Vous êtes sur la page 1sur 54

Cours magistral de Chimie Thérapeutique

ANTI-DIABETIQUES ORAUX
DE SYNTHESE (ADOS)

Dr COULIBALY SONGUIGAMA
Département de Chimie thérapeutique, UFR Sciences Pharmaceutiques et Biologiques, Cocody-Abidjan
1
Objectifs pédagogiques

1.Etablir une classification pharmacochimique des ADOS

2. Etablir une RSA en série des sulfonylurées antidiabétiques

3. Donner les effets indésirables des principales molécules

2
I. DEFINITIONS ET GENERALITES
1-Rappel sur le diabète
2-Définitions des médicaments antidiabétiques oraux
II. CLASSIFICATION-MONOGRAPHIE DES ADOS
1-Médicaments de l’insulinorésistance
A-Biguanides

an
B-Thiazolidine-2,4-diones
2-Médicaments insulinosécréteurs

Pl
A-Sulfamides hypoglycémiants
B-Glinides
C-Gliptines
3-Inhibiteurs des α-glucosidases
4-Inhibiteurs du co-transport sodium - glucose SGLT-2
III. USAGE RATIONNEL DES ADOS
IV.CONCLUSION 3
I. Définition-Généralités

Médicaments antidiabétiques oraux :


 Hyperglycémie pathogène (diabète)
 Biochimique : taux élevé de sucre dans le sang ( N = 0,8 – 1,2 g/ L)
 Baisser ou normaliser une glycémie anormalement élevée
 Hypoglycémiants ou normoglycémiants

Rappel sur le diabète :


 Normale de la glycémie: 0,8 – 1,2 g/ L
 Diabète : glycémie ≥ 1,2 g/ L + glycosurie + HbA1 (glyquée)= 6 ou 6,5 %
4
I. Définition-Généralités
Rappel sur le diabète :
 Glycémie régulée par des hormones
o Insuline (cellule β de Langerhans): hormone hypoglycémiante
o Glucagon (cellule α de Langerhans): hormone hyperglycémiante
o α- glucosidase: Enzyme digestive (Hydrolyse les polysaccharides en
monosaccharides absorbables)
o Effet incrétine: Effet hypoglycémique médié par divers hormones
(glucose-dependent insulinotropic peptide (GIP) et glucagon-like-
peptide-1 (GLP-1)). Favorise l’action et la sécrétion de l’insuline
o Hyperglycémie :↓ Sécrétion d’insuline et/ou ↓ d’efficacité d’insuline
5
I. Définition-Généralités
Rappel sur le diabète :
 Maladie grave mal traitée et/ou suivie
o Troubles métaboliques graves: hypercholestérémie,
hyperlipidémie, œdèmes par rétention hydrosodé ….
o Troubles cardiovasculaires: HTA, rétinopathie (cécité),
neuphropatie, gangrène des membres inférieurs…
 Différents types de diabète (hyperglycémies):
o Diabète insulinodépendant (Diabète de type I)
- Absence de production d’insuline
- Destruction des cellules β des îlots de Langherans
6
- Sujet jeune (avant 20 ans)
I. Définition-Généralités
Rappel sur le diabète :
 Différents types de diabète (hyperglycémies):
o Diabète non insulinodépendant (Diabète de type II):
- Production d’insuline
- Résistance à l’insuline
- Apparait après 40 ans (surpoids+++)
o Diabète gestationnel: pendant la grossesse uniquement

7
II. Classification-monographies des ADOS
 Classification chimique : séries chimiques variées
o Biguanides; Thiazolidine-2,4-diones, Sulfamides hypoglycémiants,
o Dérivés de l’acide carbamoyl méthyl benzoïque …
 Classification pharmacothérapeutique: en fonction du mode d’action
o Médicaments de l’insulinorésistance: Biguanides, Thiazolidine-2,4-
diones
o Médicaments Insulinosécréteurs: Sulfamides hypoglycémiants,
Glinides, Gliptines
o Médicaments inhibiteurs des alphaglucosidases
o Médicaments inhibiteurs du co-transport sodium - glucose SGLT-2
8
1-Médicaments de l’insulinorésistance
CH3
A-BIGUANIDES H
H2N N N
CH3
 Définition-structure
NH NH
oPossède 2 motif de guanidine METFORMINE
DiabamylR, GlucophageR, StagidR
oSeul représentant
oFavorisent l’action périphérique de l’insuline ( foie, muscle)
o↓ la production hépatique de glucose en freinant la néoglucogenèse
oAucune prise de poids
oIls n’induisent pas d’hypoglycémie
o1ère intention: échec des mesures hygiéno-diététiques et l’activité physique
9
(surpoids+++)
1-Médicaments de l’insulinorésistance
A-BIGUANIDES

 Propriétés physicochimiques
o Base forte (pKa = 11,5).
o Absorption gastro-intestinale incomplète au pH physiologique.
o Métformine est sous forme ionisée (protonée).

 Contrôle analytique
o Identification : Point de fusion, IR, Sakaguchi (α-naphtol →Coloration rouge).
o Dosage : protométrie en titrant par HClO4.
o Essai : Recherche de cyanoguanidine et de mélanine 10
1-Médicaments de l’insulinorésistance
A-BIGUANIDES
 Présentation-Posologie
o glucophage: cp ou sachets à 500, 850 et 1000 mg
- 2 à 3 cp/jour, en 2 à 3 prises (dmax = 3 g/jour)
- Milieu de repas (meilleure tolérance digestive)
- Association possible avec tous les autres ADOS
 Effets secondaires
o TD dose-dépendants: NVD, douleurs abdominales (disparation progressive)
o Perte d’appétit, sensation de goût métallique, rougeur cutanée
o Acidose lactique favorisée: IR, IH, intoxication éthylique, hypoxie ou surdosage
o  de l’absorption de la vit B12: très rare et au long terme 11
1-Médicaments de l’insulinorésistance
A-BIGUANIDES
 Interactions médicamenteuses (IM)

o Médicaments hyperglycémiants : corticoïdes, antiasthmatiques broncho-


dilatateurs (béta stimulants), diurétiques, œstroprogestatifs….
o Contrôle fréquent de la glycémie, modification de la posologie de la metformine
 Contre-indications
o Diabète insulinodépendants, Acidocétose ; insuffisance rénale ; maladie
aiguë pouvant provoquer une insuffisance rénale (déshydratation, infection
grave, choc...), Insuffisance hépatique, grossesse, allaitement
12
1-Médicaments de l’insulinorésistance
B-THIAZOLIDINE-2,4-DIONES (GLITAZONES)
 Définition-structure
oPossède un motif thiazolidine dione : porteur en 5 d’un alKylaryle ou son
homologue (isostère) à caractère lipophile
oEncore appelés glitazones : segment clé de leur DCI
o Diabète non insulinodépendant
S
S CH3 5 O
H3C 5 O N N
N O O H
N O O H N
PIOGLITAZONE ActosR
ROSIGLITAZONE AvandiaR
13
1-Médicaments de l’insulinorésistance
B-THIAZOLIDINE-2,4-DIONES (GLITAZONES)
 Mécanisme d'action
Liaisons aux récepteurs PPAR gamma (Peroxysome proliferator activated receptors)

o Amélioration de la sensibilité à l'insuline surtout au niveau musculaire


o ↓ de l’insulinorésistance
o ↓ la glycémie, l'insulinémie

 Indication
o Traitement du diabète non insulinodépendant
o Association possible avec tous les autres ADOS
14
1-Médicaments de l’insulinorésistance
B-THIAZOLIDINE-2,4-DIONES (GLITAZONES)
 Présentation-posologie
o (Roziglitazone)AVANDIA®: cp 2, 4, 8 mg / (Pioglitazone)ACTOS®: cp 15, 30 mg
o 4 – 8 mg/24H (Roziglitazone) / 15 - 45 mg/24H (Pioglitazone)

 Effets secondaires spécifiques


o Prise de poids
o Œdèmes par rétention hydrosodée
o Décompensation d'une insuffisance cardiaque.
 Contre-indications
o Insuffisance hépatocellulaire
o Patient qui a déjà des taux de transaminases à deux fois les normes
o Insuffisance cardiaque stade 3 et 4 15
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Définition-structure
oPossède une structure de type benzène sulfonylurée: diversement substituées

oMolécule de 1ère génération : durée d’action : 24 – 60h / dose élevée


o Molécule de 2ème génération: durée d’action : 12 – 24h / dose plus faible
16
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Origine développement en série
o 1941-1942 (Savagnone et Janbon): troubles de la glycorégulation chez patients
traités aux sulfamides antibactériens
o 1944 (Loubatières): montre que ces sulfamides augmentent la libération
d’insuline endogène et son action
o 1953 (Franke): rapporte l’activité hypoglycémiante du carbutamide

17
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Origine développement en série


o 1964(Gutsche) :relève l’activité hypoglycémiante de la glymidine
o 1968: mise sur le marché de glibenclamide, sulfonylurée hypoglycémiante
de 2ème génération, active à des doses de quelques mg

Glymidine Glibenclamide 18
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Structure-produits utilisés
 Sulfonylurées de « 1ère génération »

NH2

SO2 NH C NH C4H9
O
CARBUTAMIDE GlucidoralR

19
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Structure-produits utilisés
 Sulfonylurées de « 2ème génération »
CH 3

CH 3
SO2 NH C NH
O OH

SO2 NH C NH N
CH 3 O
GLIBORNURIDE GlutrilR GLICLAZIDE DiamicronR
20
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Structure-produits utilisés
 Sulfonylurées de « 2ème génération »

H3CO CH3 N CH3

CH2 CH2 NH CO CH2 CH2 NH CO


CH2 CH2 NH CO N CH3 N

Cl O

SO2 NH C NH SO2 NH C NH
SO2 NH C NH CH3
O O
O
GLIBENCLAMIDE GLIPIZIDE GlibénèseR, OzidiaR
GLIMEPIRIDE
R R R
Daonil , Euglucan , Hémi-Daonil
AmarelR 21
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Propriétés Physicochimiques

o Acide faibles : pKa de 5 à 6


o Lipophiles (Log P [Lipophilie : Log P > 2]).
o Solubles en milieu alcalin en raison du caractère acide du sulfamide
o Absorption dans l’UV (Maximum d’absorption de 225 à 230 nm)

22
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Contrôle analytique
o Identification : Température (°C | Point de fusion), UV, IR, CCM.
o Essais :
• pH des solutions.
• Recherche des substances apparentés (urée non sulfonée)
• Perte à la dessiccation
o Dosage :
• Protométrie en milieu non aqueux (dans l’éthanol avec titrage par NaOH).
• Spectrométrie UV.
23
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Relation structure-activité

o Substitution du para est préférable pour l’activité hypoglycémiante


o Affinité aux canaux K+ sensibles à l’ATP (cible biologique)
o Nature du substituant détermine la durée d’action des sulfonylurées

24
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Relation structure-activité
o Petit groupement lipophile (1ère génération): CH3; Cl, acétyl….
- Faible activité (donc nécessité de doses plus élevées) → plus EI
- T½ :24 à 60 h donc plus de risque d’EI
o Substituant plus large de type éthylcarboxamide (2ème génération):
- Bonne activité (donc nécessité de doses plus faibles) → moins EI
- T½ :12 à 24 h

25
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Relation structure-activité
o Influence la lipophile: nombre carbone (3 à 6 carbones)
o Méthyle inactif, éthyle faible activité.
o N-propyle à N-hexyle sont actifs
o Nombre de carbones ≥ 12 → Non Actif.

Nécessité de la présence d’un hydrogène


sur l’azote voisin du sulfonyle (liaison au
niveau du site actif A). 26
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Relation structure-activité : site d’action

1ère génération

2ème génération

o Site A:Hydrogène acide des sulfonylurées.


o Site B: Azote de la fonction amide des sulfonylurées (2ème génération plus27 actif)
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Mécanisme d’action
o Action pancréatique : antagonistes des canaux K+ ATP dépendants.
En bloquant les canaux potassiques ils génèrent un afflux calcique dans les
cellules β pancréatique provoquant une libération d’insuline.

Il faut donc un pool basal d’insuline pour que les sulfamides soient efficaces.
o Action extra-pancréatique : augmentation du nombre de récepteurs
au glucose (augmentation de la sensibilité tissulaire)

 Indication : Traitement du diabète non insulinodépendant 28


2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS

 Indication : Traitement du diabète non insulinodépendant

 Présentation-posologie
D.C.I. NOM COMMERCIAL DOSAGE POSOLOGIE MODALITES DE PRISES

Glibenclamide DAONIL 5 mg 1,25 mg à 20 Prise avant chaque repas


HEMI-DAONIL 2,5 mg mg
DAONIL FAIBLE 1,25 mg
EUGLUCAN 5 2,5 mg
MIGLUCAN 5 mg

Gliclazide DIAMICRON 80 mg 80 à 320 mg Prise avant chaque repas Une


DIAMICRON 30 LM 30 mg 30 à 120 mg seule prise à jeun le matin
Gliméripide AMAREL 1, 2, 3, 4 1, 2, 3, 4 mg Une seule prise le matin à jeun
mg
29
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Effets indésirables

o Hypoglycémie: favorisée par IR et/ou IH, activité physique inhabituelle,


alimentation insuffisante ou déséquilibrée, alcool et certaines associations
médicamenteuse → complications: infarctus du myocarde, AVC, séquelles
neurologiques (encéphalopathies post-hypoglycémiques).
o Réactions cutanéo-muqueuses: urticaire, prurit
o Troubles digestifs: nausée, diarrhées, constipations
o Troubles hématologiques réversibles: thrombocytopénie, leucopénie,
30
anémie
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Interactions médicamenteuses

Potentialisateurs des hypoglycémies:


o AINS, Coumariniques (AVK),Sulfamides antibactériens, fibrates →
déplacement des liaisons aux protéines plasmatiques et surdosage
o Probénécide :  clairance rénale des sulfamides hypoglycémiants
o IMAO et ranitidine (antagoH2) :  Vidange gastrique
o IEC (médicaments inhibiteurs d’enzymes), allopurinol
o Béta-bloquants : masquent les symptômes de l’hypoglycémie (tachycardie,
31
palpitations)
2-Médicaments insulinosécréteurs
A-SULFONYLURÉES OU SULFAMIDES HYPOGLYCÉMIANTS
 Interactions médicamenteuses
Effets diabétogènes:
o Chlorpromazine (traitement des troubles psychotiques)
o Glucocorticoïdes par voie générale ou locale,
o Hormones de croissance, Progestatifs macrodosés
o β-2 stimulants (salbutamol),
o Salidiurétiques

 Contre-indication
o Miconazole (v.o.): T½ vie par inhibition enzymatique et hypoglycémie
o Grossesse et allaitement ( insuline) 32
2-Médicaments insulinosécréteurs
B-DÉRIVÉS DE L’ACIDE BENZOÏQUE : GLINIDES

 Définition-structure
oPossède une structure de type l’acide carbamoyl méthyl benzoïque
oEncore appelés glinides : segment clé de leur DCI
CH3
oDiabète non insulinodépendant
H 3C CH2

CH 2 CO NH CH

H 3C O
COOH

REPAGLINIDE NovonormR
33
2-Médicaments insulinosécréteurs
B-DÉRIVÉS DE L’ACIDE BENZOÏQUE : GLINIDES

 Origine développement en série


oStructure dérivant du Glibenclamide

• Remplacé la sulfonylurée par un acide carboxylique


• Fixation au site A par l’acide carboxylique
• Suppression des EI des Sulfamides
• Fixation sur le site B par la partie gauche

non commercialisé
34
2-Médicaments insulinosécréteurs
B-DÉRIVÉS DE L’ACIDE BENZOÏQUE : GLINIDES
 Mécanisme d’action
o Molécules récentes mais même mécanisme d’activation que celui des
sulfonylurées → Activation de la sécrétion d’insuline.
o Action plus rapide et moins d’effets indésirables.
 Indication : Diabète non insulinodépendants seul ou associé à la Metformine
 Présentation-posologie
o Novonorm (répaglinide): cp à 0.5, 1 et 2 mg.
A dose très progressive, 15 à 30 minutes avant les principaux repas.
0.5 mg/prise, puis si besoin par paliers de 1 à 2 semaines jusqu’à 4 mg/prise.
Dose maximale = 16 mg/jour. 35
2-Médicaments insulinosécréteurs
B-DÉRIVÉS DE L’ACIDE BENZOÏQUE : GLINIDES
 Effets indésirables
o Risque d’hypoglycémie (rare). Majoré lors d’association avec la metformine
o Troubles digestifs (douleurs abdominales, diarrhées, nausées et vomissements)
o Troubles de la vision
o Atteintes hépatiques
Interactions médicamenteuses

o Mdts inhibiteurs du CYP2C8: gemfibrozil, triméthoprime


o Mdts inhibiteurs du CYP3A4: macrolides, antifongiques azolés, ARV
antiprotéases, Cimétidine, jus de pamplemousse… administrés en même temps.
o Bêta-bloquants non sélectifs (masquent les éventuels signes d’hypoglycémie)
36
2-Médicaments insulinosécréteurs
B-DÉRIVÉS DE L’ACIDE BENZOÏQUE : GLINIDES
 Contre-indications
o Diabète de type 1
o Acidocétose diabétique, avec ou sans coma
o IH sévère (du fait du métabolisme hépatique du répaglinide)
o Grossesse et allaitement

37
2-Médicaments insulinosécréteurs

C-GLIPTINES OU INHIBITEURS DE DIPEPTIDYL PEPTIDASE-4 (IDPP-4)


 Définition-structure
o Possède une fonction amide, dont l’azote est intégré dans un cycle
pyrrolidine ou pipérazine substitué ou accolé à un autre cycle.

o Chaine carbonée de type acylamine: porteuse d’un cycle (benzène ou


adamantane)
F
F H
NH2 O H

N
N N N
N HO N HO N
F N H H
O C O C
N N
CF3
SITAGLIPTINE VILDAGLIPTINE SAXAGLIPTINE
JanuviaR, XeleviaR GalvusR OnglyzaR
38
2-Médicaments insulinosécréteurs

C-GLIPTINES OU INHIBITEURS DE DIPEPTIDYL PEPTIDASE-4 (IDPP-4)


 Mécanisme d'action

Inhibiteurs compétitifs et réversibles de l’enzyme dipeptidylpeptidase IV (DPP-4 )

Prolonge la demi-vie donc les effets des gluco-incrétines endogènes (GLP-1 et GIP).

o Potentialisent l’insulinosecrétion
o Préservent les cellules β pancréatiques
o Réduisent les taux circulants de glucagon 39
2-Médicaments insulinosécréteurs

C-GLIPTINES OU INHIBITEURS DE DIPEPTIDYL PEPTIDASE-4 (IDPP-4)

 Indication : Patient diabétique de type 2, en association avec la metformine


lorsque le régime, l’exercice physique et la metformine sont insuffisants

 Présentation-posologie

o Januvia et Xelevia (sitagliptine): cp à 100 mg :1 cp le matin.


o Galvus (vildagliptine): cp à 50 mg: 1 cp matin et soir.
50 mg/jour si association à un sulfamide hypoglycémiant
o Onglyza (saxagliptine): cp à 5 mg: A. 1 cp/jour.
40
2-Médicaments insulinosécréteurs

C-GLIPTINES OU INHIBITEURS DE DIPEPTIDYL PEPTIDASE-4 (IDPP-4)

 Effets indésirables
Troubles gastro-intestinaux
Affections rhumatologiques
NB: Effets indésirables à long terme de cette classe thérapeutique ???
 Avantages
Emploi facile : administration par voie orale
Peu d'effets secondaires décrits pour le moment.
Pas de prise de poids
Peu d'hypoglycémie
 Inconvénients : Efficacité modeste pour une molécule coûteuse. 41
2-Médicaments insulinosécréteurs

C-GLIPTINES OU INHIBITEURS DE DIPEPTIDYL PEPTIDASE-4 (IDPP-4)

 Précautions d’emploi
IR :si légère aucune adaptation posologique
IH : si légère ou modérée aucune adaptation posologique
Sujet âgé : aucune adaptation posologique mais < 75ans

42
3-Inhibiteurs de l’α-glucosidase ou pseudosaccharides

 Définition-structure
o Glucides alimentaires (50% de l’apport énergétique global):
• Polysaccharides: amidon
• Disaccharides: saccharose, lactose
• Monosaccharides: glucose, fructose
o Polysaccharides et disaccharides : hydrolyse en oses pour être absorbés dans
l’intestin grêle

α-glucosidases (glycoamylases, maltase, isomaltase, saccharase): glucose et fructose

Inhibiteurs des α-glucosidases: Baisse de l’absorption de glucose


Baisse de la glycémie post-prandiale
43
3-Inhibiteurs de l’α-glucosidase ou pseudosaccharides

 Définition-structure

o Structure chimique qui mime la structure osidique.


o Grande affinité pour l’α-glucosidase OH

HO
CH3 OH OH
N
HO O O O
OH OH OH OH HO
HO NH O O
OH OH OH HO OH
OH OH Viosamine
Cyclitol Maltose
R MIGLITOL DiastabolR
ACARBOSE Glucor

44
3-Inhibiteurs de l’α-glucosidase ou pseudosaccharides

 Indication

o Traitement du diabète non insulinodépendant


o En monothérapie (en 2ème intention) si metformine et sulfamides contre-
indiquées
o En plurithérapie en association avec sulfamides ou metformine
 Posologie
Acarbose ( GLUCOR® ) :cp 50/100mg
Miglitol (DIASTABOL® ) :cp 50/100mg
Ad : 50mgX3/j au début des repas,puis 6 à 8 semaines 100mgX3/j si nécessaire
45
3-Inhibiteurs de l’α-glucosidase ou pseudosaccharides

 Effets indésirables
o Troubles digestifs (flatulences et météorisme, diarrhée) minimisés par
une posologie progressive permettant à la flore bactérienne intestinale
de s’adapter au traitement
o Réactions cutanées (éruptions, érythème, exanthème…)
o Elévation transitoire des transaminases
 Interactions médicamenteuses : Vit B6, digoxine : qui
diminuent la vitesse d’absorption

46
3-Inhibiteurs de l’α-glucosidase ou pseudosaccharides

 Contre-indications
o Hypersensibilité
o Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (crohn…)
o Insuffisance rénale sévère (< 25ml/min)
o Enfant de moins de 15 ans
o Allaitement

47
4-inhibiteurs du co-transport sodium - glucose (SGLT-2)

 Définition-structure

o Nouvelle classe thérapeutique (gliflozines) =3 molécules :


o Dapagliflozine : demande AMM rejeté /FDA ( risque de cancer du sein et
vessie)
o Canagliflozine : autorisé aux USA avec suivie postmarketing (augmentation
risque AVC)
o Empagliflozine
o Possèdent une fraction du glucose porteur diarylméthylène
48
4-inhibiteurs du co-transport sodium - glucose (SGLT-2)

 Définition-structure

glucose

Empagliflozine (JARDIANCE®),
Dapagliflozine (FORXIGA®)

Canagliflozine : (INVOKANA®) / (VOKANAMET®) associée à la metformine


49
4-inhibiteurs du co-transport sodium - glucose (SGLT-2)

 Mécanisme d'action

Inhibiteur du co-transporteur sodium-glucose de type 2 (SGLT2), bloquant


en partie la réabsorption rénale du glucose et entraînant son excrétion
urinaire.

 baisse de la glycémie sans engendrer d'hypoglycémie


 baisse de l'Hba1c d'environ 0,7%
 perte de poids d'environ 2Kg
 Baisse de la pression artérielle augmentation de la diurèse et natriurèse
50
III-USAGE RATIONNEL DES ADOS

 Indication : Traitement du diabète non insulinodépendant

 Présentation posologie
o Dapagliflozine (FORXIGA®): Cp 10 mg ; 10 mg/ jour en une prise
o Canagliflozine : (INVOKANA®): Cp 100 mg ; 100 à 300 mg/jour en une prise
 Effets indésirables / contre-indication
o Infections des voies urinaires et mycoses génitales
o Aucune donnée chez l'enfant ou la femme enceinte
o Acidocétose
o Arrêter le traitement avant une intervention chirurgicale
o Risque de deéshydratation ou d'hypotension
51
III-USAGE RATIONNEL DES ADOS

Bon usage des Antidiabétiques oraux

ETAPE 1 : mesures hygiéno-diététiques : objectif d’HbA1c < 6% pdt 6 mois

ETAPE 2 :
HbA1C reste > 6 %  Metformine (avant d’atteindre la valeur seuil de 6,5 %)

o En cas d'intolérance digestive à la Metformine ou de CI à cette molécule


 inhibiteur des alphaglucosidases

o si l’ IMC < 27 kg/m²  Un Insulinosécréteur (Arylsulfonylurées ou glinide)


52
III-USAGE RATIONNEL DES ADOS

ETAPE 3:
o HbA1C > 6,5 % après 6 mois d’une des monothérapies :  Bithérapies
o Metformine + insulinosécréteur
o Metformine + Glitazone
o Metformine + inhibiteur des alphaglucosidases
o Insulinosécréteur + Glitazone,en cas d'intolérance ou de CI à la Metformine
o Insulinosécréteur + inhibiteurs des alphaglucosidases (si hyperglycémie
post-prandiale importante mais avec une moindre efficacité sur l’HbA1c que les
autres associations)

ETAPE 4:
Echec de la bithérapie : l’HbA1c > 7 % après 6 mois ou plus de bithérapie
Insulinothérapie
53
IV-CONCLUSION

o Groupes de médicaments hétérogènes : traitement des hyperglycémies


pathogènes
• Diabète de type 2 (seuls ou en association)
• Diabète de type 1 en association à l’insuline (Metformine) en cas d’insulinoR

o Prévenir les complications métaboliques et cardiovasculaires

o Associer au traitement une bonne hygiène de vie: règles hygiéno-diététiques

o Privilégier la monothérapie progressive, ensuite la bithérapie

o Femme enceinte: l’insulinothérapie


54