Vous êtes sur la page 1sur 32

Ecole Supérieure Polytechnique

Institut Supérieur des Métiers du Bâtiment, des


Travaux Publics et de l’Urbanisme (ISM-BTPU)

Cours : Aménagement Et Urbanisme

Présenté par : Ismail Chouaib


Architecte/Urbaniste
2019
• Programme S5
I- L’aménagement du territoire
I-1- Aperçu historique
I-2- Terminologie
I-2-1- Aménagement
I-2-2- Territoire
I-3- Les thématiques de l’aménagement
I-4- Principes fondamentaux de l’aménagement
II- Quelques notions
III- Les plans d’urbanisme:
III-1 Plan local de l’urbanisme
III-2 Carte communale
IV- Règlement général de l’urbanisme
V- Les servitudes d’utilité publique
VI- Les autorisations d’urbanisme: permis de construire,
I- L’aménagement du territoire
I-1- Aperçu historique
Bien que l’action d’ménagement est très ancienne , elle
est liée à la présence de l’homme sur la terre qui a
cherché toujours à s’adapter à son milieu, de transformer
l’espace qu’il occupe, l’aménagement du territoire est très
récent dans son acceptation récente, il remonte aux
années 1930 avec les travaux de la Compagnie Nationale
du Rhône (CNR) (1932) et la Tennessee Valley Authority
(TVA) de 1933 ; tandis que les grands travaux
d’irrigation remontent à l’Antiquité. Mais ce sont surtout
les années 1960 qui donnent naissance à l’aménagement
avec la mise en place de grands travaux, de vastes
programmes et la création d’institutions appropriées.
I-2-1- Aménagement
L’aménagement est cette action volontaire, consciente, programmée
d’une collectivité sur son territoire qui consiste à modifier, rectifier,
corriger, adapter et transformer un espace donné en vue d’un objectif
déterminé. Aménager une salle, un bureau, une chambre, une ville ou
une région…. L’aménagement se définit toujours par rapport à un
objectif bien clair.
On n’aménage pas sans une finalité précise.
L’aménagement correspond à une volonté, notamment collective, de
corriger les déséquilibres d’un espace, local, régional, national voire
supra-régional et s’appuie sur le volet appliqué de la géographie à
côté des autres disciplines comme l’économie, la sociologie, le droit…
Il suppose une conception globale de l’ensemble d’un territoire, une
analyse à la fois rétrospective (bilan) et prospective (perspectives).
I-2-2- Territoire
Le terme territoire provient du latin territorium, lui-même dérivé de
terra, la terre (globe terrestre, matière, sol, continent). Il signifie «
morceau de terre appropriée ». Il a donné naissance au mot « terroir »
et territoire.
Trois sens du terme « Territoire »
Trois sens peuvent être donnés au terme « territoire » dont les deux
premiers sont neutres qui ne renvoient pas au rapport à la société et le
terme territoire est plutôt l’équivalent à celui d’espace, voire pays :
analyse, dynamique territoriale = spatiale
- Un découpage administratif donné : un espace ayant une autorité
compétente mais n’ayant pas une forte homogénéité de population
- Un espace délimité et contrôlé par une autorité (un Etat) qui forme
souvent une nation et/ou un pays. On parle du territoire national, du
territoire mauritanien ou français…
• I-3- Les thématiques de l’aménagement

L’aménagement du territoire est axé sur les thématiques


suivantes:
■ L’aménagement du territoire protège le paysage
L’aménagement du territoire énonce les règles du jeu qui
président à la conception de l’espace de vie. Pour les
mettre en application, il doit pouvoir s’appuyer sur des
instruments efficaces, notamment la possibilité de limiter
les zones à bâtir, voire de les transférer d’un lieu à un
autre. Le paysage doit être épargné par la construction.
■ L’aménagement du territoire ménage les ressources
L’aménagement du territoire a pour but de canaliser le
développement urbain vers l’intérieur, i.e. dans les villes et les
agglomérations déjà existantes, afin de ménager le sol,
d’économiser de l’énergie et de réduire le coût des infrastructures.

■ L’aménagement du territoire réduit la congestion


L’aménagement du territoire favorise des zones bâties compactes
avec des trajets courts entre le domicile et l’école, les commerces, le
lieu de travail et les loisirs. En densifiant l’habitat à proximité des
arrêts des moyens de transports publics, l’aménagement du
territoire réduit les déplacements à bord de véhicules personnels et
partant, le trafic routier.
■ L’aménagement du territoire protège contre les
dangers naturels
L’aménagement du territoire prévient les risques de dommages
causés par des phénomènes naturels en identifiant les lieux où il
est possible de construire en toute sécurité et où au contraire il
faut s’en abstenir parce que celle-ci fait défaut. L’aménagement du
territoire protège les vies humaines,
les bâtiments et les installations.

■ L’aménagement du territoire crée de la qualité de vie


L’aménagement du territoire a pour mission de pourvoir à ce que
chacun bénéficie d’un habitat digne de ce nom. Pour ce faire, il est
impératif que les pouvoirs publics et les maîtres d’œuvre assument
leurs responsabilités respectives à cet égard et développent une
éthique urbaine.
■ L’aménagement du territoire voit au-delà des frontières
L’aménagement du territoire a pour tâche d’amener les communes à
œuvrer solidairement au développement d’un espace de vie
communautaire. La planification des zones habitées et du paysage
ne saurait connaître de frontières !
■ L’aménagement du territoire nous concerne tous !
Notre mode de vie a un impact direct sur l’espace qui nous entoure.
C’est nous qui décidons où nous habitons, par quels moyens nous
nous déplaçons et où nous passons notre temps libre. Toutes nos
décisions ont des incidences sur le territoire dont nous foulons le sol
et c’est nous qui le façonnons.
L’aménagement du territoire relève des principes démocratiques et
engage la participation de tous.
I-4- Principes fondamentaux de l’aménagement
L’aménagement du territoire s’appuie sur trois grands principes : la
coordination, la coopération et la participation.
La fonction de coordination de l'aménagement du territoire résulte
directement de la loi concernant l’aménagement du territoire. Celle-ci n'est
possible que si une coopération entre et avec les politiques sectorielles est
assurée. La mise en œuvre d'une politique cohérente d'aménagement
du territoire exige par ailleurs l'implication des acteurs concernés à tous les
niveaux, ce qui répond au principe de la participation.

Schéma: principes de
l'aménagement du
territoire
• . ➥La coopération et la participation
En qualité de politique transversale interdisciplinaire, l'aménagement
du territoire est souvent confronté à divers problèmes résultant de
la compartimentation entre compétences, niveaux d'organisation et
secteurs.
La coordination, telle qu'elle est décrite ci-dessus ne peut être
garantie que si les acteurs concernés sont disposés à surmonter
cette compartimentation et à s’intégrer dans une démarche
commune.
De plus, la participation de ces mêmes acteurs est indispensable si l’on
veut garantir la mise en œuvre du programme d’aménagement
➥La coordination
Une des principales missions de l'aménagement du territoire consiste à
coordonner les différentes demandes formulées en matière d'affectation
des sols compte tenu de ses propres objectifs et des exigences des
politiques sectorielles.
La fonction de coordination de l'aménagement du territoire s’exerce en
parallèle sur deux niveaux. Alors qu’au niveau horizontal, elle doit viser à
intégrer les différentes politiques sectorielles, il lui faut également, au
niveau vertical, faire le lien entre les niveaux d’intervention national,
régional et communal.
La nécessité d'une coordination horizontale concerne en particulier les
domaines ayant une incidence directe sur l’occupation du sol, tels que les
transports, l'économie, l'environnement, l'urbanisme et le
développement rural.
II- Quelques notions
Règlement Général d’Urbanisme (RGU): l’ensemble des règles qui
déterminent les conditions d’utilisation des sols. Il s’agit des règles minimales
qui s’appliquent lorsqu’une commune n’est pas dotée d’un plan Local
d’Urbanisme ou d’un plan d’Aménagement de travail.
 
Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) : l’instrument de
planification à moyen et long terme qui fixe les orientations de
développement des agglomérations urbaines.
 
Plan local d’urbanisme (PLU): un document de planification qui fixe dans le
cadre des orientations du (SDAU) les règles générales et les servitudes
d’utilisation des agglomérations urbaines ; A la différence des Plans
d’Occupation des Sols (POS) ce plan prend en compte le souci d’un
développement durable en intégrant les projets de développement
économiques de la commune.
Plan d’Aménagement de Détail: cadre dans lequel est opérée toute opération de
division parcellaire. Il comporte un plan et un règlement d’urbanisme ainsi que le
programme de viabilisation et d’équipements.

Permis de construire (PC): document délivré par l’autorité administrative autorisant la


réalisation des travaux de construction.

Déclaration des travaux: une autorisation administrative préalable, obligatoire pour


tous travaux qui ont été exemptés du Permis de construire et qui font l’objet d’une
procédure de contrôle allégée pour assurer de la conformité avec les règles
d’occupation et d’utilisation des sols.

Permis de démolir: une autorisation administrative qui doit être obtenue


préalablement à la démolition partielle ou totale de tout bâtiment. Il doit être obtenu
indépendamment et avant toute demande de permis de construire.
Certificat d’Urbanisme: un document administratif qui indique les règles d’urbanisme,
les limitations administratives au droit de propriété et le régime des taxes et
participations d’urbanismes applicables à un terrain donné ainsi que l’état des
équipements publics existants ou prévus.

Lotissement: l’opération ayant pour effet la division en lots d’une partie du patrimoine
foncier de l’Etat en vue de créer des parcelles à usage d’habitation et/ou des activités
connexes.

Rénovation Urbaine: l’opération d’aménagement d’anciens centres urbains dégradés,


de quartiers vétustes ou insalubres, de constructions anarchiques, la restauration ou le
rétablissement du caractère initial d’une zone présentant un intérêt d’ordre
historique, esthétique ou culturel.
Remembrement Urbain: des opérations d’alignement, de modification de l’assiette de
propriété foncière, de création et de distribution de nouvelles parcelles dans une zone
d’aménagement.

Zone d’Aménagement Concertée: une zone à l’intérieur de laquelle un organisme


public, parapublic ou privé ayant reçu délégation de l’Etat, décide d’Intervenir pour
réaliser ou faire réaliser l’aménagement et l’équipement des terrains en vue de les
concéder éventuellement à des utilisateurs publics ou privés dans les conditions fixées
par la réglementation en vigueur.

Périmètre d’Intervention Foncière: un périmètre sur lequel l’Etat ou la commune


entend réaliser une opération d’aménagement et sur lequel il peut faire valoir un droit
d’expropriation et/ou de préemption afin de mener à bien son Plan Local d’Urbanisme.
III- Les plans d’urbanisme:
Les plans d’urbanisme visent à planifier et organiser l’urbanisation et
l’aménagement d’un territoire. Ils peuvent être élaborés à l’échelle
d’un bassin de vie, d’une agglomération, d’une intercommunalité,
d’une commune.
 Les plans d’urbanisme permettent :
 De limiter l’utilisation de l’espace.
 De préserver les activités agricoles.
 De protéger les espaces forestiers, les sites et les paysages.
 De prévenir les risques naturels .
 De prévoir suffisamment de zones réservées aux activités
économiques et d’intérêt général.
 De prévoir des terrains constructibles pour les logements en
fonction des besoins présents et future.
III-1 Plan local de l’urbanisme
Le plan local d’urbanisme fixe, conformément aux orientations du
schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme lorsqu’il existe,
les règles applicables en matière d’utilisation des sols sur tout ou
partie du territoire de la commune urbaine.
Le plan local d’urbanisme doit obligatoirement:
 1° délimiter les zones urbaines ou à urbaniser, sur lesquelles des
constructions nouvelles peuvent être édifiées ou des modifications
de constructions existantes être réalisées, les zones non
urbanisables et les zones d’agricultures urbaines ou périurbaines;
 2° délimiter la vocation des zones urbaines ou à urbaniser en
tenant compte de la qualité des sols et de la réalité des besoins
ainsi que des activités dominantes qui peuvent y être exercées;
 3° fixer les réserves pour les équipements ou infrastructures
publics et les espaces publics;
 4° déterminer les alignements à respecter le long des espaces et des
voies publics;
 5° déterminer les plans de servitude d’utilité publique (servitudes
hertziennes, de passage, de conduite d’eaux et lignes électriques …).
 6° identifier les monuments ou secteurs d’intérêt historique ou
architectural particulier, ainsi que les sites ou paysages à protéger, et
définir le cas échéant les règles propres à cette protection
conformément aux lois et règlements en vigueur;
 7° délimiter les secteurs urbains à restructurer;
 8° préciser le tracé et les caractéristiques des voies de circulation à
conserver, à modifier ou à créer notamment la largeur.
Le plan local d’urbanisme est approuvé par décret pris en
Conseil des ministres sur proposition du ministre chargé
de l’urbanisme.
III-2 Carte communale
La carte communale est un document d’urbanisme simple qui délimite les secteurs
de la commune où les permis de construire peuvent être délivrés : elle permet
de fixer clairement les règles du jeu.
• Elle peut élargir le périmètre constructible au-delà des « parties actuellement
urbanisées » ou créer de nouveaux secteurs constructibles qui ne sont pas
obligatoirement situés en continuité de l’urbanisation existante. Elle peut aussi
réserver des secteurs destinés à l’implantation d’activités industrielles ou
artisanales.
• Contrairement au PLU, elle ne peut pas réglementer de façon détaillée les
modalités d’implantation sur les parcelles (types de constructions autorisées,
densités, règles de recul, aspect des constructions, stationnement, espaces
verts…) et elle ne peut contenir des orientations d’aménagement. Ce sont les
dispositions du règlement national d’urbanisme qui s’y appliquent.
• La carte communale doit respecter les principes généraux énoncés aux articles
du code de l’urbanisme, notamment les objectifs d’équilibre, de gestion économe
de l’espace, de diversité des fonctions urbaines et de mixité sociale.
IV- Règlement général de l’urbanisme
Toute construction, modification d’une construction et toute occupation du sol,
dans une commune urbaine ne disposant pas d’un plan local d’urbanisme ou
d’un plan d’aménagement de détail, est soumise au règlement général
d’urbanisme prévu par le présent code et au règlement général de
construction.
L’Autorité compétente peut refuser tout construction ou modification lorsque:

 1° les constructions, par leur situation ou leur dimension, pourraient porter


atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique;
 2° les ouvrages envisagés sont assujettis à une évaluation environnementale
et n’ont pas fait l’objet d’une faisabilité environnementale;
 3° les constructions, par leur localisation, pourraient être exposées à des
nuisances graves;
 4° les constructions, par localisation, pourraient compromettre la
conservation ou la mise en valeur de sites ou d’immeubles d’intérêt
architectural, historique ou paysager;
 5° les constructions sont projetées sur des terrains qui ne sont
pas desservis par des voies publiques ou privées ou dont les
accès présentent un risque pour la sécurité;
 6° les constructions ne disposant pas d’alimentation en eau
potable à moins de 250 mètres ou ne permettant pas la
réalisation d’un assainissement individuel ou collectif dans des
conditions de salubrité suffisante;
 7° les constructions, par leur situation ou leur importance,
imposent la réalisation d’équipements publics nouveaux ou un
surcroît de dépenses des services publics incompatibles avec
les ressources disponibles;
 8° les constructions favoriseraient une urbanisation dispersée
ou compromettraient les activités agricoles ou forestières;
 5° les constructions sont projetées sur des terrains qui ne sont
pas desservis par des voies publiques ou privées ou dont les
accès présentent un risque pour la sécurité;
 6° les constructions ne disposant pas d’alimentation en eau
potable à moins de 250 mètres ou ne permettant pas la
réalisation d’un assainissement individuel ou collectif dans des
conditions de salubrité suffisante;
 7° les constructions, par leur situation ou leur importance,
imposent la réalisation d’équipements publics nouveaux ou un
surcroît de dépenses des services publics incompatibles avec
les ressources disponibles;
 8° les constructions favoriseraient une urbanisation dispersée
ou compromettraient les activités agricoles ou forestières;
 9° les constructions portant préjudice à des aires réputées
d’intérêt environnemental urbain;
 10° les constructions, par leur situation, leur architecture,
leurs dimensions (notamment leur hauteur) ou leur aspect
extérieur pourraient porter atteinte au caractère ou à
l’intérêt des lieux avoisinants.

Toutefois, l’autorité compétente peut de la même manière


s’opposer aux travaux dans le cadre d’une déclaration de
travaux ou ne pas les autoriser s’ils ne respectent pas
certaines prescriptions, dans les mêmes cas ou
circonstances.
V- Les servitudes d’utilité publique
 
La servitude d’utilité publique constitue une limitation administrative au droit de propriété,
instituées par l’autorité publique dans un but d’utilité publique. Elles sont susceptibles d’avoir
une incidence sur la constructibilité et plus largement sur l’occupation des sols.
Objet :
Elle constitue des charges qui existent de plein droit sur tous les immeubles concernés et qui
peuvent aboutir :
soit à certaines interdictions ou limitations à l’exercice par les propriétaires de leur droit de
construire, et plus généralement le droit d’occuper ou d’utiliser le sol ;
soit à supporter l’exécution de travaux ou l’installation de certains ouvrages, par exemple les
servitudes créées pour l’établissement des lignes de transport d’énergie électrique ;
soit, plus rarement, à imposer certaines obligations de faire à la charge des propriétaires
(travaux d’entretien ou de réparation).

Ces limitations administratives au droit de propriété peuvent être instituées au bénéfice de


personnes publiques, de concessionnaires de services ou de travaux publics, de personnes
privées exerçant une activité d’intérêt général.
Les SUP peuvent être classées en quatre catégories :
les servitudes relatives à la conservation du patrimoine : patrimoine
naturel, culturel et sportif ;

 les servitudes relatives à l’utilisation de certaines ressources et


équipements : énergie, mines et carrières, canalisations,
communications, télécommunications ;

les servitudes relatives à la défense nationale ;

les servitudes relatives à la salubrité et à la sécurité publique.


 
VI- Les autorisations d’urbanisme:
Le Permis de Construire
Le permis de construire est un document administratif qui donne les
moyens à l'administration de vérifier qu'un projet de construction
respecte bien les règles d'urbanisme en vigueur.
Un permis de construire doit être obtenu avant la réalisation de :
- Toute construction en matériaux durables de plus de 10m² avec ou
sans fondation.
- Tous travaux de modification d’une construction existante ayant pour
effet d’en changer la destination, l’aspect extérieur ou le volume, ou de
créer des niveaux supplémentaires.
Le permis
  est délivré par l’Etat représenté par le wali ou le Hakem.
La demande de permis de construire est déposée en trois exemplaires
par le bénéficiaire d’un titre foncier ou d’un permis d’occuper.
La demande doit préciser l’identité du demandeur et du propriétaire, la
superficie du terrain, la nature des travaux projetés et la destination de
la construction. Elle doit être accompagnée de :
- Une copie du titre foncier ou du permis d’occuper
- Un plan de situation déterminant l’emplacement de la parcelle dans
son quartier et son orientation
- Un plan de masse coté en 3 dimensions précisant l’implantation dans
la parcelle et les dimensions de la parcelle
- Une notice descriptive des travaux précisant la nature, l’aspect et la
couleur des matériaux apparents prévus
- Un projet architectural conforme aux règles de l’art, accompagné d’une
étude de structure pour tous les bâtiments de plus qu’un niveau.
Le  délai d’instruction de la demande de permis de construire
est de 2mois.
Les avis conformes du maire de la direction chargée de
l’urbanisme et de l’habitat et de la protection civile sont
exigés pour la délivrance du permis.
Le permis de construction demeure valable pendant une
durée d’un an, à condition que les travaux soient entrepris
durant ce délai.
Il est considéré nul dans le cas contraire ou en cas
d’interruption des travaux pour une durée de plus de deux
ans.
Déclaration
  de Travaux
Dans le cas où un une construction ou des travaux sont exemptés de permis de
construire, ils obtiennent une déclaration de travaux. Ces constructions et travaux
demeurent soumis au respect des dispositions législatives et réglementaires en
matière d’occupation des sols et de construction.
Les travaux ou constructions exemptés du permis de construire sont :
- Les travaux couverts par le secret de la défense nationale
- Les travaux ou reconstructions à exécuter sur des édifices et bâtiments publics ou
administratifs
- Les ouvrages nécessaires au fonctionnement des services publics (ports, aéroports,
routes voies ferrées et réseaux publics)
- Les travaux de ravalement
- Les constructions en matériaux durables de moins 10m² et dont la hauteur ne
dépasse pas 2m
- Les travaux consistant à implanter des bâtiments démontables qui ne sont pas en
matériaux durables
- Des constructions ou travaux portant sur des piscines non couvertes et des serres
agricoles
   
Déclaration d’achèvement des Travaux
 
A la fin des travaux, le bénéficiaire du permis de construire
transmet une déclaration d’achèvement des travaux en
conformité avec le permis de construire.
Cette déclaration sera transmise aux autorités compétentes.
Cette déclaration permet d’obtenir un certificat de conformité
qui équivaut à un permis habiter pour les habitations ou une
autorisation d’admission du public pour les équipements.
 

Bonne Chance…….

Vous aimerez peut-être aussi