Vous êtes sur la page 1sur 48

A.

Akkari
02/6/2003

m   
 
      
la pertinence d¶une
approche anthropologique
et interculturelle
„


i    

i 
 

    
    
   


i   
 
 
 

 

i     


 
  
 

     
 

i 
     
 


 3 

   

i— 
i 
 
i


 
  a notion de trajectoire est
  

  pertinente pour analyser la

i  scolarité des jeunes migrants
i

  


 


a scolarité de l¶élève migrant
i  doit être pensée en termes de
 
 
   


 processus, de trajectoires
    

   e milieu familial (trajectoires
i
 
    familiales)
  



 
  ¶élève-acteur
R 
 
    
    
    

i e fait que la Suisse et la plupart des


pays développés sont devenus de facto
des pays d¶immigration n¶est
pratiquement plus contesté.

i es statistiques démographiques établis


par l¶office fédéral de la statistique
(OFS) confirment très nettement ce
constat.
i raditionnellement, les migrants en direction
de la suisse proviennent essentiellement de
l¶Europe du Sud.
i ne tendance à la diversification de l¶origine
culturelle des migrants est perceptible.
i ¶Ex-Yougoslavie, la urquie et le reste du
monde sont de plus en plus présents dans la
composition du mouvement migratoire.
i ¶hétérogénéité des arrivants en termes
d'origine culturelle géographique, sociale et
niveau de qualification a augmenté durant les
deux dernières décennies.
3  
3   3  
i— 
i 
 


 
 
  
3   3  
  3  
 
i 

  


 


i  i   

 
 
   



    

 
i  


i
 
   
 

   
  



 
  

     

i a diversité constatée au niveau de la


population globale se reflète
automatiquement au niveau du système
éducatif.
i eci est d¶autant plus marqué que la
population d¶origine étrangère est en
moyenne plus jeune que la populatlion
suisse.
i epuis 1980, le nombre des enfants et
des adolescents étrangers a progressé
en Suisse (15% en 1980, 22% en
1996).
m   
     
    

i ifférentiation des trajectoires scolaires:


 Système scolaire sélectif avec:
 des sections à exigences élémentaires (menant à
une sortie précoce du système scolaire à un
apprentissage professionnel)
 et
 des sections à exigences étendues (menant à des
études gymnasiales).
i e 35 % en 1980, la part des suisses
fréquentant une école aux exigences
élémentaires est tombée à 27 % en 1995. On
observe le même phénomène pour les enfants
venant d¶Allemagne, de France et d¶Autriche.
i ¶évolution est inverse pour les pays de
l¶Europe du Sud-Est : environ deux tiers des
enfants portugais, turcs, ex-Yougoslaves
vivant en Suisse fréquentent une école à
exigences élémentaires.
i elevons que la part des enfants ex-
Yougoslaves a nettement progressé pendant
les dernières décennies.
i es enfants venant d¶Italie et d¶Espagne, les
deux plus anciens bassins d¶émigration,
fréquentent pour moitié environ de telles
écoles, mais sont de moins en moins
nombreux à le faire.
m     

  

i 'OFS distingue trois catégories de


classes:
 es classes homogènes qui ne comptent
aucun enfant de culture étrangère.
 es classes hétérogènes accueillent un petit
nombre d'élèves étrangers (moins de 30%).
 es classes très hétérogènes comptent au
moins 30% d'élèves d'autres cultures.

  3   ! 

i ¶analyse de la situation du anton de


Fribourg confirme la tendance générale
sur le plan national.
 ne sur-représentation des enfants de
migrants dans les classes de
développement (exigences élémentaires).
 ne sous-représentation des enfants de
migrants dans les filières à exigences
étendues.
 
      
 
    
"  R RR







OO
 O
OO
 O
OO
O
O














O









Source: Akkari (à partir des statistiques de l¶OFS)


 
      
 
  
 
"  R RR







OO
OO
OO
OO
OO
OO
OO
OO
OO
O













O







O







3    
     
      
 
       
#      
      "R

OO

O

O
   
O
 


O

O










i      
i e concept d¶«intégration» fréquemment
utilisé lorsqu¶il est question de la scolarisation
des jeunes d¶origine étrangère ne semble pas
se traduire dans leurs trajectoires scolaires
i es explications de ce décalage entre les
intentions des politiques éducatives
(intégration) et les trajectoires scolaires des
enfants migrants ont été proposés par des
recherches en sociologie l¶éducation et en
anthropologie de l¶éducation.
i lusieurs études ont montré que les
performances scolaires individuelles des élèves
apparaissent comme moins bonnes dans les
classes ou le niveau scolaire est globalement
faible alors qu¶elles s¶améliorent dans les
classes ou le niveau global est bon.
 Garmoran, A. & Berends. (1987). he effects of
stratification in secondary schools: syntheis of
survey and ethnographic reserach. eview of
educational reserach, 4, 415-453.
i   
 
 
 
 

   
    ! 

  
     
     $   !
  

" %  

 u côté de l'offre: les  u côté de la demande:


mécanismes qui assurent les conséquences des
la reproduction sociale usages différenciés de
dans l'institution scolaire l'institution par les
diverses classes sociales
 a plupart des travaux en sociologie
de l¶éducation estiment qu¶à
catégories socio-économiques
identiques, les élèves migrants et les
élèves autochtones ont des parcours
scolaires semblables.
 a variable origine étrangère n¶a pas
d¶effet propre. Elle est dissoute dans la
variable sociale.
 es élèves migrants se comportent
conformément à leur appartenance
sociale
 
  
    

        

i Ouvrir la « boîte noire »


i omme le fait remarquer Mehan (1979),
certaines approches sociologiques de l¶éducation
étudient les entrées et les sorties du système
mais ne prennent pas en compte ce qui se passe
entre deux.
 Mehan, H. (1979). earning lesson. ambridge. Harvard
niversity ress.
i Investiguer les cas qui échappent à la
reproduction: « es raisons de l¶improbable »: la
réussite scolaire des enfants migrants issus de
catrégories sociales défavorisées.
i roblème méthodologique de mesure de la
catégorie sociale
3  
 
 


  



 

Ë   
X  
 
 


Changement dans la
structure familiale
Changement au niveau
de la diversité
Culturelle (bi-culturalisme)

Les problèmes de Augmentation de


Le rôle mesure
des l¶anonymat social
De la classe
femmes sociale

Instabilité du statut social


    
 
  
 



i es approche anthropologiques et
interculturelles de l'éducation et de la
formation fédèrent une grande diversité
de pratiques de recherche.
i Animées par des intérêts de
connaissance, des objets et des outils
variés, ces approches ont en commun
d'accorder une valeur signifiante et à
l'expérience, à l'observation, au vécu et
aux récits du sujet humain.
    
 

i e concept de culture est à la base de


l¶approche anthropologique de l¶éducation.
« Nous pouvons considérer la culture comme le
système de représentations qui, en le
contextualisant, donne cohérence et dès lors
signification au vécu collectif et individuel. es
cultures ne diffèrent pas, en effet, par leurs
contenus, ou pas tellement, mais bien plutôt
par la manière d'organiser ces contenus, de
les associer et de les hiérarchiser. »
OE O A., dans Immigrations et nouveaux pluralismes -
une confrontation de sociétés, ollectif (sous la direction d'A.
Bastenier et de F. assetto), éditions niversitaires et e
Boeck niversité, Bruxelles, 1990, pp. 56 - 57.
  
 
 

i Franz Boas (1858-1942):


 ¶environnement culturel est plus important
que l¶hérédité dans l¶explication de la
différenciation raciale.
 ne culture doit être abordée comme un
tout et un aspect ne peut être extrait et
étudié en dehors du contexte.
 ¶intégration des différentes composantes
d¶une culture dans un même tout n¶exclut
pas les contradictions internes.
 ne recherche critique basée sur une
investigation minutieuse des faits.
i Boas, F. (1940). ace, language and culture. New
York: Macmilan.
3
     
  
  
    
 

i Anthropologique i Interculturelle
i ôle fondateur i Insistance sur
i rofonde connaissance l¶interaction
des cultures i éfinition « non
i Apport de l¶anthropologie essentialiste » la culture
culturelle américaine i Intérêt pour le bi-
(Boas et Mead) culturalisme
i Monographies concernant i ournée vers l¶action
une culture et son (pédagogie)
rapport à l¶éducation i Interculturalisme
i Multiculturalisme anglo- francophone
saxon
   

i Anthropologie appliquée à différentes


minorités culturelles (Ogbu)
i Acculturation des migrants (Berry)

i apport au savoir (harlot)


 es apports illustrent la complémentarité
entre les approches anthropologiques et
interculturelles.
i entative de synthèse (asen)
  
 
 $    
   
 

 "&!

i ité par Bronfenbrenner (1979) dans la


construction de son modèle écologique
i &!  3
 


m 
 Ogbu, J. . (1981). Origins of human competence
: A cultural-ecological perspective. hild
evelopment, 52, 413-429
i Objectif de Ogbu : présenter une alternative
aux explications traditionnelles (distance
culturelle, infériorité génétique) de l¶échec
scolaire des minorités culturelles.
i ¶explication de Ogbu se compose de deux
parties : e système (the System) et les forces
communautaires (ommunity Forces).
i   i   
i olitiques et   
pratiques sociales et i omment les
éducatives minorités (élèves et
i Bénéfices (rewards) parents) répondent
sociaux escomptés au traitement ?
par les performances i rois plans
scolaires  Instrumental
i raitement des  elationnel
minorités culturelles  erception du
(migrants) à l¶école curriculum et de la
langue de
l¶enseignement
i Stratégies d¶évitement du succès
scolaire des jeunes minoritaires aux
Etats-nis (Afro-américains,
hispaniques et ).
i Attitudes oppositionnelles par rapport à
l¶école
 efusing to succeed in school to avoid becoming
« white »

     

a  


   
    
  
  

  

a     — — — —


—
 !
   
—  
——


   Berry, J.W. (1991). oûts et avantages sociopsychologiques du multiculturalisme.


ocuments de travail n0 24. Ottawa: onseil économique du anada.
£    "3
  
3&% '    „  

i l'expérience scolaire notamment étant


indissociablement, rapport à soi, rapport aux
autres (aux enseignants et aux copains) et
rapport au savoir . (harlot, 1999).
i haque individu qui a une histoire singulière
n'est pas un objet, mais un sujet. En tant que
tel, il construit du sens et met en œuvre des
activités.
i out individu humain donne sens à ce qu'il
est, à ce qui lui arrive, à la situation dans
laquelle il se trouve, à la société et au monde
dans lesquels il vit.
i Elèves migrants: la triple autorisation
i 3 acteurs (famille, pairs, enseignants)
'      
"( 
i eprésentations sociales des adultes (aussi
appelées « ethnothéories ») sur ce #

#      
i Il s'agit de la combinaison des schémas
théoriques de différents auteurs: Berry, Super et
Harkness, Bronnfenbrenner, Ogbu
i #   
 
    

 
  .
i ette co-construction est représentée par des
interactions multiples plutôt qu'un schéma de
causalité linéaire.
» Source : ierre . asen Education informelle et processus
d¶apprentissage. A paraître dans Akkari, A. & asen, .. (en
préparation). „  
 (titre de travail). aris :
¶Harmattan
  
!"  #   $

 !
(
' )
   3!!
" 

( % &   & "' 


' )

 3#
    
3 

   
  

 


 $
    
   )
m   
i ¶école accepte l¶élève migrant s¶il rejette sa différence (ou il
maintient sa spécificité dans l¶espace privé).
i Xm&* "£!
 
i ¶école tolère l¶élève migrant avec ses particularités culturelles
(distance culturelle), mais il demeure durablement étranger et
différent.
i „£m&*%   £  m&*% X£ *m&*
i ¶école continue à véhiculer certaines valeurs de base sans
obliger l¶élève migrant à renoncer complètement aux siennes.
herchons ensemble les meilleurs moyens d¶apprendre.
i *m  £m&*
intégration

assimilation
séparation

iAssimilation  adopter (identité, rapport au savoir


caractérisé par la distanciation)
iIntégration  s¶adapter (statégies identités, rapport au
savoir caractérisé par la mobilisation)
3   
 
  
    
 

i Méthodes qualitatives
 Holiste, le sens (interactionisme symbolique)
 ¶approche holistique consiste en l¶examen de toute les
composantes d¶un problème donné et l¶analyse des liens
entre ces composantes.
i reswell, J. (1998). ë      .
housand Oaks: Sage.
i ifférents niveaux de l¶enracinement culturel
 religion
 langue
 Ethnicité
 ..
i omplémentarité avec les approches psychologiques
(facteurs individuels) et sociologiques (facteurs sociaux)
de la scolarisation d¶enfants de migrants.

  
  
 



Ethnothéories des enseignants


Influence des ethnothéories sur les
trajectoires scolaires des enfants
migrants ou appartenant à des
minorités culturelles.
apport au savoir
ifférents rapports au savoir et à la
pédagogie des élèves selon leur
appartenance culturelle.
i (a) Ethnothéories
i echerche longitudinale les ethnothéories des enseignants
(Etats-nis, Suisse et anada)
i roximité conceptuelle entre habitus, ethnothéorie et
représentation sociale
 #+! est le concept central de la sociologie de
Bourdieu
 il fournit
# 
 %
   entre
l'i  
et le 


i +!  $
       

    
 
 $


 

  
i  
   

 
 

 



    


    

 
   ! "  # $%&%#Les représentations sociales
'
 (')*#
i eachers¶ perceptions, teachers¶ beliefs
i + ,
¶  
  
 ,, 
 
X 
 

i a procédure en trois étapes:
i 1. Entretiens approfondis avec un groupe
restreint d¶enseignants (dégager des catégories
autour duquel s¶organisent leurs ethnothéories).
i 2. onception d¶un questionnaire administré à un
échantillon représentatif d¶enseignants dans
différents contextes culturels.
i 3. Focus group: entretien collectif avec un
groupe d¶enseigants pour discuter et analyser les
catégories (recoupement, etc ) en lien avec les
situations réelles en classe.
3        
   

i
ducation centrée sur l'enfant
i Enseignement différencié
i Educabilité universelle
i esponsabilité de l'enseignant
i alorisation de l'instruction
i Objectifs de socialisation
 !
   

   
      )

i a catégorie        est plus


fortement représentée chez les Afro-
américains. Elle est la plus faible chez les
enseignants suisses francophones. es Euro-
américains occupent une position
intermédiaire.
i Inversement, les catégories  
  et       
sont prioritairement choisies par les
enseignants suisses francophones et les moins
choisies par les Afro-américains. es Euro-
américains ont un choix intermédiaire entre
ces deux extrêmes.
"! £   

i a relation pédagogique représentée par un triangle


unissant élèves, enseignant et objet de savoir doit
aujourd'hui être complexifiée en tenant compte des
caractéristiques de chacun des trois pôles.
i 'élève est sujet social et cognitif, fruit d'une histoire
culturelle, individuelle et sociale. Il a sa propre
représentation du savoir et se construit un rapport au
savoir.
i e qui ce passe en classe joue un rôle central dans la
fabrication d¶attitudes déviantes par rapport aux valeurs
promues par l¶école
i ¶école joue un rôle central dans la construction de
pratiques déviantes même si nous savons que l¶attitude
des élèves sont aussi le produit d¶une socialisation
extra-scolaire (famille, pairs)
3 

i our comprendre les trajectoires scolaires des
enfants migrants, il est nécessaire de
s¶intéresser aux determinismes
macrosctructurels mais aussi aux histoires
i— 
i 
  singulières.


 
  i es fondements historiques, idéologiques et
  


éthiques de lµécole obligatoire relèvent d'un
  déni des allégeances particulières
i
i 

  


 
Il s'agit d'abord de produire les conditions

 intellectuelles, culturelles et morales d'une


i 
  unité niant les diversités.


 
 i ¶analyse des trajectoires scolaires des
   



i
  enfants migrants contribue à aider l¶école à

 

  
accueillir, accompagner et concrétiser le
 
 potentiel d¶éducabilité des « autres enfants
différents ».