Vous êtes sur la page 1sur 8

PRODUIRE DES

INÉGALITÉS
ENVIRONNEMENTALES
JUSTES ?
PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE | « SOCIOLOGIE »
2014/3 VOL. 5 | PAGES 255 À 269
Présentation des auteurs

 Valerie DELDREVE :
Maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille1 de 1997 à 2008, Valérie Deldrève est
actuellement directrice de recherche à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour
l’environnement et l’agriculture (Irstea, anciennement Cemagref). Initiées dans le cadre d’une thèse sur les
métiers de la pêche en Manche et Mer du Nord, ses recherches s’inscrivent depuis en sociologie de
l’environnement et portent principalement sur des problématiques d’accès et de protection des sites et
ressources naturelles. Ses travaux les plus récents portent sur la création des jeunes parcs nationaux des
Calanques et de La Réunion, et des enjeux qu’elle soulève en termes de participation, d’inégalités et de
justice environnementale.
 Jacqueline CANDAU:
Jacqueline Candau est sociologue (Irstea, Bordeaux). Ses travaux portent sur les modalités de dialogue et
de coordination entre acteurs ainsi que sur les inégalités sociales en lien avec l’action publique
environnementale.
INTRODUCTION

 Ouverture:
La définition de « l’inégalité environnementale » par l’auteur qui l’envisage comme un outil conceptuel permettant
d’appréhender les rapports pluriels entre les populations ou les catégories sociales et leur environnement. Ces rapports
peuvent prendre la forme de l’exposition aux risques , de l’accès aux ressources naturelles et aux aménités, des
conséquences environnementales, .des pratiques de production et de consommation, de l’impact social des politiques
publiques à visée environnementale et de la capacité de chacun à les infléchir.
 Contexte :
la nécessité de la préservation de l’environnement ,par tous et toutes , de sa dégradation causée par son interaction
permanente avec l’homme.
 Constat/Paradoxe :
L’effort environnemental collectif de préservation de l’environnement est cause d’injustice ou d’iniquité comme c’est le
cas dans le cadre de l’action publique à visée environnementale.
 Objectif:
Mettre en évidence ,à partir de l’analyse de l’equité des politiques publiques
environnementales, le processus de production des inégalités à travers le concept d’effort
environnemental.
 Résolution :
Démarche qualitative comparée des conséquences de deux dispositifs d’intervention
publiques: la création d’un parc national – celui des Calanques – d’une part et la
contractualisation de mesures agro‑environnementales territorialisées en Dordogne de
l’autre.
I- Des inégalités à l’aune de l’environnement.

La plus grande visibilité accordée aux inégalités sociales liées aux préoccupations
environnementales grâce à deux cadres référentiels :
 L’environnemental Justice:
Perspective théorique qui met en exergue la dimension environnementale des inégalités
raciales et sociales. Ces études démontrent l’existence d’un racisme environnemental,
c’est‑à‑dire d’une discrimination exposant les non‑blancs à la pollution de manière
disproportionnée surtout dans le cadre des Etats-Unis. Par ailleurs, cette perspective mobilisée
à tout le continent américain, dans un certain nombre d’études, va aussi prendre en compte
une dimension politique associée à l’accès aux ressources naturelles et du droit à les gérer et
à les préserver de l’exploitation industrielle.
 Le Sustainable Développent ou développement durable
Dans ce cadre, les inégalités environnementales couvrent clairement le différentiel
d’impact sur l’environnement généré par les pays, selon leurs modes de production et de
consommation.
II-Une répartition inégale de l’effort
environnemental:
Le Parc national des Calanques
,
 La concertation retenue comme outil de définition des pratiques à admettre sur un site particulier comme le parc national des
Calanques, impliquant les usagers locaux ;
 La concertation permet de constater qu’une catégorie particulière de groupes sociaux qui y sont représentés, profitent de
cette opportunité pour pouvoir valoriser leurs pratiques et en exclure d’autres correspondant à celles d’autres groupes
sociaux;
 Des inégalités de traitement entre pratiques se trouvent de la sorte entérinées par la charte du parc (comme d’interdire
l’usage du feu et de tolérer des barbecues pour les cabanonniers, d’interdire les chiens en liberté sauf pour pratiquer la
chasse…), favorisant les usagers appartenant pour la plupart aux catégories sociales moyennes et supérieures.
 L’accessibilité ainsi restreinte de cet espace naturel d’exception fait avant tout supporter l’effort environnemental à des
catégories sociales modestes et, en particulier aux jeunes.
III-Des inégalités intra‑professionnelles
renforcées.
Les mesures agro‑environnementales en
Dordogne
 Les mesures agro-environnementales (MAE) vise à encourager une production agricole de qualité,
rentable, efficace et respectueuse de la préservation de l’environnement.
 Le dispositif de compensation qu’est la MAE laisse cependant apparaitre une inégalité de traitement
car la capacité à souscrire à cette mesure favorise les structures agricoles les plus importantes au
détriment des structures agricoles les moins importantes. Les premières ont une capacité
d’autofinancement leur permettant d’assumer les investissements inscrits dans la partie économique
du contrat et que les compensations financières des mesures agro ‑environnementales (MAE) sont
attribuées au prorata des surfaces. C’est aussi parce qu’ils ont, plus que les modestes, une
production dominante qui leur a permis de choisir un contrat‑type organisé par filière.
 En favorisant les exploitations étendues et celles qui ont une capacité d’autofinancement
confortable, il a accentué les inégalités intra‑professionnelles.
III- Justifier l’effort environnemental
inégal.

 L’effort environnemental prescrit par l’action publique aggrave les inégalités sociales et
environnementales.
 Cette aggravation des inégalités sociales et environnementales repose aussi sur le principe
du mérite qui soustrait certains à l’effort environnemental, soit au contraire pour le justifier
lorsqu’il est assorti d’une compensation financière.