Vous êtes sur la page 1sur 37

Université Cadi Ayyad

Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales


Marrakech

Filière de Droit en Français


2ème semestre
2019-2020

 Théorie Générale du Droit Constitutionnel -


Introduction

Préparé par Mme Laghrissi Awatif

1
Les bases du Droit Constitutionnel (DC)
Le cours de théorie générale du DC en S2 étudie les
notions essentielles et les principes fondamentaux du
DC :
l’Etat, la Constitution, la Démocratie,
la Séparation des Pouvoirs & la classification des
régimes politiques.
Le cours des régimes politiques comparés en S3
traite certains régimes politiques contemporains :
Grande-Bretagne, Etats-Unis, France, Maroc.

2
Le DC a pour objet l’encadrement juridique des
relations politiques dont l’enjeu essentiel est le
pouvoir.
Cette caractéristique n’est pas propre au DC : le
phénomène du pouvoir est universel et se manifeste dans
les relations privées (familiales, travail), comme dans les
rapports entre acteurs du jeu politique.
La particularité de notre matière : le DC régit des
relations politiques dont l’enjeu est la conquête et
l’exercice du pouvoir dans le cadre de l’Etat.

3
Le Droit Constitutionnel : Discipline juridique
Il pose les règles qui régissent le comportement des plus
hautes autorités de l’Etat.
Il rassemble les règles relatives au statut des autorités
politiques, à leurs pouvoirs et aux rapports entre elles.
Ces règles sont contenus dans un document formel : la
Constitution / statut juridique de l’Etat qui fixe
l’organisation des pouvoirs publics, la hiérarchie des
normes juridiques et les droits fondamentaux des
citoyens.
Les Constitutions contemporaines : protègent les
gouvernés avec l’existence de Cour constitutionnelle qui
veille à ce que le législateur, respecte les droits
fondamentaux consacrés par le texte fondateur situé au
sommet de la hiérarchie des normes.
4
Le DC est l’ensemble des règles juridiques qui
encadrent l’exercice du pouvoir politique et la
compétition pour sa conquête.
Il tient une place fondamentale dans les Etats
démocratiques modernes où le droit régit les activités
des citoyens, celles de leur représentants, ainsi que
l’action des gouvernants.
Droit de l’Etat : il concerne une des branches du droit
public & se distingue du droit des agents de l’Etat et
des rapports entre l’administration étatique et les
citoyens (droit administratif) et du droit de l’Etat dans
ses rapports avec les autres Etats (droit international).

5
Notre cours présente les cadres conceptuels et théoriques
communs aux régimes politiques qui ont adopté des
constitutions (18ès) dans un objectif d’encadrement du
pouvoir et de protection des gouvernés contre
l’arbitraire.
Quatre chapitres seront développés :
 L’Etat : préalable à l’étude des régimes politiques et
cadre spatial dans lequel s’établissent les relations
gouvernants/gouvernés.
 L’organisation constitutionnelle de l’Etat : le statut
juridique de l’Etat et qui organise l’exercice et la
dévolution du pouvoir politique.

6
 La Démocratie : la participation à l’exercice du
pouvoir politique.

 La séparation des pouvoirs : principe inscrit dans la


quasi-totalité des constitutions modernes.

Il s’agit du pouvoir politique institutionnalisé dans


un cadre étatique qui domine le monde actuel.

7
Plan du cours
 
Introduction Générale : Notions fondamentales de droit
1-Distinction du Droit public et du Droit privé
2-Définition du Droit constitutionnel
3-Objet du Droit constitutionnel
4-Le constitutionnalisme

Chapitre I : L’Etat
Section 1 : La notion d’Etat
Section 2: L’organisation et le fonctionnement de l’Etat

 
8
Chapitre II : L’organisation constitutionnelle de l’Etat
Section 1 : Le constitutionnalisme
Section 2 : La hiérarchie des normes et le contrôle de la
constitutionnalité des lois

Chapitre III : La démocratie


Section 1 : Les principes de la démocratie
Section 2 : Les systèmes de participation des citoyens au pouvoir
Section 3 : L’exercice de la démocratie électorale

Chapitre IV : La séparation des pouvoirs et la classification des


régimes politiques
Section 1 : La séparation des pouvoirs
Section 2 : La classification des régimes politiques
9
Introduction Générale :
Notions fondamentales de droit
 Le terme droit est employé dans différents sens :
• Faculté d’accomplir certaines actions : droit de
vote….
• Ensemble de normes : droit civil, droit
constitutionnel…
• Science qui étudie les normes : la Faculté de droit,
l’étudiant en droit.
Il apparaît que le droit constitutionnel est :
-un ensemble de normes;
-une partie du droit;
-la discipline qui étudie cet ensemble.
10
Le droit : ensemble des règles (normes)
juridiques de conduite sociales obligatoires,
générales et impersonnelles, établies et
sanctionnées par l’autorité publique, ayant pour
finalité de régir les rapports entre les individus
au sein de la société.
L’existence de sanctions prévues par l’autorité
publique permet d’assurer l’effectivité / la réalité
au caractère obligatoire de la règle de droit & de
distinguer le droit des règles de vie en société :
morale, politesse, religion.
11
Toutes les sociétés possèdent des « codes de conduite »,
fondés sur la distinction entre le « bien » et le « mal »,
auxquels les individus sont tenus de se conformer dans
les relations sociales.
- La règle morale qui cherche la perfection de la personne
et l’épanouissement de sa conscience, impose des devoirs
et dicte des principes pour la vie sociale, dont les
sanctions, sont d’ordre psychologique, comme le remord
ou le regret.
La règle de droit s’inspire de la morale : l’interdiction
morale et religieuse de voler ou de tuer, tenir sa parole, ne
pas nuire à autrui …est consacrée par le droit.
12
- Les règles de politesse→ un comportement
conventionnel : fondé sur le respect et la courtoisie dans
les relations entre les individus / la sanction est constituée
de critiques, voir le rejet de la personne concernée par le
groupe social.
- La religion →ensemble de principes, de règles et de
commandements, qui définissent le rapport du croyant
avec Dieu et dans la société, impose des règles et prévoit
des sanctions, d’ordre interne, puisque la contrainte
émane de Dieu et non de l’Etat.
La règle de droit présente certains liens avec la règle
religieuse : code de la famille, du statut personnel et
successoral ….

13
Hans Kelsen (1881-1973) le droit : « ordre de contraintes ».
Le droit : système hiérarchisé de normes, édictées par
l’Etat, obligatoires pour tous, qui peuvent être imposées
par la force.
La spécificité de la règle de droit et des sanctions qui
sont attachées à sa violation : existence d’autorités
publiques, chargées de faire respecter la règle de droit et de
juridictions chargées de prononcer et de faire exécuter les
sanctions à l’égard des auteurs des infractions.
Dans les sanctions on peut distinguer :
-L’exécution contrainte de la règle de droit;
-La réparation;
-La punition.
14
1- La distinction entre Droit public et Droit Privé
Le droit se ramifie en fonction des techniques qu’il
emploie →distinction au sein des règles de droit des
règles de Droit public et Droit privé.
Si la summa divisio qui existe entre le droit public et le droit
privé, est importante d’un point de vue pédagogique, elle
n’est pas toujours justifiée sur le plan scientifique :
 elle tend à masquer l’unité du droit
 en raison de la flexibilité des frontières entre le droit
public et le droit privé.

15
Le droit privé : règles juridiques régissant les
relations entre les personnes privées physiques
ou morales pour la sauvegarde des intérêts
individuels.
 Droit fondé sur l’autonomie de la volonté &
présente un caractère égalitaire : fait appel aux
relations conventionnelles.
 La technique essentielle du droit privé : le contrat
en tant qu’accord de volontés juridiquement
libres.

16
Le droit public : règles qui organisent l’Etat et les
collectivités publiques qui possèdent le caractère
de puissance publique. Il concerne également les
relations entre les personnes publiques et les
particuliers (bien que ces relations sont parfois
régies par les règles de droit privé).
Le D Public défend l’intérêt général et organise les
relations de l'État et des collectivités publiques
avec les individus, il est inégalitaire : l’intérêt
général l’emporte sur les intérêts particuliers.

17
L’Etat et les collectivités publiques disposent de
moyens juridiques de contrainte : règles fondées sur
des principes dérogatoires du droit commun et des
prérogatives de puissance publique.
Les prérogatives de la puissance publique : moyens
juridiquement reconnus dont l‘Etat est doté afin de
remplir ses missions d‘intérêt général et d'imposer sa
volonté à des personnes privées.
Exemples : expropriation, pouvoirs de percevoir des
recettes fiscales, pouvoir d’exécution d’office de travaux
sur un immeuble dont l’état est dangereux….

18
La distinction entre les deux branches : droit
public contraignant et droit privé libéral doit être
nuancée :
 l’ensemble des règles de droit ont pour finalité
d’organiser la vie en société et tendent à la sauvegarde
de l’intérêt social;
 l’Etat et les collectivités publiques acceptent, pour la
part de leur activité, relative aux services publics
industriels et commerciaux de se soumettre au droit
privé.

19
La distinction droit public/droit privé reste utile d’un
point de vue pédagogique, sachant que certaines
disciplines constituent des droits mixtes.
Les disciplines du droit privé : droit civil, droit
commercial.
 Droit civil : règles qui assurent l’individualisation
de personne-sujet de droit dans la société (nom,
domicile, état civil) & celles qui organisent les
principaux rapports de la vie en société (famille,
propriété…).
 Droit commercial : règles qui régissent les
rapports entre particuliers lorsque ces rapports
résultent d’acte de commerce.
20
Le droit public se divise en 2 branches : Droit
public interne et droit international public.
DIP : réunit les règles qui gouvernent les rapports
interétatiques (conventions et traités internationaux)
et celles qui définissent l’organisation, le
fonctionnement, les compétences et les pouvoirs des
organisations internationales.
Parmi celles-ci l’ONU et la Charte des NU qui en
constitue le fondement ont une place éminente.
La réalité de cette branche du droit est parfois contestée
car l’effectivité de la règle et en particulier sa sanction
sont très problématique.

21
Le DC et le DA sont les éléments fondamentaux du
Droit public interne : règles qui ont vocation à
s’appliquer à l’intérieur du territoire et à définir
l’organisation de l’Etat.
-DA : prolongement du DC pour ce qui concerne la
mise en œuvre du pouvoir exécutif. Règles qui
définissent et organisent les administrations et
les SP et celles qui régissent leurs rapports avec
les particuliers (contrat administratif et
responsabilité administrative).
Une partie du DA s’attache à l’organisation
administrative de l’Etat et une autre définit les
moyens d’action de l’administration (personnels
et biens du domaine public) 22
Les Droits mixtes : disciplines qui réalisent une
combinaison de règles relevant du Droit public et
privé .
Le Droit pénal : règles de droit ayant pour but la
sanction des infractions  est composé pour partie de
règles de droit public (les infractions sont déterminées
en considération de l’intérêt général→ rôle de la
puissance publique) et de règles de droit privé (les
sanctions prononcées pour sauvegarder les
prérogatives individuelles.
Exemple : sanctionner le vol c’est affirmer et protéger la
propriété.
23
2-Définition du Droit Constitutionnel
 Le DC est né avec l’Etat moderne
 Branche du droit public interne : réglemente
l’organisation et le fonctionnement de l’Etat.
 Discipline qui étudie les Règles juridiques relatives
« aux institutions grâce auxquelles l'autorité
s'établit, se transmet ou s'exerce dans l'État » qui se
trouvent dans la Constitution ou qui sont dégagées
par un juge spécialisé : le juge constitutionnel.
 Règles juridiques relatives aux relations entre les
pouvoirs publics, les principes qui fondent les droits
et libertés fondamentaux, ainsi que la création et le
régime des normes juridiques qui en sont issus.
24
L'épithète « constitutionnel » lié aux règles
fondamentales contenues dans  la Constitution &
les différents textes qui s’y rattachent (lois
constitutionnelles et lois organiques) qui encadrent
le pouvoir dans l’Etat et les relations
gouvernants/gouvernés.
La Constitution écrite ou coutumière est une norme
fondamentale : Elle institue les pouvoirs publics,
détermine leurs attributions, règle les modalités de leur
coexistence ou de leur collaboration et fixe les droits
fondamentaux et les devoirs des citoyens.

25
La Constitution ne se limite pas à l’organisation du
pouvoir politique elle traduit également les
principes fondamentaux qui l’imprègnent : texte
qui exprime une vision du monde, un projet de
société, une idée de l’homme.
Le préambule de la constitution américaine :
« Nous, le Peuple des États-Unis, en vue de former
une Union plus parfaite, d'établir la justice, de faire
régner la paix intérieure, de pourvoir à la défense
commune, de développer le bien-être général et
d'assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à
notre postérité, nous décrétons et établissons cette
Constitution pour les États-Unis d'Amérique ».
26
3- Triple objet du DC
  Discipline qui étudie les règles juridiques relatives à
l’encadrement des phénomènes politiques → triple objet :

Le DC fixe l’organisation et fonctionnement du pouvoir dans l’Etat


: sa structure, son mode d’acquisition son fonctionnement .
Son objet ne se limite pas aux institutions politiques.
Son objet s’étend aux institutions administratives (collectivités
locales) ou aux institutions juridictionnelles.
Il s’agit du DC institutionnel.

Le DC organise les relations gouvernants / gouvernés


reconnaissance de droits et libertés inscrits dans un texte solennel
.
Il s’agit du DC des libertés.
27
- La création et le régime juridique des normes
juridiques est le 3ème objet du DC : la
Constitution est une norme de production des
normes /normes qui règle l’élaboration des lois,
des normes générales en exécution desquelles
s’exerce l’activité des organes étatiques.
Il s’agit du DC normatif .

28
Si le droit constitutionnel a pour objet l'organisation
de l'État et le fonctionnement des institutions
politiques : l'activité politique est encadrée par
la règle juridique.
Ce qui confère au Droit constitutionnel une mission de
conciliation dans le cadre de l’Etat-Nation :
« coexistence pacifique du pouvoir et de la liberté »
par la conciliation de 2 notions à priori antinomiques
: l’autorité et la liberté.
D’où les principes de bonne gouvernance et la notion
d’État de droit : l'État soumis au droit et les citoyens «
jouissent de la sécurité, de la liberté, de l’égalité des
chances… » et protection contre l'arbitraire.
29
4- Le constitutionnalisme

Le constitutionnalisme : courant de pensée qui fait de la


constitution, qui concevait la liberté et le pouvoir comme
antinomique.
Pour garantir la liberté il fallait limiter le pouvoir au moyens de
règles d’organisation
Le mouvement naît en Europe et en Amérique au XVIIIème siècle :
limiter le pouvoir de l’Etat et garantir l’exercice des droits et
libertés des citoyens dans l’Etat.
Pour les constitutionnalistes : la loi ne peut exprimer la volonté de
la population que dans le respect de la constitution.
Cette tendance se traduit dans Déclaration des Droits de l’homme
et du citoyen du 26 août 1789. L’article 16 : « Toute société dans
laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation
des Pouvoirs déterminée, n’a point de constitution ». 30
Le constitutionnalisme va marquer les conceptions
modernes de l’Etat, dans la mesure où la quasi-totalité
des Etats, issus du mouvement de décolonisation ou
avec l’effondrement du bloc soviétique, ont adopté une
constitution.
Cette généralisation va s’accompagner du
contrôle de constitutionnalité des lois : permet au
juge de contrôler la conformité de la loi avec les
dispositions de la constitution, ce qui constitue, une
limite à l’exercice du pouvoir politique & une garantie
contre les risques d’arbitraire pour la protection des
droits et libertés des citoyens.

31
Synthèse : Les fondements du droit constitutionnel
Etude des régimes dont :
 La constitution est une réalité juridique contraignante pour les
gouvernants et protectrice pour les gouvernés.
 La démocratie est le principe de gouvernement ;
→ La démocratie « gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple »
se caractérise par :
1- le primat de l’individu ;
2-La liberté politique ;
3-la liberté politique est garantie par la séparation ou la division des
pouvoirs ;
4-Les droits et libertés des citoyens juridiquement protégés
→La Constitution est le pilier de l’Etat de droit (Armel le Divellec
Dictionnaire DC, Dalloz 2015 ).

32
Références Bibliographiques

1-Manuels de cours
Awatif Laghrissi, Droit Constitutionnel Contemporain,
Théorie générale & régimes politiques comparés,
Imprimerie El Watanya, 2020.
Awatif Laghrissi, Notions Fondamentales de Droit
Constitutionnel, Imprimerie El Watanya, 2017.
Bernard Chantebout, Droit constitutionnel, 32ème édition,
Armand Colin, 2015.
Dominique Chagnollaud, Droit constitutionnel
contemporain, Tome 1, Armand Colin, 7ème édition, 2013.
Eric Oliva, Sandrine Giummara, Droit constitutionnel,
7ème édition, 2011. 33
Georges Burdeau, L’Etat, Seuil, 1970.
Gilles Champagne, L’essentiel du droit
constitutionnel, Théorie générale du droit
constitutionnel, Gualino éditeur, 3ème édition, 2002.
Hugues Portelli, Droit constitutionnel, Dalloz, 3ème
édition, 1999.
Jacques Chevallier, L’Etat, Dalloz, 1999.
Jean Luc Aubert, Introduction au Droit et thèmes
fondamentaux du droit civil, 5ème édition, Armand
Colin 1992.

34
Maurice Duverger, Eléments de droit public, PUF, 11ème
édition, 1988.
Michel Verpeaux, La constitution, Dalloz, 2008.
Pauline TURK, Théorie générale du droit
constitutionnel, 2ème édition, 2009.
Philippe Blacher, Droit constitutionnel, Hachette,
2012.
Philippe Ardant et Bertrand Mathieu, Institutions
politiques et droit constitutionnel, LGDJ, 23ème
édition, 2011.

35
Philippe Foillard, Droit constitutionnel et institutions
politiques, Paradigme, 2011.
Pierre Pactet, Institutions politiques Droit
constitutionnel, Armand Colin, 21ème édition, 2002.
Pierre Pactet, Droit constitutionnel, Dalloz Sirey
Université, 2010.
2-Ouvrages Méthodologie
Florent Baude, Droit Constitutionnel, Fiches et
QCM, Editions Foucher, 2011.
Philippe Ardant, Droit Constitutionnel et
institutions politiques, Corrigés d’examens,
L.G.D.J, 1997.
36
3- Revues
- Pouvoirs
 Les nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel
 Revue marocaine d’administration locale et de
développement (REMALD)
4-Sites Internet
-www.conseil-constitutionnel.fr : les grands arrêts
du Conseil Constitutionnel
-www.cour-constitutionnelle.ma

37