Vous êtes sur la page 1sur 20

Présentation sur le poste

« Terrains »

Réalisé par : Labkir Salaheddine


Lahsaoua khalil

Encadré par : M. Brik Youssef

Année universitaire : 2018 - 2019


PLAN

 Généralités

 Méthodes d’enregistrement

 Travaux d’inventaire

 Réévaluation

 Conclusion
I- Généralités
Le PCGE prévoit des comptes spéciaux, en fonction de la nature
de terrains et les travaux qui y sont effectués.

Le compte 2311 «Terrains nus»


 
Ce compte est destiné à l’enregistrement des terrains qui ont été
acquis à l'état nu.
Le compte 2312 «Terrains aménagés»
 On trouve dans ce compte :
Soit les acquisitions des terrains qui ont été déjà aménagés ou
viabilisés, dans ce cas la valeur correspondante à leur
aménagement doit être portée séparément au débit du compte
2316 "Agencements et aménagements de terrains", en vue
d'être amortie
 
Soit la valeur d'entrée des terrains auparavant acquis à l'état
nu, lorsque leur aménagement ou viabilisation ont été réalisés
par l'entreprise.
•Le compte 2313 «Terrains bâtis»
On constate dans ce compte:
•les acquisitions de terrains déjà bâtis ; la valeur
correspondante à leur construction étant portée
séparément au compte concerné du poste 232
"Constructions" en vue d'être amortie.
•la valeur d'entrée des terrains auparavant acquis
à l'état nu, lorsque leur construction a été réalisée
par l'entreprise
Le compte 2314 "Terrains de gisement"
Ce compte est destiné à l’enregistrement des terrains
de gisement et de carrière.
 
Le compte 2316 "Agencements et aménagements de terrains"
  Sont inscris dans ce compte, les dépenses de toute nature
d'agencement et d'aménagement effectuées sur des terrains
appartenant à l'entreprise.

Tous autres terrains non compris dans les subdivisions


précédentes sont enregistrés dans le compte 2318.
II- Méthodes d’enregistrements

Un compte est un enregistrement qui est fondé sur une référence


et doit satisfaire les conditions de fonds et de forme pour obtenir
la qualité authentique probante.

Selon le premier article relatif aux obligations comptables des


commerçants, tout enregistrement comptable doit préciser
l’origine, le contenu, l’imputation du mouvement et enregistrer
les mesures dépenses sur la base de pièces justificatives. Ce qui
nous oblige à respecter certains principes de forme et du fonds.
Les bâtiments acquis à titre onéreux sont enregistrés à leur
valeur d’acquisition augmentée des frais accessoires à
l’exception des frais de notaires, frais d’actes et frais
d’enregistrement. Ces derniers sont des charges qu’on peut
les étaler sur plusieurs exercices.

Au moment de la création de la société ou en cas


d’augmentation de capital ; un ou plusieurs associés peuvent
apporter des terrains, lesdits terrains sont enregistrés à leur
valeur de marché qui a été mentionnée dans un acte
approuvé par un commissaire aux comptes.
En cas où l’entreprise reçoit un terrain
gratuitement, l’entreprise enregistre ce dernier en
se basant sur sa valeur vénale.
III- Travaux d’inventaire
En vertu de l’article n°5 la loi relative aux obligations
comptables, la valeur des éléments d’actifs et passifs de
l’entreprise doivent faire l’objet d’un inventaire au moins une
fois par exercice, à la fin de celui-ci.

Les dispositions du code de normalisation comptable précisent


que même en cas de bénéfice ou déficit, l’entreprise doit être
procédée aux amortissements et aux provisions nécessaires
pour corriger les éléments d’actifs, tous en respectant le principe
de spécialisation des exercices et en conservant le cout
historique.
Dotations aux amortissements 

L’amortissement est la constatation comptable


d’amoindrissement de la valeur des immobilisations
qui se déprissent avec le temps et l’usage, son but
est de corriger et évaluer les éléments d’actifs et de
faire apparaitre les immobilisations pour une valeur
inférieur au cout historique, en respectant l’image
fidèle des comptes annuels.
Notant que la plupart des terrains ne se déprécient
ni par le temps ni par l’usage, donc ne peuvent pas
faire l’objet d’amortissement, Il s’agit de :
2311 : Terrains nus
2312 : Terrains aménagés ou viabilisés
2313 : Terrains bâtis

Cependant, les dépenses d’aménagements et de


viabilisations peuvent donner lieu à la constatation
d’amortissements.
6193 D.E.A des Terrains
28316 Amortissement des agencement et
aménagement de terrains
On ajoute que les terrains d’exploitation de gisement
et de carrières englobent deux catégories :

•Les Terrains de surface après l’épuisement des


matériaux et sont considéré comme des
immobilisations non amortissables.
•Les gisements exploitables qui sont assimilés à des stocks

La dotation aux amortissements est correspondante à la


différence entre le cout de revient et les charges directs
engagés à cet effet.

61931 D.E.A. Des terrains


28314 Amortissement des terrains de gisement
Dotations aux provisions
Conformément aux obligations comptables notamment de
l’article 16 qui précise qu’il doit tenir compte des risques et des
charges nées au cours de l’exercice comptable, ce qui nous amène
à enregistrer la diminution de l’actif dans un compte approprié à
cet effet, si on juge que cette dernière soit non irréversible;

Donc, la provision pour dépréciation est la constatation


comptable de la diminution probable de la valeur d’un élément
de l’actif (actif immobilisé, actif circulant ou trésorerie-actif)
La provision doit être constatée obligatoirement à la fin de
chaque exercice, selon le principe de prudence;

Les provisions augmentent les charges de l’exercice et réduit donc


le résultat de l’exercice pour l’entreprise.
Les terrains nus ou destinés à la construction ne sont pas
dépréciables régulièrement, mais ils peuvent se déprécier
suite à des événements conjoncturels résultant en général
des événements externes. Dans des cas de ce genre,
l’entreprise doit constater la dépréciation par une provision
très souvent à caractère non-courant :

6596 Dot non courantes aux prov pour dép des immob
29311 Provisions pour dépréciation des terrains
IV- REEVALUATION

Il arrive un moment où l’entreprise peut procéder à


la réévaluation de certaines immobilisations tel que
le terrain, s’il juge que sa valeur de marché est
supérieure à la valeur inscrit au bilan. Cette
réévaluation constitue une dérogation en principe du
coût historique, et nous a conduits à dégager une
plus-value de réévaluation.
Donc la plus-value de réévaluation est la constatation dans les
comptes d’une augmentation de valeur d’actif. Or, cette
augmentation doit être certaine et durable.

213 Terrains

1130 Ecart de réévaluation