Vous êtes sur la page 1sur 35

THEME 3:HISTOIRE

ET MEMOIRES

AXE 2:HISTOIRE,MEMOIRE
ET JUSTICE
INTRODUCTION
 ACCROCHE  Le monde 01/04/2021

Cet exemple montre le


développement d’une
justice exceptionnelle à
toutes les échelles. CPI et
la volonté d’adopter des
règles internationales.

Mais cet exemple en


montre aussi les limites
DEFINITION DES TERMES DU SUJET
CADRE SPATIO TEMPOREL
 HISTOIRE 
VOIR COURS INTRODUCTION
 MEMOIRE ET MANUEL P 168_175

A la fin de la guerre froide, multiplication des


conflits inter et intra étatiques avec des crimes de
masse comme en Ex Yougoslavie ( 1991-1995)ou au
Rwanda (1994).
Il existe un besoin de justice après des violations
graves au droit international ( génocide, crimes
contre l’humanité et crimes de guerre)
Rendre la justice: un impératif moral,
politique , social et juridique

Justice rétributive Justice transitionnelle

C’est la justice C’est la justice


pénale à toutes les reconstructive
échelles Volonté de
(internationale, réconciliation,
régénération morale des
nationale, locale)
individus . Un nouveau
contrat social
PROBLEMATIQUE

LA JUSTICE PEUT-ELLE
APAISER LES MEMOIRES DES
GENOCIDES ET DES CRIMES DE
MASSE, AUX ECHELLES
NATIONALES ET
INTERNATIONALES?
I-LA CONSTRUCTION D’UNE JUSTICE
PENALE INTERNATIONALE FACE AUX
CRIMES DE MASSE.

A-UNE TARDIVE CONSTRUCTION A
PARTIR DES ANNEES 1990

1-Après la deuxième guerre mondiale


La justice internationale a été
expérimentée pour la première fois (procès
de Nuremberg1945-1946, procès de
Tokyo1945-1948)
http://ww2ends.weebly.com/nuremberg-trials--tokyo-war-crimes-tribunal.html
2-La nécessité d’une justice internationale
réapparait au début des années90

Fin de la guerre froide, multiplication des conflits
locaux. Création de diverses juridictions
internationales:
ACTIVITES P 199,201,203,205,207
 - 1993-2017:tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie
 -1994-2015: tribunal pénal international pour le Rwanda
 -2002: tribunal spécial pour la Sierra Leone
2003: tribunal spécial irakien
2006: chambres extraordinaires au sein des tribunaux
cambodgiens
LE MECANISME

Le conseil de sécurité de l’ONU a créé
en 2010 un « mécanisme pour les
tribunaux pénaux internationaux »,
c’est à dire un organe chargé d’assurer
le suivi des dossiers une fois les
tribunaux internationaux dissous.

L’ensemble est coiffée par la CPI


3- La CPI, cour pénale
internationale

- fondée par le traité de Rome en 1998
(entrée en vigueur effective en 2002.)
aujourd’hui 123 états l’ont ratifié.
- siège à La Haye aux Pays Bas.
- chargée de juger les personnes accusées de
génocide, de crime contre l’humanité, de
crime de guerre et de crime d’agression.
- Sa compétence n’est pas rétroactive (pas de
crime avant 2002)
LES LIMITES DE LA CPI
B-LA JUSTICE A
L’ECHELLE DES ETATS

1- Des pôles spécialisés dans la lutte des
crimes de masse dans la juridiction nationale
(ex France, Belgique, Suisse, Pays Bas ou
Canada)

2- L’action nationale est complémentaire de la


justice internationales eu égard au nombre
d’auteurs présumés et aux capacités limitées
des justices internationales
3- Exemple en France :2014 premier
procès pour génocide
 Le rwandais Pascal 
 Simbikangwa condamné
 par la cour d’assises de
 paris à 25 ans de
 réclusion criminelle
 pour génocide et
 complicité de crimes
 contre l’humanité commis
 entre avril et juillet 1994
 au Rwanda
https://information.tv5monde.com/afrique/genocide-au-rwanda-proces-
historique-de-pascal-simbikangwa-4885
C-UNE JUSTICE DIFFICILE A RENDRE


- par le nombre de victimes et de coupables hors
du commun.
- par la nature des crimes jugés, encouragés voire
ordonnés par un Etat.
- par la difficulté de recueillir des preuves et des
témoignages

Mais vigilance accrue de la communauté


internationale (ex Rohingyas en Birmanie- aout
1998 l’ONU reconnaît officiellement d’un génocide)
II-LE TRIBUNAL PENAL
INTERNATIONAL POUR L’EX-
YOUGOSLAVIE

 A-LE CONTEXTE :LE MASSACRE DE
SREBRENICA EN 1995

REPERES P 204
1-un massacre qui s’est déroulé pendant la
guerre en ex-Yougoslavie


Guerre entre 1992 et 1995 qui a fait 200 000 morts.
- Déclenchée par les serbes pour essayer de
conserver l’unité de la Yougoslavie (création de
nouveaux Etats: Croatie, Slovénie, Macédoine,
Bosnie)

- En Bosnie Herzégovine, trois communautés (les


croates catholiques, les Serbes orthodoxes et les
bosniaques musulmans)
2- Le massacre de Srebrenica est
organisé par l’armée serbe

-sous la direction de Milosevic,Mladic et Karadzic

Du 11 au 16 juillet 1995: 8000 hommes et


adolescents bosniaques et musulmans sont
assassinés dans l’enclave de Srebrenica sous le
regard impuissant des casques bleus de l’ONU:
volonté de purification ethnique.
Général Mladic:  »nous offrons la ville au peuple
serbe; L’heure a enfin sonné de notre vengeance
contre les turcs »
https://www.youtube.com/watch?v=WU-GhCpUog4


B- JUGER LES CRIMINELS DE GUERRE
PAR UNE JURIDICTION
INTERNATIONALE

1993: création du TPIY tribunal pénal international
pour l’ex-Yougoslavie par le conseil de sécurité de
l’ONU pendant le conflit et jusqu’en 2017.
161 personnes mises en accusation ( chefs d’état et
de gouvernement, généraux..) parmi lesquels les
responsables du massacre de Srebrenica
90 individus condamnés
Karadzic (40 ans) Mladic ( perpétuité)Milosevic
s’est suicidé.
DOCUMENTS 3 ET 4 P207:le bilan


LE BILAN DU TPIY

A fait la lumière sur la réalité des
crimes et des massacres.
A réhabilité la mémoire des victimes

Mais la paix reste fragile dans les


Balkans, les tensions sont encore vives
entre les populations et les Etats
III-LA JUSTICE A L’ECHELLE
LOCALE:LES TRIBUNAUX GACACA
AU RWANDA

 A-LE CONTEXTE: LE GENOCIDE DES TUTSIS ENTRE
AVRIL ET JUILLET 1994
 1- Le Rwanda est un état multiethnique de l’Afrique de
l’Est ( 7 millions d’habitants):
 Les tutsis (éleveurs)minoritaires qui ont longtemps exercé le
pouvoir économique et politique
 Les hutus (agriculteurs)

 Ce pays est indépendant depuis 1960 mais en guerre civile


depuis entre le FPR ( front populaire rwandais- tutsis) et le
FAR (forces armées rwandaises-hutus): massacres et logique
de haine.
ACTIVITES

_ LE GENOCIDE DES TUTSI AU
RWANDA 1à 4 p 199.
- LES GACACA:JUGER POUR
PACIFIER 1à4 p 201.
- LES GACACA:CE QUE LES PROCES
REVELENT SUR LE DEROULEMENT
DU GENOCIDE 1 à 4 p 203.
2- Le paroxysme de 1994
-massacre de masse
avec les outils du
quotidien (machettes, marteaux, couteaux..)
- massacre dans de lieux de proximité: sur
les collines (massacre en plein air) et dans les
écoles et les églises.
- c’est un « génocide de voisinage »

Mais massacres sporadiques jusqu’en 1996.


3- Les mécanismes du génocide
 et à la
Grâce à l’anthropologie
sociologie, l’historien analyse le
déchaînement de violence
- cruauté extrême (assassinats des
enfants, viols, mutilation de cadavres)
- participation des civils au génocide
- la société civile y participe aussi par
son silence ou sa passivité
B-LES TRIBUNAUX GACACA:UNE
JUSTICE POPULAIRE POUR
RECONCILIER

1- Une justice transitionnelle: un processus
de reconstruction et de réconciliation
nationale
- marquée par le nombre des prévenus (500 000)
- cette justice est complémentaire de celle du TPIR
(tribunal pénal international pour le Rwanda) qui a
fonctionné entre 1994 et 2015 à Arusha en Tanzanie
( 61 personnes condamnées à la prison à perpétuité
TPIR
2- Les juridictions gacaca

- créées en 2001, elles rappellent les
tribunaux communautaires villageois en plein
air. « La justice sur l’herbe ».
Chaque gacaca comprend un juge suprême,
un vice président, un secrétaire et cinq juges
( pas de procureur ni avocat) et des citoyens
sélectionnés qui reçoivent deux semaines de
formation.
- plus de 12000 tribunaux entre 2002 et 2012
ont jugé plus de deux millions de personnes.
Elisa finocchiaro/flickr
3- mise en perspective

La justice est indispensable pour rétablir l’unité
nationale et apaiser les mémoires.
La justice transitionnelle vise à un compromis
politique entre anciens ennemis et favorisent des
solutions non judiciaires (mise en scène d’une
réconciliation publique)
- écoute des victimes
Mais l’exigence de justice est parfois sacrifiée au nom
de la stabilité ( amnisties très fréquentes)
Mais les réparations matérielles ne sont pas toujours
assurées
CONCLUSION
Les exemples yougoslaves et rwandais illustrent

deux modalités de prise en charge des crimes de
masse par la justice. La création du TPIY est une
étape majeure de la mise en place d’une justice
internationale. Les Gacaca ont participé à l’œuvre
de réconciliation et à l’élaboration d’une histoire et
d’une mémoire collective.
Ces deux procédures de justice se sont appuyées
sur les travaux des historiens et les ont nourries.
 Mais est il vraiment possible de concilier
l’impératif de justice et l’apaisement des
mémoires?