Vous êtes sur la page 1sur 26

04/03/2021

Dallages en béton armé : Conception et Dimensionnement


1
1- Sommaire

1. Dallages
a. Définitions
b. Fonctionnement
c. Modes de rupture
d. Eclaircissements
2. Calcul au sens du DTU 13-3
a. Présentation du code
b. Hypothèses
c. Déroulé du calcul
d. Eclaircissements
3. Outil développé
a. Utilisation de la feuille
b. Listing
Exemple d’un dallage industriel
c. Exemples
d. Eclaircissements
4. Réponses aux questions de fond

2
1. Dallages

Définitions et Fonctionnement
3
1.1 Définitions
Dallage :
Dalle en béton de grandes dimensions par rapport à son épaisseur reposant exclusivement
sur son sol support.

0 Revêtement éventuel
1 Couche d’usure éventuelle
2 Dallage
3 Interface éventuelle
4 Couche de forme éventuelle
5 Sol

4
1.1 Définitions

3 types de dallage :

- Dallage en béton armé :


Complexité de mise en oeuvre mais
durabilité plus importante et conditions
d’exploitation plus sévères

- Dallage en béton non-armé :


Facilité de mise en oeuvre mais
uniquement pour des faibles charges

- Dallage additionné de fibres :


Légère augmentation du prix mais
augmentation de la résistance Coulage d’un radier de grandes dimensions
structurelle

5
1.1 Définitions

Différents types de joints :

6
1.1 Définitions
Joints de dilatation (Types 1 / 2 / 3):
Permettre la libre dilatation du dallage sous l’effet de la température
Espacement d’après §B.5.1 du BAEL (cf. §6.2 du DTU13-3)

Joints d’isolation (Type 1) :


Désolidariser le dallage des éléments de structure adjacents

Joints de retrait (Types 1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6) :


Favoriser la fissuration de retrait à des endroits bien spécifique permettant
d’organiser cette fissuration
Non-nécessaires pour un dallage armé sinon tous les 5m

Joints de construction (Types 1 / 2 / 3) :


Délimiter le dallage qui est réalisé par bandes avec règle de dressage d’une
certaine longueur

Joint de retrait avec un fer à joint Joint conjugué avant coulage Joint d’isolation avec un poteau
7
1.2 Fonctionnement
Plaque (normalement peu rigide) sur sol élastique dont le fonctionnement est séparé en 3
parties :

- En zone centrale
Sur une zone de diamètre défini
avec aucun effet de bord, indépendant
des dimensions.

- En bordure

Fonctionnement en console
sur une longueur définie
- En angle

8
1.3 Modes de rupture et pathologies

Fissuration :
- Insuffisance d’épaisseur
- Joint sciés manquants
- Absence de désolidarisation des éléments
de structure
- Insuffisance d’armatures (flexion ou
Fissuration “en étoile” témoin d’efforts mécaniques non-
maîtrisés (retrait bloqué par exemple
gradient thermique)
- Absence de cure
- Mauvaise qualité du béton
- Mauvais compactage ( initial ou suite à une
saignée)
- Absence de joints de retraits
Fissuration témoin d’une mauvaise efficacité des
joints (trop grandes distances entre joints)
9
1.3 Modes de rupture et pathologies

Tassement :
- Mauvais compactage
- Sol mal reconnus (caractéristiques non-
vérifiées)
- Insuffisance locale d’épaisseur
Déboitement d’une canalisation dû à un
tassement non-maîtrisé
- Pas de désolidarisation avec des éléments
de structure
- Venues d’eau non-maîtrisées
désorganisant le sol

Tassement non-maîtrisé amenant le déboîtement


de la canalisation
10
1.3 Modes de rupture et pathologies

Soulèvement :
- Variation de niveaux de nappe entraînant
des cycles tassement/gonflement
- Mauvaise mise hors-gel du dallage
- Gonflement des argiles
- Utilisation de sols sulfatiques pour la
Minéral expansif responsable du soulèvement
d’un dallage
couche de forme (formation de minéraux
expansifs de type ettringite / thaumasite)

Bien différencier soulèvement du dallage


et affaissement de la structure porteuse.

Soulèvement d’un dallage

11
2. Normes

Calcul au sens du DTU 13-3


12
2.1 Présentation de la norme NF P11-213
NF P11-213 (DTU 13-3) en 3 parties :
- Partie 1 : Dallages industriels => Norme principale
- Partie 2 : Dallages non-industriels
- Partie 3 : Dallages de maisons individuelles

NF P11-213 - Partie 1 :
- Paragraphes §1 à §9 : Hypothèses, données d’entrées et
exécution
- Annexe A : Aspect géotechniques
- Annexe B : Charges et Actions
- Annexe C : Déroulé du calcul
- Annexe D : Chambre froides
- Annexe E : Maintenance

13
2.2 Hypothèses et données d’entrées

Données à demander au client :


- Béton (fcj, υ, γ )
- Site industriel ou non
- Abrité du soleil ou non
- Conditions de trafic (occasionnel, courant, fréquent)
- Données de sol (Es, υ, h)
- Charges Réalisation d’un dallage en béton

Données d’entrée à déterminer lors de l’étude


- Épaisseur du dallage (respecter §5.5.1 (hmin = 15cm) / sauf dans partie 2 (hmin = 13cm))
- Distance entre joints ( < 25m pour se dispenser du calcul du retrait linéaire)
- Contrainte de calcul des armatures (200MPa / 250MPa / 400MPa selon BAEL)
- Nombre de nappe d’armatures (respecter §5.5.2.1 (épaisseur inférieure à 16cm))

14
2.3 Déroulé du calcul

Couple (Kdeq ; Deq)


Deq est tel qu’une charge répartie q sur un cercle de diamètre Deq provoque un tassement identique à une charge
ponctuelle d’intensité égale à la résultante de q sur Deq. Ledit tassement vaut w = q / Kdeq.

q
Q = q π Deq² / 4

Deq

15
2.3 Déroulé du calcul

Calcul du couple (Kdeq ; Deq) pour un sol hétérogène


1. Fixer Deq

2. Calcul du tassement pour une pression unitaire :

Les coefficients d’influence I(a;b) caractérisent le tassement à une distance a du centre de la charge et
à une profondeur b. Les coefficients sont disponibles au tableau C.1 (page 57).

3. Calculer Deq par :

4. Recommencer par itération jusqu’à convergence

Recommencer le calcul avec le module de déformation différé du sol E bv au lieu du module de déformation
instantané du sol E b pour obtenir le couple (Kdeq,v ; Deqv) lié au tassement long terme.

16
2.3 Déroulé du calcul

Charge répartie uniforme qCUR


1. Calcul du moment dû à la flexion : Mf,CUR = 0,035.q.Deq² ( §C.4.1.6 )

2. Calcul de la contrainte due au gradient thermique : σt = 0,5 δ.10-5.Ebv ( §C.4.1.3 )

3. Calcul du moment dû au gradient thermique : Mt = σ. H² / 6

4. Somme de Mt et de Mf,CUR .
5. Calcul des armatures nécessaires au BAEL.

La section d’acier déterminée pour la face inférieure est à reconduire en face supérieure ( §C.4.1.6 ).

Charge linéaire qlin


1. Calcul du moment dû à la flexion : Mf,lin = 0,122.q.Deq( §C.4.1.7 )

2. Somme de Mt et de Mf,lin .
3. Calcul des armatures nécessaires au BAEL.

La section d’acier déterminée vaut pour la face inférieure uniquement ( §C.4.1.7 ).


17
2.3 Déroulé du calcul
Charges concentrées
1. Application des coefficients Ct et Cv aux charges ponctuelles.

2. Pour chaque charge ponctuelle Qi et pour chaque point de calcul P :

- Détermination de di ;

- Détermination de l’angle ψi

- Détermination de la contrainte σr = Mt(x) / H² et σt par §C.4.1.4

1. Sommer les contraintes pour toutes les charges ponctuelles :

2. En déterminer le moment par : Mx = σx. H² / 6 et My = σy. H² / 6

3. Recommencer ce calcul pour chaque point de calcul et réaliser une


courbe avec plus ou moins de précision.

4. Ajouter le moment dû au gradient thermique et calculer les armatures


18 selon le BAEL
2.3 Déroulé du calcul

Calcul en bordure
1. Calcul de la longueur de soulèvement : Lsb = (0,0375.ε’’r.Ebv H / γ) 1/2 ( §C.3.2.3 )

2. Calcul équivalente en bord qui a le même effet que l’ensemble des charges appliquées : Qe =

[6.H / (L + 6.H)]. ∑Qi[1-(di / Lsb)] ( §C.3.2.3.2 )

3. Calcul de la charge annulant le soulèvement : Qs (§C.3.2.3.4)


4. Si Qe < Qs la charge n’est pas suffisante pour annuler le soulèvement donc le fonctionnement
est celui d’une console, on calcule Ms ( §C.4.2.4), le moment orthogonal à la bordure.
5. Si Qe > Qs la charge annule le soulèvement et travaille ensuite sur sol élastique, le moment
orthogonal à la bordure vaut donc M = Ms + M’ avec M’ le moment complémentaire après
annulation du soulèvement.
6. Le moment parallèle à la bordure a pour enveloppe :
Mmax = 0,32 Qe

19
2.3 Déroulé du calcul

Calcul en angle
1. Calcul de la longueur de soulèvement : Lsa = (0,0375.ε’’r.Ebv H / γ) 1/2 ( §C.3.2.3 )
2. Calcul équivalente en bord qui a le même effet que l’ensemble des charges appliquées :

Qe = ∑Qi[1-(di / Lsa)] ( §C.3.2.2.2 )

3. Calcul de la charge annulant le soulèvement : Qs (§C.3.2.2.4)


4. Si Qe < Qs la charge n’est pas suffisante pour annuler le soulèvement donc le fonctionnement
est celui d’une console, on calcule Ms ( §C.4.2.3)
5. Si Qe > Qs la charge annule le soulèvement et travaille ensuite sur sol élastique, le moment
orthogonal à la bordure vaut donc M = Ms + Mc avec Mc le moment complémentaire après
annulation du soulèvement.

20
3. Feuille de calcul

Automatisation des calculs de l’annexe C


21
3.1 Utilisation de la feuille de calcul

Présentation de la feuille de calcul “DTU 13.3 - Dallagev0.1.xlsm”

22
3.2 Listing de calcul

Présentation du listing de la note “13427N001A.pdf”

23
3.3 Exemple de note de calcul

Présentation du corps de la note “13427N001A.pdf”

24
4. Questions

Questions d’ordre général, désaccords et débats


25
Thanks for your attention

26