Vous êtes sur la page 1sur 25

Matière: Fabrication Mécanique

Objectifs : donner des connaissances sur les techniques de


fabrication des produits en particulier les produits mécaniques

Contenu de la matière

Chapitre 1 Introduction

Chapitre 2 Procédés de fabrication par enlèvement de matière

Chapitre 3 Procédés de fabrication sans enlèvement de matière

Chapitre 4 Usinage par procédés non conventionnels

Chapitre 5 Nouvelles technologies de mise en forme

1
Chapitre 1 introduction
 
I.1. Généralités sur l’usinage

L’usinage par enlèvement de matière est le moyen le plus fiable pour


obtenir des pièces de précision à partir de pièces moulées, extrudées ou
forgées. Ce procédé est relativement lent et coûteux (machines, outils,
hommes qualifiés). C’est pourquoi on essaye d’obtenir maintenant des
pièces de moulage ne nécessitant pas d’usinage. Cela est possible avec le
plastique ou le Zamak (Zn, Al, Mg), mais les qualités techniques : la
résistance à la chaleur et la limite élastique sont encore loin d’égaler
celles de l’acier ou des alliages d’aluminium.
Actuellement parmi tous les axes de recherche en fabrication, on peut en
citer deux : l’UGV (usinage à grande vitesse) et les machines à axes
parallèles qui offrent une grande mobilité de la tête d’usinage.

2
I.2. Classification des procédés de mise en forme

On entend par procédé de mise en forme tout moyen permettant de passer


du virtuel au réel.
On peut classifier les procédés de mise enforme selon plusieurs familles.

Fig. 1. Différents procédés de mise en forme


3
I.2.1. Par enlèvement de matière
Les procédés de réalisation pas enlèvement de matière les plus courants sont :
• l’usinage à l’outil coupant (tournage, fraisage, perçage…) ;
• l’électroérosion (usinage par étincelage) ;
• l’enlèvement de matière par abrasion (rectification).
L’usinage à l’outil coupant regroupe les opérations de fraisage, de tournage et de
perçage. La mise en œuvre se fait sur des machines spécifiques (centre de
tournage ou centre de fraisage) ou sur des machines à cinématique « multi process
» (Tournage et fraisage).
On part d’un bloc, et on crée les formes de la pièce en enlevant la matière à l’aide
d’un outil
(figure 2).

Fig. 2. Enlèvement de
matière par usinage

4
I.2.2. Par étincelage
I.2.2.1. Principe général

L'électroérosion est un procédé d'usinage qui consiste à enlever de la matière


dans une pièce en utilisant des décharges électriques comme moyen d'usinage
(figure 3). Cette technique se caractérise par son aptitude à usiner tous les
matériaux conducteurs de l'électricité (métaux, alliages, carbures, graphites,
etc.) quelle que soit leur dureté.

Fig. 3. Enlèvement de matière par étincelage

5
On distingue deux procédés d’enlèvement de matière basés sur le principe de
l’usinage par étincelage : L’enfonçage et l’électroérosion à fil (figure 4).

Fig. 4. Enfonçage et électroérosion par fil

6
I.2.2.2. Principe physique : On reproduit artificiellement le principe de la
foudre (figure 5).

Fig. 5. Enlèvement de matière par foudre

7
La figure 6 présente la machine à électroérosion.

Fig. 6. Machine à électroérosion


  8
I.2.3. Par fluide sous pression (jet d’eau)
La figure 7 montre l’usinage par fluide sous pression.

Fig. 7. Usinage par fluide sous pression 9


I.2.4. Par LASER
La figure 8 illustre l’usinage thermique par LASER.

Fig. 8. Usinage par LASER


10
I.2.5. Par ajout de matière
On part d’un plateau vide, et on ajoute de la matière pour créer la pièce.
Exemple : soudage
 
I.2.6. Par transformation (moulage)
On coule la matière à l’état liquide ou pâteux dans un moule, et on obtient
la pièce après solidification.
Exemple : Injection plastique
 
I.2.7. Par déformation plastique
Laminage
Forgeage
Estampage
Pliage
Etc

11
Chapitre II

Procédés de fabrication
par enlèvement de matière

12
Tournage
Le tournage est un procédé d'
usinage par enlèvement de copeaux
qui consiste à l'obtention de pièces
de forme cylindrique ou/et conique à
l'aide d’outils coupants sur des
machines appelées tour. La pièce à
usiner est fixée dans une pince, dans
un mandrin, ou entre pointes. Il est
également possible de fileter, percer,
aléser et défoncer sur un tour, même
si ce n'est pas sa fonction première.
En tournage, le mouvement de coupe
est obtenu par rotation de la pièce
serrée entre les mors d'un mandrin
ou dans une pince spécifique, tandis
que le mouvement d'avance est
obtenu par le déplacement de l'outil
coupant. La combinaison de ces deux
mouvements permet l'enlèvement de
matière sous forme de copeaux.

13
Opérations de base
En tournage extérieur, les quatre opérations de base
présentées dans la figure 1 sont les suivantes :

--chariotage ou tournage longitudinal (1) ;


--dressage (2) ;
--tournage de cônes (3) ;
--contournage (4).

En chariotage, le mouvement d’avance


(mouvement de l’outil) est une translation
rectiligne parallèle à l’axe de révolution de la
pièce, et cet usinage aura pour effet de réduire Fig. 1. Opérations de base en tournage
le diamètre de la pièce.
En dressage, le mouvement d’avance est une
translation rectiligne de l’outil perpendiculaire à
l’axe, ce qui diminue la longueur de la pièce et
génère un plan orthogonal à l’axe.
En combinant les deux types de
déplacements précédents (avance de l’outil
en translation rectiligne oblique/axe), on génère
des cônes de révolution.
Enfin, en donnant à l’outil une trajectoire plane
quelconque (profil de contournage), on peut
obtenir une forme de révolution quelconque.
Fig. 2. Opérations de chariotage 14
Montage des pièces sur un tour

On distingue trois principaux montages de la pièce à usiner sur un tour.


Montage en l’air : C’est un montage sur mandrin effectué pour les pièces courtes
(L< 4D). Une des extrémités de la pièce est fixée sur le mandrin alors que l’autre reste libre (figure 3).

Fig. 3. Montage en l’air

Montage mixte : Il est utilisé pour des pièces relativement longues (4D < L < 8D). Une des deux
extrémités est fixée sur le mandrin alors que l’autre extrémité est soutenue par la poupée mobile (figure
4).

Fig. 4. Montage mixte

Montage entre-pointes : Pour l’usinage des pièces longues


(L > 8D), on utilise le montage entre pointes. La pièce est soutenue
à ses deux extrémités par deux pointes (figure 5).

Fig. 5. Montage entre-pointes


15
Régime de coupe
Avance L’avance (f) représente le déplacement de l’outil en fonction de la fréquence de rotation de la
pièce (nombre de tours effectués par la pièce) pendant la formation du copeau. En pratique, la vitesse
d’avance est la vitesse à laquelle l’outil se déplace par rapport au bâti de la machine-outil selon les deux
axes longitudinal et transversal et en fonction de la fréquence de rotation de la pièce. Les valeurs des
avances sont présentées dans le tableau 1.
L’avance f est exprimée en mm/tr.
Chariotage extérieur Chariotage intérieur
Matériaux à usiner
f en ébauche f en finition f en ébauche f en finition
Aciers doux 0,1 – 0,4 0,05 – 0,2 0,05 – 0,3 0,05 – 0,2
Aciers durs 0,1 – 0,4 0,05 – 0,25 0,05 – 0,6 0,05 – 0,2
Tableau 1. Fontes 0,1 – 0,8 0,05 – 0,2 0,05 – 0,6 0,05 – 0,2
Fontes dures 0,1 – 0,6 0,05 – 0,25 0,05 – 0,5 0,05 – 0,2
Valeurs des avances
Alliages d’aluminium 0,1 – 0,8 0,05 – 0,25 0,05 – 0,5 0,05 – 0,05
Bronze 0,1 – 0,6 0,05 -0,25 0,05 – 0,5 0,05 – 0,2

Vitesse de coupe Le choix de la vitesse de coupe (Vc) dépend essentiellement de la nature de


l’opération effectuée et du couple outil matière. Généralement, elle est réglée par la fréquence de rotation
de la pièce (nombre de tours effectués par la pièce) et du diamètre de cette dernière. Les valeurs des
vitesses de coupe sont présentées dans le tableau 2.
Matériaux à usiner Vc (m/min) en ébauche Vc (m/min) en finition
Aciers doux 20 – 25 25 – 30
Aciers durs 10 – 16 16 – 18
Tableau 2. Fontes 18 – 20 24 – 30
Valeurs des vitesses de coupe Fontes dures 09 – 12 12 – 15
Alliages d’aluminium 160 – 180 180 – 200
Bronze 18 - 24 26 – 33

16
Profondeur de passe
La profondeur de passe (ap) désigne la différence des rayons de la pièce avant et après usinage
(profondeur de la matière à enlever).
Ebauche : C’est l’opération qui consiste à enlever le maximum de copeaux en un minimum de temps
sans s’intéresser à l’état de surface. Il faut donc choisir de grandes profondeurs de passe et de grandes
avances.
Finition : C’est l’opération qui consiste à finir la pièce aux cotes prescrites. Il faut donc choisir des
grandes vitesses de coupe et de petites avances pour obtenir des surfaces de grande qualité.

Chaîne cinématique d’un tour


Les mouvements cités ci-dessus sont communiqués simultanément à l’outil et à la pièce à l’aide d’une
machine-outil qu’on appelle tour. Il existe plusieurs types de tours. Ils se distinguent les uns des autres
par leurs formes, dimensions, précision d’usinage, puissance et capacité de production. Néanmoins, ils
présentent sensiblement la même disposition générale d’agencement des organes mécaniques. La figure
6 montre la chaîne cinématique d’un tour.

Fig. 6.
Chaîne cinématique d’un tour

17
Fig. 7. Tour conventionnel

18
Fig. 8. Tour parallèle

19
Fraisage
Le fraisage est un procédé d'usinage
par enlèvement de copeaux qui
consiste à l'obtention de pièces de
forme prismatique à l'aide d’outils
coupants (fraises) sur des machines
appelées fraiseuses. La pièce à usiner
est fixée dans un étau.
En fraisage, le mouvement de coupe
est obtenu par rotation de la fraise
emmanchée dans la broche, tandis
que le mouvement d'avance est
obtenu par le déplacement de pièce.
La combinaison de ces deux
mouvements permet l'enlèvement de
matière sous forme de copeaux.

20
Opérations de fraisage
Les opérations de base en fraisage
sont présentées dans la figure 9.

Fig. 9. Opérations de base en fraisage

Types de fraisage
Fraisage en bout
L'axe de la fraise est placé perpendiculairement à la surface à usiner (figure
10). La fraise coupe avec son diamètre, mais aussi avec sa partie frontale. Les
copeaux sont de même épaisseur, ainsi la charge de la machine est plus
régulière. La capacité de coupe est supérieure à celle réalisée par le fraisage en Fig. 10. Fraisage en bout
roulant. La qualité de l'état de surface est meilleure.
Fraisage en roulant
L’axe de la fraise est placé parallèlement à la surface à usiner (figure11). La
fraise coupe avec son diamètre. La charge de la machine en est irrégulière,
surtout lors de l'emploi de fraises à denture droite. Les à-coups provoqués par
cette façon de faire donnent une surface ondulée et striée. Pour pallier ces
défauts, on utilisera une fraise à denture hélicoïdale. L'amélioration enregistrée
s'explique ainsi: la denture est chargée et déchargée progressivement. Fig. 11. Fraisage en roulant

Fraisage combiné
La surface usinée est obtenue par l’usinage simultané de 2 surfaces dont l’une
est faite en fraisage de face et l’autre en fraisage de profil (figure 12). Les
dents situées en bout et sur la périphérie coupent le métal.

Fig. 12. Fraisage combiné


21
Modes de fraisage
Il existe deux modes de coupe, selon le sens de rotation de la fraise et la direction du déplacement de
la pièce à usiner.
Fraisage en avalant
Le sens de rotation de la fraise et celui du déplacement de la pièce à fraiser vont dans la même direction
(figure 13). Les tranchants de la fraise attaquent le copeau au point d'épaisseur maximal. Cette façon de
faire, en fraisage horizontal, plaque la pièce sur la table de la fraiseuse et donne des surfaces finies de
bonne qualité. Ce principe nécessite l'utilisation d'une machine robuste disposant d'une table équipée d'un
système de translation avec rattrapage de jeu, ce qui est le cas sur les machines modernes. Ainsi on évite
que la pièce soit "tirée" dans la fraise.

Fig. 13. Fraisage en avalant


 

Fraisage en opposition (ou conventionnel)


Le mouvement d'avance de la pièce à fraiser est opposé au sens de rotation de la fraise (figure 14). Cette
dernière attaque le copeau au point d'épaisseur minimal. Dans ce cas, les dents glissent sur la surface
usinée avant rotation de la fraise. Cette façon de faire provoque un grand frottement d'où une usure plus
rapide des tranchants de la fraise. De plus, l'effort de coupe en fraisage horizontal tend à soulever la pièce
à usiner. Les copeaux peuvent également être entraînés par la fraise. Ces copeaux se coincent entre la
pièce et les arêtes de coupe et causent l’endommagement de la pièce et la fraise.

Fig. 14. Fraisage en opposition

22
Fig. 15. Schéma d’une fraiseuse
Perçage
Le perçage est un procédé d'usinage par enlèvement de copeaux qui consiste à réaliser des trous
(borgnes ou débouchant) à l'aide d’outils coupants (forets) sur des machines appelées perceuses. La pièce
sur laquelle on effectue un perçage est fixée dans un étau.
En perçage, le mouvement de coupe est obtenu par rotation du foret emmanché dans la broche, tandis
que le mouvement d'avance est obtenu soit par le déplacement du foret soit par le déplacement de la
pièce. La combinaison de ces deux mouvements permet l'enlèvement de matière sous forme de copeaux.

Opération de perçage
La figure 17 montre une opération de perçage.

Fig. 17. Opération de perçage Fig. 18. Schéma d’une perceuse


24
Perceuse à colonne
La figure 19 montre des perceuses à colonne.

Fig. 19. Perceuses à colonne


25