Vous êtes sur la page 1sur 31

Université Badji Mokhtar Annaba

Faculté de Médecine
Département de Pharmacie

Les prélèvements en hémobiologie


La numération manuelle des GR
Les prélèvements en
hémobiologie
1/ Définition

Un prélèvement en médecine est un


échantillon destiné à être analysé pour
trouver ce qui est anormal:
- Tissus modifiés d’un organe
- Pus
- Sécrétions
- Urine
- SANG
2/ Analyse de l’échantillon
2/ Analyse de l’échantillon

Elle comporte :
la préparation du patient et du matériel,
Le prélèvement d'un échantillon représentatif,
sa conservation et son transport
2/ Analyse de l’échantillon

 Une préparation ou une identification incorrecte du patient  peut aboutir à


des résultats anormaux et ainsi générer des décisions médicales fautives. 

 Seul un prélèvement de qualité permet une analyse fiable, un diagnostic


précis et une prescription médicale efficace.

 Il faut tenir compte d’un certain nombre de conditions:


Moment du prélèvement : Le moment idéal est le matin
Position du patient pendant le prélèvement: La concentration des éléments
intravasculaires les plus volumineux  est plus basse chez un patient couché
Le jeûne : Dans la mesure du possible le patient doit être à jeun
L’effort physique: Des efforts physiques importants peuvent induire une faible
augmentation des GB
2/ Analyse de l’échantillon

 Le prélèvment:
2/ Analyse de l’échantillon

 Le prélèvment:
Consiste à prélever du sang provenant du système veineux
Le capillaire par piqure transcutanée.
prélèvement Destiné aux examens nécessitant une petite quantité de sang
capillaire
2/ Analyse de l’échantillon

 Le prélèvment:
Prélèvement d’un échantillon de sang artériel
prélèvement d’une artère périphérique (pour gazométrie
artériel:
artérielle )
2/ Analyse de l’échantillon

 Le prélèvment:

prélèvement Le plus souvent réalisé au niveau du plis du


veineux coude par un infirmier qualifié.
2/ Analyse de l’échantillon

 Le prélèvment:
C’est un geste médical consistant à prélever de
prélèvement la MO au niveau sternal ou iliaque par un
médullaire trocart. Il ne peut être réalisé que par un
médecin ou un pharmacien biologiste.
2/ Analyse de l’échantillon

 Les anticoagulants:
Un anticoagulant est une substance
chimique ayant la propriété d'inhiber
la coagulabilité naturelle du sang.

Les tubes de prélèvement sont divisés en 2 grandes familles :


- Les tubes dits secs sans anticoagulant permettant d’obtenir du
sérum ( utilisé en sérologie, biochimie…)
- Les tubes contenant un anticoagulant permettant d’obtenir du
plasma
2/ Analyse de l’échantillon

 Les anticoagulants:
1. Anticoagulants précipitant le Ca2+ :
• Oxalates : de Na2+ , de K+, d’ammonium
- Ils précipitent le calcium sous forme d'oxalate de calcium
insoluble.
- Associé au fluorure de sodium qui empêche la dégradation
du glucose par les cellules du sang en cas de contact
prolongé.
- il est utilisé pour le dosage de la glycémie
2/ Analyse de l’échantillon

 Les anticoagulants:
2. Anticoagulants complexant le Ca2+ :
• Citrate trisodique:
- Complexe le calcium de façon réversible.
- C’est l'anticoagulant de choix en hémostase car il permet
une meilleure conservation des facteurs de la
coagulation.
- 1 V pour 9 V de sang pour tests d'hémostase
(Agrégometrie, TP TCA, dosage des facteurs, suivi des
trts anticoagulants…)
1 V pour 4 V de sang pour la VS
2/ Analyse de l’échantillon

 Les anticoagulants:
2. Anticoagulants complexant le Ca2+ :
• EDTA (Ethylène diamine tétra-acétate):
- Forme avec le calcium des complexes solubles irreversibles
d’EDTA-Ca2+
- conserve la forme des cellules sanguines d’où son utilisation
pour les tests de cytologie (FNS, FS)
- groupage sanguin, électrophorèse d’Hb
2/ Analyse de l’échantillon

 Les anticoagulants:
3. Anticoagulants augmentant l’activité
des inhibiteurs de sérine protéase :
• Héparine : de sodium, d’ammonium ou de lithium
- augmente l’activité inhibitrice de l’antithrombine III su la
thrombine
- utilisé pour quelques analyses particulières : lactates,
methémoglobine, ...
2/ Analyse de l’échantillon

 Transport:
Le transport doit être effectué de manière optimale pour
éviter toute modification du prélèvement
il devrait se faire dans des délais brefs et à T° ambiante
Cytologie: 06h à T° amb → GB, Plq, indices éryth
24h à T° amb → Hb, GR
à +4°C les GB et Plq s’altèrent rapidement
Hémostase: <4°C activation des Plq
> 30°C facteurs de la coag s’altèrent
2/ Analyse de l’échantillon

L’analyse proprement dite, par un instrument ou par une technique


manuelle

Le résultat du test est validé et rendu


Numération manuelle des
GR
1/ Principe:

Décompte au microscope optique


des hématies contenues dans un
volume déterminé et à une dilution
connue
2/ Réactifs :

• Sang: prélèvement capillaire ou veineux recueilli


sur EDTA
• Liquide de dilution: neutre, isotonique (Mercano)
sulfate de Na cristallisé 5g
Formol 1 ml
H2O d qsp 100 ml

Rq: Le sérum physiologique à 9 ‰ peut remplacer le liquide


de mercano
3/ Matériel:

• Pipette de dilution: « Potain »


Tube capillaire comportant à sa partie supérieure un renflement en
ampoule contenant une bille en verre et des graduations :
- Graduation 0,5 (niveau sang)
- Graduation 101 (niveau liq de dilution) dilution 1/200
3/ Matériel:

• Hématimètre / cellule de MALASSEZ:


Lame spécifique épaisse en verre permettant le comptage
cellulaire. 
Hématimètre de Malassez

 Constituée de 100 rectangles


 25 quadrillés en 20 petits carrés

 25 non quadrillés

 25 possédant des lignes


horizontales
 25 avec des lignes verticales

Soit Longueur = 0,25 mm


Largeur = 0,20 mm
Profondeur = 0,20 mm

Volume total : 1 µL
Volume d’un rectangle : 1/100 µL
Volume d’une bande de dix rectangles : 1/10 µL

24
3/ Matériel:
• Microscope optique:
4/ Méthode:
A. Dilution du sang:
- Homogénéiser le pvt sg par retournement
- Aspirer par un tube de caoutchouc jusqu’à la graduation 0,5
- Essuyer soigneusement l’extrémité de la pipette
- Aspirer le liquide de dilution sans faire de bulle jusqu’au repère 101
- Homogénéiser en roulant horizontalement la pipette
4/ Méthode:

B. Remplissage de la cellule:
 Rejeter les premières gouttes (qui ne représentent que
du liquide de dilution)

 Appliquer le bout de la pipette contre la lamelle montée


sur la cellule et laisser cette dernière se remplir par
capillarité.

 Laisser sédimenter 5 à 10 min avant de commencer la


numération au microscope.
4/ Méthode:

C. Comptage:
 Vérifier au faible grossissement( G10), que la répartition
est homogène.

A l’objectif 40 faire la numération


des GR dans 4 rectangles
quadrillés en diagonale.
5/ Résultat:
6/ Interprétation:
• Valeurs normales:
 Femme : 4,0 - 5,2 T/L
 Homme : 4,4 – 5,7 T/L
 N.Né : 4,0 – 6,6 T/L
 Enfant : 4,1 – 5,5 T/L
6/ Interprétation:

 Variations physiologiques
- sexe
- Age
-Grossesse: hémodilution
-Altitude

 Variations pathologiques
-Polyglobulie de vaquez
-Insuffisance ou aplasie médullaire