Vous êtes sur la page 1sur 20

RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE

ET
DÉVELOPPEMENT DURABLE

Par : Mr. SAOUANE


Yassine
PLAN
 I – GENERALITES
1. Définition de la RSE
2. Les 7 questions centrales de la RSE
3. Qui sont les parties prenantes ?
 II - Le développement durable et la RSE
1. Le développement durable
2. Quels enjeux pour la RSE ?
3. Le cadre normatif de la RSE
4. La mise en place de la démarche de la RSE
 III - Conclusion
GENERALITES
Définition de la RSE :
 La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises)
regroupe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter
les principes du développement durable, c’est-à-dire être économiquement viable, avoir un
impact positif sur la société mais aussi mieux respecter l’environnement.

 L’ISO 26000 définit la RSE comme : Responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts
de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un
comportement transparent et éthique qui :

 Contribue au développement durable y compris à la santé et au bien-être de la société


 Prend en compte les attentes des parties prenantes
 Respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes internationales
 Est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations
Les 7 questions centrales de la RSE :
Qui sont les parties prenantes ?
 Les parties prenantes sont les acteurs qui interagissent avec les entreprises. Il
s’agit à la fois des collaborateurs mais aussi des fournisseurs, des clients, des
pouvoirs publics ou des syndicats
 Le schéma au dessous explique en quoi les parties prenantes sont essentielles à la
RSE et détaille les interactions de chacune d’entre elles avec l’entreprise.
Le développement durable et
la RSE
Le développement durable 
 Le développement durable est l’idée que les sociétés humaines doivent vivre et
répondre à leurs besoins sans compromettre la capacité des générations futures à
répondre à leurs propres besoins
 La notion de RSE sera donc, dans le cadre de cette étude, tout simplement
l’application par les entreprises du concept de DD.
 Puisqu’elles participent directement au développement d’un territoire, fournissent
du travail à leurs salariés mais aussi à leurs sous-traitants et fournisseurs et, qu’en
autre, elles consomment des matières premières et sont émettrices de déchets, les
entreprises sont donc un acteur majeur en matière de DD.
 Il s’agit de la transposition pratique des trois piliers (économique, social et
environnemental) aux préoccupations de l’entreprise. Le champ d’investigation de
cette notion est donc immense. Il semble pourtant plus circonscrit que celui du DD,
Quels enjeux pour la RSE ?

 Les enjeux dits sociaux : Santé et sécurité au travail, création d’emplois,


répartition des revenus, dialogue social, formation des salariés, intégration des
jeunes, principes de non-discrimination
 Les enjeux dits environnementaux : Lutte contre le réchauffement climatique,
qualité de l’air, gestion de l’eau, gestion des déchets, protection des sols, respect
de la biodiversité, préservation des ressources non renouvelables
 Les enjeux dits sociétaux : Respect des droits humains, position des femmes dans
les postes à responsabilité, équité avec les fournisseurs, accès aux soins,
protection des données personnelles, développement local, éthique des affaires et
lutte contre la corruption
 Les enjeux dits de bonne gouvernance : Respect des lois et contribution à la
régulation d’intérêt général, transparence et information, prise en compte des
parties prenantes
Le cadre normatif de la RSE (ISO 26000)
 Ce sont des lignes directrices pour tous ceux qui ont conscience qu’un comportement
socialement responsable et respectueux de l’environnement est un facteur clé de la
réussite. Non seulement ISO 26000 donne la bonne ligne de conduite à suivre mais, de
plus en plus, cette norme est appliquée pour évaluer l’engagement des organisations
en faveur du développement durable ainsi que leur performance globale.
 Applicable à tout type d’organisme, de toute taille :
 Pas de vérification de conformité, pas de certification
 Claire et compréhensible
 Pas une norme de « système de management » au sens classique
 Destiné a devenir un futur instrument de régulation de la RS
 Rendre opérationnelle la responsabilité sociétale
 Identifier et s’engager avec les parties prenantes
 Crédibiliser sa démarche
La mise en place de la démarche de la RSE 
 L'analyse du champ de sa responsabilité sociétale : Pour cette analyse, il est nécessaire
de passer en revue les sept problématiques centrales identifiées par la norme ISO 26 000
afin d'identifier précisément les domaines d'action qui concernent spécifiquement
l’entreprise.
 Déploiement de la démarche RSE : Pour engager une telle démarche, les intervenants
devront notamment se poser plusieurs questions :
 comment intégrer la RSE dans le projet, la stratégie et la gouvernance de l'organisation ?
 que faire pour déployer la RS à tous les niveaux de l'organisation ?
 quels sont les mécanismes d'évaluation et de vérification que l'organisation doit instaurer ?
 Évaluer la pertinence de la démarche : Est-ce que la démarche est adaptée au domaine
d’activité, à la taille de l'organisation ? Mener une politique RS doit conduire à un apport
pour l’entreprise. Cela suppose que les dirigeants soient capables d'apprécier toutes les
contraintes (en termes de coût et de temps) et les avantages potentiels d'une politique RS.
 Vérifier la mise en œuvre et les résultats de la démarche : Une fois réalisée la mise en
place effective au sein de l'organisation, il est indispensable de pouvoir mesurer l'efficacité
des actions conduites et le niveau des résultats atteints
Conclusion
 La responsabilité sociale n’est pas une matière à option dans le programme
d’une entreprise. Elle est pour celle-ci source d’avantage concurrentiel et de
profit ; L'intégration de la RSE dans la stratégie de l'entreprise s'impose
progressivement comme une responsabilité nouvelle, pour répondre aux
enjeux sociétaux du XXIe siècle.
 S'engager dans une démarche de RSE nécessite, pour l'entreprise, une
adaptation de ses pratiques managériales. C'est aussi pour elle une
opportunité de structurer des actions lui permettant de maîtriser ses coûts,
de mieux satisfaire ses clients, d'innover, de motiver le personnel dans une
nouvelle dynamique de travail, et d'améliorer son image auprès de ses parties
prenantes.
LA LISTE DES ORGANISMES
CERTIFICATEURS AU MAROC
Institut Marocain de Normalisation« IMANOR »

 Imanor (Maroc)
 Implantation : Rabat
 Label National HALAL
General Society of Surveillance « SGS »

 Implantation : Casablanca
 ISO9001, OHSAS 18001, ISO 14001, ISO 50001, ISO 14064,
CarboIn Footprint PAS 2050, Carbon Disclosure Project, EU
ETS, ISAE 3000, AA1000, RSPO, ISO 26000, SA8000, SFI,
OLB, FSC, PEFC, CoC, ISO 22716, ISO 17025
VIGICERT 
 VIGICERT (Maroc)
 Implantation : Mohammedia
 ISO9001,
ISO14001, OHSAS18001 ISO27001, SYSTEME DE
MANAGEMENT INTEGREE, ISO22000
Société Allemande de Certification des
Systèmes de Management « DQS »
 DQS (Allemagne)
 Implantation : Maroc
 ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001 (ISO 45001),
 QSE, ISO 22000, FSSC 22000, ISO 27001, ISO 50001,
 ISO TS (IATF), SA 8000, GC Mark
Bureau Veritas
 Bureau Veritas (France)
 Implantation : Casablanca
 ISO 9001, OHSAS 18001, ISO 14001
Det Norske Veritas « DNV »
 DNV (Norvège)
 Implantation : Casablanca
 ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001, FSSC 22000
Agence Francaise De Normalisation « AFNOR »

 AFNOR Certification (France)
 Implantation : Casablanca
 ISO 9001 , ISO 14001 , OHSAS 18001

Vous aimerez peut-être aussi