Vous êtes sur la page 1sur 17

me : ENJEUX SOCIÉTAUX TIPE

Écholocalisation humaine :
Quand le son remplace les yeux
Réalisé par:
• MOULAY AISSA Aya
• BACHIRI Youssef Encadré par:
• JAOUHARI Mouad • Mr. YUSSEFI Bousselham
• EL HASSANI Adnane • Mr. HASNAOUI Mohammed
INTRODUCTION &
Les PROBLEMATIQUE
animaux, qu’ils soient prédateurs: ou proies, ont un besoin essentiel
de se repérer dans leur environnement, quel qu’il soit. La plupart utilise
leur vue pour ce faire. Cependant, certains d’entre eux vivent dans des
endroits où la lumière fait défaut ; aussi nécessitent-ils d’autres moyens de
détecter les différents aspects du monde qui les entoure. C’est pourquoi
quelques espèces animales ont su développer, au cours d’une longue
évolution, des capacités d’écholocation, c’est-à-dire de repérage grâce aux
ondes sonores. Ces animaux sont en effet capables de savoir, en émettant
une telle onde et en écoutant son retour, la position et la vitesse d’un objet.
De même, l’Homme en est venu à éprouver le besoin de pouvoir se
repérer et détecter des cibles quand son regard, que ce soit à cause de la
distance, de l’absence de lumière ou la présence d’élément rendant opaque
le milieu de l’air (tel le brouillard, par exemple), ne le lui permet pas. Créer
une technique pour projeter ce processus sur l’Homme apportera plus
d’avantages pour les aveugles.
Pour arriver à obtenir une telle technologie, l’Homme s’est orienté vers
un modèle semblable à ceux de deux animaux possédant des facultés
d’écholocalisation notoires, à savoir la chauve-souris et le dauphin.

 L’Homme est-il capable d’acquérir une technique d’écholocalisation


en suivant le modèle des chauves-souris et des dauphins ?
PLAN
 Définition de l’écholocalisation :
 Écholocalisation : un produit de la sélection naturelle :
i. L’Echolocalisation chez la chauve-souris : exemple de radar
ii. L’Echolocalisation chez les dauphins : exemple de sonar
 Écholocalisation humaine : quand l’Homme copie la nature et
l’améliore
i. Daniel Kish : l’aveugle qui s’est appris à voir avec le son
ii. Écholocalisation humaine artificielle 
I) DEFINITION :
Echolocalisation :
L’écholocalisation humaine est la
capacité des humains de détecter des
objets dans leur environnement au
travers d'échos reçus de ces objets. Cette
capacité est utilisée par certains aveugles
pour se déplacer dans leur
environnement. Ils émettent des sons,
que ce soit en tapant avec leur canne, en
tapant du pied ou en produisant des clics
avec leur bouche.
L'écholocation humaine est similaire dans son principe au sonar actif
et à l'écholocalisation animale employée par certains animaux comme
les chauves-souris ou les dauphins.
En interprétant les sons réfléchis par les objets environnant, une
personne entraînée peut identifier de façon précise la position, la
texture et la taille d'objets situés entre 20cm et quelques dizaines de
mètres.
De manière insoupçonnée, elle est accessible aux voyants, même
lorsque leur audiogramme est médiocre
II) Écholocalisation : un produit de la sélection
naturelle :
i. système
Le L’Echolocalisation
sonar que leschez la chauve-souris :
chauves-souris utilisentexemple de radar
pour se diriger et localiser
leurs proies a longtemps semblé aussi rudimentaire que la canne d'un aveugle.
C'est faux : les chauves-souris poursuivent et capturent les papillons de nuit
avec une facilité et une précision qui font pâlir de jalousie les ingénieurs de
l'aérospatiale!
Du retard de l'écho par rapport aux sons qu'elles émettent, les chauves-souris
déduisent la distance aux objets. En détectant les variations de fréquence de
l'écho par rapport au son émis, par effet Doppler, elles perçoivent la vitesse
relative d'un insecte en vol et la fréquence du battement de ses ailes. De
l'amplitude de l'écho, associée au retard, elles déduisent la taille de la proie ;
l'amplitude relative des diverses composantes de l'écho indique les dimensions
de ses différentes parties. Enfin, les différences d'amplitude et de retard entre
Les traitements neuraux des signaux
acoustiques ont lieu dans un cerveau
minuscule (de la taille d'une grosse perle).
On connaît aujourd'hui quelques 800 
espèces de microchiroptères ; toutes
semblent capables d'écholocalisation. Leurs
émissions sonores diffèrent selon les genres
et selon les espèces...
ii. L’Echolocalisation chez les dauphins : exemple de sonar
Comme pour les chauves-souris (et en particulier les microchiroptères), le
dauphin a développé un système d’écholocalisation efficace bien avant
l’Homme. En effet, afin de survivre, la sélection naturelle leurs a imposé la
mise au point d’un système leur permettant de localiser les éléments de leur
environnement (obstacles, proies,…) dans un milieu où la vue est inefficace à
cause du manque de lumière. Les dauphins utilisent les sons (de 100 à 200 000
Ainsi, leur système est bien un sonar.
Hz).
Cependant, de même que les chauves-
souris, le dauphin n’utilise pas
exclusivement les ultrasons, mais peut
également produire des clics audibles pour
l’Homme. De plus, ils ne disposent pas de
cordes vocales.
III) ECHOLOCALISATION HUMAINE : quand
l’homme copie la nature et l’améliore :
i. Daniel Kish : l’aveugle qui s’est appris à voir avec le son

Daniel Kish est un expert américain en


écholocalisation humaine et l’un des conférenciers
les plus inspirants du monde. Aveugle depuis l’âge
de 13 mois, il a appris « voir  » en utilisant une
forme d’écholocation, il claque régulièrement sa
langue et envoie des éclairs sonores qui
rebondissent sur les surfaces de l’environnement et
reviennent vers lui , et puis il construit une image
de l’espace autour de lui et à repère les obstacles
pendant ce déplacement comme la chauve-souris.
Je clique en utilisant ma langue contre le toit de ma bouche - c'est un
son implosif et aigu. Il peut pénétrer le bruit de fond et vous apporter des
informations à des dizaines ou des centaines de mètres.
"Des recherches récentes ont montré que l'écholocalisation peut fournir
des détails sur les objets dans l'environnement, notamment la forme, la
taille, la distance et même le matériau à partir duquel ils sont fabriqués.
ii. Écholocalisation humaine artificielle 
Dans cet axe, nous essayerons de réaliser un prototype
permettant de détecter un obstacle à une distance donnée
et d’en avertir l’utilisateur par le biais de vibrations dans
le poignet. L’avantage de ce dispositif est qu’il laisse les
mains libres à son usager.
Suite à cela nous avons mené des études sur les
différents composants principaux dans la construction de
Tout
notre d’abord, l’élaboration de cette innovation a nécessité la
prototype.
comparaison de différents types de capteurs pour savoir en quoi les
ultrasons étaient les plus adaptés à cette situation. Le capteur choisi étant
destiné à mesurer la distance séparant l’utilisateur d’un éventuel obstacle.
Ajoutons que le choix de cartes Arduino s’est révélé adéquat de par leur
programmation simple et à la portée de tous.
 CAPTEUR
 CARTE
ULTRASON SRF05
ARDUINO

 NRF24L01
Transceiver
NRF24L01
un module de CAPTEUR ULTRASON
communication sans fil SRF05
émetteur un microcontrôleur
reprogrammable
CARTE ARDUINO
un microcontrôleur Alimentation
reprogrammable externe de 9V

 Schéma électronique Boîtier


capteur
NRF24L01
un module de
communication sans fil
émetteur Alimentation
externe de 3.3V
CARTE ARDUINO MOTEUR
(Modèle Pro mini v3.3) VIBRATOIRE
un microcontrôleur
reprogrammable

 Schéma électronique Boîtier Bracelet


vibratoire
CONCLUSION :
Pour conclure, les secteurs du handicap et de l’accessibilité à la personne sont des
domaines en pleine expansion où de nombreuses innovations sont possibles. Ainsi,
notre dispositif anti-collision pour personnes malvoyantes propose un nouveau moyen à
celles-ci de se déplacer. Ce projet possède donc tout naturellement des contraintes et
des besoins liés à l’handicap qui demandent des solutions techniques bien particulières,
adaptées à une personne souffrant de cécité.
MERCI POUR
VOTRE