Vous êtes sur la page 1sur 23

LA NOUVELLE REFORME DE LA

RETRAITE
Travail réalisé par:

 BOURAMTANE ILIAS  EL HAYANI YASSINE


 BOUCHANINE ALAA  MANKA BAKARY Encadré par:
 ECH-CHANTOUFI ACHRAF  ESSAHLI AYMANE
 EL BOUAZZAOUI MOHAMED  SIDI ELMOKHTAR MOHAMED ELMOKHTAR  Pr. Tlaty Tarik

2017/2018
LE PLAN
I. Introduction générale
II. Présentation des différents régimes de retraite
III.Nouvelle loi : adoption et promulgation
IV. Les Dimensions touchées par cette nouvelle reforme
V. Les critiques
VI. Conclusion
Qu’est ce que la retraite ?
• La retraite de base désigne la pension de retraite principale que
perçoit toute personne ayant exercé une activité professionnelle.
• La cotisation à une caisse de retraite de base est obligatoire.
• La retraite de base est généralement complétée par une retraite
complémentaire elle aussi obligatoire.
• Les retraites de base sont généralement des retraites en annuités.
• Les retraites complémentaires sont généralement des retraites par
points .
• Le Maroc bénéficie d'un dispositif varié de régimes de retraite
composé de caisses obligatoires et facultatives, publiques et privées.
Les caisses sont contributives. Leurs services bénéficient uniquement
aux salariés du secteur formel ainsi qu'à leur famille.
Les caisses obligatoires comprennent la Caisse Nationale de la
Sécurité Sociale (CNSS), la Caisse Marocaine de Retraite (CMR) et le
Régime Collectif des Allocations de Retraite (RCAR). Elles assurent des
régimes de retraite suivant un système de répartition.
Les caisses facultatives ainsi que les mutuelles, gèrent surtout la
couverture des soins de santé. Parmi elles, la Caisse Marocaine
Interprofessionnelle de Retraite (CIMR)
LES CHIFFRES
En 2008, le Maroc comptait 2,4 millions de personnes âgées de 60 ans et plus. Dans une
vingtaine d’années, leur nombre aura plus que doublé : elles seront 5,8 millions et leur
espérance de vie (actuellement de 71 ans) aura augmenté de quelques années. En 2030,
le sixième de la population du Maroc aura plus de 60 ans. Aujourd’hui, le Maroc compte
(entre retraite de base et complémentaire) 1,1 million de bénéficiaires dont les pensions
de retraite sont assurées par 3,1 millions de cotisants (sur une population active de 11
millions et 30 millions d’habitants), mais cet écart est appelé à diminuer en raison du
vieillissement de la population,
Aujourd’hui, la dette implicite totale des régimes est de 1.187 milliards de DH. Ce qui
représente 170% du PIB en 2007 pour moins de 30% de la population active.
PRESENTATION DES
REGIMES DE
RETRAITE
Régimes de retraite
Nouvelle loi de retraite : adoption et
promulgation
• Un amendement a été adopté à la Chambre des conseillers. Il concerne
le relèvement de l’âge de départ à la retraite. L’âge de départ en retraite
est porté de 60 ans à 63 ans. Le projet initial devait étaler ce
relèvement sur trois ans. L’amendement l’étale sur 6 années, à raison
de 6 mois supplémentaires chaque année.

• Cette réforme est présentée par le gouvernement comme la première


et devra être suivie d’une seconde réforme plus en profondeur.
• Cette première étape consistait à introduire une réforme paramétrique
urgente sur les pensions civiles, ce qui permet de gagner une dizaine
d’années supplémentaires avant l’épuisement des réserves. Elle instaure
également une couverture santé au profit des non salariés et à relever
progressivement la pension minimale de 1.000 à 1.500 DH/mois.

• La réforme concerne les salariés de l’administration publique,


fonctionnaires et salariés couverts par le régime des pensions civiles.

• La seconde étape, qui est prévue sur le moyen terme, consiste en une
réforme plus vaste pour migrer vers un système à deux pôles (public et
privé) dans l’objectif d’adopter sur le long terme, un système unifié.
Age de départ:
Les changements apportés par la réforme adoptée mercredi 20 juillet sont
les suivants:
• -l’âge de départ à la retraite est relevé d’une manière progressive et sur
une période de six ans, de 60 ans à 63 ans. Personnes concernées :
• *nées en 1957 (partiront en retraite à l’âge de 60 ans et 6 mois),
• *1958 (partiront en retraite à l’âge de 61 ans),
• *1959 (partiront en retraite à l’âge de 61 ans et 6 mois),
• *1960 (partiront en retraite à l’âge de 62 ans)  
• *et 1961 (partiront en retraite à l’âge de 62 ans et 6 mois).
• *Les personnes nées en 1962 partiront à la retraite à l’âge de 63 ans.
• Pour les femmes, cette durée minimum sera fixée à 18 années au lieu
de 15, conformément au régime actuel.
• -Pour les enseignants chercheurs, l’âge de départ à la retraite reste fixé
à 65 ans.
• -Les enseignants et les enseignants chercheurs ne peuvent pas faire
valoir leurs droits de départ à la retraite avant d’avoir terminé l’année
scolaire ou universitaire.
• Le gouvernement estime que les retards apportés à l’adoption de cette
réforme depuis 2014 ont fait perdre au régime de retraite la somme de
10 milliards de DH.
Cotisations
• les cotisations de l’Etat et des salariés sont relevées chacune de 4 points. Ce
relèvement est étalé sur quatre ans, à raison de 1 point supplémentaire chaque
année.
• Dès l’entrée en vigueur des textes de loi, la cotisation passera de 10% à 11%. Elle
sera de 14% le 1er janvier 2019.

• Les ratios d'annuité pour le calcul de la pension de retraite seront révisés à la


baisse. Ainsi, la pension de retraite sera fixée à 2% au lieu de 2,5 % par annuité
liquidable des derniers émoluments de base soumis à retenue pour pension.
-relèvement progressif de la pension minimum de 1.000 DH
actuellement à 1.500 DH le 1er janvier 2018:
• *1.200 DH à compter du mois suivant l’entrée en vigueur du projet
de loi ;
• *1.350 DH à compter du 1er janvier 2017 ;
• *1.500 DH à compter du 1er janvier 2018.
• - le droit à pension de retraite avant la limite d'âge (départ
volontaire) sera acquis aux fonctionnaires et agents de sexe masculin
comptant 24 années au moins de service effectif, au lieu de 21
années.
Les dimensions
I- la Dimension culturelle:

La solidarité communautaire:
• Solidarité communautaire musulmane :
• Culture solidaire, tradition accordant un intérêt aux personnes âgées.
I- la Dimension culturelle:

L’héritage colonial :
• Système conçu au fur et à mesure et en fonction du besoin des secteurs
socioprofessionnels de l’époque,
• Protection liée au statut professionnel qui concerne le secteur privé et public,
négligeant d’autres catégories de la population (les professions libérales et les
travailleurs non salariés).
II- La Dimension institutionnelle:

1- Aspect réglementaire :
• Absence de loi cadre qui régit le droit de retraite ou de la prévoyance sociale tel que « le code des
retraites » en France.
• Dispositif législatif complexe et fractionné : textes particuliers relatifs à certaines catégories
socioprofessionnelles du secteur public et privé sans coordination avec les autres régimes.
• Inexistence de couverture sociale pour 70% de la population active ( les travailleurs non salariés, les
indépendants …).
• Absence de régime minimum solidaire pour toute la population.

• Absence de politique sociale globale qui vise l’extension de la sécurité sociale, en vue de garantir
l’équité et la cohésion sociale.
II- La Dimension institutionnelle:

2- Aspect démographique:
• Il y a 15 ans, le Maroc ne comptait pas plus de 400.000 personnes retraitées, aujourd’hui, ils sont 3,4
millions d’actifs sur 10.509 millions, malgré cela, ce dispositif arrive à peine à couvrir environ 37% de la
population active .
• Pour les pensions civils, le rapport démographique est passé de :
• 12 actifs pour un retraité en 1986,
• 6 en 2001,
• 3 en 2012 ,
atteigne une personne dès 2024, date à partir de laquelle le régime comptera plus de retraités
que d’affiliés cotisants.
Iii- la Dimension genre:
Les aspects négatifs à l’égard de la femme :
• Inégalités qui existent dans la vie professionnelle,
• Faiblesse de promotion des femmes dans les postes de responsabilité,
• Ecarts de salaire les hommes gagnent en moyenne 25 % de + que les femmes dans
la vie active, 72% de plus que les femmes à la retraite,
• Mêmes caractéristiques de stagnation des écarts de salaires,
Les critiques
• Les syndicats, épaulés par des partis de l’opposition et le peuple marocain touchés par cette nouvelle réforme ont
exprimé leurs contestations totales
• Quatre centrales syndicales (UMT, CDT, UGTM, FDM) ont dénoncé la réforme des retraites imposée par le
gouvernement, imputant à l’exécutif la responsabilité des "incidences graves" qui s'ensuivront. Les quatre syndicats ont
également réitéré leur rejet "catégorique et de principe" considérant cette décision comme "un acte provocateur et une
méthode rejetée dans le traitement d'une question intéressant une large frange de la société, en l'occurrence les
fonctionnaires de la fonction publique".
• Elles ont invité aussi toutes les forces vives du pays, partis politiques, société civile et organisations des droits de
l'Homme, à "se tenir aux côtés de la classe ouvrière marocaine et à appuyer ses positions légitimes et justes", appelant
cette dernière à se mobiliser d’avantage.
• Cette critique s’explique par le fait que cette réforme paramétrique proposée : n’englobe pas l’ensemble des régimes de
retraites, permettra seulement de réduire le déficit actuel dans la mesure où les cotisations resteront insuffisantes pour
couvrir les engagements et payer les pensions, n’a pas traité les dispositions relatives à la retraite anticipée,
CONCLUSION
• En guise de conclusion, si aucune réforme n’est entreprise à court terme, l’Etat
sera appelé à financer les déficits du régime de retraite du budget général. Or,
l’Etat est déjà appelé à contribuer au financement de la dette implicite héritée du
régime actuel, c’est-à-dire une dette qu’il devra payer aux affiliés lors de leur
départ à la retraite et sur la base des engagements pris avec eux. Cette situation
pourrait amener l’Etat à augmenter les impôts ou procéder à des coupes
budgétaires dans le domaine social (éducation, santé…) et, dans le pire des
scénarii, à se tourner vers l’endettement en alourdissant la dette publique, déjà
en situation critique. Rappelons, à ce propos, la crise de la dette de la Grèce, qui a
conduit le pays au bout de la faillite !

Vous aimerez peut-être aussi