Vous êtes sur la page 1sur 102

Gestion des entreprises

Plan
Introduction générale
I – Généralités sur la notion d’entreprise
II – Définition et délimitation du concept de management
III – L’environnement de l’entreprise
IV – Les principales fonctions de l’entreprise
V – Les spécificités managériales des entreprises
manufacturières.
Conclusion générale

Professeur Ali Ouchekkir 1


 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
 
1 – Jean Longate et Jacques Muller, Économie d’entreprise, 3ème édition, Dunod, 2001.
2 – Xavier Richet, Économie de l’entreprise, Éditions Hachette, 1994.
3 – Bruno Bachy et Christine Harache, Toute la fonction management, collectif,
Dunod, 2010.
4 – Alain Henriet, Chantal Sauviat, Michel Scaramuzza; Organiser et développer
l’entreprise, collectif, Foucher, 2003.
5 – Gilles Bressy et Christian konkuyt; Économie d’entreprise, éd. Sirey, 2002.
6 – Jean Luc Charron et Sabine Sépari, Organisation et gestion de l’entreprise, Dunod.
7 – M. Darbelet, L. Izard, M. Scaramuzza; Notions fondamentales de gestion de
l’entreprise, Foucher, 1998.
8 – Benthami Asmae et Bouferas Naïma; Organisation des entreprises; EDGL Print –
Rabat; 2012.
 

2
Objectifs du cours

• Connaître l’entreprise et s’initier aux principes de base de


son fonctionnement et de son management,

• Avoir une idée synthétisée sur les fonctions stratégiques des


entreprises,

• Maitriser les facteurs et les acteurs de l’ environnement de


l’entreprise ainsi que leurs différents impacts, directs et
indirects, sur sa performance.

3
I - Généralités sur la notion
d’entreprise

1: Signification
2: Objectifs
3: Typologie (Classification)
4: Création
5: Disparition (Liquidation)

4
1: Signification
• L’entreprise (la firme) se trouve au cœur du mode de
production capitaliste,
• L’entreprise est l’organisation créatrice de richesses et
d’emplois,
• L’entreprise est au centre de la compétitivité internationale
des économies,
• La définition de l’entreprise est complexe, n’est pas
universelle et dépend de l’approche adoptée: On distingue:
L’approche économique, juridique, sociologique et
systémique…

5
1.1: L’approche économique
• L’entreprise est considérée comme une unité de production de
biens et/ou de services destinés à être commercialisés sur un
marché (qui peut être un marché de biens de consommation, de
biens de production ou de services).

• Pour ce fait, elle doit combiner, d’une façon optimale, les


facteurs de production nécessaires: Facteur humain, facteur
capital et facteur naturel.

• Pour disposer de ces facteurs, l’entreprise fait appel à trois


marchés: Marché des B et S, marché de l’emploi et le marché
des capitaux.

6
1.2: L’approche juridique
• L’entreprise est définie à partir de son statut juridique: Une
personne physique dans le cas d’une société individuelle ou
une personne morale dans le cas d’une entreprise sociétaire.

- L’entreprise individuelle appartient à une seule personne.


Son patrimoine se confond avec celui de son propriétaire:
*Les bénéfices considérés comme revenus du propriétaire,
*Les dettes doivent être remboursées par lui,
*En cas de difficultés, les biens propres du propriétaires
peuvent être saisis.

7
1.2: L’approche juridique

- L’entreprise sociétaire appartient à plus d’une personne. A son


origine, un contrat conclu entre deux ou plusieurs personnes
mettant en commun leurs apports (capitaux) afin de
partager les bénéfices.

*Elle doit être immatriculée au registre de commerce,


*Elle peut posséder un patrimoine, conclure des contrats ou
même intenter une action en justice

8
1.2: L’approche juridique
Il existe trois grandes familles d’entreprises sociétaires:

* Les sociétés de personnes: La responsabilité des associés


est solidaire et indéfinie (Sociétés en Nom Collectif SNC, la
Société en Commandite Simple),
* Les sociétés de capitaux: La responsabilité des actionnaires
est limitée à leurs apports dans le capital (SA et Société en
Commandite par Actions),
* Les sociétés à réglementation particulière: SARL, Sociétés
d’Investissement, Sociétés Mutualistes)

9
1.3: L’approche sociologique
• L’entreprise est considérée comme un groupement
d’individus opérant ensemble en vue de produire des biens
et/ou des services à vendre sur un marché: Il s’agit des
bailleurs de fonds, des dirigeants et des salariés.

• Ces trois acteurs ont des intérêts contradictoires d’où la


nécessité de compromis et de dialogue pour une bonne
gouvernance de l’entreprise.

10
1.4: L’approche systémique
• L’entreprise est considérée comme un système, c à d, « un
ensemble organisé, composé de fonctions et de services en
permanente interaction, et ouvert sur son environnement
marqué par la turbulence ».

• Pour survivre et croître, elle doit s’adapter à son


environnement à travers:
* Une connaissance approfondie de l’environnement,
* La détermination de l’intensité concurrentielle du marché
dans lequel elle opère.

11
2: Les objectifs de l’entreprise
• Toute entreprise vise trois objectifs:

- L’objectif économique: Production, vente, payer des


impôts, entrée de devises…

- L’objectif social: Emploi, mécénat, protection de


l’environnement…

- L’objectif financier: rentabilité (conditionne les deux


premiers)

12
3: Classification des entreprises (Typologie)

Trois critères: Juridiques, dimensionnels, d’activité.


• Critères juridiques:
- Qualité du détenteur du capital (Public, semi-public, privé)
- Forme juridique: Voir définition précédemment (Définition
juridique).
• Critères dimensionnels:
- Le chiffre d’affaires (CA)
- L’effectif des employés
- La superficie occupée
- Le bénéfice
- La valeur ajoutée
13
3: Classification des entreprises (Typologie)

Généralement on prend en considération le Chiffre d’affaires


(CA) et l’effectif des employés pour distinguer:

- Les très petites entreprises (TPE): moins de 10 personnes et


de 10 millions MAD de CA
- Les petites et moyennes entreprises (PME): moins de 200
personnes et de 75 millions MAD de CA
- Les grandes entreprises (GE): plus de 200 personnes et de
75 millions MAD de CA

14
3: Classification des entreprises (Typologie)

• Les critères d’activité: Secteur d’activité et branche d’activité

- Secteur d’activité: Secteur primaire, secondaire, tertiaire

- Branche d’activité: Regroupe l’ensemble des entreprises


produisant toutes une même catégorie de produits: Textile
ou automobile par exemple dans le secteur secondaire…

15
4: La création d’entreprise
• Nécessite toute une démarche:
• Il ne suffit pas d’avoir l’idée pour passer à la création. Il faut:

- Valider la pertinence de l’idée et s’assurer de la volonté du


créateur
- Réaliser le business plan
- Trouver le financement
- Respecter les formalités de création
-Installer l’entreprise et la promouvoir

16
4.1: La pertinence de l’idée
• Pour pouvoir transformer l’idée en projet réalisable, celle-ci doit
être claire et pertinente

• L’idée doit être claire: Fondée sur le choix du produit/service à


offrir sur le marché en tenant compte des facteurs
d’aboutissement (de succès)

• Une fois l’idée claire, c’est sa pertinence qui entre en jeu: Les
besoins et les attentes de la clientèle

• Mais, également, la volonté du promoteur et son degré de


maîtrise de l’activité choisie.

17
4.2: Le business plan
• Appelé aussi plan d’affaires ou plan de développement,

« Le business plan est un document qui décrit l’ensemble du


projet d’une entreprise: l’activité, le marché, la stratégie
marketing, la gestion des ressources humaines, etc.
Il reprend l’ensemble des dépenses programmées et les
ressources envisagées à court et moyen terme ».
Son objectif est double : d’une part, il permet à
l’entrepreneur de baliser sa route et de savoir où il va et,
d’autre part, il sert à convaincre les banquiers et les
éventuels partenaires, de la viabilité du projet .

18
4.2: Le business plan

• En synthèse, « c’est un dossier de présentation technique,


économique, organisationnel et financier qui décrit, de
manière précise et complète, un projet d’entreprise »

• Pour l’élaborer, l’entrepreneur doit connaître parfaitement


l’environnement de son projet: le marché et ses tendances,
la concurrence, la clientèle, les coûts…

19
4.3: Le financement du projet
• Après l’élaboration du business plan, le promoteur doit chercher
les moyens de financement de son projet
• Plusieurs modes de financement sont possibles qui peuvent être
résumés en financements internes et externes

• Les financements internes: Font appel aux fonds propres et quasi


fonds propres (Généralement insuffisants)
• Les financements externes :
- Le crédit bancaire: Nécessite des garanties sous forme
d’hypothèques ou de nantissement de biens
- Les marchés de capitaux: Nécessité d’introduction en bourse
pour le marché financier

20
4.3: Le financement du projet
- Le capital – risque:

* Ce type de financement concerne les investissements dans


des entreprises innovantes et en démarrage
* Il prend la forme d’une prise de participation minoritaire
au capital de l’entreprise
* Ce type de financement est rémunéré sous forme de plus
values au moment de la sortie du capital
* Parmi ses avantages, l’apport de l’assistance technique et
du conseil…

21
4.4: La démarche de la création
Les principales procédures relatives à la création de
l’entreprise sont comme suit:

- Etablissement d’un certificat négatif: Attestation fournie


par les services du ministère du commerce et d’industrie
affirmant qu’aucune autre société ne porte le même nom
que celui du projet
- Etablissement des statuts: Qui sont l’acte constitutif d’une
société et en fixent les règles de fonctionnement (acte
notarié ou sous seing privé)

22
4.4: La démarche de la création
- Etablissement des bulletins de souscription: Un bulletin
signé par chaque actionnaire. Il décrit la volonté du
signataire à souscrire un nombre donné d’actions (et à
libérer au moins le quart de la valeur nominale de ses
apports en numéraire)
- Enregistrement du capital et du procès verbal de
l’ensemble des associés: L’enregistrement du capital social
est une opération obligatoire. Le barème des droits
d’enregistrement est fixé à 0.5% du montant du capital avec
un minimum de réception de 1000 MAD.

23
4.4: La démarche de la création

- L’inscription au fichier des patentes (taxe professionnelle):


Se fait auprès de l’administration des impôts de la ville dont
dépend le siège social de l’entreprise
- L’inscription à la TVA: Sauf exonération prévue par la loi
- L’insertion d’une publicité légale: Doit se faire dans un
quotidien national puis au bulletin officiel
- L’immatriculation au registre du commerce: Se fait auprès
du tribunal de commerce par le dépôt des actes de création
de la société.

24
4.4: La démarche de la création

- Affiliation à la CNSS:
Dans le but d’assurer aux employés une retraite et des
allocations familiales…

- Déclaration d’existence à l'inspection du travail:


Vise, particulièrement, la protection des employés.
L’ « Inspection du Travail » est un corps de contrôle
spécialisé chargé de la bonne application du code de travail
au sein de la société.

25
4.5: Installation du projet
Lors de cette étape de finalisation du projet, le promoteur
doit procéder à ce qui suit:

- Doter l’entreprise de locaux adaptés


- Aménager et équiper convenablement ces locaux
- Recruter le personnel et les collaborateurs
- Choisir ses partenaires: Fournisseurs, banquiers, assureurs,
experts…
- Etablir les documents commerciaux: Modèles de factures,
cartes visite, dépliants…

26
5: La disparition d’entreprise
• Une entreprise disparaît lorsqu’elle perd son
patrimoine et que ses biens (ses actifs) sont
liquidés,

• La liquidation d’entreprise prend deux formes:


- La liquidation à l’initiative des propriétaires,
- La liquidation judiciaire.

27
5: La disparition d’entreprise
- La liquidation à l’initiative des propriétaires:
* La liquidation se fait par la volonté de ses
propriétaires qui entendent y mettre fin,

* Elle est plus courante dans les entreprises


individuelles comparativement aux entreprises
sociétaires (où l’entreprise peut être transmise
facilement par simple cession des parts sociales à
un repreneur).

28
5: La disparition d’entreprise
- La liquidation judiciaire:
* La liquidation a lieu à l’occasion d’un jugement du tribunal
de commerce ou d’un tribunal de grande instance (c’est la
faillite)
* Après la cessation des paiements et le jugement,
l’entreprise peut faire l’objet soit d’un redressement soit
d’une liquidation judiciaire

• Parmi les causes de défaillance des jeunes entreprises, on


trouve: La réduction d’activité, les problèmes de
management, de trésorerie et la baisse de rentabilité.

29
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Management et organisation sont deux notions étroitement
liées: On parle de management des organisations
(Entreprise, Administration, Association, Parti politique…)

• De la qualité du management vont dépendre le degré de


réalisation des objectifs de l’organisation et sa performance.

• Le management est, donc, le pilotage de l'action collective au


sein d'une organisation pour la réalisation de ses objectifs.

30
II – Définition et délimitation du concept de
management
1 – Notion d’organisation

• Dans leur tentative de définir les organisations, les


théoriciens ont mis l’accent sur différents aspects des
relations entre l’individu et sa tâche.

• Dans un premier temps, l’accent a été mis sur les rapports


entre l’homme et les conditions physiques et administratives
de son travail.

31
II – Définition et délimitation du concept de
management

• Dans un deuxième temps, l’accent a été mis sur les


relations des hommes au travail entre eux.

• Une approche plus récente met l’accent sur les


rapports socio-économiques établis entre les
travailleurs, les organisations et le milieu extérieur
(l’environnement).

32
II – Définition et délimitation du concept de
management
Dans son examen de la théorie des organisations, W.R. Scott
repère trois définitions caractéristiques de l’organisation:

• « C’est une collectivité axée sur la poursuite de buts


relativement spécifiques et manifestant une structure
sociale hautement formalisée »,
• « une collectivité qui partage un intérêt commun à la survie
du système organisationnel et s’engage dans des activités
communes»,
• « une coalition de groupes d’intérêts variables qui élaborent
des buts par négociation »

33
II – Définition et délimitation du concept de
management

S.P. Robbins ( Théorie des organisations) défini une


organisation comme:
« un ensemble de moyens structurés constituant
une unité de coordination, fonctionnant en
continue en vue d’atteindre un ensemble d’objectifs
partagés par les membres participants »

34
II – Définition et délimitation du concept de
management
De cette définition on peut retenir:

• Qu’une organisation est essentiellement un cadre


structuré pour une action (objectif) déterminée,

•  Faisant appel à l’ensemble structuré de tous les moyens


disponibles,

•  Où la coopération des membres de l’organisation est


nécessaire (les acteurs de son fonctionnement).

35
II – Définition et délimitation du concept de
management
2 – Concept de management

• L’organisation regroupe un certain nombre de personnes


interdépendantes qui travaillent ensemble pour atteindre
des buts communs: Le management en est l’organe moteur.

•  Le management est une variable décisive dans la


détermination du degré de performance d’une organisation:
A l’origine des échecs et des succès.

36
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Le management « est l'ensemble des techniques visant à
optimiser l'usage des ressources d'une organisation en vue
de la réalisation de ses objectifs ».

• L’émergence du management reste très contemporaine


puisque c’est au début du 20èmesiècle, particulièrement, que
l’on peut situer les premières théories du management 

37
II – Définition et délimitation du concept de
management
• C’est à partir d’une synthèse des travaux de nombreux
théoriciens que l’on peut présenter les fondements
théoriques du management (cours management II/S2):

- Théorie administrative de Fayol,


- Organisation scientifique du travail de Taylor,
- Gestion des relations humaines
- Théorie de la contingence
 Sont autant d’éléments fondateurs qui influencent
toujours le management du 21ème siècle.

38
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Historiquement, le terme “management” est dérivé d’un
vieux mot français « ménagement » qui jusqu’au XVIIIème
siècle signifiait « avoir la responsabilité de quelque chose
dont on n’est pas propriétaire ».

• Le terme moderne « management » est actuellement défini


dans la langue française comme conduite ou direction,
administration d’une entreprise.

• Le verbe manager est dans les dictionnaires de Français


synonyme de diriger, gérer, organiser.

39
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Les sens et nuances entre les termes manager,
gérer, administrer, sont très proches: C’est tout à la
fois arranger, aménager, prendre soin de, conduire,
gouverner, manier…

• Ainsi les définitions les plus classiques du


management se rapportent toujours à des activités
ou des tâches en série que doit continuellement
assurer le manager: Planifier, Organiser, Diriger,
Contrôler (PODC).
40
II – Définition et délimitation du concept de
management

• De ce fait, le management « est l’art ou la manière de


conduire une organisation, de la diriger, de planifier son
développement et de la contrôler ».

• Le management repose ainsi sur 4 activités : la


planification, l’organisation, la direction et le contrôle.

• Son domaine d’application s’étend donc à tous les


domaines d’activités de l’entreprise.

41
II – Définition et délimitation du concept de
management
Au sens large, le management consiste à:

• Prévoir (les buts et les moyens),


• Organiser (les moyens et les méthodes permettant d’atteindre
les objectifs),
• Commander (prendre des décisions et donner des directives),
• Coordonner (les actions et les fonctions) et
• Contrôler (les actions menées et comparer les résultats aux
objectifs).
 Ces tâches (POCCC) incombent aux managers qui veillent à
leur concrétisation efficiente.

42
II – Définition et délimitation du concept de
management
3 – Rôles du manager

Le rôle du manager a bien évolué ces dernières années :

• Il ne donne plus seulement des ordres que ses subordonnés se


contentent d’appliquer sans la moindre contestation 

• Plutôt, il doit convaincre ses collaborateurs du bien fondé de ses


décisions et de les rallier à son point de vue.
 

43
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Le manager veille à ce qu’il y ait une cohérence
d’ensemble dans toutes les actions qu’il entreprend.

• Il a pour mission de « faire accepter » toutes les


choses nécessaires au bon fonctionnement de son
service ou de l’entreprise dans son ensemble.

44
II – Définition et délimitation du concept de
management
C’est pourquoi le manager doit:

• obtenir la confiance de son équipe pour pouvoir gagner


l’adhésion de la majorité,
• Bien connaître ses collègues (en étant sur le terrain) afin
de mieux cerner leurs attentes et leurs difficultés, leur consacrer
du temps, vérifier que chacun reste au maximum de ses
capacités…

 En somme: Le manager est responsable du travail effectué


et garant de la cohésion dans son groupe.

45
II – Définition et délimitation du concept de
management
Selon Mintzberg, ses différents rôles sont:

• Rôles interpersonnels:
- SYMBOLE: représentation symbolique,
accomplissement de tâches routinières de nature
sociale ou juridique…
- LEADER: Motiver et encourager le personnel,
recruter, former…
- AGENT DE LIAISON: Réseautage avec les contacts
externes offrant faveurs et informations utiles,
46
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Rôles informationnels:
- OBSERVATEUR ACTIF: Rechercher une foule
d’informations afin de mieux cerner
l’organisation,
- PORTE-PAROLE: Transmettre les informations à
des intervenants externes,
- DIFFUSEUR: Transmettre les informations reçues
d’autres employés à des membres de
l’organisation…

47
II – Définition et délimitation du concept de
management
• RÔLES DECISIONNELS:
- ENTREPRENEUR: Rechercher des occasions d’avancer et
lancer des projets d’amélioration,
- REGULATEUR: Charger des actions de correction pour
faire face aux problèmes majeurs,
- REPARTITEUR DE RESSOURCES: Attribuer les
ressources de tout genre, prendre et approuver les décisions
importantes à ce propos,
- NEGOCIATEUR: Représenter l’organisation lors des
négociations…

48
II – Définition et délimitation du concept de
management
4 – Les disciplines du management
• Le management rassemble l’ensemble des disciplines visant à
optimiser l’usage des ressources d’une organisation en vue de la
réalisation de ses objectifs,
 
• Il existe, donc, une multitude de disciplines du management qui
font de ce dernier un carrefour de savoirs et de compétences.

49
II – Définition et délimitation du concept de
management
Parmi les principales disciplines du management on relève:

• La Finance : Cette discipline désigne


l’étude de la façon dont les entreprises et les
organisations obtiennent des ressources
financières dans des buts d’investissements.

50
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Comptabilité : 
- Cette discipline peut être définie comme étant « un
processus qui consiste à collecter des informations sur les
faits et événements économiques d'une entité, les trier, les
enregistrer, les traiter, les évaluer et les classer »,

- Ce travail s’effectue en vue de produire des informations


utiles à la maîtrise et au contrôle des activités de l'entreprise
et, également, en vue de la prise de décisions économiques
des utilisateurs.

51
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Le Contrôle et Audit :

Il s’agit d’une activité indépendante et


objective qui donne à l’organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses
opérations et lui apporte ses conseils pour les
améliorer.

52
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Le Marketing :
- Il s’agit de l’ensemble des activités d'études, de communication,
de distribution et de vente d'un produit ou d’un service.

- Il cherche à déterminer les meilleures offres de biens ou de


services en fonction des attitudes des consommateurs et cherche,
aussi, à favoriser leur commercialisation,

- Il englobe un ensemble de méthodes et de moyens dont dispose


une organisation pour s'adapter au public auquel elle s'intéresse
(pour susciter des comportements favorables à la demande).
 

53
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Communication et la Publicité :
La communication/Pub a pour but de fixer
l'attention d’un public visé (consommateurs,
utilisateurs, usagers, électeurs, etc.) pour les
inciter à adopter un comportement souhaité :
Achat ou consommation d'un produit, élection
d'une personnalité politique, incitation à
l'économie d'énergie, etc.

54
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Les Ressources Humaines :
Ensemble de pratiques du management
ayant pour objectif de gérer, mobiliser et
développer les ressources humaines pour
une plus grande efficacité et performance de
l'organisation.

55
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Stratégie :
La stratégie consiste à déterminer les objectifs et les
buts fondamentaux à long terme d’une organisation
puis à choisir les modes d’action et d’allocation des
ressources qui permettront d’atteindre ces objectifs,

La décision stratégique repose sur deux piliers :


l’analyse de l’environnement et la connaissance des
capacités propres de l’entreprise.

56
II – Définition et délimitation du concept de
management
• L’ Organisation :
Cette discipline est nécessaire au sein d'une
structure régulée, disposant d’un système de
communication destiné à gérer et à faciliter
la circulation de l'information au sein de
l’entreprise dans le but de répondre à des
besoins et d'atteindre des objectifs
déterminés.

57
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Gestion de la Qualité :
Il s’agit de l’ensemble des activités de
planification, de direction et de contrôle
destinées à établir ou à maintenir la qualité
de la production d’un bien ou d’un service,
compte tenu des attentes des clients et de
l’évolution de leurs choix.
 

58
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Gestion de Projets :
Cette discipline permet de diriger et de
coordonner des ressources humaines et
matérielles tout au long de la vie d'un projet
donné et ce, en utilisant des techniques de
gestion modernes pour atteindre des objectifs
prédéfinis (de coût, de temps, de qualité et de
satisfaction des participants au projet).

59
II – Définition et délimitation du concept de
management
• La Logistique :
- Cette discipline nous apprend à gérer les flux
(les échanges) au meilleur coût ; non seulement
les flux de produits, mais également les flux
d’information associés aux flux physiques,
depuis le fournisseur initial jusqu’au client final.
- La logistique permet une meilleure rentabilité
des investissements.

60
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Les systèmes d’information :
Cette discipline a pour but de « gérer l'ensemble
des moyens technologiques, organisationnels et
humains permettant d'acquérir, de traiter, de
stocker et de communiquer des informations
(données numériques) au sein d'une organisation,
ou entre différentes organisations ».

61
II – Définition et délimitation du concept de
management
• Autres disciplines:

Le management fait, également, appel à


d’autres disciplines qui rentrent dans le
champs de ses intérêts: L’économie, la
sociologie, la psychologie, la politique,
l’écologie…

62
III – L’environnement économique,
social et sociétal de l’entreprise
• L’environnement économique et social de
l’entreprise joue un rôle déterminant dans sa
croissance et son efficience,

• Il comprend l’ensemble des éléments pouvant avoir


une incidence, plus ou moins forte, sur le
fonctionnement de l’entreprise.

63
III – L’environnement économique, social et
sociétal de l’entreprise
• L’environnement économique de l’entreprise se compose,
particulièrement, du macro environnement et du
microenvironnement,

• On parle de facteurs du macro environnement et d’acteurs


pour le microenvironnement,

• En quoi consistent alors les principaux facteurs et acteurs de


cet environnement économique?

64
1 – Approche en terme de facteurs
Selon cette approche, l’environnement économique est
composé de plusieurs facteurs comme:
• Les facteurs géographiques et naturels
• Les facteurs démographiques
• Les facteurs socioculturels
• Les facteurs institutionnels et juridiques
• Les facteurs technologiques
• Les facteurs économiques…

65
1.1 – Les facteurs géographiques et naturels

• L’ensemble des facteurs physiques,


biologiques et humains pouvant avoir une
influence sur la stratégie de l’entreprise,

• Ils intègrent les ressources naturelles, le


climat, la proximité…

66
1.2 – Les facteurs démographiques
Concernent les populations et portent sur:

• L’âge, les conditions de vie, la situation


sociale, l’emploi, le niveau d’éducation…
• Les mutations des populations ( naissances,
décès…)
• Les mouvements migratoires et leurs
incidences…
67
1.3 – Les facteurs institutionnels et
juridiques
• C’est l’ensemble des lois et règles concernant
un marché et que l’entreprise est obligée de
respecter,

Exemples: Le code d’investissement, le code


de travail, le code de commerce…et les lois
sur la concurrence, les prix, la fiscalité…

68
1.4 – Les facteurs socioculturels
• Comprennent les modes de pensée, de
consommation, les styles de vie, les valeurs
culturelles et morales…

• Influencent les comportements et les


pratiques des clients de l’entreprise et de
l’ensemble des consommateurs.

69
1.5 – Les facteurs technologiques
• A la tête des facteurs de positionnement
concurrentiel des entreprises,

• L’adoption de nouvelles technologies est un


moyen décisif dans l’acquisition d’avantages
compétitifs par rapport aux concurrents.

70
1.6 – Les facteurs économiques
• Portent sur l’évolution des principales
variables économiques: Taux d’intérêt et de
change, taux d’inflation, taux de croissance
économique…

• Impactent la stratégie de l’entreprise:


Stratégie d’investissement, d’innovation, de
délocalisation…

71
2 - Approche en termes d’acteurs
Il  s’agit des composantes suivantes:

• Les clients
• Les fournisseurs
• Les concurrents
• Les banques
• Les assurances
• Les pouvoirs publics
72
2.1 – Les clients

L’ensemble des personnes physiques et


morales qui achètent, de façon occasionnelle
ou habituelle, le bien ou le service offert par
l’entreprise.

73
2.2 – Les fournisseurs

L’ensemble des personnes physiques et


morales qui assurent l’approvisionnement de
l’entreprise en matières premières, en
matières d’équipement ou en marchandises.

74
2.3 – Les banques

Les institutions financières auxquelles


s’adresse l’entreprise pour répondre à
différents besoins: financement, conseil,
assistance…

75
2.4 – Les assurances

Les institutions auxquelles l’entreprise


s’adresse pour se couvrir contre bon nombre
de risques: Vol, incendie, accidents de travail,
multirisque professionnelle, assurance vie…

76
2.5 – Les pouvoirs publics

L’ensemble des administrations publiques


avec lesquelles l’entreprise opère à sa
création et au cours de son fonctionnement.

77
2.6 – Les concurrents
• Les entités auxquelles l’entreprise doit faire
face pour protéger ou améliorer sa part de
marché,

• Ces concurrents se présentent sous deux


formes: Les concurrents directs offrant le
même produit et les concurrents indirects
(les substituts).

78
3 - Synthèse
• L’entreprise apparaît alors comme un système structuré ouvert sur
différents environnements:

- Technique (clients, fournisseurs…) ;


- Institutionnel (État, administrations, syndicats, actionnaires,
partenaires) ;
- Financier (banques, assurances, établissements financiers) ;
- Concurrentiel (concurrents directs et indirects);
- Général (macro environnement).

• En somme, on distingue le macro environnement et le


microenvironnement.

79
3.1 – Le macro environnement
• C’est l’environnement extérieur à
l’entreprise: C’est à-dire celui dont elle ne
peut que difficilement influencer les diverses
composantes,

• le macro environnement correspond à


l’ensemble des tendances de la société dans
son ensemble.

80
3.1 – Le macro environnement
• Le macro environnement se compose des principaux facteurs
de l’environnement (géo, démog, éco, socioculturels, techno,
sociaux…) ,

• Ces facteurs, externes à l’entreprise, influencent


indirectement son activité et sa stratégie,

• Ils échappent au contrôle direct de l’entreprise,

• Il est subi par l’entreprise, bien que celle-ci puisse l’influencer


relativement (adaptation).

81
3.1 – Le macro environnement

82
3.2 – Le microenvironnement

Le microenvironnement est directement


influençable par l’entreprise puisque
correspondant à l’environnement le plus restreint,

Il est constitué des fournisseurs, des clients,


nouveaux entrants et produits substituts
(concurrents directs et indirects): Les principaux
acteurs de l’environnement.

83
3.2 – Le microenvironnement

• Contrairement au macro environnement, le


microenvironnement influence directement
l’activité et la rentabilité de l’entreprise,

• Il peut être subit par l’entreprise comme il peut


être une source d’opportunités pour elle
(influence réciproque, réaction de l’entreprise).

84
3.2 – Le microenvironnement
• Du coté de l’offre, il se compose des fournisseurs
et des concurrents,

• Du coté de la demande, il intègre principalement


la clientèle de l’entreprise.

• Généralement, le macro environnement et le


microenvironnement peuvent constituer des
avantages et/ou des menaces pour l’entreprise.
85
3.4 - Articulation Micro/Macro

Macroenvironnement

bM
Epse Microenvironnement

86
4 - Une meilleure connaissance de
l’environnement
Une meilleure et parfaite connaissance de
l’environnement oblige l’entreprise à:

• préciser les facteurs et les acteurs


influençant son activité,
• à analyser leur situation (A & F) actuelle et à
prévoir leur évolution future.

87
4 - Une meilleure connaissance de
l’environnement
• Parmi ces préoccupations de maîtrise de l’environnement
figure donc la détermination de l’intensité concurrentielle du
marché sur lequel l’entreprise opère,

• Ainsi, pour mieux s’adapter à son environnement,


l’entreprise est censée déterminer le niveau de pression
exercé par son marché pour mieux se positionner par
rapport aux concurrents,

• Ceci ne peut se faire qu’à travers l’analyse des cinq forces


identifiées par M. Porter qui sont comme suit:

88
4 - Une meilleure connaissance de
l’environnement
• Menace des nouveaux entrants: Risque d’apparition de
nouveaux concurrents  recours aux barrières à l’entrée
(baisse des prix, innovation, fusion – absorption…)

• Le pouvoir de négociation des fournisseurs: Dépend de


leur nombre:
- Si nombreux = limitation du pouvoir de négociation,
- Si nombre limité = possibilités de développement de
partenariats (avec risque d’accroître la dépendance de
l’entreprise vis-à-vis d’eux)

89
4 - Une meilleure connaissance de
l’environnement
• Le pouvoir de négociation des clients: Rôle important dans
la prise de décision et la politique de l’offre (qu’il faut
adapter aux clients)

• L’existence de produits de substitution: Ce sont des


concurrents indirects (qu’il faut connaître et déterminer le
niveau de différenciation de leurs produits)

• La concurrence directe au sein du marché: Connaissance


des concurrents, leur poids, leur stratégies…ainsi que le
positionnement de l’entreprise face à ces concurrents.

90
5 - L’environnement social et sociétal de
l’entreprise

• Les entreprises n’ont pas uniquement un rôle


économique,

• Elles doivent avoir une responsabilité sociale


vis-à-vis de tous les membres et tous les aspects
d’une société: Il s’agit de l’entreprise citoyenne
et de la responsabilité sociétale de l’entreprise
(RSE).
91
5 - L’environnement social et sociétal
• De nos jours, la responsabilité des dirigeants
d’entreprise n’est plus limitée à la recherche
du profit. L’attitude vis à vis de
l’environnement naturel, humain, et social est
à prendre en compte,

• La réputation des entreprises dans ces


domaines est même devenue un atout de
compétition (une notoriété).
92
5 - L’environnement social et sociétal
En fait, lors de son activité économique, l’entreprise
génère des comportements de surexploitation, de
nuisance et d’iniquité:

• Exploitation de la force de travail et non respect des


réglementations sociales et du travail,
• Surexploitation des ressources naturelles,
• Nuisances liées à la production (pollution
atmosphérique, des eaux…),

93
5 - L’environnement social et sociétal

• Atteintes aux écosystèmes ( déchets… effet


de serre…)
• Risques pour les consommateurs (Les
entreprises accusées de mettre, parfois, sur
les marchés des produits dangereux pour le
consommateur et l’environnement),
• Soutien aux échanges commerciaux injustes
et inéquitables sur le plan international…

94
5 - L’environnement social et sociétal

Par conséquent, sous l’effet de la pression conjuguée des:

- Institutions internationales,
- Des Etats,
- Des syndicats,
- Des groupements écologiques et
- Des associations de consommateurs…
 Les entreprises se trouvent obligées de prendre en
considération des principes éthiques et de bonne conduite à
travers des « Investissements Socialement Responsables  (ISR)».

95
5 - L’environnement social et sociétal
• Aujourd’hui, la plupart des entreprises intègrent
la volonté de répondre, avec le maximum de
soins, aux attentes de leurs sociétés,

• Ainsi, l’éthique, la responsabilité et la


citoyenneté… prennent de plus en plus
d’importance dans les stratégies et les pratiques
des entreprise sous différentes formes:
• EXEMPLES: Ecologie, employés, commerce, social.

96
5.I - L’entreprise et la protection de
l’environnement (écologie)
• Une entreprise citoyenne se développe tout en protégeant
son environnement et en produisant des biens recyclables,
non nocifs à l’environnement,

• Les entreprises citoyennes veillent dans leur mode de


production à la qualité de l’eau, de l’air, du sol, et évitent
toute dégradation des ressources naturelles…

• Elles veillent à la réalisation d’un développement propre et


durable en adoptant des chartes de la protection de
l’environnement.

97
5.2 – L’entreprise et le respect des employés

• L’entreprise citoyenne doit s’intéresser à son


environnement social (professionnel et humain) ,

• Elle doit avant tout s’assurer du respect de ses


salariés: Elle facilite l’insertion des jeunes, le réemploi
des salariés plus âgés et l’intégration des handicapés…

• L’entreprise citoyenne s’efforce d’aller au-delà du


simple respect de la réglementation du travail en
instaurant des règles éthiques et de bonne conduite,
98
5.2 – L’entreprise et le respect des employés

• L’entreprise citoyenne aide le salarié à s’épanouir dans son


travail, contribue à élever son niveau de formation, lui offre
des perspectives de carrière et des postes conformes à sa
formation, ses aptitudes…

• L’entreprise citoyenne évite toutes les actions conduisant à des


licenciements et propose des solutions de remplacement
acceptables par les salariés (préretraite , reconversion…)

• Elle peut même encourager ses salariés à la création


d’entreprise…

99
5.3 – L’entreprise et le commerce éthique
(équitable)
• Pour l’entreprise citoyenne, il n’y a pas de rapports de force avec
les fournisseurs et les partenaires (rapports de coopération…),
• Elle pratique le commerce équitable avec les pays en voie de
développement,

• Le commerce équitable se définit comme « une pratique


commerciale qui vise à payer régulièrement au producteur,
localisé dans un pays en développement, un prix suffisant pour sa
survie et la croissance de son exploitation ».

• Cependant, au niveau international, le commerce équitable est


peu développé.

100
5.4 – L’entreprise et l’intérêt général

L’entreprise citoyenne s’implique dans la vie des citoyens par:

• Le mécénat (éducation, santé…),


• Le financement de microprojets…,
• L’aide humanitaire ,
• Le soutien financier aux organisations non gouvernementales
(ONG),
• Egalement, par son soutien financier, l’entreprise citoyenne
permet à des projets artistiques et culturels de voir le jour et
de se développer,

101
5.4 – L’entreprise et l’intérêt général
• Les entreprises citoyennes cherchent à s’implanter dans les régions les
moins favorisées (encouragées par les collectivités territoriales),

• La lutte contre la pauvreté, les maladies, la malnutrition... (sont autant


de domaines d’intervention des ONG humanitaires financées par ces
entreprises)…

• NB : Ces activités sociales et sociétales permettent aux entreprises


d’améliorer leur image de marque auprès du grand public et des
consommateurs + la réalisation de la performance globale…

• Rappel: Les ISR sont la résultante de multiples pressions sur les


entreprises concernées non impliquées… (Etat, ONG, Syndicats…)

102