Vous êtes sur la page 1sur 52

MODULE EGTS5: SOFT-SKILLS

SQ1: COMPRENDRE LES SOFT SKILLS


 SQ2: COMMUNICATION INTERPERSONNELLE: compétences
SQ3: ATTITUDES ET VALEURS AU TRAVAIL
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE
SQ5: EFFICACITE PERSONNELLE ET GESTION DU TEMPS
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL
SQ6: GESTION DE STRESS ET CAPACITES D’ADAPTATION
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

 OBJECTIFS
Identifier son potentiel et ses capacités personnelles et
développer son assertivité

Renforcer l'estime et la confiance en soi en affirmant


ses idées et points de vue.
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE
La connaissance de soi
 « Connais-toi toi-même » disait Socrate. Une simple phrase, dont le sens a évolué, mais
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

qui résonne aujourd’hui comme un des fondements du développement personnel.

La connaissance de soi est


 un moyen de reconnaître ses forces et ses faiblesses,
 d’identifier et d’analyser les qualités qui nous réduisent ou nous font grandir.
 C’est un moyen d’être véritablement en adéquation avec sa propre psychologie, ses
besoins, ses ambitions…?
 c’est un des terrains les plus favorables à la définition d’objectifs et à la réalisation
personnelle.
 C’est le critère qui mène à la liberté, à la remise en cause du regard d’autrui
 un renforcement de la confiance qui nous habite.
 En fait, c’est l’acceptation de qui nous sommes
La connaissance de soi
DONC:
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

Développer la connaissance de soi reste un mécanisme très simple à


mettre en place.
Elle nous permet de rester focalisé sur les pensées, les sentiments
et les valeurs qui motivent chacune de nos actions.
La connaissance de soi, adoptée quotidiennement, devrait nous
permettre de ne plus recommencer nos erreurs, d’apprendre de ces
dernières et donc de percevoir l’échec comme une source
d’apprentissage.

Test
L’ASSERTIVITE
 L’assertivité est la caractéristique d’une personne qui exprime avec aisance
son point de vue et ses intérêts, sans anxiété, sans dénier ceux des autres
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

Etre assertif, c’est pouvoir


 • Négocier pour obtenir ce que je veux sans léser les autres.
 • Renforcer mon autonomie et mon efficacité.
 • Assumer mes responsabilités.
 • S’exprimer face à un groupe.
 • Affirmer mes besoins, mes droits, mes sentiments…
 • Faire face aux conflits, à l’agressivité, aux critiques.
 • Dire non lorsque je l’estime nécessaire.
 • Formuler une critique constructive.
 • Déjouer les jeux psychologiques, les manipulations.
 • Accepter et gérer un refus.
L’ASSERTIVITE
Être assertif: « Exprimer sa personnalité, tout en continuant
d’être accepté socialement sans crainte de susciter l’hostilité de
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

son environnement. »
Les comportements de l’assertif
 Je me tiens ni trop près, ni trop loin.
 J’estime la zone de confort de l’Autre et ne l’envahis pas…
 Je suis toujours de face et j’ai un contact oculaire.

Attention ne pas paraître agressif…


 Économie du geste (ni immobilité, ni gesticulation).
 Économie de la parole (le bon mot au bon moment).
 J’utilise le « je », j’évite les « nous, on ».
 J’assume mes paroles et n’utilise pas le dédouanement…
Être assertif, c’est :
 Être réaliste face aux difficultés professionnelles.
 Acquérir une bonne maîtrise émotionnelle de son anxiété.
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

 Cerner les difficultés avec réalisme et objectivité.


 Savoir se défendre.
 Exprimer son désaccord à un supérieur.
 Repérer les situations qui posent problème et les solutionner.
 Contrôler l’image que vous produisez.
 Reconnaître que les autres ont des idées, des talents et des
 sentiments différents des nôtres.
 Savoir critiquer, et savoir utiliser les critiques.
 Oser faire des reproches, dire ce qui ne va pas, tout en gardant une
relation sociale normale
 Activité: Autodiagnostic
Objectif: situer votre communication la plus fréquente et ainsi vous
alertera sur votre comportement
Agressif, manipulateur, passif, assertif ?
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

Notre mode de communication se répartit habituellement sur 3 modes :


-Le passif caractérisé par l’attentisme, le repli et la difficulté à agir et prendre des
responsabilités.
-L’agressif caractérisé par la volonté de s’imposer à tout prix. De peur de se faire
avoir, il attaque le premier .
-Le manipulateur caractérisé par le désir d’utiliser les autres à son profit. Il en utilise
subtilement les points faibles pour le faire agir.
Pour faire face à ces réactions classiques mais négatives, il existe une quatrième voie
-l’assertivité: développe l’ estime de soi; permet d’oser exprimer ses revendications
et ses critiques sans vexer, choquer ou rompre la communication, tout en suscitant
un changement d’attitude ou de comportement chez l’autre.
 
autodiagnostic
 J’ai souvent du mal à refuser et à dire non
 Je suis sur(e) de mes droits, je les défends sans empiéter sur ceux des autres
 Je suis prudent(e), je ne me livre pas si je ne connais pas bien mon vis à vis
 Je décide et je tranche facilement
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

 Quand c’est possible, j’agis par personne interposée plutôt que directement, c’est plus efficace
 Je suis direct(e) ! je dis aux gens ce que je pense et je ne crains pas de les critiquer
 Je n’ose pas dire mon opinion devant un groupe ou dans une réunion
 Je donne mon avis sans états d’âme, même si cela va à l’encontre de l’opinion générale
 Dans les débats, j’observe et j’attends de voir comment ça tourne pour définir ma stratégie
 On me reproche parfois d’avoir l’esprit de contradiction
 J’ai du mal à écouter les autres
 je m’arrange pour être au courant de tout (même des petits potins), cela me rend bien service
 J’ai la réputation d’être assez habile avec les gens
 Je fais confiance aux gens qui m’entourent
 Je n’ose pas demander d’aide, j’ai peur que l’on me juge incapable ou incompétent
 J’ai du mal à me décider quand je dois faire quelque chose d’inhabituel
 Je suis un(e) faux (sse) calme : quand je m’énerve je fais parfois rire les autres
 Je suis à l’aise devant les gens, en groupe comme en face à face
 Je joue souvent la comédie pour arriver à mes fins
 Je coupe souvent la parole aux autres sans m'en rendre compte à temps
autodiagnostic
 J'aime avoir le dernier mot et imposer mon point de vue.
 Je sais qui il faut voir et quand il faut le/la. ..voir, cela m'a beaucoup servi.
 Je règle les désaccords en trouvant un compromis qui convienne à chacun.
 Je préfère agir franchement sans cacher mes intentions.
 Je remets souvent à plus tard ce que je dois faire
 Je dis souvent: “ Ça m'est égal! Comme tu veux! "
 Je me présente comme je suis, sans complexe.
 Il en faut beaucoup pour m'intimider.
 Je fais peur aux autres pour m'imposer.
 Je me fais rarement avoir mais, si cela arrive, je sais prendre ma revanche.
 J'exagère les faits, je caricature les situations pour obtenir ce que je veux.
 Je suis débrouillard(e), je sais tirer -parti du système.
 Je suis à la fois bien avec moi-même, bien avec les autres. ..
 Je sais exprimer mon désaccord sans excès, de façon à me faire entendre
 J'ai le souci de ne pas importuner les autres.
 J'ai du mal à prendre parti et à choisir.
 Je n'aime pas être seul(e) à exprimer un avis dans un groupe.
 Je n'ai pas peur de parler en public.
 La vie m'a appris à savoir me défendre et lutter.
 J'aime les défis, les risques, même excessifs.
autodiagnostic
 Je suis souvent assez habile pour éviter les conflits
 Je “ joue cartes sur table" pour mettre les gens en confiance.
 J'ai de bonnes capacités d'écoute et d'attention.
 Quand j'ai décidé une chose, je la mène jusqu'au bout malgré les imprévus.
 J'exprime sans réticence ce que je ressens.
 J'arrive à amener les gens à adhérer à mes idées, je suis persuasif (ve).
 Compliments, sourires, flatteries permettent d'obtenir ce que l'on veut.
 J'ai du mal à maîtriser mon temps de parole.
 Je sais manier l'ironie mordante.
 Je suis serviable et facile à vivre, je me fais même parfois exploiter.
 J'aime mieux observer que participer.
 Je n'aime pas être au premier rang, je préfère les seconds rôles.
 J'ai pris l'habitude de ne pas me comparer aux autres.
 Je trouve maladroit de dévoiler trop vite mes intentions.
 Je choque parfois les gens par mes propos.
 Si je n'avais pas appris à me défendre, j'aurais été dévoré(e).
 On obtient plus facilement ce que l'on veut en cachant ses objectifs plutôt qu'en révélant ses intentions.
 Je sais détendre mon entourage par un humour sans arrière-pensée.
 On ne peut prétendre régler un problème sans en chercher les causes profondes.
 Je n'aime pas me faire mal voir.
l’affirmation de soi 
L’affirmation de soi consiste en la capacité d’exprimer ses émotions, ses pensées et ses opinions
de même que de défendre ses droits tout en respectant ceux des autres, ceci de façon directe,
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

honnête et appropriée.
Cette habileté résulte d’un patient apprentissage. Elle est à l’origine de comportements appelés
comportements affirmatifs.
L’apprentissage de l’affirmation de soi a donc pour but d’aider une personne à mieux connaitre et à
mieux utiliser certaines notions :
Les émotions, les pensées et les opinions: Apprendre à bien identifier ses émotions, ses pensées
et ses opinions.
Les droits: Apprendre à reconnaitre ses droits de même que ceux des autres.
La communication: S’entrainer à utiliser les moyens appropriés pour améliorer la qualité des
échanges interpersonnels: c’est-à-dire faire savoir clairement ses émotions, ses pensées et
ses opinions et faire respecter ses droits tout en respectant ceux des autres
l’affirmation de soi
Comportements et sentiments liés à un manque d’affirmation:
 Tendance excessive à se justifier
 Tendance à s’isoler affectivement et socialement
SQ4: CONFIANCE EN SOI ET ASSERTIVITE

 Difficulté à prendre des décisions et à agir


 Passivité (tendance carpette)
 Tendance à prendre trop de responsabilités / difficultés à dire non
 Facilement manipulable
 Sentiment de honte
 Anxiété généralisée et diffuse
Les avantages de l’affirmation de soi
 Bien s’entendre avec soi-même, mieux- être général
 Mieux s’entendre avec les autres
 Confiance en soi
 Moins anxieux et de stress
 Intégration plus facile à son environnement professionnel/social
SEQUENCE 5 
L’EFFICACITE PERSONNELLE ET GESTION DE TEMPS

Objectifs
Maîtriser les principes fondamentaux de la gestion du
temps
Gérer les priorités : Définir ce qui est important /
Urgent
Planifier efficacement ses activités
SEQUENCE 5 
L’EFFICACITE PERSONNELLE ET GESTION DE TEMPS
I. Qu’est ce que le temps ?
 Le temps est une ressource dont chacun dispose pour accomplir des taches
dans des délais impartis
 Le temps est un facteur de production disponible en quantité limitée (24
heures dans une journée) ;
 un facteur de production non stockable, c’est-à-dire qu’on ne
SEQUENCE 5: GESTION DE TEMPS

saurait le suspendre pour une utilisation ultérieure.


A la différence du capital financier, il ne peut être épargné en vue
d’une consommation différée.
 "L’essentiel dans votre vie est finalement votre temps".(Alain Lakein)
 "Maîtriser son temps, c’est maîtriser sa vie". (Alain Lakein)
Qu’est ce que la gestion du temps ?
La gestion du temps:
C’est une pratique managériale fondamentale à la

réussite de toute organisation,


Elle se base sur une démarche et des techniques,
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

La clé de la gestion du temps est l’organisation de travail


Pourquoi la gestion de temps ?
 Comprendre que le temps a de la valeur
 Détecter l’existence de « mangeurs de temps »
 Savoir analyser l’utilisation de son temps
Car
 Le temps est précieux
 Le temps est irréversible
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

 Le temps perdu ne se rattrape jamais


 Pour gérer efficacement le stress
 Pour éviter toute pression
 Pour une bonne prise de décision
 Pour un meilleur rendement
 Pour éviter les problèmes personnels
 Pour être en position de force
 Pour atteindre ses objectifs
 Pour s’adapter aux changements et aux imprévus
comment le gérer?
 Gérer son temps veut dire ne pas le gaspiller, être mieux organisé,
travailler plus vite et plus efficacement. Il appartient, donc, au
gestionnaire, et à lui seule, de bien gérer son temps de travail
pour obtenir une efficacité maximum.
 Par exemple, pour une semaine de travail, on n’a que 40heures, ce
qui représente 8 heures par jour, le gestionnaire doit être parfaitement
SEQUENCE 5 GESTION DE TEMPS

organisé pour répartir son travail au sein de cet horaire s’il ne veut pas
se laisser déborder, ce qui fait, souvent, mal effet et laisse penser qu’il y
a un manque d’organisation personnel.
 Avec un peu d’autodiscipline, un peu d’organisation, un peu de logique
et de volonté, il est possible d’y arriver et de gagner un temps précieux.
TEST SUR LA GESTION DU TEMPS
Pour réfléchir à la gestion de votre temps, vous allez remplir le questionnaire suivant. Pour chaque question
,répondez par . Jamais ou Parfois ou Souvent ou Toujours

1-préparez vous vos affaires la veille pour le lendemain ?


2-vous arrive-t-il d’être en retard à un rendez-vous ?
3-passez vous beaucoup de temps à rechercher les affaires dont vous avez besoins ?
4- avant chaque journée, vous réservez vous un moment pour planifier vos activités ?
5- attendez vous le dernier moment pour faire votre travail de formation ?
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

6- arrivez vous toujours à terminer ce que vous avez entrepris ?


7-votre table de travail est-elle encombrée ?
8-vous arrive-t-il d’être complètement débordé de travail ?
9-durant la semaine, respectez vous le plan de travail que vous vous êtes fixé ?
10-trouvez vous le bon dosage entre activités professionnelles et loisirs ?
11-vous arrive-t-il de rendre un travail en retard ?
12-êtes vous déçu des résultats de ce que vous entreprenez ?
13-vous est-il difficile de vous décider à agir ?

14-notez-vous vos rendez-vous et vos activités sur un agenda ?


GESTION DU TEMPS
RESULTAT
QUESTIONS JAMAIS PARFOIS SOUVENT TOUJOURS

1 0 1 2 3  

2 3 2 1 0  

3 3 2 1 0  

4 0 1 2 3  

5 3 2 1 0  

6 0 1 2 3  
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

7 3 2 1 0  

8 3 2 1 0  

9 0 1 2 3  

10 0 1 2 3  

11 3 2 1 0  

12 3 2 1 0  

13 3 2 1 0  

14 0 1 2 3
TOTAL
GESTION DU TEMPS
Interprétation de votre score final :
 Plus de 34 points : Bravo ! Vous êtes quelqu’un d’organisé ayant
une bonne maîtrise de son temps.
 De 28 à 34 points : Vous vous efforcez de maîtriser votre temps
et vous disposez de certains éléments d’efficacité. Mais vous
n’arrivez pas encore à faire tout ce que vous aimeriez faire.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

 De 22 à 28 points : Vous faites parfois des efforts pour vous


organiser et maîtriser votre temps, mais vous n’êtes pas assez
convaincu de son importance.
 Moins de 22 points : vous vous laissez trop entraîner par les
événements. Il faut remettre de l’ordre dans vos comportements
si vous voulez devenir efficace.
Gestion du temps au travail: démarche
faut savoir que l’utilisation de mon temps dépend de :
– Ma personnalité : ma vision de l’existence,
– Ma fonction,
– Mes méthodes personnelles de travail,
– Mes méthodes de travail avec autrui.
Gérer son temps, c’est mettre en place une démarche en essayant de répondre
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

aux questions suivantes :


– Qu’est ce que je fais ?
– Comment je le fais ?
– Comment je pourrais mieux le faire ?
Gestion du temps au travail: démarche
A/ J'analyse
1-Qu' est-ce que j ' ai a faire ?
2- Lister tout ce que j'ai à effectuer ?
3- Quel est mon temps disponible ?
4- Evaluer le temps dont je dispose. ?
B/ J'effectue des choix
SEQUENCE 4 : GESTION DE TEMPS

1- Dans quel ordre dois-je mener mes activités ?


2- Y'a-t-il des actions urgentes, importantes, longues, difficiles, fatigantes,
désagréables ?
3- définir des priorités dans ce qui est à réaliser .(Comment définir les priorités ?)
4- respecter les contraintes d’autorité dans l’exécution des taches .

Définir l'urgence et l'importance (deux critères de base pour définir les priorités. Les
taches urgentes et importantes sont à réaliser d'abord)
Gestion du temps au travail: démarche
C/ Je planifie
1. Organiser, imbriquer mes activités pour les faire entrer dans le temps dont je
dispose?
2. Choisir des outils me permettant de planifier efficacement;
3. Choisir le bon moment;
4. Choisir les moments les plus appropries pour réaliser ces activités.
D/ Je contrôle
SEQUENCE 4 : GESTION DE TEMPS

Tout planning est une prévision de l’ organisation de son temps.


1. Ai-je réalise tout ce que j'avais prevu ?
2. Ma prévision est-elle réaliste?

Le démarche de gestion du temps au milieu professionnel Elle a pour but de gérer


la ressource « temps », ou mieux, avec pour objectif de réaliser les taches
dans les délais imparties et de les organiser entres elles lorsqu'elles dépendent
les unes des autres. Une phase d' analyse
Gestion du temps au travail: PRIORITE’ DANS L’ORBANISATION ?
L’ urgent est-il plus important que l’important ??

L’une des plus grandes difficultés que nous rencontrons presque tous dans
l’organisation de notre travail quotidien est l’affectation d’un ordre de priorité à
chacune des tâches qui se présentent.
La tendance naturelle pousse à agir dans une vision du court terme ce qui nous
amènent souvent à nous attacher d’abord à ce qui nous semble urgent.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

Mais la pression des événements est telle qu’une autre urgence fait immédiatement
surface, Et nous n’avons jamais assez de temps pour entreprendre ce qui, plus urgent, est
important.

Un outil utile pour établir des priorités claires qui tiennent compte à la fois de
l’urgence et de l’importance est la matrice de priorité (Principe d’Eisenhower)
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER

Cet outil nous permet de classer chaque activité dans le cadrant adéquat afin de nous
permettre de faire le traitement approprié à chaque type d’action. . Les deux facteurs
qui définissent une activité, sont « l’urgent » et « l’important ».
*La Matrice d’Eisenhower ou matrice de temps

Conçue par Dwight David Eisenhower, elle est composée


de 2 axes:
l’importance et l’urgence.  
SEQUENCE 4 : GESTION DE TEMPS

Ces 2 axes créent 4 quadrants:

Q1: important et urgent: à exécuter en priorité


Q2: important et non-urgent: à planifier , peut
attendre
Q3: urgent et non-ou peu important: déléguer si
possible ( les perturbateurs …
Q4: non-urgent et non ou peu-important: à
laisser de côté
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWE

L’Urgence signifie que cela demande une attention immédiate. les urgences nous
pressent et agissent sur nous et nous amènent à réagir sur le champ. Elles sont souvent
faciles et agréables à faire. Cependant, elles sont généralement non importantes.
Exemple : Un téléphone qui sonne est urgent. Quoique que vous fassiez de si nécessaire,
lorsque le téléphone sonne, il prend de la priorité par rapport au reste des activités.

L’Importance concerne les résultats qui contribuent à votre mission, à vos valeurs, à
vos objectifs hautement prioritaires. Alors que nous réagissons aux urgences, les
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

choses importantes qui ne sont pas urgentes exigent plus d’initiative, plus de
proactivité. Si nous n’identifions pas clairement les résultats que nous voudrions
atteindre dans nos vies et ce qui est important pour nous, et agir pour leur réalisation,
nous serons facilement détournés pour répondre à l’urgent.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER

Choisir de consacrer 60% à 80 % de notre temps à faire des tâches


importantes, nous amène à être plus efficace et à nous rapprocher plus
rapidement vers l’atteinte de nos objectifs
Ce sera difficile au départ car il faudra modifier nos habitudes et trouver
du temps en apprenant à dire non à toutes activités qui peut-être, nous
tenterons mais qui ne sont pas prioritaires (cellules C3 et C4

priorisons l’importance sur l’urgence.


Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER

.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER
 Les personnes efficaces passent plus de temps sur Quadrant 2, permettant ainsi de réduire la
dimension du Quadrant 1. Elles font attention de rester loin des Quadrants 3 et 4, car malgré
leur urgence, ils ne sont pas importants.

 Dépensez beaucoup de temps dans Urgent et Non Important du Quadrant 3,


croyant être dans le Quadrant I. Ils dépensent la plupart de leur temps dans les
urgences, pensant qu’ils sont importants. Mais en réalité, ils réagissent souvent
aux exigences de leur environnement au lieu de se consacrer à leurs buts les plus
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

importants.

 Les gens qui dépensent leur temps exclusivement dans les Quadrants 3 et 4 vivent
une vie d’irresponsabilité (irresponsabilité totale, licencié de leur travail,
dépendants des autres pour le nécessaire)
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER

Conclusion:
Déterminez vos priorités, Bien gérer son temps, planifier ses
activités c’est :
1- lister l’ensemble des activités à réaliser dans une journée,
(une liste «dans la tête» est beaucoup moins efficace qu’une liste
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

écrite)
2- ordonner ses activités, c’est-à-dire les classer par ordre de
priorité. Comment établir les priorités?
En se posant à chaque fois la question « Est-ce URGENT et/ou
IMPORTANT ? »
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER
Application : Classer les taches suivantes par ordre de priorité dans la matrice
de temps
A- j’ai rendez-vous ce soir à 18 heures chez le dentiste.
B-il faudra que j’emprunte au vidéo-club le dernier film BRAD P
C- Ma copine vient de me passer un coup de fil. Ça a duré presque une
heure.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

D- Il faut que je commence mes révisions pour l’évaluation de lundi prochain.


E- Cette émission à la télé n’était pas terrible.
F- Ça fait déjà un moment que le voyant de la jauge est allumé. Il va falloir
que je fasse le plein.
G- J’ai attendu presque une demi-heure au bureau de poste pour pouvoir
retirer 500 dh .
H- Après ces deux heures de travail, je pense avoir bien progressé dans mes
connaissance de l’ordinateur.
Gestion du temps au travail: Matrice de temps d’EISENHOWER
RESULTAT

URGENT NON URGENT

IMPORTANT A F D H
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

NON IMPORTANT C G B E
Gestion du temps au travail

APPLICATION
A partir de l’annexe suivant ,
 Etablir la liste des taches de Nathalie secrétaire
commerciale au cours de cet après midi.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

 Relever les incidents de l’après midi et dites si c’était


prévisible ou pas
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS
Résultats:
Liste des tâches accomplies par Nathalie :
 Rédaction et saisi du courrier
 Accueil d’un représentant
 Déclaration d’accident du travail
 Dossier d’inscription BATIMAT urgent
 Dépannage de la photocopieuse avec recherche de l’encre
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

 Compte-rendu du C.H.S.

Relevé des incidents de l’après-midi :


 Accueil du représentant, elle aurait du consulter l’agenda.
 Accident du travail, fait non prévisible.
 Dossier BATIMAT, traîne sur le bureau depuis deux semaines.
 Photocopieuse en panne, fait non prévisible ?
 Compte-rendu du CHS, note prise depuis le 10 mars.
Identifier les tâches les plus importantes selon le
Principe de Pareto (Loi des 20/80)

Selon la loi de Pareto appliquée à la gestion de temps,


il est important de mettre l’accent sur les 20 % des
activités les plus déterminantes.
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

Cette partie importante permettrait d’assurer la réalisation


de la plus grande partie des objectifs (80%).
Principe de Pareto (Loi des 20/80)

20% d’entrées (Temps, ressources, effort) contribuent à


80% de résultat (Valeur)
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS
Principe de Pareto (Loi des 20/80)
Prévention des tâches inutiles:
Il s’agit d’identifier et d’
éviter les 80 % des tâches qui prennent du temps sans apporter de ré
sultats probants
afin de pouvoir se focaliser sur l’essentiel !
SEQUENCE 5 : GESTION DE TEMPS

Garder un œil sur les tâches à haute valeur:


Les efforts doivent être rationalisés afin de se concentrer sur les 
20% importants.
 Ces efforts se révèlent alors fructueux et apportent de meilleurs
résultats.
 En réalisant environ 20% des tâches, on peut accomplir pratiquement
80 % des résultats (de son rôle), le reste du temps pourra servir à
traiter les autres activités
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU
TRAVAIL
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

Objectifs
Développer des compétences essentiels et adopter des
comportements adéquats au travail
Gérer des conflits
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: comportements
pour s'épanouir dans sa vie professionnelle, il ne suffit pas d'avoir de solides compétences
techniques, il faut aussi savoir s'intégrer dans une équipe et connaître la culture de
l'entreprise:
 Evitez de faire critiques maladroites ou très personnelles

Maintenez une distance acceptable avec votre supérieur, ayez en tête que c'est lui qui 
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL


vous a embauché
 Soyez détendu, souriant, aimable et déterminé.
 Allez vers les autres 
 Proposez votre aide 
 Demandez des conseils.
 Respectez de la hiérarchie 
 Évitez aussi de faire du chantage à votre supérieur, essayez de négocier
 Mettez-vous en avant  en faisant preuve d'initiatives.
 Soyez professionnel :
 Ne vous contentez pas du minimum,
 Ne promettez pas non plus l'impossible,.
esprit d'équipe..
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits

  
Définition:
Le conflit est une situation de heurt et d'opposition entre des opinions, des
intérêts, des conceptions ou des valeurs 
Le conflit exprime un désaccord entre 2 ou plusieurs parties, personnes ou
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

groupes
Le conflit fait partie de la relation à l'autre. Chacun défend ses idées, ses droits,
sa liberté, sa vie …
Le conflit permet l'innovation, le changement. Il introduit le mouvement dans les
relations, dans la société.
Une société sans conflit est une société immobile, sans Histoire. Résoudre le
conflit fait progresser la justice.
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits

 
Réactions face à un conflit

 Le mot conflit évoque en nous des sentiments principalement négatifs et c'est notre raison, qui
nous fait penser aux apports positifs des conflits.
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

 Vis-à vis d'un conflit on peut adopter plusieurs réactions : depuis l'évitement jusqu'à
l'affrontement. Ceci peut s'illustrer sur avec le schéma suivant : le calumet du conflit
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits
Les différents types des conflits et leurs caractéristiques
le conflit d’autorité ou de pouvoir qui opposent deux personnes de
même rang hiérarchique suite à l’empiètement par l’un sur les
compétences de l’autre
- le conflit de concurrence ou de rivalité surtout perceptible dans les
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

métiers ou la compétitivité ou la recherche du résultat sont


nécessaires
- le conflit de génération caractérisé par la confrontation entre ceux
qui disposent d’une certaine expérience et les jeunes diplômés qui
voudraient mettre en place de nouvelles pratique
- le conflit d’opinion ou d’idéologie qui surgies quand il ya choc des
idées il touche généralement la morale la religion
-le malentendu qui trouve toujours sa source dans une incompréhension
résultant d’une fausse interprétation des faits ou actions
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits
les outils de la gestion des conflits
1) La négociation est la prise en charge du conflit ; c'est une solution pour
concilier les points de vue opposés
2) La médiation Par rapport à l’arbitrage, l’intervenant extérieur désigné par les
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

deux parties est unique, ce qui nécessite une véritable volonté de négociation
dès le départ. Dans ce cas, le médiateur n’est qu’un « relais » qui facilite la
discussion, guide la conversation ou la provoque
3) Le recours hiérarchique Il fait appel à un supérieur hiérarchique qui va trancher
de manière autoritaire (avec ou sans partie pris) et de manière définitive. Ce
type de résolution de conflit est nécessaire dans des situations d’urgence
4) l’arbitrage implique les parties en leur demandant de choisir chacune un
arbitre qui, généralement, désignera lui-même un troisième arbitre. Dans ce
cas, les parties se trouvent impliquées dans la résolution du problème et le
conflit peut trouver une fin apaisée
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits
Les étapes de la résolution de conflits:

1. Identifier clairement le problème ou le besoin posé par la


situation 
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

2. Identifier les solutions possibles et évaluer les conséquences de


chacune ;
3. Choisir la solution la plus adaptée, regarder comment la mettre en
application et finalement l’appliquer ;
4. Après quelque temps d'essai, réévaluer cette solution et l'ajuster
au besoin.
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL: Gestion des conflits
3 FACONS DE CONCLURE UN CONFLIT
Gagnant Gagnant Gagnant Perdant Perdant Perdant
sentiments Personne n'est blessé : chacun Une personne se sent blessée De part et d'autre, on est
est content car il obtient ce qu'il et l'autre a ce qu'elle veut blessé physiquement ou
veut affectivement
SQ5: EFFICACITE RELATIONNELLE AU TRAVAIL

Ce qui se Personne n'attaque personne, ni Une des personnes a recours à Violence physique ou
passe physiquement, ni mentalement. la violence physique ou violence verbale de la part des
Chacun exprime ses sentiments verbale. L'autre lui donne deux parties.
et ses idées face au conflit, raison ou s'en va.
montre à l'autre qu'il écoute, et
proposent des solutions
Résultat le conflit est résolu Le conflit n'est pas résolu Le conflit n'est pas résolu
final La résolution est souvent un La partie lésée risque de La situation est encore plus
compromis, dans lequel chaque réagir. embrouillée et plus
partie se reconnaît. Aucune des parties impliquées conflictuelle qu'au début.
Les deux parties impliquées se ne respecte l'autre. Aucune des parties impliquées
respectent mutuellement. Les deux parties ne se ne respecte l'autre.
Les deux parties se respectent respectent pas elles-mêmes Les 2 parties ne se respectent
elles-mêmes. pas elles-mêmes/
SEQUENCE 6 : GESTION DU STRESS ET CAPACITES D’ADAPTATION

Objectifs
Gérer son stress
S’adapter facilement en milieu professionnel
SQ 6: GESTION DU STRESS ET CAPACITE’ D’
ADAPTATION
SEQUENCE 6 : GESTION DU STRESS

DEFINITION
Le stress est défini comme un ensemble de stimuli, tant agréables que
désagréables, auxquels nous sommes soumis chaque jour.
Les éléments de stress sont en général :
SQ 6: GESTION DU STRESS ET CAPACITE’ D’

les examens, les travaux, l’étude, l’adaptation sociale, les problèmes


financiers, la planification de carrière et la compétition……..

Il est important de retenir que tous les stress ne sont pas


nécessairement nuisibles, nous avons besoin d’un certain degré de
stress, de tension pour nous activer, augmenter notre
performance
ADAPTATION
SEQUENCE 6 : GESTION DU STRESS

GERER SON STRESS


les symptômes physiques et psychologiques du stress :

Sueurs, tremblements, migraine.


Augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle.
Sensibilité aux infections et affaiblissement de l’organisme (dus à la baisse des
défenses immunitaires)
SQ 6: GESTION DU STRESS ET CAPACITE’ D’

troubles musculo-squelettiques, tensions nerveuses.


Agressivité, irritabilité, agitation et difficulté de concentration.
Anxiété et perte d'estime de soi.
Les facteurs de stress:

Surcharge de travail
Mauvaise organisation
Pressions et brimades répétées de la part des supérieurs
Manque de considération
ADAPTATION

Niveau d’exigence extrême


Inégalité de traitement entre salariés
Mise en concurrence des salariés
CONCLUSION : QUELLE SOFT SKILL EST LA PLUS DEMANDÉE EN 2020 ?
Soft skill : le savoir-être au service du savoir-faire

LA CRÉATIVITÉ: pour créer de nouvelles connexions encore invisibles; trouver des


solutions encore jamais vues; générer de nouvelles possibilités’
LA PERSUASION: implique de convaincre les autres de suivre une ligne de conduite,
d’accepter une manière de faire ou d’acheter un produit ou un service.
LA COLLABORATION (ESPRIT D’ÉQUIPE)
L’ADAPTABILITÉ: être capable de changer pour réussir.
L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE :Nouveau dans la liste des soft skills les plus
demandées aujourd'hui, c’est la capacité de percevoir, d’évaluer et de répondre à nos
propres émotions et aux émotions des autres.
le besoin d’intelligence émotionnelle souligne l’importance de répondre et d’interagir
efficacement avec nos collègues.
L’intelligence émotionnelle est une forme d’intelligence qui se développe et s’enrichit à
tout âge…  Aujourd’hui, l’intelligence émotionnelle est une soft skill qui est nécessaire
dans le monde du travail et mérite sa place au sein des entreprises car celle-ci
renforce le bien-être, les relations et les performances.

.
L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE

Vous aimerez peut-être aussi