Vous êtes sur la page 1sur 27

Master : Management des entreprises sociales et territoires

Employabilité via
l’entrepreneuriat
Réalisé par : Professeur : Mme. AICHA AZZAOUI
RACHID ELAYACHI
ZAKARYAE HIJAZI
KARIM DRAOUI
ANAS AGOUMI
MOHAMED SQUALLI HOUSSAINI
GERSON CAMARA SAL SANA
Introduction:
• Dans les sociétés modernes, l’entrepreneuriat se trouve aujourd’hui au
cœur du développement humain. Il donne des perspectives sur l’avenir,
favorise l’expression du potentiel des personnes et ouvre des espaces
de liberté insoupçonnés de progrès correspondant à leur quête de sens.
• L’acte d’entreprendre est vital dans la mesure où il constitue une
formidable voie de réalisation de soi, favorise un mouvement plus
collectif de création de richesses économiques et /ou sociales et
améliore le bienêtre collectif.
• La diversité des initiatives entrepreneuriales participe à une adaptation
plus fine de l’économie aux besoins de la société en matière d’emploi,
de santé, d’environnement ou encore de la lutte contre les exclusions
ou les inégalités sociales.
• Créateur de richesses, l’entrepreneur est en effet un acteur de
justice sociale dans ses efforts de réconciliation de l’économique,
du social et de l’environnemental. En plus, positionner son projet
dans une perspective plus généreuse, plus altruiste, procure un
véritable élan vital au projet et fonde l’engagement des parties
prenantes.
• Ces caractéristiques restent toutefois dépendantes de
l’environnement, au Maroc d’aujourd’hui on assiste à une
intensification extrême de la concurrence des firmes
multinationales, à la mondialisation, à la globalisation, et à un
degré d’incertitude avec un rythme de changement
environnemental inéluctable.
• Placé dans ce contexte les entrepreneurs marocains, principaux
acteurs de la dynamique territoriale sont amenés à relever
plusieurs challenges mais aussi à saisir les opportunités qui
émanent de ce nouvel environnement.
I. L’entrepreneuriat
au Maroc :

1. Historique de
l’entrepreneuriat au Maroc
• Au Maroc l’Entrepreneuriat a subi une évolution depuis
l’indépendance, le pays a vu émerger une classe d’hommes
d’affaires qui ont investi dans des secteurs producteurs de
richesse: textile, agroalimentaires, industrie légère. Mais ces
secteurs ne peuvent pas constituer les fondements d’une
économie moderne susceptible de créer la richesse et engager le
pays dans un développement économique et social généralisé et
ceci en raison de la mentalité profonde et dominante du
commerçant marocain, prudent et frileux et privilégiant une
économie de rente sans prise de risque.
• Cette situation a perduré jusqu’à 1990, date à laquelle on a
instauré de grandes réformes structurelles qui seront à l’origine de
la croissance qu’a connu le Maroc jusqu’aux nos jours. Ces
réformes ont conduit à des transformations certes progressives
mais certaines qui ont impulsés un réelle dynamique
entrepreneuriale. Cette dynamique a favorisé la genèse et le
développement d’un certain nombre de mutation au niveau de la
nouvelle génération d’entreprise et d’entrepreneurs.
2. Les types et formes d’entrepreneuriat marocain :
• Parler de L’entreprenariat au Maroc s’est d’abord admette la
cohabitation de deux catégorie, formel (entrepreneuriat
d’opportunité) et informel (entrepreneuriat forcé ou de nécessité)
• L’entrepreneuriat par opportunité relève d’une intention stratégique
des personnes qui ont déjà travaillé dans d’autre entreprises, et
parce qu’elles ont cerné une opportunité de marché, décident de
créer leur propre entreprise. Généralement, ce sont des personnes
dotées d’expériences et d’un capital relationnel très développé, ce
qui est parfois aussi important que le capital financier. Certes
entreprenariat au Maroc bénéficie d’une certaine démocratisation.
En effet, la constitution prévoit la liberté d’entreprendre et la
réserve à tous les citoyens.
• L’entrepreneuriat de la nécessité, qui, très souvent relève d’une
forme d’auto emploi « entrepreneuriat de survie ». C’est ­à ­dire
qu’une personne n’a finalement pas d’autre choix que de créer son
propre emploi généralement à domicile.
• Depuis l’adoption en 1983 de programme d’ajustement structurel,
et le lancement dans le vaste programme de privatisation, on a
assisté à l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie commerçante et
industrielle, porteuse de dynamiques économiques et sociales
innovantes : « l’émergence d’un nouveau groupe social, les
entrepreneurs privés, signifie telle l’amorce d’un processus
irréversible de construction d’une société civile qui entend
s’affirmer et s’organiser de manière indépendante et autonome ? »
(Tangeaoui, 1993).
• Une telle tournure vers le marché, dû à des raisons politiques,
était à la base de quelques problèmes d’ordre social en élargissant
de plus en plus le fossé entre les classes de la société.
• Par conséquent, des types d’entrepreneuriat vont apparaitre au
Maroc, il s’agit du types: coopératif, associatif ­solidaire et activité
génératrices de revenus.
• Entrepreneuriat social :
Entrepreneuriat Social a pour but la promotion du changement social il
vise à bouleverser les règles des jeux en créant des solutions
innovantes qui satisfait des besoins sociaux. Les combinaisons de
ressources crées par les entrepreneurs sociaux privilégient l’impact
social par rapport au profit. L’émergence de l’ES est étroitement
liée à l’idée que les individus sont multidimensionnels, ils sont plus
que des acteurs économiques qui maximisent le profit.
• Redonner une dimension humaine aux acteurs économiques, une
nouvelle vision de l’économie qui doit servir les hommes et non
l’inverse et plus important d’agir en conséquence. C’est la principale
promesse d’ES. Mais il revient tout de même de se poser la question :
Pourquoi l’entrepreneuriat social ? Et pourquoi maintenant ?
• Il n’est pas anodin de rappeler qu’à l’égard d’une économie
néolibérale confirmée par le phénomène de mondialisation, le rôle de
l’Etat est devenu mineur vis-à-vis des services destinés aux citoyens.
La gestion des biens publics, emportée par le privé, devient une
réalité incontestable, il était donc nécessaire de repenser leur gestion
de manière à concilier entre profit et équité sociale.
• Le Maroc a ouvert cette porte depuis belle lurette, on se rendant
compte de l’importance de l’ES. Les initiatives dans ce cadre ont
marqué les deux dernières décennies notamment avec le programme
de l’INDH qui est un projet de trône ouvert en permanence.
II. Les défis et visions de
l’avenir de
l’entrepreneuriat

1. Défis et obstacles à
l’entrepreneuriat
• Au Maroc, malgré l’importance de l’esprit d’entreprise, peu de
stratégies de développement du secteur privé offrent les moyens
de découvrir et développer les entrepreneurs potentiels ou de
stimuler de nouvelles sources d’entreprises, ces entrepreneurs se
trouvent en plus confronter à des obstacles qui entravent toute
promotion de l’entreprenariat, tels :
 Le manque de transparence dans les affaires et la permanence
des rentes et des privilèges (des passe-droits, du clientélisme et
parenté) constituent l’obstacle majeur à la promotion de
l’entreprenariat ceci se justifie par l’existence de délit d’initiés et
d’accès inégal aux marchés. Ce qui pose toute la problématique de
la concurrence loyale entre les entrepreneurs (équité dans l’accès
à l’information, l’égalité de traitement pour bénéficier des crédits).
 L’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs demeure
confrontée à la persistance du fléau de la corruption qui lamine
l’effort national de promotion de l’Entreprenariat, affecte le rythme
de la croissance, décourage l’investissement et réduit les
opportunités d’affaires.
 Les obstacles relatifs à la création des entreprises au Maroc, le
premier est lié au cadre institutionnel et a trait à la bureaucratie et à
l’existence de monopoles et de chasses gardées, le deuxième type
est à caractère économique et porte sur le coût des facteurs et la
qualité de la main d’œuvre. Tant que les réformes de
l’administration et de la justice ne voient pas une mise en œuvre
effective et ne connaissent pas un rythme accéléré de réalisation,
ni l’objectif de promotion de l’entreprenariat ni celui de l’attrait des
investissements directs étrangers, ne pourront pas se concrétiser
de façon durable et au niveau souhaité par le Maroc.
2. Attentes et visions de l’avenir :
• De nombreux programmes de formation en gestion ont été créés, pour
améliorer les compétences dans les domaines de la comptabilité, de l’étude
de faisabilité, du marketing, mais reste toujours certaines visions à remplir
afin de renforcer le processus de l’entrepreneuriat.
 renforcer la politique publique d’appui à la création d’entreprise:
fait partie des premières attentes de la grande majorité des
entrepreneurs ; Cette perspective d’avenir est la voie la plus
appropriée pour promouvoir ainsi l’initiative entrepreneuriale et
capitaliser les opportunités importantes qui existent dans ce domaine
au Maroc. En effet, l’arrivée massive des investisseurs étrangers
dans un pays en pleine croissance et où plusieurs grands chantiers
sont en cours de réalisation ou en projet et qui a une vision d’avenir
de sa modernisation économique en est une preuve tangible, dans
ce contexte, ils considèrent que le nouvel entrepreneur a surtout
besoin d’encadrement, de conseils et d’information.
 Promouvoir l’initiative entrepreneuriale auprès des jeunes: Les
principales mesures qui peuvent aider à promouvoir l’entreprenariat au
Maroc peuvent être réparties en trois catégories. La première catégorie
est relative à l’accompagnement des jeunes à la création de leur
entreprise, elle comprend la création de fonds d’aide et de soutien, la
révision de la fiscalité des PME, l’encouragement à l’investissement par
allègement des taxes, l’amélioration de l’accès au crédit, favoriser
l’acquisition de terrain et de locaux professionnels, l’instauration d’un
guichet unique et la création de forums et de rencontres pour les
jeunes entrepreneurs. La deuxième catégorie porte sur la mise à
niveau de la jeune entreprise.
La troisième catégorie de mesures porte sur la sensibilisation des
jeunes à l’entreprenariat, la promotion de la culture
entrepreneuriale à l’école et à l’université et le développement du
partenariat international avec les entreprises et les territoires
étrangers. Ces trois catégories de mesures doivent être soutenues
par initiatives visant à accompagner les jeunes entrepreneurs au
cours de toutes les phases de la réalisation de leurs projets.
 Créer un environnement macroéconomique favorable:
L’importance pour les entreprises de l’existence d’un environnement
macroéconomique incitant à la création d’entreprise et ce à tous les
niveaux institutionnel, économico financier et social. Sur le plan
institutionnel, il s’agit de la simplification des procédures pour la
création de l’entreprise, la lutte contre la corruption dans
l’administration, la réforme des justices, la promotion des droits
humains, de l’égalité des chances dans les affaires et l’adaptation de
l’administration au rythme et aux besoins des entreprises. Sur le plan
économico financier, il s’agit de mettre en place une politique
favorisant la baisse du prix du foncier, la baisse des impôts, l’accès au
crédit et l’aide à la promotion des exportations.
Sur le plan social, il convient de lancer les bases d’une stratégie publique
volontariste d’encouragement de l’esprit d’initiative auprès des
jeunes, l’intégration de la culture de l’entreprenariat dans le système
d’éducation et de formation, la promotion de la recherche &
développement et la promotion des études prospectives relatives à
l’entreprise.
A cet égard, la perception du rôle de l’Etat chez est révélatrice des
problèmes que rencontrent les nouvelles générations d’entrepreneurs
et d’entreprises marocains. La principale demande est la levée des
obstacles majeurs à l’entrepreneuriat ’appui financier, l’encadrement,
l’accompagnement et la formation, ce qui suggère la mise en place
d’une politique publique multidimensionnelle concertée et
coordonnée, avec tous les partenaires de l’entreprise
III. l’Entrepreneuriat au
monde : Des expériences
• L’entrepreneuriat vit un réel succès aujourd’hui à travers le monde.
A cela plusieurs raisons : devenir entrepreneur peut être une issue
passionnante pour une personne en recherche d’emploi et dans
l’impasse professionnellement. Le succès du régime auto
entrepreneur fait partie également de l’engouement que rencontre
l’entrepreneuriat. Enfin, il y a un nombre important de motivations
personnelles à devenir entrepreneur : suivre un idéal, prouver ses
compétences, répondre à un besoin de reconnaissance, le goût de
l’aventure professionnelle, avoir le sens des responsabilités, ne
plus dépendre d’une hiérarchie ou encore être le propre acteur de
sa réussite?
• Des expériences internationales de l’entrepreneuriat : les
innovations des start-up :
Une montre connectée pour les malvoyants
• Plus de 200 millions d’êtres humains souffrent d’une déficience visuelle
dans le monde, dont 36 millions sont aveugles, selon les derniers
chiffres de l’OMS. La start-up coréenne DOT Inc. a développé une
montre connectée dont l’écran affiche des caractères en braille. Pour
ce faire, 36 «picots» s’actionnent via un système d’aimants. Cet
affichage en relief permet de recevoir des appels, de consulter des
messages, des notifications et des e-mails.

• S’il le désire, l’utilisateur peut également afficher l’heure en chiffres


arabes. La montre permet aussi un apprentissage du braille pour les
personnes qui ont, pour l’instant, une déficience visuelle légère. Les
phrases s’affichent en effet simultanément sous leur forme originale sur
le téléphone et en braille sur la montre. Le prix de la montre est fixé à
400 francs (suisse).
Investir dans les arbres :
• Réconcilier développement durable et rentabilité: ce credo
vertueux est celui d’Eco Tree. Pour le mettre en pratique, cette
start-up française rachète ou plante des forêts et les entretient à
ses frais. Elle se rémunère en proposant un investissement
atypique à ses clients: devenir propriétaire d’un ou plusieurs arbres
qui prendront de la valeur en grandissant. L’investisseur récupère
sa mise sur la vente du bois lorsque les arbres seront
bucheronnés. Depuis 2016, cette société a levé plus de 1 million
d’euros et planté 56 300 arbres en Bretagne. Une forêt qui a
absorbé l’équivalent des émissions de CO2 de 2840 vols Paris-
New York.
Un système d’irrigation intelligent
• L’agriculture utilise près de 70% des eaux tirées de la nappe
phréatique et des rivières. Pour diminuer son impact, la start-up
italienne Bluetentacles développe un système qui permet
d’arroser les cultures uniquement quand c’est nécessaire. La
solution développée par l’entreprise vise à relier les équipements
existants à une intelligence artificielle en ligne, qui analyse en
permanence les données climatiques et l’humidité du sol.
• Solar Box Gabon est une société de droit gabonais créée officiellement le 22 juin
2016.  Il s’agit d’une startup évoluant dans le domaine de l’énergie solaire
lauréate des prix Startupper de l’année 2016 par Total ,prix de la francophonie
35 35 ,The Tony Elumelu et AFSIA AWARDS . Cette start-up Africaine loue des kits
solaires photovoltaïques aux riverains qui en ont besoin, particulièrement ceux
qui sont dans des sites isolés .
• les populations éprouvent malheureusement encore d’énormes difficultés à avoir
un accès à l’électricité. C’est principalement pour cette raison que le strat-up a
décidé d’œuvrer dans la fourniture d’énergie. Pour cela, ils se sont nous appuient
sur deux grands piliers : le Soleil et la Solar Box, une technologie
brevetée permettant un approvisionnement en énergie solaire à moindre coût
pour les utilisateurs tout en étant de très bonne.
• En 2018 Le blog Start-up Maroc.com a interviewé Aubin Ngoua, fondateur de 
Solar Box:
•  ingénieur aujourd’hui en Génie Electrique issu de l’école polytechnique d’Agadir
• Qu’est-ce qui t’a amené à lancer Solar Box? Comment t’est venu l’idée?
• Solar Box est le projet d’un jeune étudiant qui voulait apporter une solution à
son village non électrifié au Nord du Gabon. Il fallait donc réussir à créer
quelque chose de beau et d’efficace que je devais associer à une somme de
produits pour faciliter la vie des utilisateurs des sites isolés .
• Comment nous décrirais-tu ton expérience entrepreneuriale?
• Expérience intéressante faite de déceptions et de réjouissances. Il n’y a
rien de plus beau que d’apporter de la lumière et des solutions à ceux qui
sont dans le besoin. Le retour client me donne de la force pour
continuer .
• Quels conseils donnerais-tu à un porteur de projet?
• Crois en ton projet et chaque problème a une solution . Si tu n’y crois pas
dur comme fer (sans être borné) personne ne le fera à ta place .
Conclusion :
• La jeunesse témoigne d’un intérêt grandissant pour
l’entrepreneuriat, que les pouvoirs publics soutiennent fortement,
en particulier en direction des demandeurs d’emploi.
• Il parait raisonnable de promouvoir la création d’entreprise, comme
solution au chômage des jeunes diplômés, mais cela passe tout
d’abord par le déploiement de la culture entrepreneuriale et le
l’esprit de l’innovation afin de faire face aux obstacles
d’entreprendre : le manque de ressources financières, de
compétences et de capital social.
Webographie :
• Guest-edited by Danielle Desmarais , Chômage et travail Volume 2,
Number 2, automne 1989.
https://www.erudit.org/en/journals/nps/1989-v2-n2-nps1957/
• Ève Saint-Germes,  « L’EMPLOYABILITÉ, UNE NOUVELLE DIMENSION
DE LA GRH ? » Université Montpellier 2, CREGO, IAE
http://www.axis-and-search.com/wp-content/uploads/2014/06/Saint-Ge
rmes_Eve-employabilit%C3%A9.pdf
• Campy Cécile, « L’entrepreneuriat : antidote au chômage des
jeunes ? », Cahiers de l’action, 2014/1 (N° 41), p. 19-27. DOI :
10.3917/cact.041.0019. URL :
https://www.cairn.info/revue-cahiers-de-l-action-2014-1-page-19.htm
• http://www.toupie.org/Dictionnaire/
• Journal : Le Matin :
https://lematin.ma/journal/2019/statut-letudiant-entrepreneur-nouvelle-
jeunes/319257.html
• MAP :
http://www.mapfes.ma/fr/lancement-du-statut-national-de-letudiant-ent
repreneur/

Vous aimerez peut-être aussi