Vous êtes sur la page 1sur 24

MASTER Décentralisation

Et Gouvernance locale S1

Matière:
Attribution des compétences des collectivités territoriales et
systèmes de résolution des conflits

La régionalisation entre recommandations


de la CCR et dispositions de la constitution
et de la loi organique 111.14
Encadré par le
Préparé par: professeur:
BUHLALA BILAL Dr AHSAIN

Année universitaire: 2019/2020


PLAN
Introduction

Première partie: Recommandations de la CCR et le cadre constitutionnel et juridique de la


régionalisation avancée

1- Les recommandations de la CCR


2- Les dispositions de la constitution de 2011 et La loi organique
111.14 relative aux régions

Deuxième partie: Défis et perspectives de la régionalisation avancée

1- Défis et enjeux de la régionalisation avancée


2- perspectives de la régionalisation avancée

conclusion
Première article de la constitution 2011

« L’organisation territoriale du royaume est


décentralisée, fondée sur une régionalisation
avancée ».
Introduction

La région est considérée comme l’espace pertinent pour la mise en œuvre des politiques
publiques.
Ainsi la région est un processus à travers lequel l’état tente de s’adapter à un contexte de plus
en plus mondialisé, en renforçant le développement territoriale sous tous ses aspects:
économique, politique, sociale, et culturel.
Le Maroc s’est engagé dans le processus de décentralisation dés le recouvrement de son
indépendance. Pour la politique de régionalisation a créer en 1971 sept régions économiques
par le dahir du 16 juin 1971.
La constitution de 1996 renforça le statut de la région. La première loi (47-96) organisent les
régions a été adoptée le 2 avril 1997.
Le 6 novembre 2008 le roi Med 6 a annoncé dans son discours de la marche verte, le
lancement de la dynamique d’une régionalisation avancée et graduelle.
En 3 janvier 2010, le souverain a mis en place la CCR, qui a été chargée d’élaborer un modèle
de régionalisation avancée capable d’accompagner les vastes de réformes initié par le
souverain dans l’objectif de démocratiser et moderniser les structures de l’état.
Le 10 mars 2011, la commission a rendu son rapport, dans lequel a essayé de dresser un état
Des lieux et offrir une vision globale du projet de réforme de système régional et établit huit
Principales proposition explicitant la nouvelle conception générale de la régionalisation
avancée.

La constitution 2011, a reconnu la région comme la première collectivité territoriale en


Consacrant pour la première fois tout un titre aux régions et autres collectivités territoriales.

L’année 2015, a marqué incontestablement un tournant majeur dans le processus de mise


En œuvre du chantier de la régionalisation avancée, avec l’adoption des projets de lois
Organiques relatives aux collectivités territoriales et l’organisation des élections locales
Et régionales.
Problématique

A quel point et dans Quelles mesures la loi


organique honore les propositions de la CCR ?
Objectifs de la régionalisation avancée :

Le 30 juillet 2012, le discours royal à l’occasion de la fête du trône insistait sur les finalités
Du chantier de la régionalisation avancée.
La régionalisation avancée peut être définie à partir de trois grands objectifs :

* Une Démocratie locale approfondie

* Une implication directe des régions dans le développement globale intégré

* Une facette de modernisation du fonctionnement de l’état.


Le président de la CCR a confirmé ces objectifs dans l’éditorial du site de la commission :

«  Nous recommandations aspirent également à faire de la région un levier du développement


Économique, sociale et culturel capable de faire face aux séquelles du sous-développement de
Lutter contre l’inégal développement et les disparités régionales et plus généralement de
Contribuer au développement économique et sociale de la nation ».

Donc, il reste à noter que ce nouveau modèle de la régionalisation ne sera pas un  « simple
Aménagement technique ou administratif ». Mais comme le souligne de discours royal,
«  une option résolue pour la rénovation et la modernisation des structures de l’état et la
Consolidation du développement intégré ».

Première partie : Recommandations de la CCR et le cadre constitutionnel


et juridique de la régionalisation avancée

1- Les recommandations de la CCR:


On peut schématisé l’aperçu de la CCR dans le schéma suivant :

Aperçu de la commission
consultative de la
régionalisation

Composition:
Installation: Mission:
Présidence par
Cérémonie tenue Proposition d’une
Omar Azzimane
à Marrakech le 03 conception
21 membres dont
janvier 2010. générale de la RA.
3 femmes.
Rapport: le 10/03/2011
Mode d’approche: 3 livres+annexes
*Hautes directives royales *livre1: Conception générale
*livre2: Recueil de rapport
*Auditions bon nombres d’experts
thématique
étrangers *livre3:Etude sur la régionalisation
*Vastes consultations auprès des au service du développement
différents acteurs économique et sociale
*Annexes: liste de consultations
Les propositions de la CCR :
1-Une régionalisation d’essence démocratique:
•Composition et élections des conseils régionaux.
• Pouvoir exécutifs des présidents des conseils régionaux.
• équité genre.
• Démocratie participative.

2-Des compétences étendues et mieux articulées:


•Prééminence de la collectivité régionale en matière de développement intégré
• Composition, compétences et perspectives des conseils préfectoraux et provinciaux.
• Réagencement communal et intercommunalité.

3- Une régionalisation vouée au développement:


•Fonds de mise à niveau sociale des régions.
• Optimisation des ressources financières actuelles.
• Nouvelle ressources propres du conseil régional
• Fonds public de solidarité interrégionale.
4-Une gouvernance performante:
•AREP ( Agence régionale d’exécution des projets sous contrôle du conseil
Régional.
•Mise à niveau des administrations des collectivités territoriales.
• Modes de gestion.
• Système d’information
• Evaluation et redditions des comptes.

5- Une contribution au chantier de déconcentration:


• Elaboration par le gouvernement d’une charte de la déconcentration.
• Développement des ressources humaines de l’administration déconcentrés.
• Des administrations étatiques disposant de réelles marges d’initiative et de
pouvoir effectifs de décisions.

6- Mesures constitutionnelles, législatives et d’accompagnement:


•Révision constitutionnelle.
• Adaptions législatives et réglementaires.
• Instances de pilotage et d’évaluation.
7- De nouvelle régions à caractères institutionnel et fonctionnel:
• Règles et modalités de découpage.
• Configuration globale des régions proposées en 12 régions.
• Descriptifs du découpage proposé.

L’évaluation du découpage régional


En vigueur depuis 1997 montre qu’il
Pose des problèmes de pertinence.
C’est pour cela, il représente un volet
Important dans le projet de réforme
Régionale.
Règles et principe du découpage suivi par la CCR :

La commission de nouveau découpage, déclarait s’étre «  appuyée sur le maillage


administratif provincial actuel » pour élaborer son découpage, « afin de construire
sur l’existant et de profiter de la longue tradition de décentralisation administrative
du royaume.
La majesté a déclaré dans son discours du 3 janvier 2010 :  « il s’agit tout d’abord
de l’avènement de régions à part entière viables et stables dans le temps, fondées
sur des critères rationnels et réalistes, inhérents à un système de régionalisation
nouveau. »
Vu que le découpage était généralement conçu comme une mission complexe et
Très sensible, la CCR a dénombré les règles et principes suivis dans cette matière:
«  suivant une démarche pragmatique, l’établissement d’un projet de découpage
régional a été assis sur l’application de règles techniques communément admises
et sur l’ajustement de chacune de ces règles aux objectifs de la régionalisation
et aux réalités du fonctionnement du territoire national ». Ces règles sont :
L’efficience, l’accumulation sur l’existant, l’homogénéité, la fonctionnalité,
l’accessibilité et la proximité, la proportionnalité et l’équilibre.
Le principe de l’efficience: concerne la question de la taille et du nombre de régions
à mettre en place. En cherchant à renforcer la participation démocratique à l’action
du développement économique intégré.
La fonctionnalité et l’homogénéité: sont deux règles suivies pour prendre en charge
la forte distinction qui caractérise le territoire national entre deux grandes domaines:
le domaine atlantique, méditerranéen et intermédiaire et le domaine semi-
désertique à saharien.
L’accessibilité et la proximité c’est-à-dire que sont complémentaires a traduisent
relativement la distance kilométrique entre deux entités et le cadre d’implication
des acteurs locaux.
Enfin pour les règles de la proportionnalité et de l’équilibre a pour objectifs de la
pertinence et la validité d’une préoccupation d’établir un équilibre entre les régions.

2-: Les dispositions de la constitution de 2011 :


Selon la nouvelle constitution exprimait vraiment « l’exception marocaine » soit au niveau de
son élaboration caractérisée par la rapidité, ou dans sa coïncidence avec la présentation du
rapport de la CCR sur la régionalisation avancée.
La constitutionnalisation des principales recommandations contenues dans le rapport
prescriptif de la CCR a donné une réelle ampleur au droit constitutionnel local, une importance
particulière aux collectivités territoriales et une place privilégiée à la région selon
l’article premier de la constitution.
Le titre 9 de la constitution a consacré 10 articles à la décentralisation et régionalisation
de l’article 135 jusqu’à 144; l’article 145 concerne la déconcentration et l’article 146 fixe le
contenu de la loi organique .
L’article 135 de la nouvelle constitution précise que les collectivités territoriales, notamment
la région « constituent des personnes morales de droit public, qui gèrent démocratiquement
leurs affaires. »
L’organisation régionale et territoriale repose selon l’article 136 sur les principes de libre
administration , de coopération et de solidarité.
Selon l’article 137 les régions et les autres collectivités territoriales à la mise en œuvre de la
politique générale de l’état et à l’élaboration des politiques territoriales à travers leurs
représentants à la chambre des conseillers.
Pour une consécration de la démocratie participative, les conseils régionaux sont appelées
à mettre en place des mécanismes participatifs de dialogue et de concertation pour
l’implication des citoyennes et citoyens dans l’élaboration et le suivis des programmes
de développement.
Dans le même sens, la constitution ouvre aux citoyennes et citoyens et au tissu
associatif l’exercice du droit de pétition.
pour combler le déficit dans les domaines du développement humain,
d’infrastructures et d’équipements, la constitution a créer par l’article 142;
pour une période déterminée, au profit des régions, un fonds de mise à niveau
sociales et un fonds de réduire les disparités entre les régions.
Globalement, selon l’article 143, la constitution réserve un rôle prééminent aux
régions dans l’élaboration et suivis des programmes de développement régionaux
et des schémas régionaux d’aménagement des territoires dans le respect des
compétences propres des autres collectivités.

2-1- Les dispositions de la loi organique 111.14 relative aux régions :


Le 7 juillet 2015, la loi organique 111.14 relative aux régions est promulguée, cette
nouvelle loi se réfère aux dispositions constitutionnelles, aux orientations royales
et aux recommandations de la CCR visant l’instauration d’une régionalisation
avancée.
Le contenu de cette loi fixe les conditions de la gestion par la région de ses affaires
de manière démocratique et la mise en œuvre par le président de la région des
délibérations et décisions du conseil de la région, il est l’exécutif des dites décisions
maintenant, ainsi que les conditions de dépôt des pétitions par les citoyens et les
associations.
Concernant, le cote financière dans la nouvelle loi organique le président est
l’ordonnateur des dépenses et recettes de la région.(l’article 209).
La loi organique fixe également les compétences propres à la région, les compétences
qu’elle partage avec l’état, et celle qui lui sont transférables. Elle définit aussi le
système et les modalités de gestion des fonds de mise à niveau sociale et le fonds
de solidarité interrégionale.
Selon la loi, les compétences de la région portent sur :
-L’amélioration de l’attractivités de l’espace territorial et le renforcement de sa compétitivité
économique.
-L’utilisation optimale, la valorisation et la préservation des ressources naturelles.
-Les mesures et les actions destinées à la promotion de l’entreprise et de son environnement.
-Les mesures à même de favoriser les activités génératrices de richesse et d’emploi.

La région aura également pour mission de contribuer à la réalisation du développement durable


et d’œuvrer pour le renforcement de la formation et des capacités de gestion des ressources
humaines.

les décrets d’application de la loi organique n° 111.14 relative aux régions sont promulgués
La publication de ces textes au BO n° 6482 (vingtaine au total).
Par exemple, le décret n°2-16-299 fixe la procédure d’élaboration du plan de développement
régional, son suivi, son actualisation et son évaluation.
Le décret n° 2-16-297 a trait aux modalités d’organisation des sessions de formation continue
au profit des membres des conseils des collectivités territoriales.
Deuxième partie: Défis et perspective de la régionalisation avancée

1-Défis et enjeux de la régionalisation avancée

Aujourd’hui avec la nouvelle constitution et la nouvelle loi organique 111.14, les régions
ne devraient plus jouer ce rôle mais plutôt mettre en œuvre des actions adoptées pour
un développement intégré.

Le principal enjeu de la nouvelle régionalisation avancée est de réussir la mise à niveau


Sociale des régions dans le cadre de la décentralisation des pouvoirs. Pour ce faire, le
processus de régionalisation sera accompagné de plusieurs réformes des structures
de l’état.

Le conseil économique, sociale et environnemental (CESE) s’est autosaisi, le 2 juin 2015


Pour préparer un rapport et un avis sur le thème relatif aux « exigences de la RA et
défis de la convergence des politiques sectorielles ». On indique ici brièvement les
grandes recommandations du dit rapport qui a été présenté par le CESE lors de la 60 e
session ordinaire de son assemblée générale le 31 mars 2016.
Le conseil a souligné que la supervision des différents phases de la mise en œuvre de la
régionalisation avancée fait appel à:
un pilotage stratégique et à un suivi-évaluation permanent.
la mise en place d’une instance en charge du contrôle de l’orientation.
l’arbitrage et la prise des décisions stratégiques.

Le rapport du CESE appelle aussi a élaborer une charte de la déconcentration, qui se base
sur un transfert effectif et progressif des pouvoirs décisionnels et des ressources , en
proportion avec chaque niveau de l’organisation territoriale.

Le CESE appelle aussi à couper court avec le contrôle à priori qui exercé par les walis (en
tant que représentants de l’état) qui doit plutôt céder à un contrôle d’accompagnement
Pour le conseil il convient aussi de renforcer, encadrer et réglementer le contrôle à
Posteriori en droit de ligne du principe de la « libre administration».

2-perspectives de la régionalisation avancée

Malgré la constitutionnalisation et la législation de la régionalisation avancée au Maroc,


le processus de ce grand chantier structurant est tributaire de la bonne conscience de
tous les acteurs de l’importance de son accomplissement.
le rapport de la CCR constituait une feuille de route pour une mise en œuvre marquée par
La progressivité et la gradualité, ce processus sera accompagné d’une évaluation continue
tout en apportant à ce mode les ajustements convenables à tout moment.

Sur le plan des compétences des nouvelles régions, en particulier, de leur conseils élus
une large perspective d’intervention dans tous les domaines du développement économique
sociale, culturel et environnemental est ouverte, pour élargir le champ de leurs initiatives.
A cet égard, il est nécessaire d’insister sur le transfert graduel, négocié et contractualisé
entre le gouvernement et les conseils régionaux de compétences de plus en plus étendues
et des ressources y afférents.

De façon générale, la régionalisation avancée fait partie intégrante de:

la démocratisation du pays aux niveau national, régional et local.


Une participation de plus en plus large des populations à la vie et aux consultations
Démocratique .
Des dispositifs et des processus électoraux de plus en plus marqués par la compétition et
le transparence.
La bonne gouvernance et redditions des comptes.
.

Conclusion
La régionalisation avancée en principe permet de corriger les imperfections du centralisme et
d’élargir les niveaux de participation.
La régionalisation contribue à une meilleure gouvernance territoriale. Elle devient un outil pour
rendre plus efficientes les politiques publiques et permet de réduire le décalage entre les
programmes nationaux et les réalités sur le terrain. En donnant l’initiative à l’échelon régional,
On se donne les moyens pour mobiliser les potentialités de chacun, pour se mettre à l’écoute
des besoins de chaque échelon administratif et pour mieux cibler les politiques publiques locales.
Le développement de la régionalisation permet de remobiliser les élites régionales
(économiques, politiques et culturelles), de les faire sortir de l’attentisme, de la passivité
ou elle se trouvent aujourd’hui et de leur redonner l’initiative dans le processus du
développement régional et national.
FIN DE LA PRESENTATION

MERCI POUR VOTRE ATTENTION


BIBLIOGRAPHIE

La régionalisation avancée: fondement et principes constitutionnels. Etudes sélectionnées


et Documents. REMALD N° 93 édition 2015.
Les nouvelles lois organiques relatives aux collectivités territoriales: communes, provinces,
et région. Remald n°287 édition 2016 page 272.
Les collectivités territoriales au Maroc, à la lumière de la constitution de 2011, l’Harmattan
2015, p13 JAWAD ABIBI.
Mohamed Berriane  « Dynamiques territoriales et politiques publiques: le processus de
Régionalisation avancée au Maroc, édition 2016.
La décentralisation au Maroc: perspectives et défis sur la régionalisation avancée. Mustapha
Hamzaoui Docteur en sciences économiques a la fsjest ISSN 2028-9324 P 1902 Année 2018.
La régionalisation avancée au Maroc: perspectives et défis. Revue organisation et territoire
n° 2, 2016. Jaafari Maria doctorante chercheuse.
Exigences de la régionalisation avancée et défis de l’intégration des politiques sectorielles,
Rapport du conseil économique social et environnemental Auto-saisine n° 22/2016.
Rapport sur la régionalisation avancée de la commission consultative de la régionalisation.

Les textes juridiques:

La constitution de 2011

La loi organique n° 111-14 relative aux régions.

Vous aimerez peut-être aussi