provision utilisés et leur cohérence
► Apprécier la valeur des garanties

32
METHODOLOGIE DE LA REVISION (8/8 )

REVUE DES AUTRES ETATS

► Revue des comptes débiteurs sans mouvements créditeurs depuis 3mois


► Revue des comptes débiteurs sans mouvements créditeurs significatifs
depuis 6 mois
► Revue des impayés sur prêts
► Revue des impayés sur crédit bail

33
RESULTATS DE LA REVISION

► Recenser l’ensemble des déclassements et provisions proposées


par le contrôle interne conformément à l instruction 94-05

► Faire ressortir dans des tableau les différents résultats

34
Partie 4
REVISION DES
TITRES

35
S O M M A I R E PARTIE 4

►Présentation du portefeuille-titres
 
►Méthodologie d’évaluation des titres et
provisionnement 

36
PRESENTATION DU PORTFEUILLE DES TITRES

37
METHODOLOGIE DE LA REVISION (1/2)

► Analyser l’évolution des titres et contrôler la réalité des


mouvements intervenus sur la période (souscriptions,
remboursements, cessions)

► Vérifier que la correcte évaluation des titres à la date de


clôture ( Cf à l’instruction 94-10).

38
METHODOLOGIE DE LA REVISION

Catégorie de titres Règles d’évaluation à la clôture


Placement Evaluation par ensemble homogène de titres, par référence à la
valeur de marché.
Provisionnement des moins-values latentes par ensemble
homogène, sans compensation avec les plus-values latentes
constatées sur d’autres catégories de titres.

Investissement Titres maintenus au coût => non constatation des plus et moins
values latentes.
Exception : provisionnement des moins-values latentes s’il
existe une forte présomption de défaillance de l’émetteur ou de
non conservation des titres jusqu’à l’échéance.

Autres Evaluation ligne à ligne, au plus bas du coût historique ou de la


valeur d’utilité.
Provisionnement des moins-values latentes, sans compensation
avec les plus-values latentes.

39
Partie 5
RECOMMANDATIONS
ET SUIVI

40
S O M M A I R E PARTIE 5

► Modalités d’examen et de prise de décision relative à la


révision globale du portefeuille 
► Mesures nouvelles en matière de recouvrement des
créances en souffrance ;
► Mesures particulières pour la surveillance des gros
risques 
► Mesures préconisées pour améliorer la gestion des
risques ;
► Suites réservées aux résultats de la révision par l’organe

exécutif

41
RECOMMANDATIONS ET SUIVI

Il s’agit dans cette partie du rapport de faire des


recommandations

Nous présenterons ici les risques d’ audit liés à l’activité de


crédits ainsi que les zones de risques.

42
RISQUES D’AUDIT (1/2)

► Risques de crédit ou contrepartie sont liés à la détérioration de la


situation de l’emprunteur ou de la valeur des garanties obtenues par
l’établissement entraînant le non-remboursement partiel ou total de la
créance

► Risques opérationnels découlent des insuffisances des procédures


d’octroi de crédits ou de leur suivi administratif, notamment la perte
d’informations, la mauvaise conservation des pièces juridiques
nécessaires au recouvrement des encours ou le suivi des échéances
des garanties correspondantes.

43
RISQUES D’AUDIT (2/2)

► Risque pays concerne les créances ou engagements hors bilan assimilés


sur des débiteurs privés ou publics résidant dans des pays dont la
situation financière peut justifier la constitution de provisions, notamment
le rééchelonnement de la dette dans un cadre multilatéral ou l’interruption
des paiements au titre de leur endettement. Ainsi, à la différence du risque
de contrepartie, l’incapacité des débiteurs à faire face à leurs
engagements est hors de cause, le risque pays reposant sur l’incapacité
de transfert des sommes correspondantes et sur l’absence de respect de
ses obligations de la part du pays où se trouvent les emprunteurs

44
ZONE DE RISQUES (1/2 )

Les principales zones de risque devant attirer l’attention de


l’auditeur sont :

► Les procédures d’octroi / engagement permettent à l’établissement


de garantir l’adéquation entre les concours octroyés et les moyens et la surface
financière de l’établissement, ses objectifs (clientèle cible, marché etc.) mais
aussi le respect de la réglementation prudentielle. Le rôle du contrôle interne
est de s’assurer par ailleurs, que le niveau de prise de risque est
compatible avec la politique de risques définie.

► Les procédures d’identification des créances compromises


et de leur déclassement en créances douteuses.

45
ZONE DE RISQUES (2/2)

► La reconnaissance exhaustive des risques de contrepartie


permet une évaluation du niveau de provisions nécessaire. Cette
reconnaissance repose sur l’instauration d’un système de scoring
interne, une procédure de revue périodique et mise à jour des
dossiers, et une analyse régulière des états d’anomalies
(identification rapide des impayés ou dépassements éventuels,
risques de contagion).

► L’évaluation des risques est généralement effectuée à partir d’une


analyse individuelle des dossiers de créances qui permet de
constituer des niveaux minima de provision.

46
Fin

47

Vous aimerez peut-être aussi